Pendant le ramadan, beaucoup d’intrusions dans les piscines privées…

Publié le 26 juin 2015 - par - 5 043 vues
Share

ramadan-diableIl fait beau, il fait chaud et Météo-France annonce une semaine de type caniculaire à venir. Les cafés se sont munis de brumisateurs, les aides-soignantes des centres Ehpad trimbalent des packs d’eau et les super-marchés proposent boissons glacées et crème solaire indice 50. Tout va donc bien pour le mieux et j’aime admirer les tenues légères de nos Françaises. Pas de kami ni de voile islamique en vue. Que c’est bon l’été à flâner dans les rues ou le long d’un quai avec un sandwich au jambon dans une main et une cervoise fraîche dans l’autre. Quelle liberté.

Hein que quoi comment mais qu’est que ? C’est de la provoc ? En principe non, je vis en France comme un Français et je ne me terre pas la nuit comme un rat pour surgir au soleil tombant et me taper un demi agneau suivi de loukhoums à profusion. Si j’ai soif, je bois, si j’ai faim, je mange et absolument aucune religion ne fera obstacle à ces besoins physiologiques essentiels pour ma vie. Il en est autre pour certains, ceux qui me regardent de travers (j’ai de la chance, certains se font tabasser pour cette raison) parce qu’en principe en période de ramadan, on ne boit pas, on ne mange pas, on ne fume pas, bref on ne fait rien sauf à rester au lit en attendant une nuit d’orgie.
On ne fait rien donc quand on est musulman et l’économie des pays musulmans en prend un coup non chiffrable officiellement car le sujet est tabou. Seuls quelques commentaires apparaissent ici et là sans confirmation ou infirmation, je cite un jordanien: « La productivité des travailleurs décline de 35 à 50% ».
Qu’en est-il en France sur l’impact de cette pratique stupide ?
Il y a plusieurs impacts et là aussi il existe un tabou sur les chiffres, pas question d’amalgo-stygmatiso-truc-mucho … mais en cherchant bien, on trouve des données. Je rappelle à ces Messieurs du Cran et autres que le fait d’être musulman n’a rien à voir avec une race et que je suis plus proche d’un Salem ou d’un Pascal né Mohamed que d’un Jean-Baptiste Michalon, épicier de son état à Bordeaux qui pratique la ségrégation au nom de cette religion.
Il y a peu une piscine privée du côté de Toulouse a été envahie par 3 musulmans qui réclamaient un peu de fraîcheur parce c’est le ramadan. C’était en ligne ce matin sur Sud-ouest et disparu depuis. Reste une trace édulcorée ici: http://www.francebleu.fr/infos/piscine/toulouse-ils-squattent-la-piscine-et-tabassent-un-resident-2454749 et comme je pense que l’article va disparaître à son tour, je laisse une copie en fin de page.  Seule chose à savoir, ils ont été chassés dans un premier temps et sont revenus à 7 pour un tabassage en règle.
Le phénomène est récurrent, chaque année nous avons droit à ce type de démonstration de force de la part de ceux qui souffrent d’une religion débile et qui font souffrir à grand coup de tabassage en règle les français.
Côté transport public et sécurité routière: C’est l’omerta dans la presse française. Seule la presse musulmane en parle : En Algérie, durant le mois sacré du Ramadan, les accidents de la circulation deviennent quasi systématiques. Notamment à l’approche de l’adhan de l’iftar (rompre le jeûne) à cause particulièrement de l’excès de vitesse des automobilistes qui entreprennent une morbide course contre la montre pour prendre son « F’tour ». D’ailleurs les chiffres communiqués régulièrement par les services de la gendarmerie sont éloquents. Durant la période du mois du Ramadan des deux dernières années il a été enregistré la sinistre moyenne de 10 morts par jour. Lorsque ces deux périodes (été, Ramadan) se superposent le risque devient extrême et la vie humaine se retrouve en ballotage sur nos routes. L’algérien est de nature nerveux, et certains automobilistes en manque de nicotine où de café peuvent devenir de véritable dangers ambulants.(source quotidien algérien)  http://mpsra.blogspot.fr/2013/07/ramadan-et-insecurite-routiere.html
Bus 122 à Bagnolet
Côté Médecine: Vous aller hurler de rire en lisant le texte trouvé sur http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/4564-conseils-pour-passer-un-bon-ramadan-en-ete
« La période du Ramadan est parfois problématiques (sic) pour les personnes malades qui doivent prendre des médicaments. Le coran stipule qu’il existe des exceptions pour les personnes souffrant de pathologies pour lesquelles une pratique du jeune pourrait présenter des risques médicaux. Ainsi, pour les personnes désireuses de pouvoir respecter les règles du Coran à la lettre, il est recommandé de prendre l’avis d’un imam pour éviter de prendre de risques inutiles« . 
Et un imam c’est combien d’année d’étude en médecine ?
Côté vacances: Nombreux sont les chefs d’entreprise qui donne les congés aux musulmans le mois du ramadan, si vous êtes athées ou chrétiens vous aurez le loisir de vous baigner en septembre, saison de pluie et de la chute des feuilles. Planning oblige. Selon un petit patron qui souhaite garder l’anonymat: « On leur donne un mois de congé pour le ramadan, c’est çà ou ils nous coûtent deux mois ». Voilà qui a le mérite d’être clair.
Je reviens sur ce qui a été dit plus haut: « L’algérien est de nature nerveux et certains automobilistes en manque de nicotine ou de café peuvent devenir de véritables dangers ambulants ». Je traduis: Ce n’est pas de leur faute, c’est physiologique, faut comprendre, fopastigmatiser. L’ennui c’est qu’il y a presque autant d’Algériens en France qu’en Algérie et que c’est eux qui conduisent vos enfants en colonie de vacances.
Copie du squatt d’une piscine privée avec actes de violence sur les résidents.
Toulouse : ils squattent la piscine et tabassent un résident (en fait pas un mais quatre)
Mardi 23 juin 2015 à 15h09 mis à jour le Mardi 23 juin 2015 à 16h46

Le phénomène d’intrusion dans les piscines privées, notamment dans les résidences à Toulouse, est très fréquent. Mais l’un de ces squats sauvages s’est mal terminé lundi après-midi aux Argoulets : quatre habitants ont été agressés par un groupe d’adolescents.

La piscine est régulièrement squattée par des gamins du quartier. Bénédicte Dupont © Radio France

Bénédicte Dupont a rencontré les habitants de cette résidence aux Argoulets.  

Le phénomène est bien connu de la police toulousaine et des habitants des résidences avec piscine : avec les grosses chaleurs, des adolescents mal élevés s’invitent de manière récurrente dans leurs bassins.

Lundi vers 18 heures, deux garçons de 17/18 ans pénètrent dans une résidence des Argoulets, ils enjambent facilement la barrière d’entrée.

On les voit presque tous les jours, ils disent qu’il fait trop chaud. D’ailleurs souvent, ils ne se gênent pas pour se baigner sans notre permission. Mais si on accepte leur présence à chaque fois, on risque d’avoir tout le quartier, et on va devenir une piscine municipale.

— Fabrice, un habitant de la résidence

Frappé à coups de ceinturon

Quatre parents qui se baignent avec leurs enfants refusent qu’ils profitent de la piscine et leur demandent de s’en aller. Les deux adolescents font marche arrière mais reviennent quelques minutes plus tard avec plusieurs copains et deux adultes selon les témoignages recueillis sur place.

La discussion vire à la bagarre générale. Deux femmes sont giflées devant leurs enfants. Deux hommes sont frappés à coups de poing et de pied. L’un d’eux, Maurice, un père de trois enfants âgé de 40 ans, s’interpose et retire sa ceinture pour menacer les intrus. C’est alors que cinq ou six d’entre eux se jetent sur lui et lui donnent des coups de poing et de pied. Ils s’emparent de la ceinture et frappent le père de famille avec le ceinturon en fer. Maurice est tabassé sous les yeux de son fils avant que le groupe ne s’en aille. La police arrive quelques minutes plus tard.

Ils se sont acharnés sur lui, sous les yeux des enfants terrorisés. Ils ont frappé des mères de famille, juste pour se baigner. C’est choquant.

— Anaïs, témoin de la scène

La résidence a décidé de faire appel à un vigile. Bénédicte Dupont © Radio France

Des gamins du quartier qui arrivent en short et avec leur serviette

Maurice a été pris en charge par les pompiers : lèvre éclatée, ecchymoses au visage, et blessure au doigt. Il a pu regagner son domicile le soir même. Il a porté plainte.

Une habitante a pu filmer la scène et a transmis la vidéo aux policiers. La plaque d’immatriculation de leur voiture, garée devant la résidence, a été relevée. Il n’y a pas encore eu d’interpellation.

La résidence a décidé de faire appel à une société de surveillance, au moins de manière temporaire.

Philippe Legrand

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.