1

Pour bilan, Foutriquet vous offre une ode à sa gloire!

Depuis 2017, Macron construit sa légende pour les siècles à venir… et elle sera hilarante!
Après la courte et inepte saga Le candidat, à nos grands frais, il fait don à la France de la saga Cinq ans. Un chef d’oeuvre du genre! Deux cents minutes… à sa gloire.

Edouard Philippe avait encore la barbe noire…
Ce premier épisode de quarante minutes, sur sa première année de dictature, n’est qu’une recension d’images déjà vues, sans message politique. Manu s’aime et nous dit son amour de lui.

Dans une récente vidéo, le professeur Segatori déclarait qu’il « ne participe pas aux rassemblements, il y célèbre sa personne.», évoquant « l’exposition autocratique de son pouvoir », «les autres ne sont que des instruments de sa propre grandeur.» C’est exactement ce que fait ce « documentaire », long et fort ennuyeux.

D’aucuns évoquent un bilan bien tardif. Il s’agit d’une succession d’images clichés où Manu ouvre des portes, serre des mains, dévale des escaliers… déambule. Cette réécriture du quinquennat n’est faite que pour les clients de la marque Macron. Pour les charmer, il y introduit même quelques plans avec Jean-Pierre Pernaud.

Evidemment, on ne voit que lui, même Brichel y est une petite guest star.

Foutriquet n’a pas manqué d’y faire inclure des images du très émouvant hommage aux Invalides rendu au colonel Beltrame mais aussi son entretien avec Mamadou Gassama, lequel aurait sauvé un petit enfant.
Il y montre comment il a maté les épouvantables Gilets jaunes qui ont saboté le musée de l’Arc de Triomphe, délibérément laissé ouvert aux casseurs…

Digne d’un Zélinsky, acteur de profession, on le retrouve avec le tee-shirt de la marine nationale et faisant n’importe quoi.

Certains plans le desservent: quand il mâchouille du chewing gum, se balance sur sa chaise, touche un peu trop ses narines pour que n’on ne pense pas aussitôt poudre de perlimpinpin… et surtout ses oreilles un peu trop poilues…

L’on y croise beaucoup de gens dont Alexis Kholer, son âme damnée ou a contrario… mais point Benalla qui faisait pourtant partie de sa garde très rapprochée.

Commentant cette vidéo, nombre de journalistes ont évoqué son grand changement physique, surtout pas sa perruque qui en est l’évènement majeur car tellement révélateur…

Et l’on félicitera Clément Léonarduzzi, ancien président de Publicis consultants, lequel depuis dix-huit mois orchestre sa com, pour avoir laissé passer une séquence mémorable et ridicule. Macron étant plus petit que son porte-parole d’alors, pour signer la réforme de la SNCF, aux côtés de Benjamin Griveaux et Élisabeth Borne, ministre des Transports, il avait fait installer un chaise avec une assise plus haute pour dominer…

Nombre de commentateurs asservis ont évoqué son grand changement physique, surtout pas sa perruque qui en est l’évènement majeur car tellement révélateur…

Pauvre marionnette mue par un narcissisme pathologique et surtout, par tant d’autres puissants… au lieu de foncer à Berlin, Foutriquet aurait mieux fait d’aller bisouter oncle Biden avant qu’il ne le reconnaisse plus.

Daphné Rigobert

Cinq ans, épisode 1.