Pour des œufs, Michel-Édouard Leclerc s’écrase devant Brune Poirson

Décidément, le président des centres E. Leclerc file du mauvais coton. L’épicier national le plus prisé des consommateurs vient cumulativement de fournir des gages à la macronie en matière de bon commerce soumis aux Chinois, de relais de Schiappa et de déclarations anti- Trump. Et voilà qu’en remerciement, la secrétaire d’État à l’Écologie, pompeux poste créé par Macron, vient de gronder Michel Édouard comme une maîtresse d’école réprimande un gamin. Tout ça pour une histoire d’œufs.

Mais au lieu d’envoyer l’arrogante Brune Poirson aller se faire cuire un œuf en Chine en tant que Young Leader de la France-China Foundation, qu’elle est, tout comme la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, l’homme aux 721 magasins a fait allégeance à la mafia verte écolo bobos et biobios, en admettant une bourde du magasin de Concarneau. Rappelons au passage que la secrétaire d’État Pannier-Runacher  (1) a l’enseigne E. Leclerc dans son collimateur (2).

Bercy réclame 117 millions d’euros à E. Leclerc, une amende sans précédent

Il semble en effet que la spécificité de la grande distribution E. Leclerc et ses circuits locaux de producteurs ne colle pas avec les exigences du Ceta et le Mercosur plébiscités par le staff de Macron. Et comme, évidemment, E. Leclerc ne peut pas tout acheter à proximité, la meute ministérielle lui tombe sur le paletot par le biais de ses centrales d’achat. En arrière- plan, les critiques très précises de Michel-Édouard Leclerc sur les inepties de la loi dite alimentation ne sont pas du goût des politiciens de LREM qui l’ont votée.

La guerre au plastique est déclarée, annonce Brune Poirson