PMA : Et Jean-Luc Mélenchon renia son père et sa mère

Publié le 29 septembre 2019 - par - 5 commentaires - 1 131 vues
Share

Plus c’est con, mieux c’est.

Le chef des Insoumis est un homme libre et achevé. Il s’est fait tout seul, sans que ses parents y soient pour quelque chose.

Sur la notice biographique de Mélenchon, on peut lire qu’il est le fils de Georges Mélenchon et de Jeanine Bayona. La notice précise aussi qu’il est le père de Maryline Camille. Fils de, père de : c’est vieillot, réac, dépassé ! Le chef de la France Insoumise, en cohérence avec les idées qu’il professe, va certainement modifier sa bio pour lui donner un coup de jeune.

S’exprimant à l’Assemblée lors du débat sur la PMA, il a tourné en dérision ceux qui s’inquiètent de la perte de la notion de filiation. Pour lui, cette dernière appartient au passé. Un passé patriarcal et matriarcal qui n’a plus lieu d’être. L’homme, affirme-t-il, se fait lui-même, tout seul. Il est son propre avenir. Et ne doit rien à ses parents, qui ne sont qu’une survivance d’un temps révolu.

Ainsi a dû se fabriquer depuis sa naissance le petit Mélenchon. Très vite, il a marché sur ses deux jambes sans que ses parents l’aident à surmonter le stade rampant. Il a sûrement fait ses biberons tout seul et n’a jamais eu besoin qu’on change ses couches. Non, ses parents ne lui ont pas appris les premiers rudiments de la lecture : c’est en autodidacte qu’il a commencé à déchiffrer les textes de Lénine et de Trotski.

Pas de béquilles parentales donc pour Mélenchon : il s’est fait, répétons-le, tout seul. Et c’est sans l’aide de personne, et en tout cas pas avec celle de ses parents inutiles, qu’il a, dès son plus jeune âge, inventé une nouvelle version de l’Internationale. « Debout les enfants de la Terre / Debout les forçats de la filiation / Des parents, faisons table rase ».

Lors des débats qui nous guettent un jour pour la GPA, Mélenchon fera certainement preuve du même progressisme révolutionnaire. Le sort, plutôt précaire, des mères porteuses, ne pourra le laisser indifférent. Auront-elles droit à 16 semaines de congé maternité ?

D’autres graves questions se posent. L’État se portera-t-il garant de la bonne exécution du contrat qu’auront conclu les « parents intentionnels » (c’est comme ça qu’on dit) avec la mère porteuse ? Et si l’échographie révèle que l’enfant à venir est déficient, y aura-t-il une clause de résiliation pour non- exécution des travaux ? Jean-Luc Mélenchon a du pain sur la planche. Il pourra toujours se faire assister par les associations LGBT qui ont réponse à tout.

Benoit Rayski

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

Pas de Vérité biologique dans la filiation ? Je suis d’accord pour le Merluchon…
Hybride de Merlu et de cochon..

zéphyrin

j’ai adoré « j’ai du bon climat » on pourrait rajouter « papa n’l’aura pas  »
la question qui me taraude; les donneurs de « flagellés » qui pensaient l’offrir aux couples classiques infertiles vont ils être consultés pour savoir s’ils sont ok pour l’offrir à des femmes qui les rejettent ?
Enfin tout ça c’est dépassé : en payant, (quand même) elles ont déjà accès aux catalogues étrangers…elles auraient pu rester discrètes, mais non ce n’est pas un manque, c’est un combat pour que la sécu les rembourse

.Dupond1

Jean luc finira avec ses amis « désiquibris » en HP
ses excursions en amérique latine ont fini de lui ratiboiser ce qui lui restait de bon sens . Il n’est qu’un français de papier qui ne s’est jamais assimilé et qui n’aime pas la mentalité des français ….Nous avons eu un georges Marchais a qui nous avons pardonné ses délires pour l’affection qu’il portait aux ouvriers ….merluche lui les méprisent et ses sbires ne valent pas mieux

On est en train de faire des choses très très graves .
Les mamans quittent la maternité avec leur bébé et la plupart du temps même, le papa est venu chercher les deux pour les ramener où ?(attention personnes sensibles s’abstenir )…chez eux .
Il devient urgent de construire des prolongements aux hôpitaux pour y mener les enfants ,encore avec leur cordon ombilical , recevoir la bonne parole ,et apprendre « j’ai du bon climat  » de tata Gréta .

Henri Lautréamont

Il y a pire que l’anonymat, le néant médiatique. Quand on a goûté à la gloire, presque touché les étoiles, quasiment était un dieu pour les cocos, les gauchos et autres islamo-collabos, se voir réduire à la portion congrue dans les médias, voir sa pensée niée parce qu’obsolète avant, totalement surannée après le coup d’éclat que l’on sait, il ne reste plus qu’à courir après les wagons des élections et espérer qu’un train de décérébrés vous réélise. Mélanchon l’homme qui ne sait rien et ne sait rien faire, un vrai apparatchik !