Pierre Manent : l'islam pose problème, soumettons-nous !

PierreManentDans un essai intitulé Situation de la France, le philosophe Pierre Manent (1) a su voir les problèmes que pose la présence de l’islam sur notre sol, et, par suite, les difficultés d’intégration des musulmans qui, non seulement « ont un besoin naturel  d’exprimer  leur foi religieuse dans l’espace social », mais encore « des mœurs constitutives de leur être social ».

Voilà pourquoi, aujourd’hui, « nous ne pouvons pas dire que nous observons une accélération du phénomène d’assimilation ou de conformation aux mœurs occidentales ». Ce que nous observons, c’est, au contraire, « une extension et une consolidation des mœurs musulmanes », l’islam apportant « une consistance sociale forte, un sentiment d’appartenance très fort, qui nécessairement le séparent plus ou moins du reste ». Or, « des mœurs différentes font des groupes distincts. C’est ce que l’on désigne sous le nom de communauté ou communautarisme ».

D’où la question de Pierre Manent : « Comment répond-on à ce communautarisme », tout en sachant qu’« il y a un certain degré de communautarisme social qui est incompressible »? 

Et la réponse fuse : « En acceptant  franchement les mœurs des citoyens musulmans », à l’exception du voile intégral et de la polygamie (sic) !

Evidemment, une telle acceptation n’est possible que si les musulmans « entrent dans une réflexion non pas simplement axée sur des demandes adressées au pays (…) mais aussi sur ce qu’ils comptent faire pour lui (…) et sur ce qu’ils attendent de ce pays ». Autrement dit, il faut « faire entrer davantage les musulmans dans l’espace civique » (resic) !

D’où la nécessité d’un nouveau compromis entre les citoyens français musulmans et le reste du corps civique, ce qui signifie réviser la loi de 1905 (ben voyons !), car ne pas la réviser, c’est demander aux musulmans « de renoncer pratiquement à la plupart de leurs mœurs et habitudes sociales et morales », alors que la réviser, c’est leur permettre de devenir des individus « comme les autres », « malgré leurs mœurs différentes ».

Et voilà comment l’intelligence philosophique de Pierre Manent enfante des énormités ! Car enfin, ce n’est pas aux lois françaises de s’adapter aux musulmans vivant en France, mais bien aux musulmans vivant en France de s’adapter aux lois françaises.

Alain Mimoun l’avait compris, lui. Il est vrai qu’il avait eu la chance de ne pas faire de philosophie !

Maurice Vidal

(1) Pierre Manent, né en 1949 à Toulouse, est un philosophe et professeur de philosophie politique français.

image_pdf
0
0

28 Commentaires

  1. Et voici, Manent et Minc, les nouveaux islamo-collabos adeptes de la soumission immédiate ! Houellebecq et Sansal dépassés et renvoyés à leurs calendes !
    Ces dhimmis n’ont pas retenu la leçon d’Esope dont la fable « le laboureur et le serpent » montre que la perversité ne change pas, quelque bonté qu’on lui témoigne.
    Ainsi, Esope conte qu’un laboureur ayant eu pitié d’un serpent raidi par le froid, le ramassa et le mit dans son sein. Le serpent alors réchauffé, reprit son naturel, frappa et tua son ­­bienfaiteur, qui, se sentant mourir, s’écria :
    « Je l’ai bien mérité, ayant eu pitié d’un méchant. »
    Et voilà, la version des nouveaux affabulateurs, Manent et Minc, qui ayant été abusés par la taqiya des musulmans, les admirent sans contrainte dans la République. Les ­­musulmans alors bien installés reprirent leur naturel, frappèrent les mécréants et tuèrent la démocratie qui, se sentant totalitairement islamisée, s’écria : je l’ai bien mérité, ­n’ayant ­pas lu le coran.
    Et les affabulateurs islamo-collabos, Manent et Minc, n’ont tiré aucune leçon de la fable de Jean La Fontaine, « le villageois et le serpent », critiquant Esope pour sa consternante passivité : « Esope ­conte qu’un Manant (un précurseur), charitable autant que peu sage », en éliminant l’animal agresseur qui voulait se retourner contre son bienfaiteur, et en moralisant par la question : « il est bon ­d’être charitable, mais envers qui ? C’est là le point ». (toute prémonition godwinienne mise à part).
    Et très justement dans l’hebdomadaire Le Point, Pascal Bruckner s’indigne de cette « grande leçon de défaitisme », cette « reddition en pleine campagne » pointant là le désarroi intellectuel qui préfère « le triomphe du fanatisme à la mode coranique que la perpétuation de ce monde sans Dieu ».
    Nous les préserverons du sabre coranique,
    pour l’échafaud de la République.

  2. Ce type est malade ! Je n’accepterai jamais l’islam! Jamais ! Et parler de « français » en ce qui concerne ces gens qui ne sont français que de papier, beaucoup ne parlent même pas correctement notre langue, est une aberration mentale. Est-ce eux ou leurs ancêtres qui ont construit les cathédrales ? Qui ont donné au monde les splendeurs de Versailles ou de Chambord ? Qui ont donné au monde des peintres, des musiciens, des sculpteurs, des écrivains, des philosophes ? Eux, c’est leur coran, leurs idioties religieuses, leur loi implacable, en un mot…leur bêtise crasse ! Alors, P. Manent peut aller se faire voir !

  3. Des malades gravement atteints, à interner d’urgence. Très bonne idée de faire référence à Alain Mimoun, qui lui respirait la France à toutes les minutes de sa vie !

  4. Ce que nous observons, c’est, au contraire, « une extension et une consolidation des mœurs musulmanes » justement parce que nous n’avons pas fait ce qu’il fallait depuis le début mais il n’est jamais trop tard et s’il croit qu’on va renoncer il se trompe. En ce qui me concerne je n’accepterai jamais les moeurs musulmanes car je connais exactement les buts de l’islam.J’ai bien peur que seules des mesures radicales, peut-être une guerre ou une dictature, pourraient inverser la courbe de l’évolution mais je crois que je préférerais ça plutôt que de voir des gens qui suivent une idéologie fasciste , qui pratiquent une fausse religion, nous imposer leurs lois sous prétexte qu’on ne peut pas les empêcher de croire à leurs corâneries. Nous sommes chez nous et il va falloir l’affirmer plus fort qu’eux. Aucun de ces immigrés même de troisième génération qui ont le plus souvent encore double nationalité ne viendra me dire qu’il est plus français qu’un français qui n’a qu’une patrie. Ces immigrés ne sont que des français de papiers tant qu’ils n’adoptent pas la culture française, la langue française et les valeurs de notre pays et qu’ils ne renoncent pas à leur autre nationalité. C’est trop facile!

  5. Ce que pense et dit cet hurluberlu n’a absolument aucun intérêt. Mais on peut en parler, on parle bien des fientes de pigeons qui dégradent les monuments et celles des chiens dans lesquelles on marche. C’est du même niveau

  6. Bien quintelligent peut être et érudit certainement ,ce type est un grand malade masochiste qui préconise la soumission et à terme la disparition de la France.
    Plutôt crever mais debout et encore libre.

  7. Alain Mimoun était CHRETIEN et fier de l’être comme ses ancêtres le furent avant d’être islamisés de force : l’islam ou le sabre (bezef). Alain était un homme bon, courageux et un amoureux de la France, sa patrie. Merci Monsieur Mimoun.

  8. Pierre Manent pose le bon constat : l’assimilation d’une population suivant à la lettre un texte sacré dont nombre de points contreviennent à la lettre et à l’esprit des lois occidentales échouera forcément. Les arabes réellement assimilés sont tous des ex-musulmans.

  9. J’oubliais l’aspect « morpho » de ce pauvre type….Il se dit philosophe ou plus simplement prof de philo ??? je pense qu’il aurait fait une meilleure carrière, avec sa face d’ahuri, comme arrière plan de Chantal Goya.
    Quand je pense que des types comme ça on une tribune !!!!!! aussi néfaste que des cohn bendit ou autre jack lang !!!!!!!!

  10. Il a ceci de commun avec un certain BHL qu’ils sont tous les deux peut être philosophes (c’est quoi un philosophe ?? quelqu’un qui écrit « SES » fantasmes) mais sûrement et certainement crétins !!! Quand ce Manent comprendra l’islam il sera autorisé à émettre un avis… En attendant qu’il s’occupe d’écrire sur la réalité comparative entre l’arachno-coït et la mamoutho-copulation en période de glaciation.
    La réalité humaine échappe à ses paralysés autoformes! Et leur prétention est aussi inutile qu’agaçante !

  11. Méconnaissant totalement l’islam (haine, racisme, misogynie, violence, envahissement, démographie etc.) il nous propose une fuite en avant : la capitulation. Pour un qui aime la sagesse (Philaé Sophia) nous nous aimons La Patrie (Philaè Patria). NOUS NE CAPITULERONS PAS !

  12. Réponse de Manent: En acceptant franchement les mœurs des citoyens musulmans », à l’exception du voile intégral et de la polygamie.
    C’est bisounours à souhait. Quid de l’appel au meurtre des juifs, chrétiens ou apostats écrit noir sur blanc dans le coran ? Ici il ne s’agit de moeurs mais d’un ordre donné par allah.
    L’islam est totalement incompatible avec nos sociétés occidentales et ceux qui défendent l’islam devrait trouver leur bonheur dans un des 57 pays de l’OCI. Bon voyage sans retour Pierre Manent.

  13. J’ai été il y a bien longtemps une fidèle lectrice de Raymond Aron, notamment de son livre « plaidoyer pour l’Europe décadente » dans lequel il procédait à une analyse fine des processus internes à la société qui la rendait « sans défense ».
    Pierre Manent a été souvent présenté comme le successeur de Raymond Aron.
    En lisant un article sur son dernier livre, je me suis dit que je n’avais pas compris ce qu’il préconisait car je raisonnais encore sous l’ombre de Raymond Aron, qui n’a jamais conseillé de baisser sa garde, les valeurs en cause (liberté) ne lui ayant jamais paru négociables.
    En découvrant que je ne me suis pas trompée en lisant la présentation du livre de Pierre MANENT, je réalise que non seulement il ne peut pas être le successeur de Raymond Aron mais qu’il est plutôt dans le chemin de la trahison intellectuelle.
    L’analyse des problèmes induits par l’ISLAM est globalement correcte. Mais la véritable tache d’un intellectuel, un vrai, est aussi de dégager des solutions.
    A cet égard, Pierre MANENT prépare purement et simplement les obsèques de la civilisation française. La question est dès lors de savoir quel est le processus intellectuel particulièrement pernicieux qui a pu le conduire à proposer le début d’un parcours de soumission. Quel est son environnement? Dans quel monde vit il? Est il à ce point perdu dans un monde privilégié qu’il ne voit pas la gravité de la menace?

  14. Plus Cons que Pierre Manent et BHL, tu meurs !
    C’est là que j’aimerais voir Michel Onfray faire une réponse à la soumission proposée par Manent !

  15. Et bien voilà, nous y sommes…
    On croirait la 4ème de couverture de Houellebecq. « Soumission » sous de faux airs à buts commerciaux, était très politiquement correct, semble-t-il ! Un simple constat en quelque sorte. Pas de révolte, pas de remous. Un scénario « gentillet » apte à émoustiller la gauche collabo !…

  16. Mais qu’ adviendra-t-il des lois française quand les Français de souche européenne, non musulmans et réfractaires à la conversion à l’islam, seront minoritaires ? Ce qui ne saurait tarder au train où vont les choses…… C’est sans doute à cette situation que pense ce manant de Manent….

  17. Article alliant comme toujours avec brio la concision et la précision. En effet l’ouvrage « Situation de la France » démontre que son auteur, même si des évidences ne lui échappent pas, n’a rien compris, ni, précisément, de la situation dans laquelle se trouve la France, ni sur ce qu’est l’Islam.

    • J’ai trouvé au contraire le diagnostic de Manent assez lucide: l’assimilation à l’ancienne, ça ne marche plus. Par contre, la thérapie proposée est discutable, c’est un euphémisme.

    • il leur faudra réapprendre à vivre sans les générosités des mécréants car tout se sera effondré sous leur grande bêtise.

  18. Au palmarès des solutions les plus crétines, celles-ci se classe remarquablement bien.

Les commentaires sont fermés.