1

Plus le droit de filmer les uniformes, sauf si vous êtes une racaille !

Si la police était libre d’agir en tant que police et non en tant qu’organe aux mains d’un pouvoir qui se fiche éperdument du droit – sauf si ce droit concerne sa caste ainsi que la diversité choisie pour flinguer la France ! –, alors j’accepterais l’article 24 de la loi sur la Sécurité globale, adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale :

« Article 24
I. – Le paragraphe 3 du chapitre IV de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse est complété par un article 35 quinquies ainsi rédigé :
« Art. 35 quinquies. – Est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police. »
II. – L’article 35 quinquies de la loi du 28 juillet 1881 sur la liberté de la presse ne font pas obstacle à la communication, aux autorités administratives et judiciaires compétentes, dans le cadre des procédures qu’elles diligentent, d’images et éléments d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale. »

http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3452_proposition-loi#

En l’état de soumission de la police et la gendarmerie au pouvoir idéologique, cet article me paraît inique et assez laconique pour permettre toute les dérives. Il vient renforcer l’arsenal anti-contestation mis en place par le pouvoir et qui ne vise rien moins que nous bâillonner. Qui sait, demain, au prétexte d’un possible trouble à l’ordre public, des sites comme Riposte laïque seront purement et simplement interdits. Et là, vous n’aurez plus que l’affirmation – oups, je voulais dire l’« information » ! – officielle pour vous laver le cerveau ; le bonheur quoi !

Gérald Darmanin a beau éructer ce qu’il veut dans l’hémicycle, il n’empêche que ce seront toujours les mêmes pauvres cons de Français qui subiront amendes et peines possibles de prison, tandis que les agneaux, souvent halal, de la diversité pourront en toute liberté continuer à balancer des mortiers sur les policiers et gendarmes, voire leur tirer dessus avec des armes de guerre, tout en filmant leurs exploits. Eux auront des armadas d’avocats pourris à leur disposition – sans parler de l’actuel garde des Sceaux qui les aime bien !

Par ailleurs, les journaleux – dont j’ai pu mesurer le degré de mépris à l’égard du peuple réel, voire de violence via les gorilles qui les accompagnent, dans les manifestations – pourront continuer en toute tranquillité à exercer leur métier de charognards, sauf de rares exceptions, tout en contenant les reporters non encartés qui les empêchait jusque-là de faire leur travail de propagande.

Je pourrais égrener les manquements déontologiques de ces journaleux, comme cette pimbêche – aujourd’hui très en vue sur une chaîne d’information et dont je tairai le nom pour ne pas me prendre un procès – ricanant en voyant des Gilets jaunes se faire charger et renverser sans aucune raison apparente par un cordon de CRS, pendant que des Antifas assaillaient un peu plus loin d’autres CRS qui ne bronchaient pas ; ce qu’on ne pourra plus filmer sans carte de presse si j’ai bien compris.

Il nous faudra donc – nous, ce sont « ceux qui ne sont rien » (dixit Macron) – nous plier à une loi qui ne vise qu’à écraser un peu plus les révoltes du peuple réel, sans se soucier de ceux qui continueront de foutre le bordel, c’est-à-dire l’engeance qui ne rêve que de nous égorger, comme l’atteste cette mode de « faire un Samuel Paty » à quiconque les chatouille, ces bouchers primitifs. La môme Mila vient d’en faire encore les frais :
https://www.valeursactuelles.com/societe/jvais-te-faire-une-samuel-paty-mila-menacee-de-decapitation-apres-une-nouvelle-video-anti-islam-125684

Imaginez un instant qu’on leur balance : « Et moi, je vais te faire un Brenton Tarrant », du nom de ce tueur de masse australien ayant attaqué deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, et fait 51 morts. Ce serait le procès et la possible mort…

La répression du peuple, à présent, se fera en toute liberté. Je ne parle même pas d’impunité car celle-ci était déjà effective lorsqu’il s’agissait de crever les yeux des Gilets jaunes, qui n’avaient pas la chance d’avoir le fondement médiatique de Théo Luhaka, au chevet duquel le Président Nutella François Hollande était venu chouiner son soutien indéfectible… contre la police !

Fini, donc, de montrer les images d’une femme de plus de soixante ans balayée par un CRS hilare ; de montrer encore un gentil monsieur de la BAC – brigade anti-criminalité – qui se proposait de m’exploser la tronche parce que je le filmais en train de jouer avec son LBD, etc.

Les policiers seront-ils gagnants, en s’isolant un peu plus de la seule partie de la population qui les soutenait jusqu’alors et qui, malgré la rumeur d’ultra-gauche, les soutient encore mais pour combien de temps ? Cette population qui serre les dents et crève en silence, comme l’a démontré le très touchant et accablant article de Christine (Tasin) rendant hommage à madame Ghislaine Boriller, morte de désespoir :
https://ripostelaique.com/jaccuse-macron-castex-veran-assassins-vous-avez-tue-ghislaine-boriller.html

Traquez plutôt ceux qui ne rêvent que de casser du flic, avec cette jouissance infernale propre aux psychopathes décomplexés, et laissez le peuple réel en paix ! Et si ce peuple filme les abus de la police – car abus il y a dans certaines situations –, souvenez-vous des trop nombreux mutilés causés par une répression ordonnée, certes, par le pouvoir macroniste. Changez votre LBD d’épaule et visez les vrais salauds : pas le peuple ! Des ordres, on peut refuser d’y obéir lorsqu’ils sont à la fois cruels et injustifiés. Messieurs-dames en uniforme, il n’est pas question de minimiser votre abnégation et votre courage à lutter contre les terroristes par exemple, mais vous devez assumer votre comportement lorsqu’il dérive vers celui de mercenaires à la botte d’un pouvoir illégitime : Macron n’a été élu que par un coup d’État médiatique et judiciaire, ne l’oublions jamais…

Par ailleurs, j’en ai plein la musette – pour reprendre une bonne vieille expression française populaire – de lire et d’entendre que la répression des Gilets jaunes était justifiée quand, dans le même temps, on me balance le malheur de ces pauvres « jeunes » de la diversité, qui n’ont pas les codes pour comprendre qu’on n’égorge pas des policiers devant leurs enfants, qu’on ne tue pas des mécréants à cause des caricatures de leur sectateur !

Réveillez-vous, les uniformes, tous les uniformes, et faites la différence, enfin, entre un manifestant qui filme à l’occasion vos excès – mais ne cherchera pas à savoir où votre famille habite pour la tuer – et un fanatique abreuvé de haine de la France qui voit en vous l’incarnation du Shaitan (le diable en arabe). Dans le même ordre d’idées, il est inutile de débarquer avec la cavalerie chez un patriote qui n’a pas l’heur de plaire au pouvoir en place, tandis que des trafics divers et variés s’effectuent à ciel ouvert un peu partout sur le territoire et ce, en toute impunité ou presque.
Victor Hugo a écrit que : « Le droit, c’est le cœur même de l’ordre. » Comprenne qui pourra…

Charles Demassieux