1

Policiers et gendarmes, posez vos casques et cessez de protéger Macron

LETTRE OUVERTE AUX FORCES DE L’ORDRE

« PRO PATRIA VIGILANT ». Telle est la devise de la police qui signifie : « pour la patrie, ils veillent ». Dans l’article 14 de la charte du gendarme, il est écrit : « le gendarme en service et en dehors du service porte assistance et secours aux personnes en difficultés tout spécialement quand elles sont en périls » !

Pour moi, ce ne sont que des mots… hélas sans réalité ! J’en veux pour exemple celui des gendarmes du 31-7 de Reims initialement affectés à la protection de Valls qui, n’écoutant que leur courage lors de l’attentat du Bataclan, ont fait colonne vers la salle de spectacle et arrivés devant la porte, ont fait, sur ordre, demi-tour, abandonnant toutes les malheureuses victimes à la folie de leurs bourreaux. Quid alors de la charte ? Que dire également des policiers du RAID, équipés de la tête au pied, armés, cantonnés dans leurs camions à quelques pas des victimes du Bataclan et qui ont poireauté sagement durant 2H30 en attendant des ordres qui ne viendront pas uniquement à cause d’une simple guerre des polices ?

Dans ce cas de péril absolu, qu’est-ce qui prime ? L’article 14 de la Charte ou les ordres imbéciles prononcés par un irresponsable en costard 3 pièces dans un bureau ? Comment ne pas faire également un parallèle avec ce qui s’est passé le 13 juillet 1942 où des policiers avaient obéi à des ordres iniques de leur Préfecture sans même se poser de questions ! Est-ce à dire que les ordres ne se discutent pas ? Eh bien si ! On appelle cela la conscience. C’est elle qui nous distingue de l’animal et nous confère à la fois liberté et dignité. Et nous savons depuis Antigone, qu’elle est l’ultime rempart contre la tyrannie.

Depuis 18 mois, nous assistons à l’instauration d’une véritable dictature sanitaire sans précédent dans notre histoire (privation de liberté de déplacements, de cultes, de sport, et le pire : du libre exercice de la médecine).

Comme cela ne suffisait pas depuis le 12 juillet, le Président de la République a décidé d’imposer la vaccination à tous les Français sous peine de mort sociale.

Tous ceux qui ne seront pas vaccinés perdront une grande partie de leur liberté -alors que la liberté est la dignité du peuple Français- par l’interdiction d’accès aux restaurants, aux centres commerciaux, aux salles de spectacles, aux hôpitaux, etc… Ils risquent, en plus, d’être privés de salaire et donc vont se retrouver face à un chantage imposé cyniquement par le Chef de l’État : se faire vacciner ou mourir de faim.

Pour moi, cela ressemble à l’instauration d’un véritable Apartheid en France. Après avoir bafoué nos libertés durant 18 mois, le Président de la République s’apprête à abolir le principe d’égalité entre les citoyens !

En instituant l’état d’urgence sanitaire, Emmanuel Macron s’est affranchi de tous les contre-pouvoirs qui pouvaient s’opposer à sa volonté. Il souhaite désormais abolir les principes de liberté, d’égalité, et de Fraternité entre les Français qui pourtant sont les bases de notre Constitution !

 Traiter « d’ennemis de la démocratie » les opposants au Passe-sanitaire en dit long sur l’état d’esprit de celui qui nous gouverne. Est-ce que demain, vous, Policiers et Gendarmes, participerez à l’arrestation de ces « ennemis », dont je suis, car le Président de la République vous en a intimé l’ordre ?

Mieux que personnes, vous savez que les véritables ennemis de notre pays se trouvent dans « les 700 territoires perdus de la République » où se LIBERTE cachent les futurs terroristes qui fomentent en toute liberté la destruction de notre patrie et qui chaque jour portent atteinte à votre honneur et à votre vie. Évidemment, les « ennemis de la démocratie » ne se trouvent pas dans les manifestations gigantesques de ces derniers samedis au cœur de l’été, bien au contraire : ils défendent avec ardeur les trois principes de notre devise nationale : LIBERTE EGALITE FRATERNITE !

Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas surpris que depuis le début de cette crise sanitaire, le gouvernement ait interdit aux médecins de prescrire aux patients atteints du Covid tout traitement autre que les vaccins ?

Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas surpris que le Royaume-Uni, la Belgique, l’Espagne et bien d’autres encore aient renoncé à imposer le passe-sanitaire alors qu’ici, Emmanuel Macron nous dit que c’est une question de vie ou de mort ?

Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas surpris que ce passe-sanitaire sera obligatoire pour prendre le TGV ou l’avion mais pas pour prendre le TER ou le Métro ?

Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas surpris que la plus forte contestation contre cette obligation vaccinale provienne des soignants eux-mêmes et des pompiers pourtant en première ligne depuis 18 mois contre ce virus ?

Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas scandalisés que la vaccination devienne obligatoire pour les enfants de plus de 12 ans alors que les vaccins sont encore en phase expérimentale et que les laboratoires se sont faits exemptés de toute responsabilité en cas d’effets secondaires ?

Devant de telles contradictions, de telles absurdités, de tels risques pris pour nos enfants, ne pensez-vous pas que celui qui nous gouverne cherche à atteindre d’autres objectifs que des objectifs sanitaires ?

Enfin, Policiers et Gendarmes, n’êtes-vous pas surpris d’être les seuls à ne pas se voir imposer la vaccination ? Pourquoi ? Vous n’êtes pas faits de la même matière que les membres de vos familles et les autres citoyens de notre pays ? Évidemment que oui. Mais celui qui nous gouverne a besoin de vous pour imposer sa volonté au peuple de France ; sans vous, il sait qu’il n’est rien et ne pourra rien faire.

Voilà pourquoi, Policiers et Gendarmes, je m’adresse à vous et à votre conscience : souvenez-vous que si la Constitution vous donne l’usage de la force pour assurer la sécurité, c’est expressément au nom, pour et par le peuple français que vous l’avez. Celui qui nous gouverne n’est que le locataire momentané de l’Élysée ; il a le pouvoir mais il n’est pas le pouvoir.

Les élites se sont couchées, les politiques se sont couchés, les magistrats viennent de se coucher. Vous êtes le dernier rempart avant que notre République sombre dans une tyrannie sanitaire et une ségrégation entre ce que Macron appelle « les bons et les mauvais Français ». Policiers et Gendarmes, n’obéissez pas à ces ordres iniques.

Policiers et Gendarmes savez-vous que ce passe sanitaire viole les droits de l’homme (article2)la Constitution Française (article 55)le Code Civil(article 16)le Code Pénal(article 225)le code du travail(article 11.32)le code de santé publique(article R27.31)le code de déontologie médicale(article 36),il est contraire au serment d’Hyppocrate,à la loi du 13/7/1983,à la loi N° 2002_3032 appelée loi Kouchner,au Conseil de l’Europe résolution 97 article 5 ,à la déclaration d’Helsinki de 1996,à la déclaration de Genève de 1948 à la déclaration de Nuremberg de 1945 si quelqu’un empêche d’aller ou que ce soit il s’expose à être condamné pour non-respect de ces lois Policiers et Gendarmes vous ne pouvez pas vous mettre hors la loi

 Policiers et Gendarmes renoncez à verbaliser les honnêtes gens qui refusent selon leur conscience le passe de la honte car nul doute que la honte rejaillira sur ceux qui le feront appliquer comme elle rejailli sur ce gouvernement !

 Policiers et Gendarmes posez vos casques et vos armes revêtez vos calots et venez défendre la liberté des Français et par là même vos libertés avec le peuple de France car renoncer à sa liberté c’est renoncer à sa qualité d’Homme !

Sinon, vous aurez beau fuir comme Caïn, l’œil de Jéhovah vous poursuivra jusque dans la tombe et vous regardera… Comme il doit regarder aujourd’hui les salauds qui ont refusé de donner l’ordre d’intervenir le soir de l’attentat du Bataclan et tous ceux qui ont préféré exécuter un ordre inique plutôt que d’écouter leur conscience.

Selon l’autopsie, ma fille est décédée d’un pneumothorax… Or, renseignements pris auprès de médecins, on ne décède pas sur le champ d’un pneumothorax mais au bout de deux à trois heures.

Cela veut dire que ce jour-là, des ordres criminels et imbéciles donnés par des salopards qui n’ont même pas le courage de se dénoncer de sorte que personne n’est aujourd’hui responsable alors qu’ils ont privé Nathalie et beaucoup d’autres victimes de toute chance de survie !

Je n’irais pas jusqu’à vous rappeler également que durant la Seconde Guerre mondiale, des ordres tout aussi imbéciles ont sali l’honneur de la police pour longtemps !

Policiers et Gendarmes j’en appelle à votre conscience désormais : ne collaborez pas à ce projet funeste car vous risquez une fois de plus de salir l’honneur de la police et de le regretter à jamais !

 PATRICK JARDIN