Plenel et Hénin, symboles de l’auto-flagellation française

heninantichretien
Quand Ojim.fr titre : « Nicolas Hénin ou le syndrome de Stockholm persistant« , le site Mediapart titre : « Otages français en Syrie : une libération et des questions » (http://mediapart5.rssing.com)

Invité de l’émission « Bondy Blog Café », Edwy Plenel, co-fondateur et président de Mediapart, a réagi aux attentats contre « Charlie Hebdo ». Interview et propos recueillis par Leïla Khouiel : (14 janvier 2015)

Edwy Plenel : « Ces monstres sont le produit de notre société« , semble avoir inspiré Nicolas Hénin.

« Cet événement me conforte dans l’idée qu’il…  faut avoir une gravité sur « les problèmes de société qui ont pu produire ces monstres« . Car « ces monstres viennent de notre société« , même s’ils ont rencontré en chemin « une idéologie meurtrière et délirante« … On peut voir la France de deux façons : celle des meurtriers, un visage effroyable qui risque de nous mettre en guerre avec nous-mêmes, (ou) avec le visage des victimes.

« Qu’ont-elles en commun ?… C’est cela la France. C’est ce visage-là qu’il faut promouvoir.

« Les terroristes font toujours la politique du pire… Les terroristes sont des apprentis sorciers en croyant remporter une victoire… ils arment ceux qu’ils désignent comme le pire ennemi… Les musulmans sont les premières victimes du terrorisme islamiste. Ce n’est pas l’Islam qui produit ces terroristes. (Ils) se prétendent de l’Islam mais (ils) n’ont rien à voir avec l’Islam… « Ils sont le produit de toutes les fractures, les déchirures de notre société« . (Il faut qu’on) arrête d’agiter des épouvantails, sinon « on continuera à produire des monstres« … Il faut d‘abord donner à comprendre… Comprendre, ce n’est pas excuser… »

Leïla Khouiel  rapporte les réactions des internautes aux propos du sieur Edwy Plenel :

« Dire que c’est notre société qui produit ces monstres et que l’Islam n’y est pour rien, constitue le politiquement correct de gauche de l’autoflagellation, et de la déresponsabilisation systématique de la religion et de l’être humain lui-même… « Mr Plenel (il faut sortir) de votre angélisme schématique et systématique »…

« Fort heureusement, tous les Français qui souffrent ne deviennent pas forcément des criminels ! »

Le site Ojim.fr, de l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (http://www.ojim.fr), a dressé un portrait peu élogieux de Nicolas Hénin, ex-otage en Syrie, qui a défrayé la chronique.

Nicolas Hénin a été « enlevé en même temps que le photographe Pierre Torrès dans la ville de Raqqa, en Syrie, le 22 juin 2013… « Il faudra attendre le 18 avril 2014 pour qu’il soit heureusement libéré, suite à des tractations restées secrètes, suite également peut-être à la forte mobilisation civique et médiatique.

« Depuis, Nicolas Hénin poursuit sa carrière de journaliste, mais de façon « nettement moins brillante« .

« Sorte de consultant hybride, à mi-chemin entre le « rescapé de service » et l’expert régional, il distille de plateaux télévisés en colonnes de journaux « ses avis qui se veulent pertinents et nuancés » au sujet du conflit syrien et du monde arabe, mais « qui sont en réalité des reprises absolument simplistes et peu subtiles » du discours inflexible du quai d’Orsay, lui-même tout sauf éclairé. Fustigeant sans relâche le régime Assad, dont il n’a pourtant pas été captif, « il se place dans la droite lignée du troupeau des « Charlie« … toujours prêts à réagir au terrorisme par de vagues élans humanitaristes aux « accents masochistes« .

« Se refusant à tout discours de fermeté militaire, diplomatique ou simplement idéologique vis à vis du djihadisme islamiste, il prône « un droit-de-l’hommisme victimaire » voulant trouver des « excuses culturelles et sociales aux radicalisés » français, et à réaffirmer l’existence d’une opposition modérée au régime Assad…

« Il se montre plus ou moins « indifférent au sort réservé aux chrétiens » dans les zones contrôlées par l’État islamique, affirmant qu’ils sont « tués pour attirer l’attention« , et que « relayer la chose » est donc « contre-productif« . Dans cette optique, il se prononce contre l’octroi de visas aux populations chrétiennes venues d’Irak, mais n’hésite pas à décrire le problème migratoire comme « un drame politique« , qu’il impute une fois encore… au régime Assad… « Nicolas Hénin semble s’être réfugié dans une dimension » alternative composée « d’abstractions idéologiques pures, où la mièvrerie universaliste fait loi« , et où les enjeux géopolitiques de la région sont constamment réduits à « l’euphémisation (minimisation) du danger » représenté par l’État islamique et à la diabolisation du régime syrien légal. Une analyse… fondée sur « un syndrome de Stockholm persistant« , et dont « la pertinence est très largement remise en cause » au lendemain des attaques de Paris… »

Pour illustrer sa démonstration, sans aucune contestation possible, le site Ojim.fr diffuse ce tweet de « haine christianophobe absurde et honteuse » publié par Nicolas Hénin le 25 novembre 2015 :

« Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche, Abdelhamid Abaaoud, Maxime Hauchard et plein d’autres.

« Point commun ? Une éducation catholique« . (Tweet du 25 novembre 2015)

Nicolas Hénin a dit : « Au sujet des djihadistes de l’État islamique : « Il m’arrive encore maintenant de parler à certains d’entre eux sur les réseaux sociaux, et je peux vous dire que l’idée que vous vous faites d’eux est pour l’essentiel « le résultat d’une campagne de marketing et de relations publiques« .

« Ils se présentent comme des super héros… « ils sont pathétiques à bien des égards. Ce sont des enfants des rues » (qui font pitié) ivres d’idéologie et de pouvoir. En France, nous dirions qu’ils sont « bêtes et méchants » (comme « Charlie Hebdo »). Ils sont sans doute plus bêtes que méchants, même s’il ne faut pas minimiser « le potentiel meurtrier de la bêtise« , (Atlantico, 20 novembre 2015.)

« Je pense que « beaucoup de gens » (???), beaucoup de djihadistes qui partent se battre en Syrie, « sont convaincus qu’ils partent là-bas pour aider« . (Qui et quoi ?) (Euronews, 5 mars 2015).

« Le djihad… c’est un mélange de guerre d’Espagne et d’embrigadement sectaire.

« Un mélange de guerre d’Espagne, parce qu’il y a cette réaction face à l’horreur, face à l’horreur de ce qu’il se passe actuellement en Syrie, et dans une moindre mesure en Irak, et la volonté de partir là-bas pour « défendre la veuve (et) l’orphelin » qui se font massacrer… » (Euronews, 5 mars 2015).

« Répondant à la question de la motivation des candidats au djihad en France : « Peut-être à cause du terreau globalement islamophobe… en France » et parce que « les musulmans de France se trouvent exclus« .

« Mais de fait, cette exclusion ne concerne pas que les musulmans. 22 % des djihadistes français sont des convertis, sont des gens, pour « la plupart, de culture catholique« , certains même « de culture juive« , qui ont embrassé la foi musulmane – pensent-ils en tout cas – pour « aller mener le combat en Syrie« . (Ibid.)

« L’une des grosses erreurs qu’on fait, en Occident, avec l’EI, c’est de considérer qu’ils sont « le mal« .

« Évidemment… je ne vais pas commencer à les défendre, mais le problème, c’est qu’ils ne sont pas le mal : ils ne sont que le symptôme, la conséquence. Le mal, c’est l’autoritarisme, le sectarisme qui déchire le Moyen-Orient, et c’est surtout l’extraordinaire violence politique qui touche les populations de la région. Il faut s’attaquer au mal et on détruira l’EI, par conséquence ». (Courrier International, 20 novembre 2015).

« En France, dans nos quartiers il y a très peu de syriens. Parce que les syriens c’est en gros les intellos qui étaient opposants à la dictature et qui sont partis au cours des dernières décennies. Ils sont assez peu nombreux et plutôt bourgeois.

« Mais les jeunes de nos cités sont « ultra concernés » par le conflit syrien, ils le suivent de très près et ça « contribue à la radicalisation« .

« Il y a une « solidarité identitaire arabo-musulmane« . C’est une nouvelle illustration de « la trahison de l’occident« , de cette « société qui refuse de les intégrer » à la maison, « chez eux, en France« , et qui refuse de porter assistance à leurs frères, là-bas, au Moyen-Orient ». (On n’est pas couché, 21 mars 2015.)

« L’État Islamique fait tout pour qu’on le pose sur le piédestal du super groupe terroriste. Alors qu’il n’est pas ça. Ils veulent jouer sur nos peurs, pour nous faire réagir en adoptant des positions outrancières, (pour) que l’on perde nos moyens parce qu’on serait tétanisés par la peur. Il faut rester pragmatique. (Ibid.)

« Si il y a bien quelqu’un, de cette bande de ravisseurs, qui n’a jamais prononcé le nom de Dieu, c’est bien Mehdi Nemmouche. Lui « son plan c’était de passer à la télé » : on est en train de lui donner satisfaction. Il voulait atteindre « une forme de notoriété, presque warholienne« , il cherchait presque à gagner une émission de télé-réalité… Beaucoup de ces djihadistes sont des nolife qui cherchent un destin ». (Ibid.)

« Les ravisseurs n’ont pas réussi à me rendre islamophobe, « au contraire« . (Jihad Academy, Fayard, janvier 2015).

« Alliance pour le pire entre un média-mensonge et une pseudo-organisation française (publié par medisma sur 16 Juin 2014) ARTE et RSF organisent une nouvelle mascarade télévisée en « soutien au peuple syrien ». Ce qu’on… nous montre à la télévision n’a plus la crédibilité d’antan.

« Une nouvelle profession s’y est taillé une place pour en faire le lieu privilégié de la désinformation aux allures de ce qu’il y a de plus vrai et de plus convaincant. Un métier qui se vend aux plus offrants. Des vendeurs d’images et d’opinions qui savent se vendre ainsi que ce qu’ils produisent. Ils ont tous et toutes l’allure de personnes qui ne sauraient mentir ou tromper leur public ». (AgenceInfoLibre)

« Pour le moment le père du mensonge arrive encore à s’imposer comme le père de la vérité, mais il est possible que ses heures soient comptées. Les langues se délient et les consciences s’éveillent.

« Les journalistes, qui comme Hénin, Didier François… sont allés en Syrie en zones « rebelles » en compagnie de pseudo « opposants » armés « syriens » responsables d’atrocités, tournant le dos au peuple syrien qui leur résistait et soutenait Assad, n’ont « aucune crédibilité ni légitimité » à parler en son nom aujourd’hui.

« La « grande soirée en faveur du peuple syrien et de la liberté d’expression« , organisée par ARTE en partenariat avec Reporters Sans Frontières, va rassembler ces mêmes journalistes et organisations dévoyées « qui ont contribué à légitimer les groupes « rebelles » et « tous les extrémistes fanatiques« …

(Ce sont eux) « qui ont mis la Syrie à feu et à sang« . (http://www.parismatch.com/Actu/International/La-Syrie-se-raconte-de-Paris-569629) « Ceux-là mêmes qui ont contribué à la tragédie » vécue par le peuple syrien, en s’alignant sur la « politique étrangère criminelle de la France« , vont « se servir des souffrances » du peuple syrien pour « continuer à tromper le public et couvrir leurs mensonges« . Qu’en pense Nicolas Hénin ?

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

8 Commentaires

  1. La rhétorique des gauchistes est éternellement la même : plus c’est gros, mieux ça passe. Et toujours rendre l’adversaire responsable de leurs propres actes.
    Quand un musulman assassine des innocents en hurlant allah akbar, c’est bien évidemment à cause des chrétiens. Et si les auditeurs ont un peu de mal à comprendre, il suffit de leur répéter ça 100 fois, 1000 fois, au besoin avec violence, et ils finiront par comprendre, ou du moins par accepter d’en faire une vérité.
    On ne peut pas discuter avec un gauchiste, car c’est successivement :
    – les arguments falsifiés
    – la voix haussée et les gros yeux
    – l’appel aux camarades
    – les invectives
    – les insultes
    – les coups

  2. Effectivement … les Plenel et les Henin sont bien le produit de notre société !
    Et puis les BHL, les Attali, les Bartolone, les Hidalgo,

    Sans compter le Pape qui en rajoute en comparant les massacres des djihadistes avec le pauvre pékin qui tue sa femme par jalousie.

    On se demande jusqu’où ils peuvent aller dans le délire …

  3. Comment se fait-il que dans ce même Moyen-Orient dont ces crétins parlent, les Arabes chrétiens, bien que traités comme des chiens par leurs envahisseurs musulmans, ne virent pas terroristes ?

  4. Vous auriez le lien ? Je viens de faire un tour sur le Bondy Blog Café, mais je n’ai pas trouvé l’interview.

  5. « Dire que c’est notre société qui produit ces monstres et que l’Islam n’y est pour rien, constitue le politiquement correct de gauche de l’autoflagellation, et de la déresponsabilisation systématique de la religion et de l’être humain lui-même… « Mr Plenel (il faut sortir) de votre angélisme schématique et systématique »…

    C’est un commentaire qui a été envoyé au Bondy Blog ? Dans ce cas, connaissant la tendance politique de ce blog, c’est une véritable révolution !

Les commentaires sont fermés.