Plus personne ne croit au suicide de Robert Boulin, il y a 42 ans

Publié le 18 juin 2021 - par - 15 commentaires - 1 781 vues
Traduire la page en :

Selon l’AFP, Fabienne Boulin-Burgeat, fille du ministre Robert Boulin, assigne l’État pour « faute lourde », 42 ans après la mort du ministre : accusé de s’être suicidé, dans 50 centimètres d’eau, après avoir absorbé des barbituriques. 

Un ministre français a, peut-être, été assassiné le 30 octobre 1979, et il ne se serait donc pas suicidé ? 

Ce 30 octobre 1979 j’étais journaliste d’investigation au quotidien « L’Aurore » et j’avoue que la nouvelle du « suicide » de Robert Boulin ne m’avait pas causé la moindre peine, tant il est vrai que je n’éprouvais pas la moindre sympathie pour ce ministre, qui avait osé déclarer au sujet des rapatriés français d’Algérie, le 17 juin 1962 en Conseil des Ministres : « Il a été enregistré 169 000 retours vers la métropole entre le 1er et le 26 juin. Ce rythme correspond à celui des départs de juillet 1961. Ce sont des vacanciers un peu pressés d’anticiper leurs congés. Ce sont donc bien des vacanciers jusqu’à ce que la preuve du contraire soit apportée. 

Il n’y a pas d’exode, contrairement à ce que dit la presse.

Cette arrivée massive est sans doute due à une trop forte chaleur en Algérie » (fin de citation).

L’AFP (Agence France-Presse) avait officialisé son suicide avant même qu’une enquête soit diligentée. Cette dépêche affirmait l’absorption de barbituriques, ce qui avait été infirmée ultérieurement par les analyses scientifiques. 

Je ne vais pas analyser l’affaire Boulin mais il était certain qu’il ne s’agissait nullement d’un suicide. Cette hypothèse était totalement farfelue. 

Le 30 octobre 1979 le corps de Robert Boulin avait été retrouvé à Rambouillet, au bord des étangs de Hollande, à 200 m. de la D138 (Yvelines), dans 50 centimètres de vase. 

Une première plainte de la famille du ministre avait été déposée en 1983 et s’était soldée par un « non-lieu » en 1991. 

Le 3 février 2011, un gendarme en retraite, qui se trouvait sur les lieux en 1979, a déclaré que « le ministre à 4 pattes et la tête hors de l’eau, n’avait pas pu mourir noyé ». 

Un témoin s’était fait connaître le 29 octobre 1979 et il avait témoigné : alors qu’il se rendait à Saint-Léger, il avait reconnu Robert Boulin, alors ministre du Travail du gouvernement Raymond Barre, assis à la place du passager avant, dans sa propre voiture Peugeot, encadré de deux hommes, l’un à la place du chauffeur, le second à l’arrière. 

Ces deux hommes ne se sont jamais fait connaître à la justice et n’ont jamais été entendu par la PJ (ont-ils même été recherchés ?). 

Robert Boulin n’avait aucun rendez-vous ce jour-là et il est plus que probable qu’il se trouvait dans cette situation équivoque contre son gré. 

Aucune analyse médicale n’avait été réalisée à l’époque afin d’établir la certitude de la noyade. 

Une autopsie, en 1983, avait révélé plusieurs fractures du visage, oubliées dans les résultats du premier médecin légiste. 

Le 18 novembre 1987, le juge Corneloup réclamait une autopsie des poumons, mais les organes, enterrés au cimetière de Thiais, avaient disparus. 

Cette autopsie aurait probablement été inutile car des soins d’embaumement et de thanatopraxie avaient été étrangement réalisés sur le corps de la victime sans même l’accord de la famille Boulin. 

En 1988 un nouvel examen confirmait que le corps de Robert Boulin avait été déplacé post mortem (lividités cadavériques découvertes dans son dos, alors qu’il avait été trouvé sur le ventre). 

Pourquoi Robert Boulin aurait-il été assassiné ? 

– Il était mis en cause dans une obscure affaire immobilière. On le soupçonnait d’avoir acheté un terrain à Ramatuelle (Var) par l’intermédiaire d’une connaissance de Jacques Foccart, l’un des fondateurs du SAC (Service Action Civique) ; 

– Mais également qu’il disposait, paraît-il, d’informations précises sur le financement occulte de plusieurs partis politiques, et qu’il menaçait d’en dévoiler certaines ? 

Ce qui est extrêmement intéressant c’est la mise en cause directe du SAC par M. Jean Charbonnel, ministre du gouvernement Pompidou.

En 2013, Jean Charbonnel affirmait qu’il n’avait aucun doute sur l’assassinat de Boulin car Alexandre Sanguinetti, figure légendaire du SAC et des « Barbouzes », lui aurait livré les noms des deux personnes responsables de l’exécution de ce contrat, ordonné par qui ? 

Jean Charbonnel a quitté ce monde en 2014. Espérons qu’il a pu communiquer cette information importante à qui de droit ? Jusqu’à ce jour personne ne s’est manifesté ! 

Bruno Le Roux, à l’époque député (2013) avait demandé par écrit, au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, la réouverture de l’enquête car, selon lui, « L’affaire Boulin traîne son cortège de curiosités judiciaires, de négligences et d’oublis : expertises contestables, disparitions de scellés judiciaires, incohérences médico-légales, destruction de tous les dossiers et archives de l’ancien ministre dès après sa mort, etc. 

Le jeudi 10 septembre 2015 le parquet de Versailles avait ouvert une information judiciaire pour arrestation, enlèvement, séquestration suivie de mort ou assassinat et, en décembre 2016, la levée du « secret-défense » avait été demandée, suite à une requête formulée par Fabienne Boulin-Burgeat, fille de Robert Boulin. 

Le 19 janvier 2016, le médecin réanimateur, envoyé sur place après la mort de Boulin, informait le juge sur ses doutes quant à la thèse du suicide. Jusqu’à ce jour il n’avait jamais été entendu par les juges. 

Décembre 2016 le juge d’instruction demandait, à son tour, la déclassification de ces documents classés « secret-défense ». 

Cette décision finale appartenait alors au ministre de l’Intérieur, qui n’était autre que ce même Bruno Le Roux qui l’avait réclamé en 2013 à Jean-Marc Ayrault ! 

Nous allions, peut-être, connaître enfin la vérité sur le « suicide » de Robert Boulin ? Alors que, depuis 2015, nous attendons les résultats obtenus par les enquêteurs chargés de cette information judiciaire. 

Que nenni ! En octobre 2017, Bernard Pons, ex-secrétaire du RPR, déclarait publiquement « croire à l’assassinat de Robert Boulin ». 

Le juge d’instruction nommé, Aude Montrieux, avait demandé à être déchargé de l’affaire pour « raisons personnelles », quant au juge nommé à sa place, il signalait que le dossier original de cette affaire était « pour l’instant » introuvable ! 

Le juge Denis Couhé avait tout de même désigné quatre experts scientifiques afin de déterminer les circonstances exactes dans lesquelles le décès de Robert Boulin était survenu. 

Il nous faut donc attendre les résultats de cette nouvelle « assignation », comme nous avons attendu le résultat des précédentes enquêtes. 

Nous sommes en juin 2021 et, sans doute, aurons-nous l’occasion d’en reparler car il est fort probable que nous attendrons encore longtemps ! 

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
napoleonkom

Robert Boulin n’a pas été retrouvé au bord des Étangs de Hollande mais à l’Étang Rompu. Quand l’annonce de son suicide par noyade a eu lieu, pas un rambolitain n’y a cru car il est impossible de s’y noyer, il n’y a pas assez d’eau. L’Étang Rompu servait à l’époque de la chasse à courre, à provoquer un choc thermique au cerf afin de le tétaniser et qu’il ne puisse plus fuir, ce qui permettait de l’achever à la dague.
Faut-il y voir un symbole?

Hervé Douze

“il est fort probable que nous attendrons encore longtemps ! ” oh que oui, en fait la vérité ne sera jamais révélée : on est en France raie-publiquaine….

Hervé Douze

Merci pour la citation de Boulin sur les rapatriés, je ne la connaissais pas et qui ne me le rendent pas sympathique ; quant au “suicide” ça fait longtemps qu’on n’y croit plus !

Procureur Guignol

Mon message s’est perdu …. Je répète plusieurs preuves matérielles indiscutables démontrent que Boulin ne s’est pas suicidé. Peu importe les causes exact de la mort invoquées par de crapules, il a été assassiné !
Pour savoir par qui , on se fout de savoir si le tueur frappait a main nue ou avec des gants !

rebelle

la république ou la ripouplique ou la raie-publique : au choix !

hello

“secret d’état” là comme dans bien d’autres affaires on ne saura jamais la vérité : une chose est sûre au vu des relèves effectuées par les professionnels, le ministre ne s’est pas suicidé

daniel

Comme se pauvre Monsieur Bérégovoy.
Le même genre, voir le même dossier, probablement avec les mêmes noms.
Et la décision de rendre le scandale publique.
Tiens! d’ailleurs ?
Qui possède les dossiers que Monsieur Pasqua a laissé a sa mort ???
Parce que celui/ceux là sont intouchables.

amril

Pas plus qu’à celui du ‘gazier’ ou d’autres morts suspects :

https://www.liberation.fr/france/2015/09/11/ces-morts-mysterieux-de-la-ve-republique_1380270/

Quand c’est en France, nos merdias parlent de ‘mort mystérieux’, quand c’est chez Putin, nos merdias parlent ‘d’assassinat’, c’est toute la différence entre notre ‘belle démocrassie’ et la ‘dictature’, une pure affaire de sémantique.

Robert Jordan

Combien de gens mouillés dans ces saloperies ? A droite comme à gauche, il y a surement des régiments de voyous qui continueront à vivre avec leurs secrets bien gardés et non dénoncés.

patphil

sauf les juges aux ordres, les politicards etc.

D. Lajoie

« Plus personne ne croit au suicide de Robert Boulin »
M’enfin , personne n’y a jamais cru. !

ven85

BOULIN voulait apporter des dossiers compromettants a un journaliste,il est passez chez lui pour les prendre,il a ete intercepter par deux personnes les barbouzes du sac,service d’ordre du RPR,reseau gaulliste cree par jacques foccart,pour eliminer tout ceux qui veulent trahir le parti,dissous apres la tuerie d’oriol et l’assassinat de 6 personnes,les socialistes avaient le meme systeme pour eliminer ceux qui voulaient parler,quand je pense que jean marie le pen etaient traiter de facho et de nazi et que les mediats et la presse l’ont diaboliser,sans toucher a UMPS,qui ont les mains pleines de sang,sans compter les fausses factures du 92, et autres,francais reveillez vous,les traites ne sont pas ou vous croyez

Sophie

👍👏👌🤮
Bravo , tout est dit !

Hervé Douze

Bravo ! et ne pas oublier l’assasinnat de Khaddafi, ignoble, et surtout ses conséquences dramatiques sur l’immigration en Europe

Sophie

👍

Lire Aussi