Peillon, faux laïque et pseudo philosophe qui préfère l’islam au catholicisme

Publié le 16 février 2014 - par - 1 282 vues
Share

En France nous avons des femmes et des hommes politiques très intelligents. Si, si ! Mais pourquoi faut-il toujours qu’ils s’ingénient à démolir la culture française ? Tenez, Mme Taubira est dangereuse car intelligente, sectaire et surtout revancharde. Monsieur Valls croit utile de défendre le communautarisme islamique tout en parlant de valeurs républicaines et, en revanche, « stigmatise » (c’est le mot à la mode) ceux qui défilent calmement dans la rue. Il faut quand même le faire… Et notre ministre de la déstructuration nationale, Vincent PEILLON prof de philo, qui, un jour de grande verve, a soutenu l’apologie d’une « religion laïque ». Pourquoi pas, vous savez il n’est pas interdit de philosopher en France, il en est bien qui se disent humanistes sans savoir la signification de ce mot qui, aujourd’hui, n’a plus guère de sens, tant il est devenu un fourre tout. D’autres inventent des expressions hermétiques. Allons-y pour une religion laïque… Selon lui, la révolution française de 1789 a échoué, comme celle de 1848,  à cause de la religion catholique et ce, malgré l’influence de la franc maçonnerie. Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage. Les post-soixantehuitards nous gouvernent toujours. En revanche, l’instauration républicaine a réussi en Angleterre, aux Etats Unis et les Pays Bas car ces pays sont à majorité protestante. Voilà, en résumé, son analyse. Toutefois les USA n’ont pas notre passé royaliste et n’ont pas vécu de révolution. Quant à l’Angleterre et aux Pays Bas, et çà lui a échappé, ce sont des monarchies. Il était donc prof de philo, pas d’histoire apparemment. Je n’invente rien : [youtube]AA3dtPLHGWw[/youtube] http://www.youtube.com/watch?v=AA3dtPLHGWw Et : [youtube]RjN3XCjZYNQ[/youtube] http://www.youtube.com/watch?v=RjN3XCjZYNQ Sait-il de quoi il parle ? Pas certain. Analysons le sujet. Voilà ce que dit le dictionnaire Larousse pour le mot religion : -Ensemble déterminé de croyances et de dogmes définissant le rapport de l’homme avec le sacré. Alors, si j’ai bien compris, notre sinistre ministre veut nous inculquer des « croyances » : -Fait de croire à l’existence de quelqu’un ou quelque chose, à la vérité d’une doctrine ou d’une thèse : croyance en Dieu, aux fantômes. Bon, faut suivre, mais jusque là, ça va. Donc, pour continuer l’analyse nous avons dans la définition de religion le mot « dogme » : -Point fondamental et considéré comme incontestable d’une doctrine religieuse ou philosophique. Ouah ! C’est très fort ça, une doctrine ! Allons-y pour le « sacré » : – Qui appartient au domaine, séparé et inviolable, du religieux et qui doit inspirer crainte et respect. Aie-aie-aie ! Ca craint en effet. Mais j’irai jusqu’au bout de mon analyse dussé-je griller mon unique neurone de gaulois rétif et attardé. Arrivé à ce point, le mot « laïque » m’interpelle, quelque part…. Je plonge à nouveau dans le Larousse et là je trouve : – Qui concerne la vie civile, par opposition à la vie religieuse. Je suis sur le cul, va comprendre ! Cela tient du phénix, parvenir à la définition d’une ligne politique avec deux mots qui s’opposent. Ca c’est de la philosophie « Peillonesque ». Et nous sommes gouvernés par çà ! Moi je pensais que la laïcité dans la conduite d’un pays, c’était justement tout faire pour que les décisions soient prises dans l’intérêt de tous, sans distinction athée ou pas. Dites-moi Monsieur le philosophe, que pensez-vous de l’Islam au sein de la république ? Chacun sait qu’un politique se sert des mots dans des envolées lyriques pour faire vibrer les salles des fêtes, mais là, c’est du grand art, un éclair de génie tracé dans un ciel d’obscurantisme. Je suis bluffé ! A propos, il est dans quelle classe le petit Peillon, que je lui parle de prosélytisme LGBT ? Raphaël Desrousseaux

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.