Poiseux : la RATP préfère les migrants que les enfants de ses salariés

Publié le 14 novembre 2015 - par - 1 commentaire - 5 295 vues
Share

 

$(KGrHqR,!lIE9RoyrdvHBPcs9CtQ8w--60_35

Je ne mets plus mes filles dans les colonies du comité d’entreprise de la RATP depuis 2011. Elles m’ont appris lors d’un retour de séjour dans un de leurs centres, que le jambon et le saucisson y étaient proscrits pour raisons religieuses et que beaucoup de moniteurs sont musulmans et pratiquent, entre autre, le ramadan.

Du coup, durant plusieurs années, faute de moyens, elles passaient une partie de leurs vacances chez leur grand-père en attendant les vacances en famille.

Et puis, l’été dernier, sur les conseils de quelques collègues, nous avons cassé la tirelire pour les envoyer toutes les quatre à la fondation « les enfants du métro », une autre organisation au service des agents de la RATP, subventionnée par celle-ci. http://www.lesenfantsdumetro.fr/

Cette fondation a été créée en 1929 par Mme Yvonne ULRICH, l’épouse de l’administrateur délégué de l’époque de la compagnie du Métropolitain (l’ancêtre de la RATP), et qui est devenue dans les années 60 une branche du Comité d’Entreprise.

Certes les coûts des séjours y sont plus élevés que ceux du CE, mais alors que je m’étais confiée à l’époque à plusieurs de mes collègues, on m’avait assuré que cela valait le coup, que la laïcité y était respectée (« pour le moment » disaient-ils) et que mes filles y passeraient de très bons moments.

Elles y ont effectivement passé un bon moment, j’ai pu le constater par moi-même  car j’avais assisté comme de nombreux autres parents à une journée portes ouvertes en milieu de séjour.

J’avais pu y visiter les différents locaux. Certains venaient d’être refaits entièrement à neuf grâce à une grosse participation financière de la RATP. Peinture, mobilier, réaménagement des intérieurs pour une capacité d’accueil de 200 enfants.

S’y trouve par ailleurs une piscine, plusieurs terrains de foot, une salle informatique, une salle de spectacle, etc. et des espaces de jeux pour petits car cette colonie a la particularité d’accueillir des enfants de 4 à 16 ans dans un même séjour. De nombreux espaces verts, un bois de 14 hectares, la propriété en fait 32 en tout.

En tant que salariée de la RATP, cette colonie de vacances  fait partie de mon patrimoine. Elle est financée en partie par le fruit de mon travail. Elle représente un héritage qui m’a été transmis par toutes les générations d’agents qui m’ont précédée depuis 1929 et l’expérience de mes filles s’étant montrée concluante, nous avions prévu de les réinscrire l’année prochaine.

Oui mais voilà, je viens d’apprendre que ce centre accueillera dans quelques heures une trentaine de migrants économiques, qui viennent pour l’essentiel du Soudan et d’Erythrée.

1456 euros, c’est le prix que nous avons payé pour que nos quatre filles passent leurs premières vacances dans la colonie de POISEUX «  des enfants du métro ». Pour les migrants c’est cadeau. Et au nom de quoi ?

http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/2015/11/11/poiseux-accueillera-une-trentaine-de-migrants-de-la-jungle-de-calais_11660020.html

Le préfet de la Nièvre, Jean-Pierre CONDEMINE, explique que la réunion a pour but de rassurer et de mesurer la générosité des habitants et rajoute que d’autres groupes de migrants suivront. Vu la capacité d’accueil du centre je pense que ceux-là doivent s’attendre à une arrivée massive d’une centaine (voir plus) de clandestins.

Le président de la fondation « des enfants du Métro » et accessoirement agent de la RATP, Frédéric BEAUREPAIRE, fait avaler la pilule aux habitants du coin, en leur annonçant d’emblée que grâce aux migrants, il a « dû embauché 5 personnels du « cru » pour s’occuper de ces gens-là ».

Mais avec quel fric ? Ça, il ne le dit pas. Pour combien de temps ? On ne sait pas non plus.

Il  dit alors aux habitants « dans un premier temps, hein, ces gens-làils n’ont qu’une envie, hein, c’est de prendre une douche, hein, de manger, voilà, et de dormir dans un lit » (les mêmes douches et les mêmes lits qui auront servi à mes filles) « tout simplement !»

DSC_8069-1

chambres des grands

    IMG_3526-10dab chambres des tous petits

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/un-crs-passe-par-menton-et-calais-attrape-la-gale-les-syndicats-de-policiers-en-colere-836679.html

Qui désinfectera les lieux une fois qu’ils seront partis, s’ils partent un jour ?

Très rapidement, Frédéric, ces gens-là, comme tu les appelles (entre collègue, on peut se tutoyer), de plus en plus nombreux, ils vont commencer à s’ennuyer,  ils iront piquer une tête dans la piscine, « hein », ils joueront au foot sur les beaux espaces verts entretenu par nos jardiniers, « hein », ils commenceront à rechigner parce que la bouffe est pas terrible, « hein », ils voudront du fric, « hein », ils voudront des filles, « hein »…

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/07/01016-20141007ARTFIG00280-calais-le-coup-de-gueule-d-un-associatif-apres-le-refus-de-migrants-d-un-repas.php

https://ns2017.wordpress.com/2015/06/04/euros-a-naples-les-immigrants-se-rebellent-et-reclament-75-euros-par-jours/

http://www.medias-presse.info/a-licola-les-immigres-saccagent-lhotel-dans-lequel-ils-sont-loges-et-reclament-plus-dargent-de-poche/36660

http://lesobservateurs.ch/2015/08/31/migrants-lenvers-du-decors-que-nos-medias-ne-montreront-pas/

http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/epidemie-de-viols-allemagne,208183

Frédéric regarde dans quel état ils ont rendu le Lycée de la rue Jean QUARRE dans le 19ème arrondissement de Paris, en seulement quelques semaines !

http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/societe/20150804.OBS3647/grand-format-dans-le-lycee-des-migrants-a-paris.html

Tu as perdu la tête ? Tu veux que notre patrimoine disparaisse ? Accueillir les enfants de tes collègues ça ne t’intéresse plus ? Pourtant, l’été dernier, je t’avais trouvé parfait dans cette gestion.

Tu as trouvé qu’accueillir des migrants c’était plus gratifiant, plus réjouissant, plus attendrissant que des gosses de français nantis ?

Je sais bien que tu n’as pas su dire non à la direction et au gouvernement mais à cause de cela, au fond tu le sais bien, jamais plus mes enfants ne mettront un pied à POISEUX.

Ghislaine Dumesnil

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Aaron

J’ai du mal saisir le nom du préfet….aurais-je lu mine de con??
Ah, ma vue me joue parfois des tours !!