Pio Moa : Franco a sauvé l’Espagne de la dictature communiste

Quelques mots sur la guerre d’Espagne.

«… Les Socialistes espagnols, longtemps avant l’intervention militaire de Franco, avaient déjà poignardé la République. Dès 1933, leur leader, Largo Caballero, avait fait le choix de tourner le dos à la démocratie en prônant la « révolution socialiste et sanglante ; une révolution qui ne se fera que dans la violence ! »…Dans une Espagne en paix, les Socialistes avaient fait distribuer des milliers d’armes pour préparer le grand soir ibérique… Chaque jour les milices socialistes faisaient abattre des ennemis de classe : ouvriers, paysans, bourgeois, catholiques, et des parlementaires de droite !

Tout cela relativise un peu le coup de force d’un Francisco Franco, général légaliste, qui avait déjà refusé par trois fois de tremper dans un coup d’état… »                                                 (Eric Brunet).

 

Combien de fois me suis-je fait agonir pour avoir osé écrire que le général Franco avait sauvé le catholicisme espagnol de la « terreur rouge » ; c’est pourtant la vérité, mais il ne faut pas le dire.

Et voilà qu’en pleine chaleur estivale, un orage a éclaté au sein de la bien-pensance française.

Un livre, paru en Espagne en 2003, il y a presque 20 ans, vient d’être traduit en français (1).

Et un entretien avec l’auteur, Pio Moa, a été publié dans « Le Figaro Histoire », suivi d’une vidéo d’Isabelle Schmitz qui a déjà récolté… 1,2 million de vues.

« L’Humanité », torchon communiste, a réagi violemment. Puis « Libération » et « Le Canard enchaîné » ont fait de même. Les révélations de Pio Moa ont surtout ébranlé la France de gauche.

La droite molle, elle, savait mais préférait raser les murs, comme elle le fait depuis 1945, pour ne pas se faire traiter de fasciste. À gauche, le choc peut se comprendre : on lui apprend que tout est faux, tout est mensonger, sur les enjeux de la guerre civile espagnole.

Celui qui en apporte la preuve n’est pas un odieux nostalgique de Franco, bien au contraire, Pio Moa a été jadis un combattant antifranquiste virulent.  Et que dit cet historien dont les écrits soulèvent, en Espagne, autant d’enthousiasme (2) que de cris d’orfraie haineux ?

Il dit que Franco ne s’est pas  soulevé contre la démocratie car la démocratie n’existait pas en Espagne. Comment aurait-elle pu exister après les élections remportées de façon frauduleuse par le « Fronte Crapular » en 1936 ? Elle n’existait pas parce que les socialistes s’étaient soulevés deux ans plus tôt pour faire triompher la révolution bolchevique (mais qui ne réussit que très brièvement dans les Asturies). Les leaders socialistes affirmaient constamment leurs buts révolutionnaires et Largo Caballero, le Lénine espagnol, déclarait en février 1936 : « Aussitôt que le gouvernement Azaña sera tombé, il y aura en Espagne une république soviétique. » Au moins, c’était clair !

À la veille de la guerre civile, la révolution (communiste, soviétique, socialiste ?) était sur le point de s’abattre sur l’Espagne. Seul un soulèvement militaire a pu l’empêcher, certes au prix d’une terrible guerre civile où des crimes ont été commis des deux côtés, comme hélas dans toute guerre fratricide. Les historiens franquistes l’ont toujours affirmé mais personne ne voulait les croire.

À commencer par la droite libérale espagnole, aussi lâche, aussi veule, que la nôtre.

Elle a préféré tendre la joue à ses ennemis d’hier en tentant, sans succès, une réconciliation entre les deux Espagne. Elle est allée à Canossa par peur d’être jugée trop à droite, et elle a voté aux Cortès une déclaration condamnant le soulèvement militaire de Franco.

La gauche, de son côté, a toujours refusé toute tentative d’oubli ou de réconciliation.

La persécution idéologique qu’elle mène depuis la mort de Franco pour imposer SA vision du camp du Mal, va très bientôt être doublée (dès l’entrée en vigueur d’une loi scélérate dite « de la mémoire démocratique ») d’une persécution juridique contre tous ceux qui oseraient dire du bien du régime franquiste honni. Je suppose que Pio Moa devra bientôt raser les murs ?

En France, on connaît ça depuis longtemps : il est fortement déconseillé de sortir de la doxa officielle pour parler de Franco, Pétain ou Pinochet. Éric Zemmour en a fait les frais !

Dans l’inconscient collectif des Français, intoxiqués et matraqués en permanence par une presse totalement acquise à la gauche, la guerre d’Espagne – de 1936 à 1939 – c’est l’escadrille de Malraux, c’est Hemingway, ce sont les républicains et démocrates de tous les pays qui s’enrôlaient massivement dans les « Brigades Internationales » pour lutter contre la « peste brune » incarnée par les troupes franquistes.

Les républicains étant le camp des justes et celui des nationalistes, le mal absolu car allié à l’Allemagne d’Hitler et à l’Italie de Mussolini. C’est l’éternelle vison binaire de l’histoire !

Je n’ai jamais pris le « Caudillo » pour un enfant de chœur, mais, que cela plaise ou non, la vérité sur la guerre d’Espagne est plus nuancée que le récit idéalisé qu’on nous sert  depuis des décennies : au lendemain du 17 juillet 1936, les organisations dites « prolétariennes », (communistes et anarchistes) prennent le pouvoir dans les villes et dans les campagnes.

En Catalogne et en Aragon, malgré les consignes de la Confédération nationale du travail (CNT), l’économie est collectivisée par les militants de base. En Andalousie, des groupes anarchistes décrètent l’abolition de la propriété (et même l’abolition de la monnaie).

Des milices socialistes, anarchistes, communistes, apparaissent dans tous le pays.

Parmi les violences commises durant la guerre d’Espagne, les attaques contre le clergé ont causé un traumatisme dans ce pays très christianisé. Pour l’historien Guy Hermet (3), le massacre des prêtres espagnols représente « la plus grande hécatombe anticléricale avec celles de la France révolutionnaire puis du Mexique d’après 1911 ». Des groupes anarchistes s’en prennent à des prêtres et à des églises dès les premiers mois de la guerre civile.

L’historien Antony Beevor(4) cite le chiffre de 13 évêques, 41 814 prêtres, 2 365 membres d’ordres divers et 283 religieuses, pour la plupart tués au cours de l’été 1936.

Des exactions sont commises en Aragon, en Catalogne et à Valence, où des églises sont incendiées et vandalisées. Des prêtres sont brûlés vifs dans leurs églises, des religieuses violées dans leur couvent, et on signale des dizaines de cas de castration et d’éviscération.

Rapporté aux effectifs du clergé espagnol, le nombre de victimes représente 13 % des prêtres diocésains, 23 % des religieux et 3 à 4 % des religieuses. Ces pourcentages, qui comptabilisent l’ensemble du territoire espagnol, sont largement dépassés s’agissant de la seule zone « loyaliste » : les assassinats de prêtres concernent 87,8 % de ceux du diocèse de Barbastro et 63,5 % de ceux du diocèse de Lérida. D’autres diocèses perdent 30 à 50 % de leurs prêtres, parfois plus.

Autour de Barcelone, où les anarchistes sont maîtres de la rue, les massacres commencent dès le 19 juillet : des groupes de prêtres, parfois capturés dans leurs cachettes, sont fusillés jusqu’en mars 1937. Et des assassinats se produisent jusqu’en avril et mai.

Les incendies de bâtiments religieux se multiplient dans la région, et seule la cathédrale de Barcelone échappe au feu et aux déprédations. La « Sagrada Família » en cours de construction est endommagée par des vandales ; les maquettes et plans de l’atelier de l’architecte Antonio Gaudi sont détruits. Dix mille volumes précieux de la bibliothèque des capucins de Sarria sont volés ou incendiés.

Mais la « terreur rouge » n’a pas concerné que des prêtres. Dans plusieurs grandes villes, où socialistes et communistes dominent, les partis et syndicats de gauche réquisitionnent des bâtiments et créent des « commissions d’enquêtes », connues sous le nom de « checas » (en référence à la tchéka soviétique) : des franquistes sont traînés devant des « tribunaux populaires », quand ils ne sont pas froidement abattus sans jugement.

« Mieux vaut condamner cent innocents que d’absoudre un seul coupable », déclarait Dolorès Ibarruri, la « pasionaria » communiste espagnole. Des monarchistes, des personnalités de droite, des officiers demeurés en zone républicaine après l’échec du coup d’État, sont tués sans jugement ou après des simulacres de procès : 1 500 officiers sont abattus sans jugement sur les arrières du front.

Madrid connaît une vague de meurtres politiques ou supposés tels. Dans la nuit du 22 au 23 août, une foule prend d’assaut la prison Moledo : une quarantaine de prisonniers politiques, des notables de droite et d’anciens ministres, sont massacrés lors de « sacas de presos ».

Début novembre 1936, à l’approche de la conquête de Madrid, entre 2 500 et 2 750 détenus politiques sont fusillés lors du massacre de Paracuellos, qui représente l’apogée des « sacas » envers les prisonniers politiques. Cet épisode sordide et peu connu mérite qu’on s’y attarde :

Le 7 novembre, la guerre est aux portes de Madrid. La capitale est remplie de journalistes et d’écrivains, anglais, américains, français. Le Komintern a compris tout l’intérêt qu’il pouvait tirer de la mise en scène de la chute de Madrid. Santiago Carrillo, conseiller à la sécurité intérieure, va planifier l’impensable :

La liquidation en masse, sur une durée de deux mois, de tous les « suspects » emprisonnés à Madrid. Plusieurs dizaines de milliers d’Espagnols vont être arrachés à leurs cellules et dépouillés de leurs objets personnels : des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, des prêtres, des intellectuels… Tous des civils arrêtés quelques semaines plus tôt par les terribles tchékistes au motif qu’ils auraient caché un frère, ou parce qu’ils avaient été raflés dans une église.

Les prisons de Modelo, de Ventas, de Porlier, de San Anton, vont ainsi être « évacuées » selon la même procédure officielle, sur l’ordre d’un gouvernement soutenu par Léon Blum.

« On va lier les poignets des prisonniers avec du fil de fer. Les détenus, hommes, femmes et enfants, vont ensuite être embarqués dans les célèbres bus à impériale de Madrid… Chaque bus sera escorté par une vingtaine de miliciens. Destination : le village de Paracuellos. D’importantes fosses ont été préalablement creusées… Par groupe de 30, les détenus sont poussés au bord des fosses puis mitraillés par des volontaires… Au fond de la fosse, un milicien républicain les achève d’un coup de revolver dans la nuque. Lorsqu’une fosse est pleine (environ 1500 corps), elle est recouverte de chaux… On parle de 11 000 corps de civils dans ces charniers de Paracuellos… » (5).

D’autres villages vont connaître le même destin que Paracuellos : Bobadilla, Alarcon… etc.

Après cet épisode tragique, les violences politiques tendent à diminuer. Elles s’apparentent à une répression de type stalinien, avec tortures et assassinats commis par le « servicio de información militar », police politique de l’armée populaire. Les victimes n’en sont plus uniquement des hommes de droite : l’épuration vise aussi les factions minoritaires de l’extrême gauche espagnole, qualifiées de « fascistes ». Parallèlement, une « guerre civile dans la guerre civile » se développe dès 1937, avec les conflits entre républicains. Des affrontements, meurtriers, entre communistes et anarchistes en Catalogne s’achèvent, en mai 1937, par la victoire des communistes.

Juste à la fin du conflit, aura lieu une deuxième guerre civile interne au camp républicain, durant des combats opposant, à Madrid, des communistes et des anarchistes. Les exactions commises durant la « terreur rouge » ont touché l’ensemble du territoire républicain, mais leur répartition fut inégale.

Les régions touchées par la crise économique sont celles qui ont connu le plus de violences, notamment en Vieille-Castille, où 2000 personnes ont été tuées. Certaines régions d’Andalousie ont connu de véritables carnages. À Malaga, le bombardement d’un marché entraîne une vague de répression en juillet : des suspects sont traînés hors des prisons pour être massacrés. La plus grande partie de la Catalogne est affectée par la terreur : dans les derniers jours de juillet, le passage des colonnes anarchistes est accompagné d’exécutions dans plusieurs villages.

Des listes noires de notables, de prêtres et de franquistes sont dressées et des « brigades spéciales » s’emploient à les retrouver. Ils sont aussitôt passés par les armes.

À Figueras, patrie de Salvador Dali, les anarchistes font exécuter 14 personnes détenues dans la prison et incendient le couvent des religieuses françaises. 250 prisonniers transférés, par train, depuis la prison de Jaén – dont le doyen de la cathédrale – sont assassinées durant le trajet.

Le gouvernement de Largo Caballero, arrivé au pouvoir en septembre, prend des mesures fermes pour rétablir l’ordre et la loi, aboutissant à une diminution des pillages et des assassinats.

Les atrocités des républicains finissent par heurter une partie de l’opinion, espagnole mais aussi étrangère. En France, le gouvernement de Léon Blum réfrène et tempère ses sympathies pour les républicains et s’aligne sur la politique non interventionniste du Royaume-Uni.

Ce n’est qu’à partir du bombardement de Guernica en avril 1937, et du battage médiatique fait autour, que l’opinion internationale bascule en faveur de la République espagnole.

Après la guerre, Franco fit construire un mémorial en hommage aux morts franquistes : « El Valle de los Caídos » (la vallée de ceux qui sont tombés) dans la vallée de Cuelgamuros. En 1958, le Caudillo décida d’en faire un mausolée dédié à l’ensemble des combattants morts y compris les républicains. En octobre 2019, les socialistes exhumaient la dépouille de Franco d’« El Valle de los Caídos » : 80 ans après, les vaincus de 1939 se vengeaient sur la dépouille du vainqueur !

« La vengeance est un plat qui se mange froid », c’est bien connu…

Pour conclure, je voudrais  dire mon mépris pour ces Français souvent aisés – ancêtres de nos « bobos » de la gauche caviar – qui, du temps de Franco, rentraient bronzés de leurs vacances en Espagne et, à peine  arrivés en France, décrivaient avec moult détails l’« enfer franquiste ». En 1975, année de la mort du « Caudillo », les mêmes salopards applaudissaient la « libération » du Vietnam et du Cambodge. Puis, quelques années plus tard, pleurnichaient sur les « Boat people ».

Mais, la nature fait bien les choses : ceux qui n’avaient rien à reprocher à Staline, Mao, Pol-Pot ou Castro, allaient avoir une nouvelle tête de Turc : le 11 septembre 1973, au Chili, le général Augusto Pinochet renversait le socialiste Salvador Allende.

Ouf ! On pouvait reparler de la « peste brune »  pour faire oublier le « choléra rouge ».

Alors tant pis, je vais encore me faire engueuler mais je dis merci à Pio Moa. Je pense que son livre – que je n’ai pas lu – ne m’apprendra rien que je ne sache déjà. Je vais donc lever mon verre, fredonner « Cara al sol » (6), et lancer un vibrant  « ¡ Arriba España ! », car j’aime autant l’Espagne que… la vérité historique. Quand cette dernière est rétablie, je jubile.

Eric de Verdelhan

1) « Les Mythes de la guerre d’Espagne » de Pio Moa, chez L’Artilleur/Toucan.

2) Il a vendu 300 000 exemplaires de son livre.

3)« La Guerre d’Espagne », de Guy Hermet ; Seuil ;

4)« La Guerre d’Espagne », d’Antony Beevor ; Paris, Calmann-Lévy, 2006. Et  Antony Beevor, La Guerre d’Espagne , Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 22 juin 2009.

5) Dans la tête d’un réac  d’Eric Brunet.

6) Hymne de la Phalange. José Antonio Primo de Rivera est l’auteur des paroles de « Cara al sol », hymne composé en décembre 1935, sur une musique de Juan Tellería.

 

 

 

 

image_pdfimage_print
18
2

34 Commentaires

  1. ouais ben, franco Nous les a tous refilés et on voit ce que ça donne.

    • Franco défendait SON pays. Nous n’avons pas su ou pas voulu défendre le nôtre.

      • Quand on mesure le nombre effroyable de crimes qu’il a fallu pour convaincre Franco de sortir de sa réserve d’officier loyaliste, je me demande combien de crimes les mahométans vont devoir commettre pour que nos militaires se décident enfin à faire un putsch pour rétablir la loi et l’ordre, et offrir à Macronescu des vacances à l’île d’Yeu.

    • pardon, mon grand pere maternel est un réfugié politique espagnol, et il a bossé dur en France la guerre d espagne est trop compliqué a comprendre vous oubliez l assassinat de Francisco ferrer tout le monde a du sang sur les mains, bref la reflexion de ne blanc representes helas ce qu il est réellement, un raciste bete

      • tu Nous éclaires sur l’art intelligent d’associer Race et Nationalité ; à creuser.

      • L’Espagne était en 1936 un pays en retard de développement, certes, avec de graves problèmes sociaux, mais grâce à Pio Moa, ex-militant communiste sincère, nous savons que les origines de la Guerre d’Espagne sont essentiellement dans une volonté fanatique des forces de gauche (anarchistes, staliniens et socialistes) de prendre le pouvoir et d’établir une dictature type soviétique après une inévitable période de terreur façon révolution Française. La France a mis cent ans à s’en remettre. La volonté de terreur de gauche est le problème initial. Pas Franco. La terreur de Franco sur les gens de gauche a éliminé la terreur communiste. Nous avons en France des Vincent Peillon qui veulent continuer la Révolution. On aurait alors le choix entre leur terreur et celle d’un nouveau Franco. C’est tout. Ras le bol des utopies de la gauche qui se prend pour le Bien absolu. Mensonges.

    • Il ne m’étonnerait pas que Annie Dingo et Carole Dégâts soient très représentatives de ces socialistes en réalité marxistes et communistes au fond d’elles mêmes, héritières et continuatrices de Dolores Ibanurri, car descendantes de réfugiés communistes espagnols en France en 1939.
      « Rappelant ses origines (Carole Delga est descendante de réfugiés espagnols), la présidente de Région a tenu a rappelé les valeurs de la République française, intimement liées aux notions de tolérance et d’intégration : « Je crois en tant que Pyrénéenne et, avec le nom que je porte, aux vertus de l’intégration républicaine, celle-là même qui a permis aux 500.000 Espagnols de la Retirada de trouver refuge en France voici 80 ans »
      Voilà comment l’idéologie communiste mortifère et destructrice à traversé les générations, en dépit de son échec évident au plan mondial.

  2. J’ai acheté ce livre et le commence
    Eh oui Franco a sauvé l’Espagne du sovietisme …et son chaos.
    Rappeler que les staliniens ont tué les autres… Anarchistes, republicains bon teint, les poumistes aussi… Etc
    J’ai connu des enfants d’espagnols exilés tendance rouge…. D’aimables sectaires..
    Le plus effarant : mettre 20 ans pour traduire ce livre en français. Ah. Quelle frilosité !!!

    •  » les enfants d’ exilés d’ Espagnols tendance rouge » il y en a plein autour de nous des » elus » ayant pris le pouvoir dans les mairies , départements, régions….ect….on peut en parler de ça ou non ??…..

      • Eh, oui, c’est bien en France que sont arrivés tous les rouges ou rosés espagnols. Et je peux vous dire pour en avoir fréquenté, et des non adhérents, non militants, ils sont tous très fortement endoctrinés à la sauce communo gaucho (même des gens très simples sans beaucoup de culture). Leur parler de MLP ou de Zemmour, c’est leur parler de Franco en bien et c’est réveiller chez eux les »heures les plus sombres de la guerre civile espagnole ».
        Si MLP ou Zemmour arrivait au pouvoir, ils sont quasiment certains de faire l’objet de massacres à grande échelle ! Avec ça aux commandes dans bien des administrations chez nous on est vraiment mal !

        • Les massacres à grande échelle font partie de leur ADN… les massacres qu’ils font sont des libérations, tandis que ceux qu’ils subiront (peut-être même pas) sont des crimes, bien entendu…

          La gauche espagnole ne rêve que de venger ses morts de 36/39, et pour cela est prête à toutes les folies…

      • ca me fait marrer car que je connais aussi des descendants de républicains espagnols qui votent rassemblement national il y en a mais bon mais bon !!!!!!!!!

    • J’aime une pensée pour les camarades victimes du franquisme. Franco était une immonde ordure sur laquelle je pisse.

      • Vous pouvez baver, trépigner et calomnier : la guerre civile et les exactions meurtrières ont bien commencé par la haine des rouges et c’est bien Franco qui y a remis de l’ordre. Pas de bol pour nous, la France a dû se ramasser tout un tas de cocos dont une grande partie de sa descendance forme aujourd’hui l’extrême gauchiasse.

        • 1 ) Tout à fait d’accord, JPP.
          Et ces gau-chiasses sont très arrogants.
          Juste pour signaler l’anecdote, j’en connais qui donnent à leurs enfants le nom d’Esteban (et pas Stéphane, ou encore moins Etienne), ou Carlos, Pablo ou Juan.
          Pour la mémoire, mais aussi, ce faisant, pour se distinguer, voire se couper des « de souche ».
          Ils sont aussi furieusement immigrationnistes, car ils voient dans les « migrants » leurs ancêtres et même parce qu’ils croient qu’ils seront eux-mêmes persécutés.
          En 80 ans, ils n’ont pas avancé leur réflexion d’un iota, et surtout, ils n’estiment pas que les Français puissent avoir leur mot à dire sur ce que doit être leur pays.

        • 2) Un exemple (d’origine italienne) : Filipetti, qui a refusé les test osseux pour détecter les faux mineurs.
          Les nouveaux immigrés ont le même comportement : la France les accueille parce que c’est un droit (c’est un hôtel, dixit Attali), ce droit s’étend à toute leur famille, à leurs amis, à leurs compatriotes (qui le restent), et ceux qui s’y opposent, sont des « fascistes » que les lois Pleven etc permettent de condamner.

  3. dans tous les documentaires télévisés sur ce sujet, les conséquences, les combats sont traités avec largesse , en revanche les causes sont à peine voire jamais évoqués. qu’est ce qui provoque le soulèvement de militaires habitués (surtout à cette époque) à obéir?

  4. Il y a de nombreuses années que j’ai une vision assez équilibrée sur la réalité de la guerre d’Espagne et par la suite sur le régime franquiste…
    Avant la guerre et pendant, les « rouges » ont massacré des religieux et religieuses…
    Pendant la guerre, les rivalité entre anars et cocos ont fait des dégâts !
    Ce que j’ai appris en Espagne de la part d’un ex-républicain revenu en Espagne suite à une mesure de « grâce » :
    Les anciens combattants républicains qui ont accepté ont fait 3 ans d’armée supplémentaire, ont pu reprendre une vie normale sans avoir plus de problème s’ils ne s’investissaient pas de nouveau en politique (vérifié).
    L’équivalent en URSS ???

    • Certainement pas ! La justice communiste, c’est obliger le « coupable » à reconnaître ses « crimes », puis le repenti est de toute façon maltraité et souvent éliminé !

      Et ça ne choque personne…

  5. Ceci n’est pas sans rappeler que macron et sa clique anti-française aidés par des affabulateurs anciens FN et affidés sont en train de fabriquer de toutes pièces genre patchworks l’histoire de l’Algérie où la méchante est incarnée par la France.

  6. Honte à ces chiens galeux de Raie-publicains…. Mensonges et désinformation !
    Viva Franco.

  7. Les guerres civiles ne sauvent personne elle ne font que des victimes pour la plupart innocentes.

    • C’est vrai, mais ces victimes innocentes font toujours le bonheur de quelqu’un…

  8. Bravo pour cette mise an point !!! La vérité éclate partout et dans tout les domaines…….C’est la fin des menteurs, manipulateurs, médiocres, bref des gauchistes malades mentaux.

  9. merci à pio moa : là encore les français de l’époque qui n’avaient pas les moyens de réinformattion que l’on a se sont laissés roulés dans la farine du gauchisme : grâce à franco l’espagne a échappé au communisme mais malheureusement, en france, comme d’habitude, on a récolté tous les apprentis communistes échappés de leur pays dont on se demande d’ailleurs pourquoi ils ne sont pas allés se réfugier chez leurs amis de moscou au lieu de pervertir notre sol

  10. Rien à redire sur les faits évoqués. Le problème ( Spécieux) est que vous ne le présentez que sous un seul angle. Dans ces conditions , vous ne pouvez avoi tort.
    Il y a eu , en effet, nombre d’abrutis, sois disant de gauche, qui préféraient fusiller du curés, plutôt que monter au front. Ces massacres, d’hommes d’église, de membre des classes moyennes ou dirigeantes, souvent spontanés étaient commis par des hommes incontrôlés, surtout après le soulèvement militaire. Les Franquistes , dans leurs zones avant et après leur victoire ont planifiés d’une façon ordonnée, la terreur d’une manière autrement démesurée. Enfin, bien que vous spécifiez à juste titre, que les massacres ont eu lieu des deux cotés, vous n’allez quand même pas me dire que Franco a sauvé la démocratie?

    • Le régime franquiste, au fil du temps, mettait de plus en plus dans son vin… n’importe quel citoyen espagnol pouvait voyager à l’étranger dès les années 60, chose impossible dans les pays du camp socialiste !

      L’Espagne autorisait le tourisme de masse, en 61 mes parents s’y étaient rendus avec des amis, on pouvait laisser ses affaires dans les voitures, on les retrouvait en revenant… en pleine campagne, à certains carrefours, on pouvait croiser un guardia civil, avec son fusil, tout seul…

      Et chez nous, les ouvriers espagnols (qui ne cramaient pas les bagnoles des français, ne foutaient pas la merde dans les rues si le Real ou la Roja perdait un match, n’imposaient pas la paella ou les tapas à la cantine) faisaient l’apprentissage des élections libres…

      Grâce à Juan Carlos, la démocratie s’est imposée dans le calme, en quelques années, dans une économie non etatisée et une société qui s’est modernisée à toute allure…

    • En détruisant les communistes sans la moindre pitié, Franco a évité plusieurs décennies de dictature communiste à l’Espagne, ce qui a permis à ce pays de redémarrer paisiblement en monarchie parlementaire et donc en démocratie avec Juan Carlos. La France, de son côté, a pu éviter la guerre civile à plusieurs reprises, elle n’a pas subi une purge à la Franco, mais avec la renaissance exponentielle de l’ultra-gauche et des ultra-laïcards, nous courons le risque que ça puisse nous arriver à notre tour. Les espagnols, eux, sont guéris du communisme. Pas nous.
      Pourquoi la gauche aurait-elle le monopole de la terreur, après tout? Trouvez-vous normal que la promotion de l’ENA dont sortait Attali ait pris pour nom Robespierre, et que l’on ait en France des Rues Saint Just ou Collot d’Herbois, assassins de masse ancêtres des khmers rouges? Pas moi!

  11. merci pour vos ecrits
    il y a aussi le livre d Arnaud Imatz « la guerre d Espagne revisitee » qui donne de nombreuses infos cachees par la gauche

  12. Très bonne mise au point, nous sortons de plusieurs décennies de propagande communiste endossée par la bourgeoisie de gauche et la droite molle depuis toujours. Jeune, j’y ai cru.
    Tous les intellectuels s’y sont mis. Je me rappelle du documentaire de Frédéric Rossif, « Mourir à Madrid, une armée contre un peuple », jeune j’y ai cru. Mensonges. Le Chili, Allende, Pinochet. Mensonges aussi. Depuis on sait. Je suis allé à Santiago et au Chili, maintenant je sais. Ce salopard de crypto-communiste, Jean Daniel, qui dans son Nouvel Obs, saluait la victoire au Cambodge des Khmers Rouges contre l’impérialisme, leur souhaitant d’êtres dignes de leur victoire. Deux millions et demi de morts plus tard, le même, sans aucun regret ni mea-culpa. Là j’ai quitté la gauche pour toujours. Mais leurs mensonges, leurs folles utopies et leurs idéologies sont toujours là.

    • Et se rappeller qu’un certain Georges Orwell fut communiste et qu’il fit partie des « brigades internationales ». Ayant goutté de très près aux joies du communisme et de ses rouages impitoyables, cela à du le vacciner pour toujours en lui inspirant son célèbre roman de fiction « 1984 », ouvrage de référence de plus en plus à la mode après la chute de l’URSS, c’est au tour de l’EU.

  13. Bravo Eric de Verdelhan.
    Vous pourriez aussi citer « Hommage à la Catalogne » de G Orwell, qui montre comment les staliniens du PCE (parti communiste espagnol) ont massacré les militants anti-staliniens du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste).

1 Rétrolien / Ping

  1. Guerre d’Espagne, Vichy, Algérie : ces débats historiques interdits par la gauche – Riposte Laique

Les commentaires sont fermés.