Pour gagner les prochaines élections, Valls fabrique plein de nouveaux Français

Publié le 19 octobre 2012 - par - 1 781 vues
Share

Ainsi, comme nous le dit le journal « Le Monde » du 18 octobre 2012 » : « quatre mois après l’avoir annoncé, Manuel Valls a publié, jeudi 18 octobre, une circulaire pour rouvrir plus largement l’accès à la nationalité française ».

« Il doit annoncer publiquement cette circulaire lors d’une cérémonie en préfecture de Toulouse de remise de certificats de nationalité à des nouveaux Français. »

Quel tact, quel goût ; faire cette cérémonie dans la ville où Mohamed Merah assassina 4 personnes dont 3 enfants parce qu’ils étais juifs. Valls poursuit, « L’accès à la nationalité “a été entravé, empêché, sans que cela ne fasse l’objet d’aucun débat, devait-il notamment justifier dans un discours. Elle doit n’être ni bradée ni réservée à une élite. (…) C’est le moteur du sentiment d’appartenance à notre nation”.

Parlons-en du débat à la mode socialiste sur cette décision politicienne qui ne vise qu’à satisfaire de misérables petits intérêts électoraux. Et le referendum, et la vox populi, qu’en font les socialistes, qu’en fait le soi-disant terrifiant monsieur Valls, qui comme Chevènement, s’abrite derrière un discours pseudo-républicain pour faire passer les intérêts de l’islam avant ceux de la France.

C’était probablement le but de son voyage à Alger, comme le discours honteux et pétainiste de François Hollande sur la manifestation FLN du 17 octobre, en faisant acte de repentance pour notre pays.

Aujourd’hui, M. Valls dit ne “pas avoir d’objectif chiffré”, mais explique au Monde vouloir “retrouver le rythme d’avant”. Soit celui d’avant le passage de Claude Guéant Place Beauvau, entre février 2011 et mai 2012. C’est en effet surtout à l’initiative de l’ex-secrétaire général de l’Élysée que l’accès à la nationalité a été restreint afin d’afficher des chiffres d’immigration en baisse lors de la campagne présidentielle, ce fut bien là le drame de Sarkozy, vouloir rattraper en quelques semaines 4 ans ½ de laxisme social-démocrate de son propre camp et de sa propre indétermination.

Pour redresser cette courbe, la nouvelle circulaire prévoit d’assouplir les critères liés au travail, responsables d’environ 40 % des refus de naturalisations. Alors qu’il fallait quasi nécessairement être en contrat à durée indéterminée (CDI) auparavant, un CDD ou des emplois en intérim pourront suffire désormais. “L’idée est de ne plus juger le dossier d’une personne à ‘l’instant T’, mais sur l’ensemble de son parcours professionnel, explique la Place Beauvau. Surtout en période de crise économique.”

Quelle folie en période de crise où l’ensemble des travailleurs prend de plein fouet les mesures fiscales socialistes qui ne veulent en aucun cas faire de véritables économies en supprimant l’immigration et en combattant réellement l’immigration clandestine ?

Quand on sait que les seuls objectifs de naturalisations à outrance sont, d’après Renaud Camus le “grand remplacement de population” et pour ceux qui demandent la nationalité, l’immense majorité le fait pour des motifs économiques.

Monsieur Valls rafle les ROMS, mais déroule le tapis (de prière) aux musulmans. Il est vrai que ceux-ci ont voté à 93 % pour François Hollande et donc maintenant il faut renvoyer l’ascenseur et se refaire un petit matelas de voix musulmanes supplémentaires.

Valls demande également aux préfets de se montrer plus souples sur les dossiers des étudiants étrangers, systématiquement retoqués ces deux dernières années pour “manque de ressources”. Cette disposition concerne notamment les “jeunes diplômés” ayant fait leur cursus en France.

Beaucoup se retrouvaient bloqués en fin d’études pour trouver un emploi, l’embauche d’un étranger étant très contraignante. Une “meilleure prise en compte des potentiels” est en outre demandée aux préfets. En particulier celle des médecins étrangers.

Il est vrai que sous la gauche il y a longtemps le terroriste Georges Abdallah avait pu tranquillement faire des études de sociologie à l’université de Saint-Denis (celle où le “protocole des sages de Sion” est en vente libre dans les couloirs) il faut donc poursuivre cette politique qui a donné tant de bons résultats.

Autre nouveauté : le texte prévoit un examen moins restrictif des demandes de naturalisation des “jeunes de moins de 25 ans” qui résident en France depuis au moins dix ans et ont suivi une scolarité “continue” d’au moins cinq ans. C’est-à-dire qu’un enfant arrivé à l’âge de 5 ans peut très bien arrêter l’école à 12 pour faire le “chouf” pour les dealers, et il aura ses 5 ans de scolarité.

De plus connaissant la nature immigrationniste du corps enseignant et des associations de gauche de parents d’élèves, ceux-ci sous la houlette de RESF pèseront pour que ces chers bambins aient sans barguigner la nationalité française.

Et tout comme en Suède où des cousins et des voisins peuvent être réunis au nom du regroupement familial, une revendication ancienne des associations de défense des étrangers est par ailleurs en partie satisfaite : les personnes de plus de 65 ans seront désormais exemptées de fournir une attestation de l’évaluation de leur niveau de français.

Et il paraît que les caisses des organismes de retraites et de retraites complémentaires sont vides, sans compter la sécurité sociale sachant que la plupart des problèmes de santé, lourds, interviennent après 65 ans. Tous ces gens auront donc droit à un paquet cadeau ; la carte d’identité française avec la carte vitale, la CMU et l’ASPA de 750 € par personne pour ceux qui n’ont jamais cotisé en France.

Mais comme le dit gentiment “Le Monde” par souci d’affichage et pour soigner son aile droite, le ministre rappelle toutefois par une autre circulaire publiée ce jeudi 18 octobre, la nécessité de faire “signer” la “charte des droits et des devoirs” aux nouveaux français. Un document en vigueur depuis le mois de janvier, mais qui selon son cabinet “n’était pas bien appliqué”. La charte rappelle notamment que la “France est une république laïque”. L’idée de sa création avait germé dans l’opposition lors du débat sur l’identité nationale.

Le changement de cap politique sur les naturalisations devrait se poursuivre, a annoncé le ministre de l’intérieur, par une deuxième circulaire “début 2013”. Son contenu dépendra en partie des conclusions d’une mission parlementaire confiée au député PS de Marseille, Patrick Mennucci. Et nous savons qu’en matière d’immigration clandestine et de magouilles électorales, les socialistes marseillais ont une pratique ancienne et rodée.

Ainsi les socialistes pour de sinistres raisons abandonnent le peuple français, c’est pourquoi le 10 novembre, l’Union des Français Juifs manifestera au coté de Résistance Républicaine, le parti de l’ino-cence et des dizaines d’autres associations contre le fascisme islamiste pour la liberté d’expression et l’union des patriotes français contre cette menace, que nous avons vu à l’œuvre dans le monde entier, en Israël, à Toulouse, à Argenteuil, à Sarcelles, les français juifs se sentent particulièrement visés par la multiplication des actes antisémites et ne sont pas rassurés par les bonnes paroles venues du gouvernement.

Nous ne sommes pas communautaristes, nous sommes français et comme les chrétiens victimes d’actes criminels de destruction d’églises, nous voulons comme français, comme républicains vivre notre foi comme, depuis 1500 ans nous le faisons en France et comme l’exige notre loi religieuse ; la loi du pays est la loi.

Lazare Zylbergleitt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.