Abdallah Zekri (CFCM) osera-t-il confirmer que Mahomet, c’est dépassé ?

Publié le 14 janvier 2015 - par - 1 549 vues

 

CH-70-vierges

En guise de pied de nez aux censeurs de tous poils, Charlie Hebdo sortira demain un numéro avec Mahomet en couverture.

Certains continuent de considérer cela comme de la provocation alors que la provocation ce sont les deux attentats commis contre le journal, c’est la plainte de Boubakeur en 2006, c’est la volonté par M. Moussaoui d’instaurer le délit de blasphème en France, pays de libertés.

Charlie Hebdo, durant des décennies, n’a eu de cesse de publier des caricatures moquant Jésus, Marie, le pape, les chrétiens. Or aucun chrétien n’a jamais attenté à la vie d’un dessinateur, même si certains ont pu parfois s’offusquer, car on a conscience chez nous que la valeur attachée à la liberté d’expression est absolument primordiale, car la sacralité des libertés fondamentales prévalent sur l’indignation, car la civilisation de ce côté du monde nous autorise la critique, y compris celle d’un dogme, d’une religion.

Unes-charlie-hebdo

La provocation c’est de devoir subir une charia larvée dans un pays qui, il y a encore vingt ans, n’avait pratiquement jamais entendu parler d’islam. La provocation c’est de voir une mosquée sortir de terre tous les cinq jours et demi, la provocation c’est de réclamer des lieux d’inhumation séparés de ceux qui ont accueilli les musulmans dans leur propre maison, la provocation c’est que des hommes refusent de serrer la main des femmes parce qu’elles seraient impures, la provocation ce sont ces égorgements, étrangers à notre culture, qui se multiplient chez nous.

En prévention de la parution de Charlie Hebdo, le CFCM et l’UOIF ont appelé l’ensemble de la communauté musulmane de France, composée de millions de membres, à « garder son calme en évitant les réactions émotives ». Garder son calme ? Ah tiens, ce n’est pas le cas d’habitude ? Voilà qui est étonnant quand on sait que ces millions de gens sont des gentils modérés et que seule une toute petite poignée de rien du tout serait dangereuse pour le vivre ensemble.

A t-on jamais entendu le pape appeler ses millions de fidèles chrétiens de France à garder leur calme toutes les fois où le journal publiait des unes moquant Jésus ? Un tel appel aux chrétiens ferait rire dans les chaumières tellement une colère tueuse est inconcevable dans notre culture.

Luc Besson s’est distingué dans un grand numéro de « padamalgam », rassurant ses « frères » musulmans sur sa présence morale à leurs côtés tout en insinuant que le Français ne serait au fond qu’un sale raciste et proposant aux musulmans de changer notre société afin de le rendre charia-compatible. Préparez la vaseline, ça va faire mal !

Le problème que l’Occident connaît depuis des siècles avec l’islam, ce serait « à nous tous de le résoudre », refusant de voir que le problème avec l’islam est tout entier contenu dans son livre. « Mon frère, si tu savais combien j’ai mal pour toi aujourd’hui, toi et ta belle religion ainsi souillée, humiliée, montrée du doigt. Oubliés ta force, ton énergie, ton humour, ton cœur, ta fraternité. C’est injuste et l’on va ensemble réparer cette injustice. On est des millions à t’aimer et on va tous t’aider. Commençons par le commencement. Quelle est la société que l’on te propose ? ».

Luc Besson se sent-il également investi d’une mission fraternelle lorsque des milliers de chrétiens d’Irak, d’Egypte, de Syrie ou du Nigéria se font massacrer par ses « frères » ? Sans doute pas davantage que la foule qui a investi le pavé ce 11 janvier.

Et où vit-il Luc Besson ? A t-il la moindre idée de ce qui se vit dans les cités, lui qui n’y vient qu’en visite comme on se rend dans un décor de cinéma pour en repartir le soir et rentrer chez lui ?

Exhortant les musulmans à prendre le pouvoir sur notre société, il se met à fantasmer sur le fait qu’il y aurait « mille Cabu et mille Wolinski qui viennent de naître ». Plus hors sol, c’est difficile. Encore que dans le genre « padamalgam », le réalisateur Romain Goupil a bien brillé aussi puisque lui a carrément rendu responsable de la menace islamiste Marine Le Pen. Il a en effet déploré « une lepénisation de l’islam », suggérant par là que Marine Le Pen en personne aurait soufflé à Mahomet ses versets post-hégire appelant au meurtre des mécréants. Plus c’est gros et mieux ça passe !

Romain Goupil lepénisation de l'islam

Amar Lasfar, l’ami de Martine Aubry, qui souhaiterait que la charia s’applique à l’ensemble du peuple français menaçait de porter plainte en cas de publication d’une représentation de Mahomet : « Notre différend avec Charlie Hebdo portait sur le divin et le sacré, qui ne doivent pas être caricaturés ». Mais en France il n’y a aucun interdit de ce type, le sacré et le divin n’étant pas reconnus par la loi. La France n’est pas une théocratie et n’a pas vocation à le devenir.

Abdallah Zekri, un responsable du CFCM s’est lui aussi agacé de cette liberté d’expression offensante envers le prophète et décidément bien embarrassante, ronchonnant qu’une nouvelle une de Charlie Hebdo allait « mettre de l’huile sur le feu ».

« Mahomet, Mahomet, toujours Mahomet… Il est mort il y a 15 siècles ! », a t-il pesté, comme s’il y avait prescription à s’en revendiquer et qu’il était temps de passer à autre chose, comme si ses commandements n’avaient aujourd’hui plus de sens, comme s’il prenait soudainement conscience que l’islam accouché d’un bédouin d’il y a 15 siècles était une aberration au 21e siècle, comme s’il était temps que les barbus des cités cessent une fois pour toutes de copier son apparence. Pour Abdallah Zekri, c’est clair, Mahomet c’est dépassé, c’est poussiéreux, place à la modernité ! On ne peut qu’être d’accord avec lui.

Puisque le CFCM a confirmé que le personnage était obsolète, sa caricature ne doit donc plus déranger personne ni donner lieu à des « réactions émotives ». De toute façon, en France on a le droit de caricaturer tous les prophètes qu’on veut car chez nous la liberté d’expression est plus sacrée que l’idéologie religieuse.

Comme j’avais déjà eu l’occasion de le dire à M. Moussaoui il y a quelques années, le délit de blasphème n’existe pas dans mon pays et cela n’est pas négociable. Si les Français veulent se moquer d’un prophète c’est leur droit, c’est légal, c’est légitime. Alors, ou bien les sempiternels offensés se plient de bonne grâce à la culture et aux lois du peuple qui a eu la générosité de bien vouloir les accueillir, ou bien ils remballent leurs frusques d’il y a 15 siècles et vont faire paître leurs chameaux ailleurs.

Caroline Alamachère

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi