Pénurie de main-d’œuvre et chômage de masse : réflexion sur une exception française

1337873-000_8qp2th.jpg

Depuis des mois on nous explique que l’hôtellerie, la restauration, les campings et l’agriculture souffrent d’une pénurie de main-d’œuvre. Même les compagnies de transport ne trouvent plus de chauffeurs pour les cars scolaires, les bagages s’entassent dans les aéroports par manque de bagagistes.
Mais que se passe-t-il donc ? L’explication facile consisterait à dire que qu’avec officiellement 6 millions de chômeurs de catégorie A et probablement 15 millions de gens qui ne vivent pas de leur travail, c’est un scandale absolu, qu’il faut mettre ces paresseux au boulot. La France, pays de glandeurs et d’assistés.

Les économistes universitaires, depuis leurs laboratoires de recherche (dans lesquels on cherche plus qu’on ne trouve) vous diront, dans un langage plus policé, que le marché du travail français souffre d’un problème d’inadéquation de l’offre et de la demande.
Le patronat prétendra que les charges sociales sont trop élevées et enjoindra le gouvernement à ouvrir les vannes de l’immigration, une fois de plus. Nous avons déjà des millions d’immigrés africains sans emploi sur notre sol ; visiblement ils n’ont que peu d’appétence pour les travaux difficiles. Je ne vois pas pourquoi ceux qui viendraient maintenant seraient différents. À moins de sous-entendre que nous aurions récupéré en priorité des feignasses et des criminels inemployables ? Les déchets dont l’Allemagne n’a pas voulu quand Merkel a ouvert les vannes de l’immigration ?

Il semble que des millions de salariés – que les universitaires qualifient aimablement de « peu qualifiés » – aient tout simplement disparu de la circulation et n’ont aucune envie de revenir.
Et si ces gens avaient tout simplement écouté Emmanuel Macron ? Ils ont purement et simplement traversé la rue pour trouver une situation qui leur convenait mieux. Les aéroports ayant stoppé leur activité pendant des mois, les entreprises sous-traitantes qui s’occupaient des bagages et de la sécurité n’ont bien entendu pas renouvelé les contrats à durée déterminée de ces travailleurs qui ont bien compris toute la considération que la société leur portait. Alors il se sont reconvertis dans d’autres activités, avec des horaires plus acceptables.

Les salariés des restaurants et des bars n’allaient pas attendre pendant des années qu’on daigne les exploiter de nouveau. Ils sont partis ailleurs eux aussi.
Et maintenant qu’une prétendue reprise économique pointe le bout de son nez, tout le monde s’offusque que ces gens ne se soient pas mis en hibernation pendant des années en attendant notre retour à nous, nous les clients. Quel toupet !
Ce qui est absolument inacceptable dans les débats qui ont lieu à ce sujet dans les médias, c’est qu’il ne se trouve jamais personne pour se demander pour quelle raison la sacro-sainte loi de l’offre et la demande – que les mondialistes vénèrent – ne s’applique pas également à cette population.

Les grands patrons français nous expliquent dans la presse qu’ils sont sous-payés par rapport à leurs homologues américains, dans ce gigantesque marché mondial des CEO d’entreprises, et que c’est pour cela que l’État a des difficultés à trouver un patron pour EDF à cause de la limitation de salaire à 450 K euros annuels qui limite la rémunération des patrons des entreprises publiques.
Tout ceci est faux ; personne ne veut des patrons français aux États-Unis, le marché mondial des CEO est une fiction. À quelques rares exceptions, les Américains veulent un Américain, les Anglais un Anglais et les Allemands un Allemand. Les patrons français, énarques parachutés, ont même en réalité une très mauvaise réputation. À l’inverse, les salariés dits « peu qualifiés » peuvent s’exporter sans problème dans n’importe quel pays.

Si vous avez les plus grandes difficultés pour trouver une serveuse qui accepte d’avoir une coupure de 5 heures au milieu de la journée, un tâcheron qui ramasse des fraises sous la canicule ou un chauffeur de bus scolaire qui sera forcément à temps partiel, c’est peut-être tout simplement que le salaire que vous lui offrez n’est pas suffisant et les conditions de travail pas compétitives avec ce qu’ils ont trouvé dans d’autres branches.
« Mais vous n’y pensez pas ! », répondront en chœur les patrons et les économistes en vous démontrant que les marges bénéficiaires des entreprises concernées ne peuvent supporter des augmentations de salaire pour ces salariés. Ils ont fixé une valeur a priori de la valeur du travail de ces gens, et ils iront chercher des immigrés qui s’y plieront, quitte à aller aux antipodes si nécessaire. Ils parlent même de « racket » pour décrire le comportement de ceux qui, en réalité, ne font qu’essayer de tirer le meilleur possible d’une situation dont ils ne sont pas responsables, comme tout agent rationnel se doit de le faire, dans les théories économiques.
Ce qui est amusant, c’est que ceux qui se présentent comme libéraux s’auto-inhibent très souvent et n’osent pousser leur raisonnement jusqu’au bout, surtout quand il s’agit des plus pauvres d’entre nous.

Si dans un environnement réglementaire donné, vous produisez des fraises avec un coût de production et un prix de vente qui ne permettent ni au client d’acheter, ni à vous de faire du bénéfice, c’est tout simplement que votre activité ne devrait plus exister. C’est triste, mais c’est ainsi. Ce n’est certainement pas à un salarié pauvre de rogner encore plus sur son misérable salaire ou ses conditions de vie. Vous avez voté pendant des années pour des européistes et cru au grand marché agricole européen et à la PAC ? Vous en payez maintenant les conséquences.

Si les parents d’élèves ont réellement envie que le car scolaire emmène leurs enfants à l’école, je suis intimement persuadé qu’ils trouveront les 3 ou 4 euros mensuels qu’ils devront verser chacun afin de permettre au transporteur de recruter un chauffeur à plein temps, titulaire d’un permis de conduire en règle délivré par un pays fiable (ce qui exclut, je suis désolé de le dire, la majorité des pays de l’Est).

Pour ce qui est de l’industrie du tourisme de masse, elle est la responsable du développement d’un nouveau prolétariat, et il est permis de se poser sérieusement la question de savoir s’il convient de continuer à permettre à une minorité de tenanciers de bars de plages et d’hôteliers de faire leur bénéfice annuel en deux mois, si le prix à payer est la dégradation du cadre de vie des habitants et des conditions de travail misérables pour les salariés.

Les compagnies aériennes low cost ont instillé dans l’esprit de millions de gens qu’il était tout à fait normal pour un hooligan alcoolique de la banlieue de Manchester de prendre un billet d’avion à 10 euros auprès d’une compagnie aérienne qui traite ses salariés comme des chiens, pour aller pourrir notre littoral, au seul bénéfice d’un tenancier de camping. Et ce dernier voudrait maintenant venir nous faire pleurer sur son sort car il ne trouve personne à exploiter ! Désolé, c’est la loi de l’offre et de la demande que vous avez utilisée à votre unique avantage pendant des années et qui se retourne contre vous.

En résumé, ces salariés qui ont déserté ne font qu’utiliser à leur propre bénéfice les règles libérales que la société a employées à leur encontre pendant des décennies afin de justifier leurs salaires de misère et leurs conditions de travail déplorables. C’est de bonne guerre. Ils ont le couteau dans le sens du manche pour encore quelques temps ; qu’ils en profitent !

La question de fond que pose cette situation, c’est celle de la nature des relations entre employeurs et salariés. L’obsession des instances européennes pour une concurrence libre et non faussée généralisée a transformé bon nombre de salariés en mercenaires et d’employeurs en Thénardier. La concurrence en prix s’est imposée dans tous les domaines à la concurrence en qualité.
Il y aurait bien entendu des solutions pour restaurer le lien entre patrons et employés, en utilisant par exemple des baisses de charges et de TVA ciblées, mais bien entendu c’est interdit par les traités européens.

En réalité, quel que soit le chemin emprunté, nous arrivons toujours à la même conclusion : il est plus qu’urgent de sortir unilatéralement de tous les traités européens qui nous entravent si nous voulons avoir la moindre chance de remédier à la situation.

Alain Falento

 

image_pdfimage_print
35
1

66 Commentaires

  1. Alain, très bon article, mais tu n’as pas parlé d’une « catégorie » dont les employeurs, quand ils le peuvent, ne prennent pas : les gens de plus de 50 ans !!

    Je le sais par expérience, car, malgré un diplôme en informatique de niveau 2 (BAC + 4 un vrai niveau, obtenu en 2008, à l ‘âge de 43 ans), je n’ai jamais retrouvé de travail, à part quelques contrats en intérim, et parce qu’ils, les employeurs, ne trouvaient pas des gens ayant un bon niveau en anglais (et en français forcément, vraiment nécessaire dans le cadre du travail en question…

    Bien évidemment, des missions pas du tout du niveau des connaissances acquises !!

    Bref, je n’envoie plus de CV ou quoi que ce soit, c’est peine perdu, JAMAIS de réponse, ou 1 sur 100 disant  » Malgré votre expérience, blablabla …  »

    Alors je suis vraiment HAINEUX quand j’entends dire  » pénurie en informatique  » !! faut arrêter de se foutre de la gueule du monde !!!

    • C est un sujet que je souhaiterais aborder dans un article ultérieur et qui doit être traité conjointement avec celui des retraites. Mais oui, vous avez raison, les employeurs pratiquent un jeunisme inacceptable.

      • Alain, il faut parler du communisme français (62% du PIB est géré par l’Etat), et du capitalisme de connivence. Le modèle actuel de la France et de l’UE sont proches de celui de l’URSS. C’est la seule raison du Brexit. UK a voulu se rapprocher des USA pour ne pas sombrer avec le modèle soviétique de ma Maastricht. Relire Vladimir Boukovski et voir sa vidéo virale : l’UE, une nouvelle URSS ? (2004)

      • En 2004-2015 on a dit que Boukovski délirait, qu’il était vieux et sénile… Et puis le Covid-19 et la vaccination mengéléenne (ARNm quasi obligatoire…) est arrivée. Et l’on a vu que la démocratie et l’Europe étaient deux choses très éloignées. L’Europe maastrichtienne est devenue une dictature en bonne et due forme, les populations cornaquées par des tyrans comme le micro pénis élyséen à sa môman. Hitler avait aussi de redoutables perversions sexuelles : homosexuel, pédophile et sadomasochiste.

      • Bon article mais il y a aussi les fameux AMDR, exploiteurs jusqu’à l’os pour un salaire miserable, personnel taillable et corvéable à merci. Enchainer les ménages qui finissent par donner des maladies musculo squelettiques. Une amie, 66 ans, veuve, retraitée, n’a pas eu d’autre choix que de travailler pour eux, afin de boucler ses fins de mois…. idem, horaires tronqués, à devoir attendre 1 à 2h dans sa voiture perso pour la mission suivante, du fait du coût pharaonique de l’essence…

        • Et que dire des AESH ?
          « Les personnels chargés de l’accompagnement des élèves en situation de handicap (AESH) Les AESH sont des agents contractuels de l’État recrutés par contrat de droit public. Leur contrat est d’une durée maximale de trois ans, renouvelable dans la limite de six ans. »
          Travail ingrat et dur physiquement, salaire minable, exploitation également par les institutrices qui n’hésitent pas à leur imposer d’autres tâches (surveillance des autres enfants pendant la récréation, ou de la classe quand la maîtresse s’absente…).
          Pas de formation sérieuse alors qu’elles s’occupent d’enfants avec de lourds handicaps, non accès, bien sûr, au dossier médical…

          • ces AESH s’occupent également ds enfants autistes « régressifs  » c’est à dire lourdement handicapés qui ont 9H ou 12H d’ AESH par semaine quand ils ont de la chance ou après des mois de bagarra avec la MDPH . Ces quelques heures permettent d’alimenter le mythe de l’inclusion scolaire car ils sont comptabilisés comme  » scolarisés  » alors qu’ils devraient être dans un IME commeà eu le malheur de le dire Zemmour . La raison est que le coût d’un enfant en IME est le triple de celui qui est à la charge de ses parents ( qui ne peuvent souvent pas travailler )
            Quelques heures d’ ASH ; le RSA pour la mère et hop ….. le tour est joué ; voila une charge minimum pour l’état et tant pis pour les parents puisqu’ils n’ont pas donné le jour à un premier de cordée objet des soins du micron.

            • Hélas oui, je sais tout cela… Des enfants qui ne reçoivent pas les soins qui leur sont nécessaires, des employés exploités, le travail scolaire de tous perturbé… Un scandale !

    • @BobbyFR94

      Je rencontre les mêmes expériences dans mon métier qui nécessite un savoir faire qui ne s’acquiert pas en quelques années.
      Là où je travaille actuellement en intérim, on m’a clairement dit que je ne dois pas m’attendre à une embauche. L’ironie de l’histoire est que je n’attends pas cette embauche et que je me vend au plus offrant. À chaque fois que j’exprime cette conviction, je vous garantis que mon interlocuteur reste bouche bée et que c’est précisément là que je rejoins ce que Alain Falento explique dans son billet.
      « Vous voulez me garder et profiter de mon savoir-faire, eh bien il va falloir cracher au bassinet ».

    • Bobby j ai été au chômage pendant 4 ans de 51 à 55 ans. Je comprends et partage votre ressenti. C’est vrai que ça rend très nerveux. J en ai fait des kilomètres, j en ai eu des entretiens, comme vous dites, beaucoup de blabla . Je gagnais 2200 euros nets par mois avant d être chômeur. Après 4 années j ai dégoté vraiment par chance, un job au smic. Accrochez vous. Il y a toujours une petite lumière qui brille quelque part. Croyez moi. Bon courage

      • C’est très gentil de ta part, Marc :-))

        Des « entretiens », il y a des années que je n’en ai plus !!

        Et, comme je l’explique dans un autre commentaire, un diplôme, est, dans la pratique, l’obtention et la capacité à utiliser de nouvelles connaissances, et cette capacité-là ne peut s’entretenir que si elle est suivie d’une mise en oeuvre permanente de ces connaissances, ce qui n’a jamais été le cas pour moi…

        La cause, plus de travail, et le peu d’intérim, pas du tout à la hauteur de ce que j’avais appris …

        Je ne dois le fait d’avoir une grande capacité d’apprentissage qu’à une curiosité et une motivation que très peu de gens ont, même dans leur jeunesse !!

        De toute façon, au vu de la situation sociale et internationale actuelle, je crains que mes problèmes ne soient que microscopiques en comparaison avec ce qui nous attend tous, ici en France, mais pas seulement …

        • Pôle emploi m a fait faire un bilan de compétences au CIBC à Auch . 10 séances de 1heure30. Résultat : potentiel énorme, etc etc etc. Pas de formation proposée , aucun contact avec une entreprise. Bref le chômage et la précarité ( j étais allocataire de L ASS…) ça fait travailler beaucoup beaucoup de monde sauf ceux qui voudraient travailler. Il ne faut surtout pas céder au fatalisme Bobby. J espère que vous avez de véritables amis et soutiens autour de vous . Mon téléphone au cas où 0771036551 .

          • Marc, je ne suis pas surpris par tes propos sur « paul emploi » !!

            Anecdote : 4 ans en arrière, début 2018, je reçois un appel de mon CON-seiller emploi : en moins de 3 minutes, il a du me répéter trente fois « vous ne travaillez pas !!  »
            Agacé; voir très agacé, je lui dis qu’il arrête de me dire ça …

            6 mois plus tard, je suis convoqué et me retrouve face à ce connard :
            Moi, après l’avoir laissé parlé :
             » J’ai quelque chose à vous dire : si vous me répétez une fois que « je ne travaille pas », je me lève et je vous mets mon poing dans la gueule !!
            Vous avez compris le message, là ?  »

            L’abruti en face, complètement affolé :
             » Calmez-vous, calmez-vous !!  »

            Et je l’aurais fait, tu peux me croire sur parole, tant le souvenir de cette conversation m’était restée en travers de la gorge !!

            Sinon, JAMAIS eu 1 seule proposition, je parle après envoi de mon CV et lettre à la con, dite de « motivation » …

  2. D’autre part, un diplôme « dure » environ 8 ans, c’est à dire qu’en 8 ans, il faut se débrouiller pour acquérir de l’expérience (mais comment faire quand personne ne veut vous employer ?), et, si possible, acquérir un diplôme, dès que possible, d’ingénieur, du moins dans la branche informatique …

    Le système m’a bien baisé, n’ayant pas pu faire d’étude scolaires, et, quand j’ai enfin commencé à rattraper un niveau « acceptable », là, c’est de nouveau le système, par le biais du rejet des « seniors » (un terme qui m’énerve aussi à un point !!), qui m’a mis hors système …

    Et pourtant, j’ai démontré une motivation que très peu de gens ont, même à moins de 20 ans, alors, vous imaginez, la plupart à l’âge de 43 ans …

    Je suis prêt à refaire une formation, mais là, de niveau ingénieur !! et un VRAI diplôme d’état, pas un diplôme à la con, un CQP (ce que j’ai) qui n’a pas de valeur !!

    • Manigold….je me souviens de ce qu il a pris dans la gueule à la télé face à Florian Philippot. Il a frôlé l apoplexie.

  3. Toute la vermine qui est venue d’afrique n’est pas là pour bosser mais pour faire du fric autrement, macron tête de con peut en faire venir encore plus, ce sera les mêmes mais là il seront nombreux pour bouffer notre pays si accueillant !
    Les tauliers n’ont qu’à bien payer et le jeune Français blanc ira au taf alors que le cpf lui n’ira jamais au taf, il préférera toujours agresser les Français pour les voler, c’est mieux que le travail c’est plus attractif et dans la France de macron tête de con les clandos africains ont TOUT les droits, ils le savent tous c’est pour ça qu’ils viennent en masse…

    • raslebol
      Les patrons sont malins apres la saison ils tirent le rideau apres avoir amasser de quoi passer l’hivers ….Que deviennent les saisonniers ? sont ils au chomage a la charge du con tribuable ?

  4. C’est en effet bien compliqué :
    Certains ex-employés-(salariés) se sont rendus compte qu’on pouvait mieux vivre avec les aides sociales et un petit ou moyen boulot au noir.. ils ont bien raison, mais il faudrait quand même supprimer 35 milliards d’aides sociales pour « aider un peu à traverser la rue » ceux qui se complaisent dans le système.

    Les immigrés, c’est presque 40% au chômage (ce pourquoi MLP préconisait de ne pas renouveler les cartes de séjour des étrangers chômeurs).
    Enfin, la resto et l’hôtellerie, c’est clairement du rackett au niveau des prix, il faudrait peut-être voir aussi de ce côté alors qu’ils arrêtent de se plaindre tout le temps, d’autant plus qu’il me semble que la qualité tend à baisser il va y avoir une saine régulation lorsque les revenus du francon seront baissés de 50% !!

    • Certains ex-employés-(salariés) se sont rendus compte qu’on pouvait mieux vivre avec les aides sociales et un petit ou moyen boulot au noir.., c’est vrai mais ces personnes ne peuvent pas avoir de projet même à court terme.Ce n’est ni digne, ni constructif et cela ajoute à la pauperisation de la France tant sur le social, financier et psychologique.On descend insidieusement mais on descend encore!!!

  5. A Marseille il y a des terrasses pleines de mec de 30ans a se gratter les c….lles . De quoi vivent ils ? Vous croyez que les FDS qui voient ça vont se bousculer pour 1200€ mensuel avec un studio a payer ? on appelle ça la « démotivation »

  6. Il y a en France, Europe, USA des millions de personnes qui sont sortis du marché du travail et n’y reviendront pas.
    Que font-ils ? Pourquoi ? Ce serait intéressant de le savoir. Toujours est il qu’il ne sont plus là pour nous servir, corvéables à merci.
    Disparus !

  7. Le socialisme comme seule et unique raison de ces 40 années d’échecs. L’Europe n’est pas ultra libérale, elle est ultra communiste et descendante directe de l’URSS et pratique un capitalisme de connivence comme le faisaient leurs homologues de la nomenklatura soviétique. Une fois qu’on a admis ce paradigme, on comprend mieux les situations de pénuries tous azimuts.

    • Entièrement d’accord avec Francis.J’ai toujours dit autour de moi que la France et les français ont une mentalité socialo communiste.
      Sur 100 euros que gagne un salarié du secteur privé et aussi du secteur public,l’État lui en pique pratiquement 55 %. Un État obèse,5,800.000 personnes qui sont fonctionnaires il faut rémunérer ces gens…

  8. Les salariés ou sans emploi ne font qu’optimiser les avantages du système organisé du non travail (ou les 18 heures hebdomadaires fonctionnarisées payées 42 – 13 èmes à 15 èmes mois dans certains secteurs publics) et profitent de la situation jusqu’au bout avant implosion. L’URSS s’est cassée la figure… Ici, le fruit est mûr. La reprise (des énarques) : méthode Coué…

  9. L’Etat ponctionne au maximum les chefs d’entreprise en  » charges  » et refile cet argent aux migrants assistés…Où est la place du travail dans cette histoire ? Comment, un chef d’entreprise accablé de charges peut-il payer ses employés? Ca fait des décénies que le problème des charges persiste, mais aucun président n’a été capable de le résoudre. C’est un sujet qui prouve bien l’incapacité de nos chefs d’Etat successifs. L’argent des français a toujours été très mal distribué ( et gaspillé )

    • @Prober. C’est tout à fait ça !
      D’où la pensée provocatrice d’il y a quelques années « la France a choisi le chômage ».
      Notre système, avec une fonction publique pléthorique, un niveau record de taxation, des aides sociales au coût monstrueux, ne peut que entraîner le chômage. La comparaison avec les pays étrangers qui réussissent le montre facilement.
      Mais les Français ne veulent pas toucher à leur modèle social…

  10. pénurie de main d’oeuvre mais les demandeurs d’emploi qui touchent le rsa et autres subventions ne sont pas prompts à les faire! et ça passe sans problème, ils vont même embaucher des étrangers (notamment tunisiens ) et des médecins algériens! c’est beau, c’est grand, c’est généreux la france

  11. Ce tableau brosse bien l’état des lieux. Effectivement un salarié en milieu de carrière ne peut se permettre d’exercer un travail à temps partiel comme le sont les chauffeurs de cars ou le service de salle en restauration. Il y a aussi cette mauvaise habitude de favoriser la rente au détriment du salaire…

  12. J’ai plusieurs activités, je n’ai pas à me plaindre, et j’ai voulu découvrir le secteur du transport, justement, d’enfants notamment. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que le taux horaire du smig était de 8,60€ net.
    Pour votre information les conducteurs de véhicules scolaires peuvent avoir des circuits de 1:30 le matin et Idem l’après midi. Calculez cela donne 26€ pour une journée immobilisée. Notez qu’une semaine de trois jours rapportera donc 84€.
    Il est évident que certains enfants ne pourront pas utilisé de  » taxi  » à terme.
    Seuls des préretraités corvéables et disponibles peuvent sauver ces compagnies, et ces gamins.

  13. Merveilleux système que tout le monde nous envie.
    Depuis le covid les gens n’ont plus envie de travailler. Il faut prendre rendez vous maintenant pour faire la moindre démarche administrative. Et puis, pour les 3 billions de dette à rembourser, on compte sur les immigrés.

    • Vous avez oublié 3 zéros. Ce sont 3 trillions de dette (3000 milliards, soit 12 zéros).Ils ne seront pas remboursés, ni même réduits.Cela tiendra tant que nous serons en mesure de lever assez d impôts pour payer les intérêts.

    • Quand la France sera mise en faillite (le plus tôt possible espérons le) elle n’intéressera plus les immigrés qui sont là pour les prestations sociales quasi gratuites et non pour le travail. Ce ne sont pas les immigrés qui ont construit Notre Dame et Versailles, et la France…

    • Un billion en français c’est 1000 milliards, donc c’est bien 3 billions les 3000 milliards.
      ¨Pas confondre avec l’anglais pour qui billion ça veut dire milliard.

  14. Fermeture des frontières, expulsion des étrangers en situation irrégulière, fin de l’assistanat social, développement de l’apprentissage, de l’alternance, des LP, et utilisation précise et totale des 32 milliards d’euros annuels des crédits fiscaux destinés à la formation continue. On serait déjà bien!

  15. Bonjour , je souhaitais savoir ce que faisait Alain Falento , avant il me semble que nous avions sur le coté , le curicullum V de celui qui écrit . Merci

  16. Concernant la photo qui illustre l’article: « Sauvez les bars et les restos ».
    Personnellement, ils peuvent crever! Pendant des mois ils ont joué les kapos en excluant les gens qui n’avaient pas le passe, et ils recommenceront si on leur demande.
    Dans ma région, hormis les étoilés, tout le monde sert du « métro ». il suffit de voir les fourgonnettes avec la pub du resto qui sortent de l’entrepôt…

  17. les français qui ne souhaitent pas travailler n’ont-ils pas raison ? les aides de toutes sortes pour rester chez eux ne rendent pas le travail compétitif. travailler signifie des frais de transport devenus insupportables et souvent la perte ou la réduction de certaines « aides ». souvent, en travaillant au smic ils perdraient de l’argent. les limites de l’assistanat sont atteintes

    • Vous voulez dire les « Français de gauche » et les allochtones importés, réserve électorale inépuisable (1 à 2 milliards d’Africains en réserve) de la gauche moribonde. Les autres veulent bosser et se désespèrent de 40 ans de Mitterrandisme dont le système idéologique pourri implose sous nos yeux sous forme de tyrannie avec le petit fils micron (le fils était le cap’tain’ de pédalo).

  18. pour moi c’est un faux commentaire. Le souci depuis plusieurs décennies, c’est qu’il y a trop de monde à nourrir sur cette planète. Le jour où nous reviendrons à un nombre suffisant et où la dureté de vivre après un conflit mondiale, les gens serons à nouveau content de reprendre le chemin du boulot, comme après les différentes guerres mondiales que nos parents ont connus, dont nous nous sommes issus.

    • Malthus et ses descendants marxistes-léninistes ne disaient pas autre chose. Ils sont les ascendants des écolos (dont Hiltler était) qui préconisèrent l’eugénisme et les stérilisations des populations dites « inférieures », tel le Prince Philip d’Edimbourg voulant se réincarner en virus. Ou Cousteau qui souhaitait l’avènement d’une grande pandémie mondiale pour résoudre les problèmes de surpopulation. Tous les disciples de BlackRock (Macron et Bill Gates, Soros, etc.) sont des néo nazis.

  19. c’est par-ce-que la fabrique de crétins , leur a dit avec le bac ( 97 %) vous serez tous ingénieurs ou médecins.. résultat,,,Christine, #infirmière à Melun : « les nouveaux étudiants infirmiers ont perdu tout bon sens et logique.
    Calculer le débit d’une perfusion devient un problème insurmontable quand il s’agit simplement de réfléchir…J’vous parle même pas de la règle de trois…
    du coup ils ne vont pas accepter d’être balayeur , la valeur de leur bac

  20. Rien qu’en voyant le personnel , et sans parler de l’état des arrières cuisines , je préfère manger chez moi . C’est plus naturel , plus appétissant et surtout plus propre !

  21. Macron n’a pas seulement détruit l’économie de la France. C’est encore plus grave ! On va vite s’en rendre compte. Il en a également détruit le futur car il a brisé la dynamique des jeunes envers le travail. Beaucoup n’ont plus envie de se casser le trognon pour gagner des clopinettes en constatant que des peuplades venues d’ailleurs ont qu’à tendre la main pour gagner plus qu’eux à rien foutre.

  22. Hier matin j’arrive à ma salle de sport à Villeneuve loubet. Une grosse salle de sport et je vois une femme une très vieille femme plus de 80 ans pliée sur le tube de l’aspirateur qu’elle passait ce matin là. Ça m’a choqué. Quand on sait que les jeunes surtout les chances pour la France que la gauche fait venir pour satisfaire les emploies de base que les français ne veulent plus faire soit disant… Honte à notre pays. En même temps cette vieille a du vote la gauche toute sa vie… Elle doit assumer.. Pauvre gens bien niais

  23. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cet article, à savoir que les chômeurs ont raison de profiter du système (sans préciser de l’assistanat qui leur permet de choisir leur stratégie la plus « rationnelle ») en préférant le chômage plutôt qu’un emploi rémunéré au minimum et des horaires peu intéressants. Il ne le dit pas clairement préférant dire que lesdits salariés modestes choisissent des emplois plus en rapport avec leur souhait. Contradictoire avec le taux de chômage croissant.
    La réalité est que la valeur travail n’a plus la cote, et que celle de la cosse l’a remplacé haut la main.
    Conséquence naturelle du « toujours plus » d’avantages sociaux demandés par les autochtones bien avant les immigrés.

    • Je ne l’ai ni pensé, ni écrit.
      Je parle uniquement de ceux qui se sont reconvertis et qui, visiblement, sont la majorité de ces travailleurs.

  24. Pénurie de main-d’œuvre: les macronneux (et journalopes) vous disent par ex que les restos ne trouvent plus de serveurs… Logique : est-ce-que VOUS iriez travailler comme serveur (chevronné et bilingue-trilingue) POUR LE SMIC+50€ avec des horaires décalés-délirants ? – Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres ! Et bravo à BobbyFR94 qui nous relate une situation RÉELLE : depuis 25 ans déjà, les « anciens » sont virés pour des raisons bidon concoctées de toutes pièces à cet effet, à l’âge de 45 ans ! Perspectives à ce stade: néant ! Théorie dominante: les jeunes ont le niveau de formation le plus récent donc pas besoin de former les anciens, de plus les jeunes sont « formatés » à la modestie : tout bénéf, mais les jeunes n’ont aucune expérience, pas grave, c’est les clients qui en subiront les conséquences, autant « les aider » à se conformer au moule de la désévolution… N’est-ce pas ?

    • Albert, mon cas, en tant que « cinquantenaire », est bien loin d’être isolé…

      Mon cas personnel, lui, est, par contre, bien « isolé », des gens comme moi, il y en 1 sur 1 cent mille, ou moins !!
      Je parle de gens qui, au départ, n’ont aucun bagage scolaire, à part un BEPC (à l’époque, cela signifiait savoir lire, écrire et compter très convenablement !!) …

      Né dans une famille très pauvre, ou le minimum n’était même pas assuré, j’ai travaillé 15 ans en usine, dès que je suis rentré de l’armée !! et cette expérience, les 15 ans d’usine, ne m’a bien évidemment été d’AUCUNE utilité, lorsque j’ai tout changé dans ma vie : de femme, de région et de métier !!! même les lunettes ont changée !! :-))) – mort de rires …

      C’est pour ça que je parle, dans mon autre commentaire, d’avoir « rattrapé un niveau acceptable » …

      De toute façon, je suis bien plus inquiet pour ce qui va arriver à partir de septembre prochain…

      • Répondre à BobbyFR94: Merci de votre réponse, vous n’êtes effectivement pas isolé, le système établi fabrique volontairement des situations comme la vôtre, je n’ai pas eu mon BEPC: ils m’ont dit que c’était inutile mon niveau étant bien plus élevé(…) j’ai quand même été vexé. Rassurons-nous, personne n’a voulu voir mes diplômes par la suite (étrange, non?) en fait les diplômes sont en général peu significatifs (les ingénieurs par ex sont surtout formés à devenir technico-commerciaux plutôt qu’experts en électronique, chimie ou en physique) il m’est arrivé d’avoir au telp un gars qui demandait des explications sur un concept un peu touffu: je lui ai répondu qu’il devait aller voir l’ingénieur de sa boite qui lui expliquera – il n’a rien répondu, j’ai fini par savoir que l’ingénieur de la boite c’était LUI !
        Je vais m’arrêter là, on pourra certainement dialoguer d’avantage plus tard le texte étant limité en volume ici.

  25. Je suis auto entrepreneur, l’entreprise qui m’emploie profite bien, un miséreux taux horaire, aucune contrainte administrative ni juridique pour eux, je me lève tôt et bosse dur, toujours dispo et sérieux dans mon travail… Je paye 25% d’impôts sur mon revenu, je ne suis pas protégé en cas d’ accident de travail, je n’ai pas de congés payés, pas de 13eme mois, je n’ai pas la sécurité de l’emploi… Je serais cdi au smic que je serais lieux loti. Je précise, mon patron est un millionaire, la boîte une pme et nos petites personnes (petites gens) ils s’en foutent.
    Merci quand même à la prime d’activité qui m’aide pour les impôts…j’en ai marre.
    Amitiés.

  26. COLUCHE avait parfaitement analysé et compris le système pervers où nous vivons et dans cette chanson fameuse, « Sois feignant », donne à un nourrisson la marche à suivre pour tirer son épingle du jeu:

    https://youtu.be/ECqnkrZNHLI

  27. intéressant article – réponses possibles à ce fait étrange que nous constatons tous depuis la covid … je pense personnellement que les gens n’ont plus envie de travailler : le plus d’alloc possible + un peu de job en noir + des besoins réduits ( vélo trottinette loués, … ) et une vie réduite à des longues heures chaque jour sur les réseaux sociaux … égoïstement ça leur suffit jusqu’au jour ou les pays occidentaux seront si pauvres que toute allocation sociale disparaitra

    • Toi, une chose est sûre, tu n’as jamais crevé de faim !!et tu dois avoir moins de 40 ans !!

      Je vois des gens autour de moi qui ont beaucoup de peine à s’en sortir ; il ont un travail à temps partiel, et une vie que je qualifie, moi, « de merde » !!

      Pour ta gouverne, j’ai un téléphone NOKIA, acheté il y a 4 ans…18€, NEUF !!! il fait téléphone et me permet de recevoir et d’envoyer des SMS, cela me va très bien !!

      Je n’ai plus, et depuis 10 ans, de face de bouc ; et je ne me suis jamais inscrit sur un autre réseau, genre what’s truc ou encore messenger, et autre merdes de ce type-là !!

      Mais c’est vrai que la majorité des pauvres a un smartphone (sic!) …

      Alors, arrête de dire et d’écrire que les gens « ne veulent plus travailler » !!!
      La plupart n’ont pas choisi de ne pas avoir de boulot, à part les « chances pour la France » …

  28. ( suite ) De toutes façons qd on engage qq’un il se cache ( aux toilettes par ex ) pour passer quand même le plus de temps possible sur les « rézo » … la population est droguée à l’internet … elle ne veut rien d’autre et surtout pas se battre pour autre chose

  29. Pénurie de main d’œuvre ● chômage de masse…..serait-ce par certains aspects lié à une  » prolifération de branleurs ?….c est juste une question. Merci Alain. Excellent article en tout cas🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳🥳👍👍👍👍👍👍🥳💥💥💥💥💥💥💥

    • Non Marc, ily a peu de branleurs dans les métiers difficiles. Ils sont plutôt a l université en sciences humaines.

      • Ça je veux bien vous croire Alain . J’ai vu un reportage sur le manque de main d oeuvre dans l hôtellerie et la restauration. Édifiant. Beaucoup de personnes au chômage ne veulent pas de métiers comme vous dites  » pénibles  » ou a horaires fractionnés. Que faut il faire alors. Mieux les rémunérer, sûrement. Mais est ce que ce sera suffisant? C’est lakelos….

      • Je parlais des gens réfractaires aux métiers difficiles bien sûr…..

  30. Contrairement à ce que pensent les universitaires qui classent les métiers de la restauration dans les « emplois peu qualifiés « ….ces métiers exigent , au contraire du sérieux , un savoir faire et un savoir etre , une résistance physique à la fatigue , et un réel souci de satisfaire le client ….En ce qui concerne la potentielle main d’oeuvre migrante , il ne faut pas se leurer , la plupart sont inaptes aux métiers de bouche , pour les raisons que je viens de citer auxquelles il faut ajouter les raisons sanitaires .leur emploi est soumis à des tests copro afin de déterminer la présence de germes pathogènes dans les selles ( ils sont rarement effectués !) qui les rendent inaptes !

  31. Il y a beaucoup d’hésitation chez les restaurateurs et les hôtels à recruter du personnel d’origine étrangère et on les comprend.

Les commentaires sont fermés.