Le Père Boulad démontre la réalité du fascisme islamique

Publié le 15 juin 2015 - par - 8 685 vues
Share

decapitationsOn l’attendait avec impatience depuis un moment, voilà enfin la vidéo de la conférence du Père Henri Boulad, invité à l’Assemblée Nationale par le député républicain Jean-Frédéric Poisson le 27 mai 2015 :

https://www.youtube.com/watch?t=24&v=4kSouGyu1qUhttps://www.youtube.com/watch?t=24&v=4kSouGyu1qU

On pourra compléter par cette autre vidéo, interview par TV Libertés du 11 juin 2015 :

https://www.youtube.com/watch?t=2727&v=Ra-KmO9_XII

et par celle-ci, par l’observatoire de l’islamisation le 29 mai 2015 :

https://www.youtube.com/watch?v=BOLBl5N8Agg

Ces trois discours se rejoignent et se complètent, et sont véritablement brûlants et terrifiants. Le Père Henri Boulad est un jésuite vivant en Egypte, de double nationalité égyptienne et libanaise. Son grand-père a échappé à un massacre de chrétiens à Damas en 1860, où dix mille chrétiens ont été massacrés en une semaine. Il sait de quoi il parle quand il parle de l’islam. Ce n’est pas aux musulmans qu’il en veut, car il les connaît, les côtoie tous les jours en Egypte, c’est à l’islam qu’il en veut. Mais, dit-il aussi, s’il y a des musulmans modérés, ils ne font pas le poids.

Il ne mâche pas ses mots sur l’islam : l’islam, dit-il, n’est que fidèle à lui-même quand il est conquérant, car c’est sa nature. C’est dans ses textes. L’islam est totalitaire, suprémaciste, globalisant. C’est un fascisme. Ce n’est pas une religion, qu’on se le dise, c’est un système, une idéologie, en un sens pire que le nazisme, car l’islam se donne un aspect religieux, et il est encore plus difficile d’échapper à ce nouveau fascisme à coloration religieuse, qu’au nazisme. L’islam est violent aussi, parce que la violence est dans sa nature. L’islam utilise la dissimulation tant qu’il est en état de faiblesse, puis la violence dès qu’il est plus fort, et son but est le califat mondial.

Les Frères Musulmans tirent les ficelles. Sont-ils des marionnettes aux mains de quatre ou cinq personnes, pas plus, qui gouvernent le monde ?…Le P. Boulad laisse planer l’interrogation mais il est certain pour lui que Frères Musulmans, Daesh, Etat islamique, Al Qaïda, etc., tout cela c’est la même nébuleuse tentaculaire et très riche, très puissante. Obama lui-même a six hauts conseillers qui sont frères musulmans, si bien qu’on peut se demander si c’est Obama qui a fait venir les Frères Musulmans ou si ce sont les Frères Musulmans qui ont fait venir Obama. Et son successeur potentiel, Hillary Clinton, a aussi une conseillère qui fait partie des Frères Musulmans. Le Canada n’est pas mieux loti. Ni l’Europe.

L’islam peut-il se réformer ? Le Père Boulad pose la question dans la première vidéo, et répond négativement dans la troisième. Tous les réformateurs se sont fait exécuter, le dernier connu en date, Mahmoud Mohamed Taha, homme politique soudanais, théologien musulman libéral, a été condamné puis pendu en public en 1985 après un procès inique. L’islam ne peut pas se réformer sans se dénaturer.

En Egypte, contrairement à ce qu’on veut faire croire en France, le dernier changement de pouvoir n’est absolument pas un coup d’Etat militaire, c’est un coup d’Etat du peuple, même si les trente millions d’Egyptiens descendus dans la rue pour conspuer le gouvernement des Frères Musulmans, étaient soutenus par l’armée. Les Frères Musulmans ont été déclarés terroristes et hors la loi en Egypte mais sont toujours très présents bien que dissimulés. En France aussi la situation est grave. Dans une ville comme Roubaix, il y a seize école catholiques, dont le P. Boulad a rencontré le responsable, ces écoles ont…100 % d’élèves musulmans. Nous avons 400 zones de non-droit (dit-il, selon moi bien davantage), si ces zones, agitées par les Frères Musulmans, décident de s’embraser toutes au même moment, ni la police ni l’armée n’y pourront rien. D’ailleurs le Père Henri Boulad prévoyait l’an dernier le début de la guerre civile en France pour… 2015.

Les chrétiens d’Orient sont en train d’être éradiqués, et ils vont l’être, par une guerre à forte odeur de pétrole ou de gaz naturel sur fond financier. Il faudrait d’ailleurs prendre la défense de Bachar El Assad au lieu de lutter contre lui. Car les chrétiens d’Europe sont menacés du même sort que les chrétiens d’Orient à terme, en fait tous les non-musulmans d’Europe. Il n’y a pas de frontières pour la Ouma dans le combat qu’elle doit mener, la nation n’existe pas, seul l’islam existe. L’islam est en train de détruire Palmyre, pourquoi ne détruirait-il pas le Louvre ?…C’est en fait de toute notre civilisation occidentale qu’il s’agit.

Nos dirigeants politiques sont coupables de collaborer, de s’être laissés acheter, et nos hommes d’Eglise aussi collaborent. Le pseudo dialogue islamo-chrétien en particulier exaspère le P. Boulad, ce « dialogue » prend ses désirs pour la réalité, il n’est que mensonge et compromis, il n’est donc pas un dialogue. L’Eglise est prisonnière d’une gauche libérale, compromise dans le politiquement correct (sic) et le Pape François lui-même ne comprend rien à l’islam (resic!), surtout quand il écrit que « le véritable islam s’oppose à toute violence » (evangelii gaudium, n°253). Or le Christ a dit « la vérité vous rendra libres », il faut donc parler un langage de vérité si on veut être libre.

Le Père Boulad le dit bien clairement : il ne se bat pas pour le christianisme, mais pour notre civilisation, pour l’homme. Pour la liberté, que l’islam veut nous confisquer. Quand on pense que les 57 pays de l’OCI ont refusé de signer la déclaration universelle des droits de l’homme, et ont préféré élaborer leur propre déclaration dans laquelle tout droit ou pseudo droit doit être soumis en tout à la charia…cela ne peut que nous inciter à nous poser des questions urgentes. On peut écouter cette autre vidéo de 2009, dont la fin nous laisse tétanisés : le Père Boulad  nous dit clairement que « même si vos droits sont inscrits dans vos chartes, vos chartes peuvent changer, et elles changeront, quand l’Occident sera devenu musulman. Les musulmans les changeront ».

http://www.youtube.com/watch?v=lziFltTZdrs

Le Père Boulad explique que par le jeu d’une immigration sans contrôle, du fait de gouvernants d’une naïveté incroyable et sans conscience, par le jeu de la démographie des immigrés, et celui des conversions vers l’islam rendues si faciles (alors que dans l’autre sens on risque la mort), par l’infiltration d’agents de l’islam dans tous les rouages de la société, l’Europe court vers sa fin. Certes l’islam peut aussi imploser et s’auto-détruire par le biais d’un athéisme galopant et aussi de conversions (cachées) vers le christianisme. Si l’Europe disparaît, ce sont probablement la Russie et la Chine, pays les plus lucides, mais mal vus en ce moment par les « bien-pensants », qui prendront le relais de ses valeurs. L’heure est donc très grave. 40 % des habitants de la ville de Bruxelles sont déjà musulmans. Il est minuit moins une. Il s’agit d’un combat de la barbarie contre la civilisation, et de la civilisation contre la barbarie. Une civilisation ne tient que par ses valeurs. Or, l’Europe brade ses valeurs, la France est dévoyée par un politiquement correct absurde qui la vide de toute substance, de son identité. Rome est tombée, l’Europe peut tomber. Le monde ne s’arrêtera pas pour autant de tourner.

Par le concept d’islamophobie, créé par les islamistes pour nous paralyser, on prétend nous interdire de dire la vérité sur l’islam. On attaque le système immunitaire de la société quand on lui confisque le droit à la parole. Non seulement il faut parler, et le P. Boulad parle, et c’est un comble, il parle contre les instructions de ses supérieurs jésuites, qui lui ont dit de se taire !…Il ne se taira jamais. Mais il est temps aussi d’agir. Pour notre liberté. Il faut une mobilisation générale, une prise de conscience générale. Une responsabilisation générale devant le désastre annoncé et le danger, trop souvent nié, de l’islam pour notre civilisation occidentale, et pour nos vies.

Sophie Durand

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.