Peut-on se targuer de défendre la liberté d'expression quand on interdit Zemmour et Marine Le Pen ?

Je-suis-Charlie-Martel
Ce sont des djihadistes de confession musulmane qui ont assassiné froidement douze personnes hier. Un petit commando décrit comme aguerri et professionnel mais qui a tout de même trouvé le moyen d’égarer une carte d’identité dans une voiture et a négligé de faire un repérage des lieux avant leur action, puisqu’ils se sont trompés de numéro de rue. Des Pieds-Nickelés qui auraient pu nous faire rire si la conséquence de leur sauvagerie n’avait pas été aussi dramatique.
Curieuse aussi a été cette intervention du Raid dans la nuit où l’on voyait en direct l’action des policiers comme si on y était. Postés devant une boucherie musulmane, l’à propos de la mise en scène ne pouvait tomber mieux en matière d’amalgame. Les journalistes étaient présents, sans cordon de sécurité, semble-t-il. Sur Twitter les photos de l’action se partageaient allègrement. Il faut croire que les meurtriers n’avaient pas de smartphones à portée de main et qu’ils fumaient tranquillement leur chicha en attendant l’assaut, sans même essayer de fuir.
Assaut-raid-boucherie
Devant tant d’incongruités, la Toile a commencé à jaser, bruissant de doutes devant une mise en scène des événements pour le moins étonnante et mal ficelée, tandis qu’à la télé, certains émettaient sans le moindre état d’âme un parallèle avec l’univers des parrains de la mafia… Carrément !
Des méchantes langues disent que l’Etat, effrayé par la montée en puissance du FN, organiserait les choses de telle sorte que se créerait une surenchère avec réplique contre des lieux musulmans venant des patriotes, permettant d’une part de dédouaner très opportunément l’islam, mais aussi au final de faire des musulmans les victimes. D’ailleurs, ce n’est sûrement pas un hasard si 24 heures plus tard un kebab et une mosquée auraient été pris pour cible. Ca tombe drôlement bien dites donc !
L’odeur de Carpentras flotte encore…
On se réfèrera aux méthodes préconisées par Mahomet consistant à manipuler les gogos à condition que ce soit pour la victoire de l’islam, avec cette histoire d’imam de Pau en 2013 qui avait lui-même tagué sa mosquée pour faire croire à une agression externe, ou encore de cette petite Pakistanaise chrétienne accusée d’avoir brûlé un coran alors que c’était l’imam lui-même qui avait mis le feu à son propre livre sacré pour faire accuser la fillette, coupable de n’être pas musulmane.
A cela s’ajouterait une manipulation de masse – politique celle-là – consistant à faire entrer dans l’esprit des Français qu’il doit nécessairement y avoir une limite à la liberté d’expression, voire à la liberté tout court. En publiant les caricatures, Charlie Hebdo l’aurait quand même bien un peu cherché. C’est ce que disent en tout cas les musulmans dits « modérés ». Nous ne sommes plus très loin du délit de blasphème…
Mourir-si-dechire-un-coran
 
A la demande expresse de Marek Halter, vingt imams vont aller se recueillir devant les locaux de Charlie Hebdo afin de bien faire comprendre aux vilains islamophobes que « l’islam, ce n’est pas ça ». Plus c’est gros et mieux ça passe ! Pour la vaseline, il va falloir prévoir un large stock d’avance, l’entubage risque d’être profond…
On se demande bien ce qui se serait passé si l’attaque avait eu lieu dans les locaux de Valeurs Actuelles… N’aurait-on pas dit que c’était bien fait pour eux ? Des centaines de personnes seraient-elles dans ce cas-là sorties en masse pour aller dire leur colère sur la place de la République en hurlant, avec toute la fougue indignée et guerrière dont ils étaient capables, « libérez les crayons ! » ?
Les mêmes qui réclamaient tout récemment l’éviction de Zemmour n’hésitent pas aujourd’hui à se draper derrière la liberté d’expression qu’ils piétinaient pourtant sans vergogne quelques jours plus tôt. Il est nécessaire de maîtriser l’art de l’acrobatie quand on veut faire partie du panthéon du camp du Bien.
Une réunion de crise ainsi qu’une marche républicaine sont dans les projets immédiats du gouvernement mais il semble que le Front National ne soit convié ni à l’un ni à l’autre. Mais c’est pour la défense de la liberté d’expression, vous comprenez ?
Jean-Marie Le Pen s’interrogeait ce matin « L’union nationale inclut-elle le Front national ? ». Non bien sûr, puisque la finalité de tout cela c’est précisément d’empêcher son ascension et de victimiser les musulmans pour gagner leurs voix. Marine Le Pen ne sera donc pas reçue à l’Elysée.
Julien Dray justifiait l’opprobre par l’histoire du FN… On attendra longtemps d’en savoir plus sur cette manipulation des cerveaux gratuitement accusatoire. Accuser sans preuves reste une arme redoutable quand on a l’assurance de détenir les pleins pouvoirs.
Julien-Dray-histoire-FN
Pour résumer, nous avons donc un parti légal, donc parfaitement conforme à nos lois républicaines puisque dûment agréé par cette même République, mais qui n’a pas le droit de se trouver autour d’une table pour parler alors qu’il représente plusieurs millions de Français. Mais qu’on ne s’en inquiète surtout pas puisqu’on vous dit c’est au nom de la défense des valeurs de la République !
Entre démocratie et République… les deux semblent en instance de divorce. 
Sur Twitter, des commentaires appellent avec virulence à faire taire Marine Le Pen, à lui scotcher la bouche. Mais rassurez-vous, ceux qui réclament le silence du FN se déclarent, la main sur le cœur, absolument favorables à la liberté d’expression.
Caroline Alamachère

image_pdf
0
0