Pékin va-t-il envahir Taïwan ?

Publié le 27 mai 2017 - par - 3 commentaires - 795 vues
Traduire la page en :

Les Chinois aiment les dates symboliques. 2021 sera le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois, que Pékin aimerait bien fêter avec Taïwan revenu sous son joug. Mais une réunification pacifique semble peu probable. À Taïwan, à peine 10% des Taïwanais veulent la réunification.
Pékin, de son point de vue, a pourtant tout fait : la Chine a facilité le commerce et les investissements entre les deux pays, encouragé les échanges culturels et réchauffé les relations entre le Parti communiste chinois et le Kuomintang. Maintenant, Pékin s’impatiente. Les télévisions chinoises parlent d’invasion, diffusent des images de manœuvres militaires de grande ampleur pour intimider Taïwan. En janvier dernier, le porte-avions chinois Liaoning est carrément entré dans le détroit de Taïwan. Pékin menaçait ainsi directement le président taïwanais Tsai au moment même où il prenait contact avec le président nouvellement élu Donald Trump. Pourtant, Taïwan refuse toujours de plier.
Un Xi Jinping, le président chinois, parle de «One China, Two Systems», comme pour Hong-Kong. Mais les fonctionnaires chinois ont bien l’intention, comme à Hong-kong, de purger l’île de la démocratie.

Le recours à la force pour incorporer Taïwan est envisagé. L’armée populaire chinoise surclasserait largement les forces de Taïwan. Mais, une invasion d’ampleur par les voies maritimes resterait périlleuse. Et puis, il resterait à savoir comment réagiraient les États-Unis menés par Donald Trump, et comment les vaincre en cas d’affrontement direct.

Enfin, il faudrait compter avec des répercussions au Japon, aux Philippines, en Inde, en Australie ou même au Vietnam. Ces rivaux régionaux pourraient, avec les États-Unis, créer une coalition militaire contre la Chine.
Presque tous ces pays sont confrontés à un différend territorial avec la Chine. Ils sont donc très attentifs à l’attitude de la Chine vis-à-vis de Taïwan. La Chine s’est engagée auprès d’eux à régler les différends territoriaux pacifiquement. Une Chine qui envahirait Taïwan, trahirait donc ses engagements et effraierait ces pays, qui pourraient rejoindre une coalition militaire contre la Chine, à titre préventif.

Si une guerre éclatait, outre la sécurité de ses frontières, la Chine verrait certainement sa croissance économique affectée, et, partant, sa paix sociale compromise.
Le spectre de la guerre civile est traumatisant pour la Chine qui retournerait rapidement à l’époque du chaos d’avant 1949, avant que le Parti communiste ne parvienne à mettre fin au chaos de la guerre civile et contrôler l’ensemble du territoire. La Chine perdrait tout. Taïwan ne mérite probablement pas que la Chine implose. La réunification attendra bien 2049.

William Kergroach

http://williamkergroach.blogspot.fr/

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Joël

Cette “invasion” de la Chine envers Taïwan verrait un embargo énorme sur les transactions économiques et l’Europe en particulier, ce qui mettrait les Nations de l’Europe entre autres en demeure de se réindustrialiser le plus rapidement possible! Donc une réflexion à la louche soit, mais qui a le mérite de faire se poser la question: Bon ou pas bon? non nonobstant les dégâts collatéraux d’un conflit

bandemou

Envahir Taiwan sera le commencement de la fin pour la RPC, et des problèmes pour tous les clients occidentaux qui font du big business avec la Chine, USSA en tête.

Micron et Brigitte doivent éviter cela s’ils veulent être élus et si Micron veut pousser la première dame dans un fauteuil roulant à l’Elysée, bâtiment à adapter aux normes handicapés.

Lucullus

J’aimerais être aussi optimiste…

Lire Aussi