Pour en finir avec les attentats, ce n’est pourtant pas difficile…

Paris, Bruxelles et Nice hier, aujourd’hui Berlin, qu’attendons nous pour réagir vraiment ?

J’ai eu, comme d’autres l’occasion de le dire ici et ailleurs, plusieurs fois, ce n’est pas avec des larmes, des fleurs et des bougies que nous retrouverons la paix.

La France et l’occident sont aveugles. Un peu partout, avant que ne survienne un attentat, le débat ne porte que sur l’économie et le social alors que l’essentiel, nous devrions tous en être conscients, est ailleurs.

Ceux qui gouvernent, donc ceux qui devraient prévoir et agir en conséquence, ne voient pas que les priorités aujourd’hui sont la préservation de notre identité, la sauvegarde de notre culture, la survie de notre civilisation. Notre existence d’hommes libres tout bonnement est en jeu.

Métaphoriquement, ce comportement peut s’identifier à la volonté de la famille d’un cancéreux de trouver un job à ce pauvre hère qui aurait plutôt besoin que l’on s’attaque au problème qui menace sa vie. Si ces gens se contentaient de pleurer et de gémir au lieu de chercher les voies de la guérison personne n’entreverrait le rétablissement.

Disons-le clairement, nous en avons assez d’entendre l’ex-futur président Hollande avec sa gueule enfarinée de clown triste et tous ses acolytes de droite et de gauche venir à la télé se lamenter des méfaits du terrorisme islamique et affirmer avec une conviction de théâtre « nous ne lâcherons rien »,  « nous ferons la guerre au terrorisme », « le terrorisme ne passera pas »… et finalement ne s’occuper réellement que de sujet sans importance immédiate.

Or, le problème qui menace notre vie chacun le connaît parfaitement bien.

Nul besoin d’être un grand exégète des questions de terrorisme pour savoir d’où vient le coup, à chaque fois.

Il n’est pas de meilleur moyen pour guérir le mal que de bien le diagnostiquer. Il n’est pas de meilleure manière pour éradiquer le mal qui s’attaque à notre société que dire son nom de façon claire et sans ambigüité.

L’islam, ou du moins le bras armé de cette idéologie politico-religieuse, nous a déclaré la guerre, à l’extérieur de nos frontières mais aussi à l’intérieur.  Qui pourrait de bonne foi nier cette évidence laquelle se rappelle à nous de manière récurrente ? La grande masse des musulmans demeure très largement mutique face à ces agressions, même si ça et là il apparaît parmi les prélats de toutes confessions, lors des lamentations organisées, un imam qui joue le rôle de la prétendue caution de solidarité. Ayons le courage de le reconnaître et surtout de le dire !

Dans les périodes de calme et de temps long, quand par hasard une voix connue s’élève pour crier « attention danger » et nous démontre qui est la menace et où elle se trouve, alors le système, comme un seul homme, se lève et la renvoie au nom de la pensée unique et la traite de fasciste. Renaud Camus, Alain Finkielkraut, Eric Zemmour, Philippe de Villiers, entre autres, en ont fait la mauvaise expérience,  tout comme Jean Raspail le fit bien avant eux. Même Malika Sutter-Sorel n’a pas échappé à ce pilori.

Pour ne prendre en compte que l’année 2016, on dénombre des attentats meurtriers à Bruxelles, à Nice et hier Berlin sans oublier ceux moins massifs comme celui de Saint Etienne du Rouvray, toujours au nom d’Allah, toujours contre la Chrétienté, contre l’état, contre notre mode de vie.

Nos états sont aveugles ou bien alors sont-ils consentants ?

Chaque jour ou presque, un homme ou une femme politique prend en partie conscience de cette réalité. A cette allure, il sera trop tard bientôt et la réaction sera vaine.

Dans les années trente, face à un danger de même nature mais probablement moins définitif car moins massif, la naïveté coupable et l’aveuglement condamnable de nos dirigeants nous a conduit là où on sait qu’il nous a conduit.

Les mêmes causes pourraient produire aujourd’hui des effets sans doute irrévocables.

Alors que faut-il faire ? Les mesures sont simples :

  • Empêcher les « soi-disant » Français, Aminour, Mohamed ou Abdeslam, terroristes meurtriers partis en Syrie en Afghanistan ou en Irak de revenir en France. C’est possible !
  • Parker tous les fichés S dans un camp quelque part dans une contrée isolée du territoire et sous bonne garde. C’est possible !
  • Reconquérir avec force et détermination toutes les banlieues où la police ne met plus les pieds depuis des décennies et où règne un ordre qui n’est plus celui de la République. C’est possible !
  • Expulser tous les étrangers en situations illégale surtout s’ils sont coupables de méfaits (les déposer dans le désert de Gobi s’il le faut). C’est possible !
  • Stopper les naturalisations à tour de bras injustifiées. C’est possible !
  • Supprimer le droit du sol au profit du droit du sang. C’est possible !
  • Interdire les doubles voire multinationalités. C’est possible !
  • Se réapproprier le contrôle de nos frontières nationales. C’est possible !
  • Retrouver la pleine et entière maîtrise de notre souveraineté. C’est possible !

Toutes ces mesures, n’en déplaise à Messieurs Joffrin, Bayrou, Valls et toute la clique des défenseurs des étrangers au détriment des nationaux, est possible et indispensable.

Il est peut-être encore temps d’éviter le pire mais il sera trop tard si l’on n’agit pas maintenant.

Jean-Jacques FIFRE

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. France ?terre d asile/oui mais a l asile c est nos politiques ump/ps quil faut enfermer car comme débiles ils sont les premiers le pire c est qu ils pensent que les Français les ecoutes ?pauvre cons

  2. @ Bruno …
    Entièrement d’accord avec vous !

    Jean-Jacques FIFRE, il ne faut pas vous faire avoir. Il semble que vous n’avez pas bien compris le vrai Problème …..

  3. DROIT DE REPONSE : monsieur Jean-Jacques Fifre , quand on lit votre article , on remarque tout de suite vos clins d’œil qui nous font douter de la cohérence du propos et de la clarté de la pensée .. en même temps que vous préconisez les mesures justes qui auraient dû être prises il y a des décennies pour mettre un terme au Projet Multiculturel qui a conduit à l’islamisation massive de la France et son déclin , vous nous sortez de votre chapeau de magicien , le Commissaire oligarchique Alain Finkelkraut (l’un des plus grands Gourous de l’Antifrance et le plus farouche promoteurs du Projet multiculturaliste en France ) et vous trompez le lecteur en prétendant que ce Sorcier de l’Antifrance , ou De Villiers ou tous ceux que vous avez cité , ont été cloué au pilori du Régime totalitaire et antinationale UMPS ( auquel ils ont contribué ) … Depuis quand Mr le Fifre ??? comment osez-vous prétendre de telles énormités au risque de devenir un sous-fifre de l’Antifrance .. comment osez-vous faire de Finkelkraut un héros du patriotisme anti -islamique et vous taire sur les vrais patriotes persécutés et pourchassés qui ont combattu l’immigration de peuplement de la France et le grand Remplacement .. les Le Pen , les Gollnisch , les Carl Lang , les Benedetti ( pour ne citer que ceux -là ) et les autres militants nationalistes francais gaulois … on ne peut mettre la Vérité sous le Boisseau et inventer les fictions lamentables sur le dos du Peuple de France

  4. Il y a un problème. Nos dirigeants ne font que se défendre contre ce problème au lieu de l’éliminer. Comment l’éliminer ?… simplement par la remigration et l’explosion de toutes les mosquées en France de la même façon que nos églises sont explosées chez eux. Et ceux qui manifesteront leur mécontentement seront dirigés sans aucune forme de procès vers leur pays d’origine !
    Ainsi nous aurons la paix et pourrons continuer à vivre dans la paix comme par le passé.

  5. Tout terroriste attrapé mort ou vif doit être enfermé dans une peau de porc puis enterré. Mort ou vif.

  6.  » L’islam, ou du moins le bras armé de cette idéologie politico-religieuse, nous a déclaré la guerre »
    Ce n’est pas ce que j’appelle nommer l’ennemi, non ! C’est dire les musulmans nous ont déclaré la guerre, que j’appelle, moi, nommer l’ennemi : ce n’était pas le nazisme qui nous a fait la guerre en 39 mais bien les nazis.
    Et en parlant, en plus, « du bras armé de cette … » , alors vous exonérez TOUT les musulmans de guerre car chacun peut dire ce n’est pas moi!

  7. Oui, tout est possible car le peuple français est souverain ; il faut le répéter inlassablement. Ceux qui disent qu’il existe un obstacle juridique de quelque nature que ce soit sont des menteurs. Quand on veut, on peut, et nous sommes encore majoritaires. Mais certaines mesures ne seront vraisemblablement pas susceptibles d’être votées avant que la violence ne s’empare du pays. Il faut donc y aller graduellement, mais pour l’instant, les politiques au pouvoir ne vont pas assez vite dans cette démarche et prennent des mesures de nature à aggraver le problème. La priorité, c’est le retour de la peine de mort pour les cas flagrants de menaces. Rien que ça, c’est le Pérou idéologique pour eux. Quelle plaie.

  8. Pour régler le problème, la première chose à faire, c’est de tirer la chasse. Il faut que la gauchiasse disparaisse!

  9. Ça ne suffit pas ,il faut être visionnaire pour comprendre l’évolution d’un pays ,il faudrait aider et financier un million cinq d’étranger sans travail et sans papiers ,et abolire le communitarisme qui divise la république,un musulmans pratiquant ne s’adaptera jamais a la république,

Les commentaires sont fermés.