Plan social pour les jihadistes : il n’y a que la gauche pour inventer de telles conneries !

Publié le 25 avril 2014 - par - 2 475 vues
Share

Ri7Valls sans valseusesSous la contrainte, et dans un souci de communication gouvernementale « Vallssienne », le nouveau ministre de l’intérieur et du culte musulman, Bernard Cazeneuve, celui la même, qui considérait il y a quelques mois que…

« Evoquer les racines chrétiennes de la France c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu peu à peu la France nauséeuse… »

… Présentera mercredi 23 avril 2014, en conseil des sinistres, un plan pour lutter contre les filières française djihadistes…

Non, non, ne riez pas ! Pleurez plutôt !

Depuis des années déjà, des centaines de centaines de « d’jeunes musulmans nés français, auto-radicalisés », (le message convenu de la propagande médiatico-politique de gauche), mais en réalité des milliers de fanatisés par les mosquées en France. Bref, de soi-disant d’jeunes Chance Pour la France, tous, comme par hasard issus des banlieues musulmanes ! Sont par centaines de centaines déjà partis combattre en Afghanistan, Iraq, Libye, Egypte, Tunisie, Algérie, Gaza, Syrie et ailleurs, sans aucun doute !

Leurs objectifs, s’aguerrir au plus vite au djihad armé et vite revenir en masse dans notre pays, pour préparer la conquête musulmane radicale de cette France endormie, lobotomisée et socialisée de masse !

BFM menteur, I-télé socialiste, France2 collabo, FR3 débiles, TF1 commerciale, à longueur de journés, nous infligent la grande question transcendantale de la décennie :

Mais comment ces pauvres « victimes socialement défavorisées » des cités,  ont-elles basculé ?

Parce que pour les collabos de la gaucho-sphère, à l’image de cette minable et méprisable élue EELV, Sandrine Bélier, qui affirme sans honte, que « les musulmans djihadistes sont des victimes de la France… » Ben voyons ! Pour cette tarée, tout cela est de votre faute ! A vous, salauds de Français !

De la poudre aux yeux, jetée par les socialistes irresponsables, de la désinformation crade d’état ! Pour dissuader les centaines de musulmans nés français, apprentis au djihad, la solution est :

« Agir en profondeur avant l’embrigadement. Prévenir la radicalisation des adolescents et intervenir avant leur embrigadement : c’est la principale nouveauté de ce plan qui s’inspire sur cet aspect de mesures adoptées au Royaume-Uni ou en Autriche. Une sorte de guichet devrait être créé pour que les parents inquiétés par les signes de radicalisation de leur enfant puissent trouver conseil auprès de psychologues. Il s’agit d’une part d’apporter aux parents une aide à l’éducation et d’autre part de servir de système d’alerte aux autorités. »

Cerise sur le gâteau de l’abrutissement généralisé :

« Ce plan prévoit ensuite d’organiser une sorte de « désintoxication » via un suivi social et des stages visant à développer l’esprit critique chez les adolescents et à les encourager à s’engager sur la voie humanitaire avec l’appui de responsables de mosquées. »

Seule la gauche peut inventer des inepties pareilles !

Chacun de ces fanatisés, à sa manière, a fait ses adieux à leurs proches, sans que nos merdias n’en parlent jamais.

« Fred » [certains prénoms ont été modifiés, NDLR], a passé l’après-midi au lit avec sa mère devant « Jurassic Park », puis il s’est réfugié au creux de son cou. « Tu sens bon maman », a soufflé l’adolescent aux yeux clairs, avant d’annoncer qu’il allait « dormir chez un copain ».

Tahar lui, a pris son sac de boxe comme s’il partait à l’entraînement.

Sam, l’apprenti menuisier, s’est présenté devant l’immeuble de celle (une idiote française de plus) qu’il avait aimée puis quittée quelques semaines plus tôt parce qu’elle n’était pas musulmane : « J’veux plus qu’on s’embrouille. Pardonne-moi. A bientôt ».

Yacine, Mohammed, Mourad, les copains de la Meinau, une cité de Strasbourg, ont dit à leur famille qu’ils partaient à la montagne.

Leur complice, Miloud, le footballeur au sourire enjôleur, a quant à lui fait croire à son épouse qu’il s’envolait pour Dubai.

Le plus triste, mais surtout le plus inquiétant !

Les frères niçois Marc et Jordan, 17 et 22 ans, se sont éclipsés dans un nuage de parfum, prétextant une soirée en boîte. L’un, élève en CAP, et l’autre, boulanger, font souvent des virées nocturnes sur la Côte. Ce jour-là, ils ne sont pas allés danser : « Je vais mener une vie qui ait un vrai but et un vrai sens, a griffonné le cadet dans une lettre glissée sous la porte des parents. On se bat pour Allah, pour une vie dans laquelle est pour l’instauration de la charia [sic]. » L’aîné a ajouté d’une écriture fragile : « Je vous aime, hélas, la fin est proche. On se verra peut-être au paradis. » Tous deux mort, depuis !

Déjà ou tant mieux, 21 morts !

La France compte ses enfants perdus, partis faire le djihad en Syrie, dans cette guerre meurtrière qu’ils embrassent comme si c’était la leur… Musulmans de toujours ou néo-convertis, fils et filles (les filles pour faire le djihade sexuel…) d’immigrés, souvent en manque de père et de repères, voyous repentis, déçus de la vie, ils ont quitté Roubaix, Lyon, Orléans, Toulouse, Marseille, Trappes, Soissons, Brest…

Beaucoup n’ont pas 25 ans et tentent l’aventure entre frères, cousins, voisins, copains d’enfance. A Strasbourg et à Nice, où « le Nouvel Observateur » a tenté de reconstituer leur parcours, une dizaine de jeunes ont pris l’avion ensemble aux environs de Noël, direction Istanbul puis la Syrie. Depuis, d’autres ont suivi leur trace. Et quelques-uns, déjà, ont rejoint la liste des morts, 21 officiels, à ce jour, qui n’ont même pas pu être rapatriés en France.

Il ne se passe plus d’une semaine sans qu’un homme ne rattrape dans une gare ou un aéroport un fils, une fille, un frère en partance pour la Syrie. Dans les commissariats, les déclarations de disparition se multiplient. Où échouent-ils, ces apprentis djihadistes ?

Dans les bras de Jabhat al-Nosra, la branche locale d’Al-Qaida ? Dans ceux de son concurrent, l’EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant) ? Ou dans un autre de ces obscurs groupuscules qui luttent contre Bachar ? Allez savoir…

Après tout, je m’en fous ! Surtout pour notre sécurité et celle de nos familles, qu’ils ne reviennent pas !

André GALILEO

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.