Pour désislamiser la France, il faudra commencer par interdire le voile

Publié le 1 août 2013 - par - 2 560 vues
Share

Les télévisions russes ne se privent pas pour faire des gorges chaudes en montrant du doigt l’islamisation galopante de la nation française.

[youtube]ZDzFedDXAwA[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=ZDzFedDXAwA&feature=player_embedded

Certes, les chiffres manquent parfois d’exactitude.  Nos amis russes prennent un malin plaisir à les gonfler, peut-être pour tenter de faire réagir les traîtres qui nous gouvernent et les élus qui se pourlèchent les babines en surveillant d’un œil cupide chaque construction de mosquée et/ou de centre culturel qui, assurément, va permettre leurs réélection.

Le processus d’islamisation est si bien engagé que l’on voit mal par où commencer pour en enrayer le développement soigneusement planifié par nos élites nationales et européennes.

Il suffirait pourtant, pour que déraille une bonne fois pour toutes le TGV de la conquête islamique, de décider de prendre notre destin en main avant qu’il ne soit trop tard et de freiner des quatre fers.

La mesure phare de la désislamisation de la France, mais aussi de l’Europe tout entière, c’est l’interdiction absolue et sans discussion, sur l’ensemble du territoire de notre nation, du port du voile quelle que soit la forme qu’il revêt.

DU  CHADOR A LA BURKACe dévoilement généralisé des femmes de France et des femmes en France pourrait aisément se faire au seul nom du principe d’égalité homme-femme dont se gargarisent tous les matins nos élites en se regardant dans la glace.  Refuser de le faire, c’est cautionner l’état de soumission de la femme prôné par le coran. C’est abonder dans le sens des machos musulmans qui se sont emparés d’une prescription coranique destinée aux seules épouses du prophète, pour assouvir leur soif de domination machiste. Car le coran, répétons-le, n’exige pas des femmes qu’elles soient voilées.  Il leur demande de se couvrir la poitrine.

Oui, il faut tirer le signal d’alarme et frapper fort.  Les représailles ne font pas peur au peuple de France. Ce sont les politiques qui, à défaut de mouiller la chemise – ce pour quoi nous les avons élus et les payons grassement pendant qu’ils exigent de nous de plus en plus de sacrifices –  ne savent que souiller leur culotte.

–  Des manifestations partout dans le monde musulman contre une France qui ose « bafouer » l’islam ? Nous en avons déjà eues, nous en aurons encore au moindre prétexte.  Car ces foules ignares qui descendent par millions dans les rues souvent crasseuses de leurs villes, ne connaissent que la violence et la haine enseignées par le coran.

–  Des actes terroristes sur notre territoire ? Nous en avons déjà eus, nous en avons encore et il en reste à venir au moindre prétexte. Certes, la fermeté se paie en vies humaines, mais les cinglés de l’islam n’attendent pas qu’on cesse de caresser leurs coreligionnaires dans le sens du poil pour perpétrer leurs forfaits.

Alors, donnons-leur une bonne raison d’en découdre !

–  Les cris d’orfraie et protestations énergiquement offusquées des « représentants » des musulmans de France – qui soit dit en passant ne représentent que les croyants mais s’arrogent le droit de considérer que la communauté musulmane en France est monolithique, faisant fi, au mépris de nos lois

républicaines, de l’athéisme de centaines de milliers d’entre eux ?  Les chiens aboient, la caravane passe. Ils aboieront et finiront pas se taire et à se plier à nos us et coutumes. Car le musulman ne recule que devant celui qui ose le braver, le contrer, le contredire, le remettre à sa juste place et lui ordonner de s’y tenir, dans le juste respect des lois du pays où il vit.

–  La condamnation par Bruxelles ou quelque autre machine infernale destinée à broyer le modèle culturel de chaque peuple pour en faire une infâme bouillie au nom des droits du plus crétin des hommes, de l’angélisme d’inspiration judéo-chrétienne et de la contrition masochiste pour leur passé de colonisateurs ?  Il suffirait de dire non, de s’asseoir sur des conventions restreignant ou interdisant dans des domaines de plus en plus étendus l’exercice de la souveraineté nationale.  Il suffirait qu’un(e) homme/femme fort(e) tape du poing sur la table et remercie d’un coup de pied au cul les eunuques mal châtrés qui se succèdent au pouvoir et qui n’en ont strictement rien à faire de leur patrie, tout occupés qu’il sont à s’empiffrer de lokoums empoisonnés offerts – non sans contrepartie – par  le Qatar ou l’Arabie Saoudite.

En attendant, à Saint-Denis, sous leur gisant, nos rois de France dorment pour l’éternité de leur sommeil de pierre.  Saint-Denis,  devenu terre d’islam.  De quoi donner envie au plus convaincu des athées de croire à la résurrection.

Eve Sauvagère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.