Plus que 271 jours avant de s’en débarrasser définitivement

Publié le 13 juillet 2021 - par - 121 commentaires - 3 927 vues
Traduire la page en :

Je vous arrête tout de suite, je ne me présente pas à l’élection présidentielle. Je roule pour une écurie qui a le vent en poupe, n’ayant jamais cru dans la bande de tocards qui œuvre maléfiquement en série depuis 2012 au déclin de la France. Mais j’ai le droit le plus essentiel, protégé par l’article 19 de la DUDH apposée en préambule de la Constitution française de 1958, et comme vous êtes mes chers compatriotes, de m’adresser à vous ainsi car vous l’êtes, étant porteur comme vous tous d’une Carte Nationale d’Identité qui fait de nous une communauté au sein de notre Patrie, dernière locution féminine qui définit le Père, celui qui donne le cap quand tout va mal.

Donc, ne cherchant pas le suffrage des Français sur ma tête, travaillant sans relâche au quotidien pour un magnifique champion, je vais quand même vous donner quelques directions, bien entendu totalement à l’opposé de ce qui a été déblatéré dans le vide hier soir par le dernier de la liste des tocards que le socialisme français a pondu depuis 1981. J’ai 60 ans, j’ai connu 10 présidents de la République – intérims compris. Je n’ai jamais vécu ce qui se passe en ce moment en France, et pourtant… D’après nos livres d’Histoire et les dires de nos anciens, il faut remonter à la période de l’Occupation nazie pour retrouver les mêmes dérives politiques, les mêmes crimes, les mêmes abjections, la même corruption endémique du système.

Pourquoi le socialisme ? À moins d’avoir passé les 40 dernières années sur Mars, vous avez bien compris que depuis 1981, la France est allée de Charybde en Scylla sous l’influence délétère de cette idéologie abs-conne.
Je n’irai pas plus loin pour vous l’expliquer par le menu, car tout est dit en leurs mots, en reprenant seulement les aphorismes de nos illustrissimes européens  (1) Winston Churchill (1874-1965) et (2) Charles de Gaulle (1890-1970) :

– (1) « Le socialisme, c’est la philosophie de l’échec, le credo des ignares et le prêche des envieux, sa mission est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple. » […] « Ne cédez jamais, ne cédez jamais, jamais, jamais, jamais. En rien, grand ou petit, important ou insignifiant. Ne cédez jamais, sauf aux convictions d’honneur et de bon sens. »

– (2) « Les gens de gauche ont rarement de grands projets. Ils font de la démagogie et se servent des mouvements d’opinion. La gauche tire le haut de la société vers le bas, par idéal d’égalitarisme. C’est comme cela que l’on a finit dans l’abîme en 1940… Les socialistes sont d’éternels utopistes, des déphasés, des apatrides mentaux… Ils gaspillent toujours la plus grande partie des crédits. On ne les jamais vus dépenser efficacement les crédits… Je n’aime pas les socialistes, car ils ne sont pas socialistes…Parce qu’ils sont incapables, ils sont dangereux… »

Voilà, le bilan tient en ce peu de mots.
Nous voilà au pied du mur.

À quoi pourront donc nous servir les 10 000 mots supplémentaires en l’air du dernier tocard du socialisme en direct sur toutes les chaînes de télévision hier soir ? À rien ! Verba volent. Il a beau passer au crible les pages des Larousse, Littré et Grevisse, l’assemblage est du vide sidéral. Moral, idéologique, politique, juridique. Toutes ses annonces sont définitivement hors la loi, et je vous ai préventivement fourni dans un commentaire hier soir (récapitulé ci-dessous), sur un article connexe du Courrier des Stratèges, les éléments juridiques en vertu desquels le discours attendu de ce tocard « pas fini » serait rempli d’atteintes à la vie privée, au secret médical, à l’interdiction légale d’obligation vaccinale, toutes condamnées par les textes français et européens. Vous avez bien lu « toutes condamnées par les textes français et européens », dûment référencés en ce commentaire (ci-dessous) avec les cadres et numéros des articles à disposition. Pour faire valoir ce que de droit, pour un bon usage en septembre 2021 face à la maréchaussée vaccinale.

Ne pas tenir compte de ce discours relevant uniquement de l’arbitraire, avec des plaintes déposées dès que nécessaire si les « personnes dépositaires de l’autorité publique » décident de violer la loi avant de violer votre enveloppe charnelle protégée constitutionnellement par l’Article 16-1 du Code civil, est donc la seule réponse à cette forfaiture manifeste.

Néanmoins, nous sommes aujourd’hui, le 13 juillet 2021, à J-271 avant le 10 avril 2022, jour du premier tour de l’élection présidentielle en France. C’est le seul qui nous intéresse pour l’instant. Car vous l’avez bien compris, eu égard à nos comptes en banque, nous ne pouvons pas miser un centime de notre fortune quel que soit son niveau sur un tocard dans une course où déjà beaucoup de tocards concourront, mais d’où une perle peut surgir. Celle-ci existe, elle est devant nos yeux chaque jour. Je n’en dirai pas plus, ce serait faire injure à votre intelligence.

Le but est donc, pour ce premier tour, avant toute autre stratégie, d’éliminer le tocard en poste, bien qu’il n’ait besoin de personne pour s’éliminer tout seul tellement il est nul en tout, et bon à rien, à part « blablater » sans cesse sur les ondes pour ne rien dire. Pas besoin de revenir sur les détails…

Déjà, son élimination au premier tour, un préalable comme on nettoie un chantier de ruines avant de s’attaquer aux rénovations, éclaircira le paysage de la France sinistrée sous sa férule maléfique depuis 2012.

Je vous le dis donc, car mon grand-père pharmacien résistant effrontément aux gradés teutons a failli être envoyé à Buchenwald après avoir nettoyé pendant 3 mois les litières de la prison d’Alençon, ne cédez pas, ne cédez jamais, ne cédons rien aux injonctions mortifères de cette bande de tocards adeptes du Rivotril et de la vaccination menguelienne forcée, d’un coût humain de 15 000 décès en Europe et de plusieurs centaines de milliers d’effets secondaires invalidants déjà référencés par les institutions régionales de Veille sanitaire, action publique sanitaire qui envoie déjà ces « dirigeants » aux côtés des politiques nazies dans les quelques plaintes pour crimes contre l’Humanité déjà déposées à leur encontre au TPI de La Haye. Il faut choisir son camp, comme en 1940.

Régime politique infâme qui n’a plus que 271 jours à nous infliger sa présence indigeste, illégitime et immorale au sommet de l’État français.

Mes chers compatriotes, reposons-nous le temps de ces chères vacances d’été bien méritées, car en septembre, face à l’arrogance criminelle de ces tocards adeptes du Rivotril, des thérapies à ARN messager et remdésivir mutagènes, nous aurons besoin de toute notre énergie et notre vitamine D pour nous défendre de leurs maléfices en les combattant pied à pied juridiquement. Pour sauver nos enfants, pour épargner des vies, pour sauver l’avenir de la France.

Un dernier conseil, mais demandez-le à votre pharmacien et à votre médecin : vitamine D plus magnésium. Sinon, sans magnésium, la vitamine D peut être dangereuse et favoriser l’accumulation de calcium dans les organes.

Foi de fils et petit-fils de pharmacien gavé pendant 40 ans par leurs discours, issus pour mon grand-père Rémy des hôpitaux de Verdun où il avait officié comme chirurgien entre 1914 et 1918. De la médecine de terrain, avec les moyens du bord. De la graine de Résistants. Vous êtes aussi de cette trempe, chers amis du Courrier des Stratèges, avec notre cher ami Richard Boutry de La minute de Ricardo.

Ne cédons pas un pouce à l’ignominie du pouvoir.

Je vous souhaite de bonnes vacances.
Le soleil revient jeudi prochain.
Hauts les cœurs !
Plus que 271 jours à tenir avant la Libération.
Pensez à bien détruire le bulletin de vote du tocard en chef avant d’entrer dans l’isoloir le 10 avril 2022.

François SERVENIÈRE

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi