Plus que marre de ceux qui crachent sur la Nation !

Publié le 21 décembre 2009 - par
Share

Un article de plus, celui qui fait déborder le vase de ma colère contre ceux qui crachent sur la Nation. Qu’ils soient de droite ou de gauche.

Un article du Monde ( dimanche 13 décembre 2009) : Jean Rouaud (prix Goncourt « les champs d’honneur » 1990). J’avais aimé ce livre, autobiographie romanesque et familiale. Cet auteur a droit à une page pour cracher sur la nation « qui a fait son temps » et qui est accusée de tous les maux : responsable de toutes les petites phrases des hommes politiques (« ça manque de white, quand il y en a un ça va » révélatrices, selon l’auteur, de la « France profonde » qui est pour lui, évidemment ! raciste. Tous les poncifs : la nation serait responsable de tous les désastres du XXe siècle, ce qui laisse à penser que les peuples français et allemand étaient seuls responsables ! Et leurs gouvernements, eux ne l’étaient pas ? Les Français et les Allemands étaient-ils tous partisans de la guerre ? Pauvre Jaurès assassiné parce qu’il luttait, avec toutes les forces progressistes pour empêcher la guerre !

« L’idée de Nation est une idéologie » dit Jean Rouaud. Non, c’est une construction, un projet de vivre ensemble, porté par le peuple et ses élus, ce qui n’est pas la même chose. Et ceci dans les limites d’un territoire, la France. Projet né d’une révolution (1789 ) qui a donné enfin la parole au peuple. Révolution qui fut le phare et entraîna d’autres nations à se libérer ! Cette Nation que vous haïssez a été un exemple pour toute l’Europe.

Haine de la Nation, haine de la République

Voilà que la Nation ( « qui a inventé la patrie et ses enfants, la République et ses citoyens » ) a inventé, selon l’auteur « cette aliénation de la liberté « . Bref, la Nation fonctionnerait comme une secte. La Nation et la République,voilà le nouveau fascisme !

Ces donneurs de leçons, qui ont ôté au peuple sa souveraineté populaire, niant le vote du 29 Mai 2005 contre le traité de Lisbonne, nous vantent le merveilleux projet européen ! Qui a ôté leur souveraineté à tous les pays d’Europe, terrain de chasse du libre échange, où l’on jette les salariés à la rue pour aller s’implanter ailleurs, avec des salaires 3 à 4 fois moins chers.

Ces pourfendeurs de la Nation sont, le plus souvent, des ennemis et de la Nation et de la République ! Ils crachent sur la Nation mais militent pour la plupart, pour que les Palestiniens aient leur Etat et donc leur Nation ! (Moi aussi, je milite pour que les Palestiniens aient leur Etat, mais je respecte et la Nation française et la République )

Ils cèdent à toutes les revendications identitaires et religieuses des minorités, suscitant rivalités et communautarismes.

Ils ont détruit et détruisent encore toutes les organisations politiques et associatives populaires, où le peuple pouvait s’exprimer et agir pour aider les pauvres et les exclus : la religion doit remplacer la solidarité !

La Nation : un projet commun, un territoire et une langue commune

C’est en 2007 que le protocole de Londres fut ratifié, sous la présidence de Sarkozy, et les réactions ne furent pas à la hauteur de l’attaque : les entreprises avaient le droit de déposer leurs brevets industriels en anglais sur le territoire européen. Les PME françaises sont obligées de traduire, à leurs frais, pour lutter contre la concurrence, elles sont obligées d’imposer l’anglais à leurs salariés…français. Non seulement on nous a obligés à abandonner notre souveraineté populaire, mais nous devons abandonner notre langue, qui constitue le lien social le plus nécessaire dans notre République. Or, nous savons que la langue est plus qu’un outil, elle est un facteur indispensable d’intégration !

C’est quand le peuple reprend son destin en mains qu’il fait avancer la Nation !

La droite mais aussi une partie de la gauche ont créé les conditions pour que Warren Buffett, (la première fortune mondiale) puisse déclarer :

La guerre des classes existe, c’est un fait, c’est la mienne, la classe des riches, qui mène cette guerre et nous sommes en train de l’emporter »

Cette phrase est une véritable gifle à tous ceux qui, à droite comme à gauche, nient la lutte des classes, et font tout pour que le peuple subisse tout sans se révolter !

Tout le problème de la Nation, de la République, de l’identité nationale est à revoir, nous sommes dans une crise profonde, économique, sociale, climatique, démocratique mais aussi identitaire : nous devons retrouver notre identité nationale et notre identité nationale, c’est notre souveraineté. Pour cela, il nous faut sortir de l’Union européenne . Puis recréer, ensemble, un projet national pour refonder notre identité nationale.

Mireille Popelin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.