Et si, en plein bordel, Hollande cassait sa pipe ?

Publié le 29 mai 2016 - par - 26 commentaires - 4 596 vues
Traduire la page en :


deprofondisGrâce aux exploits de ce gouvernement, qui a réussi à vouloir passer en force sur la loi El-Khomri, voilà donc la France bloquée par les troupes de la choc de la CGT et ses supplétifs islamo-gauchistes.

Et chacun de proposer sa solution.

Manuel Valls, aussi droit dans ses bottes que Juppé en 1995, annonce qu’il maintiendra son projet jusqu’au bout, et ne démissionnera pas.

Les opposants, dopés par leur capacité de nuisance et la faiblesse de ce régime, demandent ni plus ni moins que le retrait de la loi.

Florian Philippot, au nom du FN, demande également ce retrait, mais en outre la démission de Manuel Valls et la dissolution de l’Assemblée nationale.

Il peut toujours attendre. Il ne reste qu’une seule solution, que personne n’a le courage d’émettre : que celui que Robert Albarèdes appelle le scootériste de l’Elysée, voire le libidineux, nous fasse une Félix Faure !

felixfauremarguerite
Petit cours d’histoire pour les moins instruits. Alors âgé de 58 ans (4 ans de moins que Hollande actuellement), le président de la République, Félix Faure, en pleine affaire Dreyfus, sollicite, ce 16 février 1899, les services de sa maîtresse, Marguerite, à 17 heures. La légende prétend qu’il aurait pris un aphrodisiaque pour être au sommet de sa forme à cette heure précise, mais que “l’entretien” aurait mal tourné. Peu de temps après que le couple se fut installé dans le « salon bleu » de l’Élysée, le chef du cabinet, alerté par des cris, aurait découvert le président, sans autre vêtement qu’un gilet de flanelle, râlant, allongé sur un divan et la main crispée dans la chevelure de sa maîtresse, tandis que Marguerite, déshabillée réajustait ses vêtements en désordre.

Et naturellement, Clemenceau, qui ne ratait jamais un bon mot, ne put s’empêcher de commenter l’événement : “Il voulait être César, il ne fut que Pompée“. La malheureuse Marguerite fut rapidement surnommée “Pompe funèbre“, et mourut, cinquante-cinq ans après l’événement, en Grande-Bretagne, dans le Sussex (cela ne s’invente pas…).

SegotrierjulieSi un tel destin arrivait à Hollande, cent-dix-sept ans plus tard, la question n’est pas de savoir qui serait la Marguerite 2016, bien qu’évidemment, cela passionnerait les foules. Peu importe que cela fût la mère de ses quatre enfants, la journaliste avec qui il commença son mandat, l’actrice avec qui il le continua, ou une quelconque ministre ou secrétaire d’Etat venue “dialoguer” avec le Président. Ce qui nous intéresse est bien évidemment politique : que se passerait-il si le palpitant du libidineux flanchait, comme a flanché celui de Félix Faure ?

Rappelons que, dans d’autres circonstances, le 2 avril 1974, Georges Pompidou, en plein exercice de son mandat, trouva la mort, rongé par une cruelle maladie. Que se passa-t-il alors ? Ce fut d’abord le président du Sénat, Alain Poher, qui assura l’intérim du Président. Puis, ensuite, il ne fallut qu’un seul mois pour organiser les élections présidentielles, les 5 et 19 mai 1974, qui virent Giscard d’Estaing battre Mitterrand et succéder à Pompidou.

Donc, que se passerait-il si la scootériste de l’Elysée cassait sa pipe (facile), ou passait l’arme à gauche (facile aussi…), en plein bordel, que, par son incompétente, il aurait créé ?

Gérard Larcher, président du Sénat, assurerait l’intérim.

On ignore si les syndicalistes arrêteraient tout, ou bien si Valls aurait trouvé la porte de sortie pour sauver la face, mais les mouvements s’arrêteraient de suite, et la vie reprendrait son cour.

Mais la “sortie de route” du “Guignol de l’Elysée” mettrait une gigantesque pagaille dans les appareils politique du PS et des Républicains, qui ont tout programmé pour l’échéance de mai 2017.

Imaginez le pastaga chez les Républicains… Terminées les primaires, plus le temps ! Et donc, Sarkozy s’auto-proclamerait, vu son statut de chef du Parti, candidat. Ce que, bien évidemment, Juppé ne pourrait accepter. Donc, la primaire Sarkozy-Juppé aurait lieu lors du premier tour ! Et pendant ce temps-là, tous les autres postulants se vendraient au plus offrant, mais il faudrait faire très vite ! Il n’est pas certain que l’ancienne UMP résisterait à un tel séisme.

Et au PS, je préfère ne pas y penser. Naturellement, Manuel Valls penserait que son heure est venue. Mais Macron n’aurait peut-être pas envie d’attendre encore cinq ans. Cambadélis offrirait ses services à celui qui serait en tête dans les sondages. Quant à l’aile gauche, elle réclamerait, bien évidemment, une autre politique, vraiment à gauche, et nous balancerait peut-être un Montebourg… Le PS risquerait d’exploser, surtout que les postes de députés qui suivraient la présidentielle risqueraient d’être fort rares.

Naturellement, Méluche, dopé par des sondages qui le donnent à la même hauteur que Hollande, en ce moment, irait au mastic, et le pire est que cela pourrait marcher !

Une partie des Verts, derrière Cosse et son Beaupin, soutiendrait le PS dès le premier tour, en échange de quelques strapontins de députés, l’autre moitié derrière Duflot, aurait envie d’y aller. Mais les caisses sont vides, et il faut faire 5 % pour être remboursé.

Dupont-Aignan, toujours insensible à ce qui se passe autour, continuerait à la jouer solo, espérant faire 5 % et rentrer dans ses frais.

Et le FN ? Il serait sans doute celui qui serait le moins perturbé par cette nouvelle, car chez eux, le scénario est clair : c’est Marine, même si le climat interne n’est guère fameux, et que l’opération Béziers, de Robert Ménard, n’a guère été appréciée. Mais la candidate, qui avait prévu de prendre du recul durant cette année, pour aller à la rencontre des Français et peaufiner son programme, devrait redescendre dans l’arène au plus vite.

Reste la seule question qui compte. Cette disparition prématurée du scootériste libidineux de l’Elysée prendrait-elle tout le monde de court, et serait-elle profitable à la candidate du camp patriote, qui, grâce à ce coup du sort, se retrouverait à l’Elysée dès 2016, à la surprise générale…

Si tel était le cas, ne faudrait-il pas décorer de la Légion d’Honneur la Marguerite 2016, pour services rendus à la Nation?

Eclatderire2

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi