Pfizergate où la quatrième crise du capitalisme toxique USA

Nous apprenons que l’organisme d’évaluation et d’accréditation des médicaments américains (FDA) serait coupable de négligence. Nous apprenons que les études menées rapidement ont été sans doute très peu professionnelles, voire falsifiées. Nous apprenons que la thérapie imposée à quelques milliards de personne n’a pas fait la preuve réelle de son efficacité et de son innocuité. Nous découvrons qu’aucun contrôle qualité des produits n’a été entrepris par la FDA ou confié à des organismes indépendants. Nous apprenons que par l’époux de la Présidente de la Commission et ses relations avec Pfizer, la corruption serait peut-être la cause de cette folie vaccinale.

Bienvenue au pays du capitalisme toxique

C’est depuis 2001, la 4e crise majeure du capitalisme toxique made in USA. Qui a oublié l’affaire Enron ? Elle emporta la 7e capitalisation boursière américaine d’un géant de l’énergie, des matières premières et des réseaux de télécommunication ; dirigé par Jeffrey Skilling, un ancien de McKinsey, toujours dans les bons coups. Cette affaire emporta Arthur Andersen, prestigieux cabinet d’audit alors démantelé en 2002 : Corruption de l’auditeur, entente avec les banques, etc. et deux faillites retentissantes. Qui a oublié la crise financière de 2008 ? Elle passe par la corruption de la SEC (Security Stock Exchange). Les deux sociétés de crédit immobilier Freddie Mac et Fannie Mae vendaient des crédits immobiliers à des personnes peu fortunées à des taux variables scandaleux. Ces crédits étaient ensuite revendus sous forme de titres et agencés dans des produits financiers sophistiqués (toxiques). Les crédits s’envolent du fait des taux variables, les personnes ne peuvent plus remboursées. N’étant pas propriétaires, elles sont massivement expulsées. Cela conduit à l’effondrement des banques en 2008 et à la disparition de Lehman Brother. En France le renflouement d’urgence de nos banques est réalisé par le Président Sarkozy. La faillite mondiale n’était pas loin. Et tout cela par la cupidité de vendeurs de rêves, arnaquant leur client et les privant de leurs biens, puisque plus de 40 millions d’américains n’auront plus de domiciles après cette crise. Scandale planétaire où les organismes de contrôle subirent la pression. Ringards, pas assez innovants, peureux, etc. Et le bilan donnera raison à ceux qui voyaient le danger.

Les crashs des Boeing 737 Max

Pour faire des économies, pour aller vite, parce que tout est sûr, Boeing court-circuite l’organisme de contrôle d’autorisation de mise sur le marché de ses avions. Là encore, l’administration américaine, dont la FAA (Federal Aviation Administration) est accusée d’une complaisance, voire d’une collusion avec le constructeur pour autoriser les avions. Après deux crashs et plusieurs centaines de morts, de nombreux pays refusent les vols. La révolte sera cette fois-ci rapide et l’avion interdit sur une longue période ce qui coûtera au bas mot 20 milliards à Boeing. Mais là encore, corruption, collusion, court-circuit des activités régaliennes de contrôle et d’évaluation avant mise sur le marché.

A chaque fois, le mécanisme est semblable. Collusion pour ne pas dire corruption entre des entreprises et les organismes en charge d’évaluer les productions ou les services. Ces évaluateurs et les régulateurs sont ringardisés, corrompus pour libérer l’intelligence et l’innovation financière, industrielles et maintenant pharmaceutique.

Pfizer ?

En ce moment, même nous découvrons ce que nous soupçonnions pour beaucoup d’entre nous. Les mêmes arguments de vitesse, d’emprise des entreprises du fait de leur poids excessif sur des organismes de contrôle et d’évaluation défaillants a minima. Pfizer a été d’abord cupide, comme les organismes de crédit, ou comme Boeing pensant faire quelques milliards d’économie. Aujourd’hui même, en arguant toujours de la précipitation, le nouveau médicament miracle de Pfizer devrait être validé de manière express par la FDA sans aucune espèce de contrôle externe et d’études dignes de ce nom.

Les soupçons de corruption au plus haut niveau des institutions européennes commencent à prendre du crédit. Un mari très proche de Pfizer, une complicité inédite entre la Présidente von der Leyen et le président de Pfizer, et un contrat illisible transmis à un député européen roumain. L’Europe prise dans le jeu de la haute corruption dont le corrupteur est une belle entreprise made in USA qui s’enrichit sur l’argent publique européen à coup de milliards détournés pour un produit sans valeur dont nous ignorons le cout de production ?

Arrêtons ce capitalisme toxique made in USA

Combien faudra-t-il de crises majeures engageant la santé de nos économies, la santé physique de nos concitoyens et aujourd’hui une opération de politique sanitaire menée comme une course ? Ce capitalisme sans contre-pouvoir est de plus en plus dangereux, voire toxique, parce que rien ne peut refreiner la cupidité. Elle n’a aucune raison de trouver par elle-même ses limites. Il est urgent que nous y mettions un terme par des mesures d’éthique et de pacte anti-corruption. Toute entreprise qui tente de corrompre doit être démantelée et ses administrateurs poursuivis, donc les entreprises détentrices des capitaux au moment des faits doivent être poursuivies et elles-mêmes démantelés. Toute personnalité publique qui participe à des pratiques de corruption ou prise en position de conflit d’intérêt doit être écartée de toute fonction publique ou élective à vie. L’Occident s’effondre sur lui-même dans des jeux de corruption destructeurs depuis le début des années 2000. Il faut imposer aux USA un pacte anti-trust et anti-corruption à effet immédiat contre toutes les entreprises en position de monopole de fait : Google, Facebook, Amazon, Microsoft et suspendre toute relation commerciale avec des entreprises multi-condamnées devant les tribunaux américains dont quelques laboratoires. La corruption est la gangrène d’un capitalisme qui finit par préférer plus de régimes autoritaires que d’authentiques démocraties. Un projet économique et politique pour quelques candidats au présidentiel ayant du caractère.

Pierre-Antoine Pontoizeau

image_pdfimage_print
18

10 Commentaires

  1. Il paraît selon des sources pas nettes que le vaccin coûterait 1,78€ et serait vendu 30€ ? Si vous voulez la 3ème sauce demandez le brevet ! Pas de brevet déposé ? C’est à dire vous allez vous faire injecter un produit d’où on ne sait rien ? STOP  » les surprises d’analyses de sang de personnes vaccinées » 😇

  2. La composante essentielle que vous avez oubliée dans votre analyse et vos propositions (si louables soient-elles), c’est le facteur Humain et, plus exactement, ses faiblesses. Combattre la Corruption ? Avec quoi ? Avec QUI ? Des actions de démantèlement ? Des jugements ? Par des Hommes qui sont, par nature, ouverts à la corruption, qu’elle soit financière ou d’esprit. Il y aura toujours quelqu’un, à chaque étape, pour manipuler, convaincre, freiner et, au final, corrompre celui qui tente d’enrayer la machine. QUI est capable de dire NON à une valise de billets ? L’Argent et la Religion sont les pires inventions de l’Homme. Ca ne fait que 5000 ans que ça perdure…

    • ça dépend des religions!la religion que Jésus nous a enseignée n’est pas pourrie comme celle du talmud !!!

  3. Vous appelez cela du « capitalisme », ce n’en n’est pas ! c’est tout simplement ce qu’on retrouve dans le « faux protocole des sages « !!!! corruption et tout se vend, même le cul !!! (Epstein !!!)

  4. nous apprenons, nous apprenons……

    je vous crois, mais merci de donner vos sources, que l’on puisse au moins s’en servir

    vite svp !….

  5. Je suis d’accord quand vous dites que la corruption est la gangrène du capitalisme, mais pas quand vous ne pointez que les USA : cette corruption est partout. Je dirais même qu’il y a davantage de résistances à cette corruption aux USA (élection de Trump, taux de vaccination inférieur à bien d’autres pays…).
    Tous les politiciens (et hauts fonctionnaires) du monde peuvent être corrompus : et notre pays n’est pas le plus mal placé en la matière, hélas.

Les commentaires sont fermés.