Troyes : conférence de Philippe Milliau sur la réinformation

Publié le 26 juin 2015 - par - 1 140 vues
Share

TVLibertesIl n’y a pas que dans les universités que des cours magistraux sont dispensés. Les Aubois peuvent en témoigner. A l’invitation du Comité d’Action pour le Respect de l’État de Droit (CARED), Philippe Milliau (1), président de TV Libertés, est venu délivrer à Troyes une leçon magistrale sur l’état du monde et ses problématiques essentielles. Le 17 juin 2015, dans la grande salle de la Maison des Associations et face à un parterre de 130 Aubois, Philippe Milliau a axé sa conférence sur trois thèmes : Le décalage entre la situation réelle du monde et ce que rapportent les médias, l’influence et le conditionnement qui ont remplacé la politique et le conflit, la nécessaire réinformation.

Décalage entre la situation réelle du monde et ce que rapportent les médias

La démographie démentielle mondiale est un sujet tabou. C’est un « fabuleux dérapage ». Alors que des dizaines de millénaires ont été nécessaires pour que les humains atteignent 1 milliard d’individus en 1803, 12 ans ont suffi au début du XXIe siècle pour reproduire ce même nombre. Il faut noter deux grandes zones à démographie galopante : le monde musulman (dans lequel on peut inclure les musulmans immigrants en Europe), de l’Indonésie à l’Égypte en passant par le nord du sous-continent indien et surtout l’Afrique dont la population s’est multipliée par 46 en 2 siècles, passant de 100 millions à 4,6 milliards en 2100 (exemple : 13 enfants par femme au Nigeria et au nord de l’Inde). Autre sujet dont on ne parle pas en Europe : peut-on calculer le nombre de migrants qui vont déferler sur notre continent ? Le courant médiatique préfère taire ces vérités. Peut-on dire que nous luttons contre des moulins à vent ?

DSC_0007

Philippe Milliau cite l’ouvrage de Dominique Venner : Le siècle de 1914 (2) qui « a mis fin à la domination du monde par les puissances européennes continentales au profit de l’Angleterre puis des États-Unis ». A la chute de l’URSS, les USA entament 25 ans de domination mondiale mono-polaire jusqu’à l’émergence de la Chine, de l’Inde et des autres pays du BRICS (3). La moitié des échanges internationaux ne se fait plus maintenant en dollars. Qu’attendent l’Europe et le Japon pour cesser d’être inféodés à « un maître en cours de déchéance partielle ? ».

Grâce à la toile, la diffusion très rapide de l’information touche actuellement toute la planète. L’étalage des richesses fait en sorte que l’organisation de cette information s’oriente vers le modèle consumériste, donc marchand. Tout le monde aspire à un « mode de vie à l’américaine », mais à quel prix ? Ce sera au détriment de la planète qui ne peut « nourrir » de façon naturelle que 3 milliards d’hommes. Au-delà, ce sera au prix d’une « artificialisation du monde » (chimie alimentaire, OGM, manipulations génétiques, semences transgéniques de Monsanto etc.). Et qu’est-ce que ce sera avec 12 milliards d’hommes ? Les transformations anthropologiques proposées par nos progressistes (PMA, GPA, théorie du genre) mènent « vers un monde artificiel dont l’homme, après avoir assassiné la nature, sera la dernière victime ».

On nous rebat les oreilles en Occident avec : « L’individu est roi », mais on tait « Le financier est empereur ». Les activités humaines ont évolué à travers les âges mais sont restées « enracinées dans les peuples et les cultures ». Mais voici qu’ « une association d’apparence curieuse et fort efficace, entre les théories post-soixante-huitardes (issues des campus américains) et l’évolution vers le mondialisme, a abouti à la financiarisation du monde et au transfert du pouvoir politique vers les [entreprises] transnationales ». L’individualisme du « moi d’abord » et la « ruine des libertés collectives » ouvrent « le poulailler au renard financier ». Cela explique en partie le chômage de masse, la non imposition sur les bénéfices des transnationales et les capitaux spéculatifs. La majorité des emplois n’est plus dans l’industrie mais dans les services, les produits dérivés de la finance représentent 10 fois l’économie réelle, les usines sont reprises par les fonds de pension et la finance. L’individu est réduit au statut de consommateur. La crise de 2008 et celle qui pointe à l’horizon « vont-elles remettre en cause ce système qui a perdu tout sens de la mesure ? ».

Enfin, les grands sujets politiques fondamentaux ne sont presque jamais mis en perspective pas les médias dominants : Qui suis-je ? D’où je viens ? Quelle est ma culture ? Quelle est mon appartenance ? La migration des capitaux empêche l’investissement sur place. Pour un peuple, l’immigration sape la pérennité de son propre mode de vie sur son propre sol. L’Europe est constituée de 1/5e d’étrangers, de 2/5e d’individus de souche non européenne, d’où un problème d’identité collective.

L’influence et le conditionnement ont remplacé le politique et le conflit

Les Américains n’ont pas oublié le « hard power ». Leur complexe militaro- industriel en est la preuve. Ils suivent l’adage bien connu : « Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ». Et Philippe Milliau, clairvoyant, constate : « Nous n’avons plus de souverains, de chefs de guerre, de diplomates, de grands politiques ; il reste de minables politiciens sans perspectives stratégiques ni capacités souveraines, encadrés pas des lobbyistes et des médiacrates. Sages et philosophes, artistes et écrivains sont remplacés par des amuseurs, des propagandistes et quelques cultureux dépourvus de tout talent ». Quand on pense que Bruxelles abrite 4.000 agents d’influence anglo-saxons, 400 allemands … mais seulement 40 français, on comprend pourquoi les décisions législatives profitent d’abord aux USA,  accessoirement à l’Allemagne et que la France n’a que des miettes..

Les nouveaux puissants du monde, ce sont les lobbyistes, les publicitaires, les journalistes qui, tous, tirent leur riche subsistance de la grand finance. La boucle est bouclée.

Philippe Milliau cite quelques exemples révélateurs dans le choix des mots : qui discute de l’islam devient « islamophobe », qui discute du mariage pour tous devient « homophobe ». En médecine, la phobie est une forme de maladie mentale, « une folie » dit-il, c’est donc une pensée nauséabonde, donc qui sent mauvais. Celui qui la propage devient « sulfureux », comme Eric Zemmour (car le soufre pue et brûle). Celui qui désigne un coupable ou un groupe « stigmatise », donc blesse et torture.

Avec tout cela, le débat est clos, point barre. Mais pour s’en sortir, une seule solution : La réinformation.

TV LIBERTES004

 

La ré information

De nombreux sites ont vu le jour ces dernières années grâce à l’espace de liberté que nous offre internet. Il y a là, dans l’internet, des sources utiles d’analyse, de tri de l’information, de critique pertinente et parfois des articles originaux.

Nous reproduisons enfin une note préparée par Philippe Milliau à l’intention du CARED et qui détaille les perspectives de TV Libertés :

« TV Libertés (3) dont je désire vous parler maintenant a été conçue avec une autre ambition. Créateur de contenus, mais pas seulement, diffuseur de ses vidéos mais pas seulement. En fait, l’amorce d’une vraie télévision alternative. Depuis 16 mois, c’est en moyenne deux heures par jour d’enregistrements nouveaux, un journal télévisé quotidien disponible à partir de 19 H. Une qualité professionnelle reconnue permet à TV Libertés, diffusé par internet sur le site tvlibertes.com et repris par YouTube, d’être regardé aussi sur grand écran (si votre téléviseur est « connecté » et moyennant un raccordement). L’évolution rapide des techniques permet de penser que l’interconnexion internet/téléviseur/téléphone portable/écran de voiture/autres écrans se généralisera progressivement.

Portée par une association, et reposant pour le moment exclusivement sur des dons, TV Libertés est réellement indépendant de toute pression publicitaire ou financière. Ses studios, installés aux portes de Paris ont déjà accueilli plus de 1 000 personnalités du monde de la culture comme de la politique, de l’entreprise ou de l’armée.

En constante progression, sa diffusion comporte, par exemple pour la semaine du 8 juin 2015, les chiffres suivants : 200.000 visiteurs uniques via le site, en direct, en différé et en reprises : près de 400.000 visites Facebook . 130.000 Visites Twitter. Ces chiffres, encourageants, nous placent cependant, encore loin des chaines mainstream.

Contre-propagande indispensable, liberté de pensée chérie, certes, mais comment développer cet outil exceptionnel au service de la renaissance de notre civilisation ? Elle peut se faire en 3 étapes :

 

  • regarder TV Libertés, commenter, et partager avec vos connaissances et vos proches ce qui vous a intéressé
  • devenir donateur de TV Libertés, grâce à la rubrique « Don » du site. A titre indicatif, un don de 150 € vous revient à 50 € après réduction de vos impôts (si vous en payez bien entendu). Et un prélèvement mensuel de 30 € revient à 10 €, soit, en un an, moins que la redevance télévisuelle !
  • devenir ambassadeur ou journaliste régional et, ainsi, développer localement l’impact et trouver des ressources mais aussi apporter informations et reportages ».

Pour conclure, Philippe MILLIAU a souligné la grande confiance qu’il avait dans les capacités des Français et des Européens à créer les conditions d’une nouvelle renaissance. Ce sont nos savants, nos philosophes, notre génie qui, très certainement, ouvriront les voies pour le monde qui vient et trouveront les solutions aux problématiques du monde actuel.

A la fin de la conférence et pendant 30 minutes, Philippe Milliau a répondu à des questions pertinentes de l’assistance. Il a été chaleureusement applaudi et une vingtaine de personnes se sont amassées devant la tribune pour poursuivre une conversation en petits groupes et en souhaitant à TV Libertés un plein succès et un grand essor médiatique.

Bernard Dick

(1) Philippe MILLIAU, diplômé de HEC, a été chef d’entreprises (de petite ou moyenne taille) et a exercé trois mandats de conseiller régional, un de conseiller municipal ; il a présidé aux destinées de la commission du développement économique et de l’emploi d’Ile de France entre 1986 et 1992.

(2) Dominique VENNER, Le siècle de 1914, Utopies, guerres et révolutions en Europe au XXe siècle, éd. Pygmalion, 2006

(3) BRICS est l’acronyme en anglais pour désigner un groupe de cinq pays qui se réunissent en sommets annuels : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud

(4) Pour regarder : www.tvlibertes.com

Pour écrire par courriel : contact@tvlibertes.com

Pour envoyer un don, ou une lettre :

TV Libertés, BP 400 35, 94271 Le Kremlin Bicêtre Cedex

Pour téléphoner : 06 77 60 24 99 ou 01 43 90 51 30

 

Au 24/06/2015 : nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

TERRORISME 26198 ATTAQUES-24-06-2015

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.