1

Pénurie d’enseignants ? Mais il n’y a plus besoin de profs, dans leur école !

Pénurie de professeurs ? Mais comment ? Il n’y a plus besoin de professeurs dans l’école-garderie-centre de rééducation aux valeurs dites de la République qu’a léguée Blanquer à Pap’N’Daye ! Pas besoin d’une licence, pas besoin d’un CAPES, pas besoin d’une agrégation ! C’est fini, cette époque est définitivement révolue.

Il faut bien se mettre dans la tête que l’École dite de la République est définitivement détruite, du primaire à l’université incluse : cours supprimés remplacés par des activités basées sur les valeurs de la République au premier chef desquelles la laïcité, qui consiste à placer l’égalité des droits au-dessus des coutumes et des traditions, autrement dit, aucune spécificité, aucune identité, tout le monde est identique, et c’est ainsi que sont déversées toutes les aberrations qui vont avec : immigration sans restriction, égalité des sexes, éducation sexuelle dès l’âge de 3 ans sans finalité normative, idéologie du genre où est affirmé sans sourciller que tout être peut changer de sexe à sa guise…

Enfin bref ! tout un programme qui remplace l’histoire, la géographique, la littérature… d’ailleurs tous les manuels sont supprimés, supplantés par l’informatique, déversoir de toutes les inepties à l’insu des parents ; par ailleurs le vade-mecum de la laïcité devient la bible à laquelle doit se référer tout personnel que l’on ne peut plus qualifier d’enseignant, et c’est tellement attractif que le gouvernement trouve de mois en moins de personnels prêts à jouer ce rôle de pantin de la République ! Alors, bravo à ceux qui démissionnent !

Mais ne croyez pas pour autant que cela chagrine le gouvernement qui avait prévu, par la loi Dussopt de 2019, pouvoir « remercier » les professeurs moyennant indemnités pour les remplacer par du personnel sans qualification, recruté par les chefs d’établissement sur profil – c’est-à-dire en raison de leur ignorance et de leur faculté à courber l’échine – et il est en réalité, très satisfait d’avoir les mains libres pour recruter le personnel qui lui convient.

Que cette situation fasse prendre conscience à tous de la gravité de la situation pour l’avenir de la France car un pays ne peut pas survivre sans école, d’autant que parallèlement une politique d’éducation prioritaire et d’excellence en faveur des élèves issus de l’immigration concerne un million d’élèves.

Français, réveillez-vous ! Exigez la liberté scolaire, exigez de préserver vos enfants de ces imposteurs-destructeurs de la France pour pouvoir les scolariser dans l’école de votre choix.

Claude Meunier-Berthelot

PS. lire avec profit « Cette révolution scolaire qui tue la France » – Editions des trianons – 80 pages 11.50E – en vente dans toutes les librairies françaises (exceptés FNAC, Amazon, Cultura).