Pour Houria Bouteldja, le racisme, c’est l’amour révolutionnaire

Publié le 23 août 2016 - par - 37 commentaires - 2 345 vues
Share

Bouteldja43ans
Vous qui avez lu – ou tenté de lire – l’interview de Madame Houria Bouteldja transcrite sous le titre «  l’intégralité de l’interview de Houria Bouteldja » toutes ces personnes sont à féliciter pour leur curiosité littéraire et leur obstination à poursuivre une lecture commencée.

Pour certains lecteurs la question se pose de savoir : qui est cette « Houria » rappelant les Houries du paradis d’Allah; pour d’autres ce sont les questions que soulevèrent les propos de Madame. Rappelez-vous les années 2000. Toutes les chaines publiques s’arrachaient dans leurs émissions-débats une jeune franco-algérienne, belle méditerranéenne, percutante, ayant un avis sur tout et en particulier sur la place accordée aux immigrés maghrébins. Elle était la porte parole du mouvement : le parti des indigènes de la république (le P.I.R, et oui !) et son discours, dans le vent de la gauche et l’extrême gauche faisait le plein sur les plateaux et les radios ; et même le soir du 2 juin 2007, sur France 2 elle créa le buzz dans l’émission : Ce soir ou jamais, en employant le mot « souchien » pour désigner les français blancs de souche. Un ‘néologisme’ avait-elle dit suite aux vives réactions suscitées par ce terme un tant soit peu équivoque. Elle avait alors 34 ans, âge déjà avancé pour ces femmes africaines précoces mais vite marquées par le temps ravageur.

La voici donc 9 ans après, soit à 43 ans en 2016, ayant perdu toute sa superbe, triste et sombre, n’apparaissant plus que par vidéos interposées produites par des sites arabo-musulmans. C’est sur le site Oumma.com (site travaillant pour la communauté musulmane de France) que Madame Bouteldja s’est livrée à une interview de 20 minutes le 3 mai dernier. Elle répondait aux questions portant sur son livre au titre « rassembleur » : « les blancs, les juifs et nous » sous titré ‘vers une politique de l’amour révolutionnaire’ produit en 2015. (Dans la transcription suivante les réponses sont marquées de HB1 à HB14 afin de faciliter le suivi de la critique de l’interview).

1/ On peut remarquer qu’après un début clair et aisé dans l’expression l’auteur devient de plus en plus hésitant, balbutiant parfois, cherchant le chemin de ses idées confuses. Une ébauche de réponse fait place à un autre thème. C’est haché, confus et même incompréhensible parfois quant à l’objet de sa réponse.

2/ Le vocabulaire plutôt pauvre fait place à quelques mots ou expressions choc comme : idéologie, universalisme, colonialisme, racisme républicain, système immunitaire blanc, etc. sur lesquels madame Bouteldja fait une fixation.

3/ Quant aux idées développées, elle nous met en face :
= d’interrogations sur le sens des mots : en HB1 «blancs, juifs et indigènes » sont pour elle des « catégories » alors que blanc est un type génétique, juif est l’appartenance à une religion et indigène est un être vivant habitant le pays où il est né. Pour Elle, blancs, juifs et indigènes sont issus de la colonisation, donc n’existent pas naturellement ! Madame, il en serait de même pour les arabes et les berbères d’Afrique du nord : ils seraient des « catégories » produits de l’histoire coloniale des arabes envahisseurs, ce qui signifie que ces « catégories » n’existent pas dans la nature ! Ce sont des produits artificiels ! Quelle est donc cette nouvelle science des « catégories » ?

= de contradictions (un peu comme dans le coran où un verset en abroge un précédent qui affirmait le contraire). Ainsi, en HB2 « l’idéologie française – l’universalisme – laisse croire que nous sommes tous égaux….c’est une idéologie mortifère », mais arrivé en HB13 on apprend qu’Allah a dit que « nous sommes tous égaux », alors si Allahladit ! Ou encore dans HB5 : Elle refuse d’aller à Auschwitz car – et c’est vrai – elle n’a pas à endosser les crimes qu’elle n’a pas commis, mais elle exige que la France, donc nous, reconnaisse les crimes coloniaux et la traite négrière. Non madame, moi non plus je ne veux pas endosser le crime de l’esclavagisme pratiqué par mes aïeux, mais j’irai à Auschwitz, symbole de la destruction organisée d’un peuple : les juifs. J’irai à Auschwitz parce que votre discours a des relents de « nazisme » envers vos cousins juifs d’origine sémite comme vous-même. Et en matière d’esclavagisme les arabes devraient être les premiers à endosser ce crime car ils ont la médaille d’or avec plus de 17 millions d’humains noirs déportés, marchandés, exploités, violés, émasculés, à leur actif. Nous connaissons tous l’estime, l’amitié, l’amour que les arabo-musulmans portent aux noirs ! Endossez donc votre part en ce domaine.

= d’ignorance en tant que (prétendue) musulmane. Dans HB5 Elle fait honteusement l’amalgame entre Auschwitz et l’idéologie- israélienne-colonialiste alors que dans le « saint coran » il est écrit qu’Allah a donné la terre d’Israël aux enfants d’Israël et leur a ordonné d’y habiter. Il suffit de lire le verset 21 de la sourate 5 « Oh mon peuple, entrez dans la terre sainte que Dieu vous a prescrite. Et ne vous retournez pas sur vos arrières : vous retourneriez perdants » (Coran Hamidullah) et la sourate 2, verset 47 « O enfants d’Israël, rappelez-vous mon bienfait dont je vous ai comblés, que je vous ai préférés à tous les peuples », etc. Cette dame est d’une ignorance volontairement haineuse, guerrière, « naziste » (néologisme de circonstance).

= d’accusation de détournement mafieux. Dans HB4 Elle accuse la France de détournement mafieux pendant et après l’indépendance de l’Algérie. C’est un comble de la part d’une algérienne à qui on a servi la soupe et qui maintenant crache dedans. Ne sont-ce pas des dirigeants algériens qui saignent leur pays, qui ont des comptes à l’étranger ? N’est-ce pas les Etats Unis qui approvisionnent en blé à pain l’Algérie, ancien pays exportateur de produits alimentaires (blé, huile, agrumes, etc.). Il est regrettable que la France se soit investie à ce point en Algérie, avec ses idées humanistes ; il eut mieux valu que ce fussent les chinois ! Vous ririez jaune maintenant ! En un peu plus d’un demi-siècle ce pays est passé de 9 millions (1962) à plus de 40 millions d’habitants en 2015 soit une croissance de 450 %. Les bourses algériennes sont actives mais les cinq prières quotidiennes ne remplissent pas les assiettes !

= de sa soumission. En HB4 « nous les femmes indigènes appartenons à nos familles, nos clans (notion tribale du temps de l’Arabie préislamique), à notre race ( ?), à l’Algérie, à l’islam. » De quelle race s’agit-il ou plutôt de quelle catégorie ? Allah n’a jamais parlé de race dans le coran ! Par contre, dans le langage courant des gens d’Afrique du nord, et en particulier des pieds noirs ce mot était largement usité dans l’exclamation « putain d’sa race », expression à usage multiple : surprise, chute, coup de marteau sur les doigts, notation jugée insuffisante à l’école, perte au jeu, disparition d’un ami, insulte familière, mais sans la moindre idée de racisme. Les dernières études génétiques humaine précisent qu’il existerait 3 sous espèces humaines dérivant de ‘homo sapiens sapiens’ : les asiatiques, les noirs et les blancs et cette classification est plutôt basée sur les gènes et l’origine commune de ces peuples que sur la couleur de leur peau uniquement. Dans le groupe des blancs se trouvent les slaves et les scandinaves, l’ensemble des arabes, berbères, turcs, les latins et une partie des indiens du nord (les indo-aryens (source : génétique humaine). Pauvre madame raciste : vous avez donc des cousins indiens qui sont hindouistes et espèrent avoir un bon Karma. Pas vous !

= d’accusations aberrantes, des inepties. En HBI et HB5 : Elle accuse la colonisation d’avoir créé un produit : sa race, en libérant les femmes malgré elles ! Rassurez-vous madame, car, comme tout produit vous passerez et serez remplacée par un autre plus-mieux-bien ! Quant à accuser l’intégration de vous avoir « arrachée à votre histoire » : soit vous attaquez vos parents d’avoir rejoint la France, soit vous retournez illico au bled (Constantine je crois ? Magnifique ville avec son pont des amoureux) Personne ne vous retient, bien au contraire, partez, cassez-vous, rentrez chez vous et « fissa’ »
=de volonté subversive. En HB 9,10 et 11 : Maintenant qu’elle est « désintégrée » elle souhaite « stopper le mouvement d’intégration » en se libérant du système qui opprime (système qui a sorti madame de la merde) pour le remplacer par l’islam libérateur. Voilà des propos « salafistes » qui devraient entrainer une expulsion, n’est ce pas Monsieur Valls !

=et du racisme en HB14 : en parlant de Négrophobie. Il est curieux que le CRAN ne l’ai pas encore trainée en justice. Mais dans ce néologisme faut-il comprendre « avoir peur du noir par les nuits sans étoiles ? »

= D’une conclusion : Si l’interview est vraiment l’image du livre (ce qui parait le cas d’après les différentes questions) et si le livre est à l’image de son auteur, ce livre n’est à recommander qu’à des personnes malades psychiquement car il sue la haine et le ressentiment à l’égard de la France qui a permis à cette « chose puante » de paraitre, et cela grâce à des idiots utiles à l’islam.

Quelqu’un a dit un jour « instruire c’est nourrir le serpent qui te mordra » ce que fait si bien madame Bouteldja à qui on peut dire aussi « que le serpent change de peau mais pas de nature ». Elle est née avec un serpent dans le cœur comme le prophète Mohamed, elle a changée de peau mais les anges ne lui ont pas retiré le serpent comme ils l’ont fait au prophète lorsqu’il gardait les moutons chez sa nounou (voir la Sira, vie du prophète).

On peut également dire que l’auteur semble bien atteinte de paranoïa c’est-à-dire de psychose chronique caractérisée par l’organisation logique des thèmes délirants (persécution le plus souvent) et qui s’identifie par l’intuition ou l’interprétation à partir de prémisses fausses. Le cas semble intéressant mais à évacuer rapidement dans son milieu d’origine !!
Pierre Le Jeune

Le racisme antiblanc

Le racisme antiblanc

L’INTEGRALITE de L’INTERVIEW de HOURIA BOUTELDJA
APRES LA SORTIE DE SON LIVRE « BLANCS, JUIFS, ET NOUS » en 2015.

Interview réalisée le 3 Mai 2016 sur le site «  Oumma.com ».

L’animateur du site « oumma.com » Saïd Branine précise qu’il reçoit aujourd’hui (03 mai) la porte parole des Indigènes de la République, auteur de cet ouvrage polémique, qui s’intitule « les blancs, les juifs et nous » sous-titré « vers une politique de l’amour révolutionnaire » et vous affirmez d’emblée que : les blancs, les juifs et les indigènes sont des catégories sociales et politiques !

H.B (1) : Oui, il a suscité une forte polémique dès qu’il est sorti. Pour moi : blancs, juifs et nous, sont des catégories – produits de l’histoire coloniale, ce qui signifie qu’elles n’existent pas dans la nature ; ce qui signifie qu’elles sont un produit de l’Histoire, un produit des systèmes socio-politiques ; que…on peut prouver leur enracinement dans l’histoire. Ont peut comprendre pourquoi elles ont existées et pourquoi elles continuent d’exister et à former les relations sociales dans la France actuelle.

– Pourquoi reprenez-vous ces catégories ?
H.B(2) :Je les reprends parce qu’il y a une idéologie française « l’universalisme » qui consiste à laisser croire que nous sommes tous des citoyens égaux, qui, à mon avis, est une idéologie mortifère, apolitique, dans le sens où elle nous empêche de voir les clivages et les illusions dans la société française. Il n’y a pas d’universalisme dans le sens où la société est divisée en classes, par exemple : il y a des riches et des pauvres, des femmes et des hommes, et il y a des « blancs » au sens statutaire du terme, comme il y a des « indigènes » au sens statutaire du terme, ce qui ne signifie pas que ces catégories sont légales. Elles sont parfaitement officieuses mais n’empêche qu’elles agissent, elles crée des discriminations.. C’est que, s’il y a une catégorie qui subit le « tort » racial » et donc qui est « empêchée », qui est plus au chômage que le reste de la société : on peut s’interroger sur « qui bénéficie de ce fait racial ? » Et donc c’est cette relation entre deux pôles qui constitue le « racisme républicain »

– Justement, on vous reproche d’évoquer la question raciale et d’évacuer la question sociale !
H.B(3) : D’abord la question raciale est éminemment une question sociale, au sens où c’est un processus social qui crée la race ; donc c’est une question sociale ! Il se trouve que la race, au sens politique du terme, est un système qui empêche les catégories qui sont au plus bas dans la société d’évoluer positivement dans la société, et c’est ce qui fait que les noirs, les musulmans, les roms, sont au plus bas dans l’échelle sociale et plus au chômage que le reste de la société. Donc, il s’agit bien d’une question sociale ; il faut la traiter en la définissant de manière claire.

– Sur le chapitre consacré aux blancs : vous affirmez que les blancs, pour maintenir leur projet impérial, ont mis en place un appareil politique idéologique qui s’intitule « le système immunitaire blanc ». C’est quoi ce ‘système immunitaire blanc’ ?
H.B(4) :…heu…Je l’ai défini comme étant à la fois le monopole de l’éthique et…heu…rappelez moi… l’humanisme, effectivement. C’était une manière de prolonger le projet impérialiste après les indépendances. En réalité, les indépendances ont été des vrais mouvements d’indépendance dans le sens où il y avait des luttes qui ont amené à l’indépendance [… ?] mais le projet impérialiste s’est métamorphosé. Alors, effectivement les français sont partis d’Algérie, ça ne signifie pas que le système de la France-Algérie n’a pas perduré, ne s’est pas métamorphosé ; Or, souvent, en collaboration avec les dirigeants des pays concernés. Ce système là, qui perdure jusqu’à aujourd’hui –la France-Afrique- des rapports mafieux, des rapports de type mafieux avec le reste de l’ancien monde colonial (Algérie) il faut, d’une certaine manière, le justifier….en tous cas….donc en fait l’humanisme blanc et le monopole de l’éthique c’est une manière idéologique et politique de se racheter une bonne conscience en développant des bons sentiments…heu…vis-à-vis du monde….C’est des bons sentiments qui sont précisément l’apanage de ce que Nous, nous appelons la Sociale démocratie, c’est-à-dire ce champ politique qui va de la gauche : le PS jusqu’à la droite. C’est cette frange du champ politique français qui représente pour moi l’humanisme blanc.

– Sur le chapitre intitulé les juifs : vous affirmez pourquoi vous n’irez pas à Auschwitz !
H.B(5) : Oui, j’ai dit que je n’irai pas à Auschwitz parce que je trouve qu’il y a quelque chose d’obscène dans l’idée d’exiger d’une partie du peuple français, celui qui vit dans les quartiers populaires, celui qui est issu de l’histoire coloniale, qui a été victime de l’histoire coloniale et dont on ne reconnait pas encore le tort politiquement, et je trouve qu’il y a quelque chose d’obscène a exiger de lui qu’il aille à Auschwitz, qu’il aille endosser un crime qu’il n’a pas commis et qui a été commis par des états européens, donc de l’endosser moralement sans contre partie. Donc, en réalité, on nous demande d’endosser ce crime moralement mais à aucun moment on ne reconnait les crimes coloniaux et les crimes de la traite négrière par exemple, comme faisant partie de l’histoire de France. Il me semble qu’il y a une exigence politique majeure qui consiste à dire : il est important, il est nécessaire, il est même primordial aujourd’hui, si on veut aller vers une fraternisation, et bien que ce pan de l’histoire de France, qui est constitutif de l’histoire de France, et bien soit reconnu ; c’est-à-dire que le crime colonial soit pleinement reconnu et assumé, c’est-à-dire qu’il y a une exigence de réciprocité ! Et j’ajoute que si je ne veux pas aller à Auschwitz c’est aussi parce que Auschwitz est l’otage à la fois de l’idéologie israélienne qui est une idéologie colonialiste et l’otage de la bonne conscience française.

-Sur le chapitre : Nous, les femmes indigènes, vous écrivez, je vous cite «  j’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie et à l’islam. » Alors ça veut dire quoi : appartenir à ma race, à l’Islam, à l’Algérie ?
H.B(6) : Je viens de vous dire qu’il y a une idéologie républicaine. Je trouve cette chose dans l’histoire du colonialisme qui s’adresse aux femmes et qui leur dit en substance : échappez à votre famille, échappez à votre religion, libérez-vous. [Frangsuson.. ?] lorsqu’il s’est penché sur l’Algérie, il avait déjà cerné en fait ce projet qui est un projet de type colonial qui consiste à libérer les femmes malgré elles, du tissus social auquel elles appartiennent. Je refuse de me libérer du tissu social auquel j’appartiens. C’est un acte politique de ma part que de dire : j’appartiens à l’Algérie, j’appartiens à l’islam, j’appartiens à mon quartier, j’appartiens à ma famille. Cet un acte politique que de dire : je refuse cette agitation à une libération forcée.

– Vous dites «  forcée », vous acceptez donc le principe d’une libération mais selon vos conditions ?
H.B(7) : le principe de libération est toujours le bienvenu, à condition que ce soit mon fait et à condition que….qu’en fait ce soient mes conditions. J’ai le droit de le dire : j’aime ma famille, j’aime mon père, j’aime mon frère (mon père, ma mère, mes frères et mes sœurs ; Oh ! Oh ! ce sera le bonheur- de Claude François !! pas dans le texte !) J’aime qu’effectivement il y a conflictualité à l’intérieur de nos familles, mais il est hors de question qu’un pouvoir extérieur vienne m’inviter à cracher sur les gens de ma famille, ceux qui m’ont aidée, ceux qui se sont sacrifiés pour moi. C’est-à-dire qu’en fait le conflit, évidemment, il existe de partout, je ne le nie pas et je ne nie pas les rapports de domination, notamment de ce genre, à l’intérieur de nos communautés, mais il me semble que c’est à nous de les prendre en charge, avec notre rythme, avec notre agenda, sans qu’on soit invités par un pouvoir qui nous invite à nous libérer malgré nous ; et pour un dessein, et pour un projet dont je ne sais pas où il nous amène/emmène ( ?) et je ne veux pas être la complice de ce que je crois être un racisme républicain. (ndlr : je n’ai pas tout compris mais peut-être faut-il être femme, ou tout bonnement Madame H. Bouteldja pour saisir la finalité de cet exposé).

– Alors vous affirmez que « vous appartenez à l’islam, à l’Algérie, à ma race » et vous écrivez page 139, je vous cite « ce que je suis-je le sais : une femme moderne et intégrée, qui ne sait pas faire la kasra, et qui a appris la fierté de trahir sa mère ». Alors vous êtes qui ? Vous appartenez à l’islam, à l’Algérie et vous dites une femme intégrée, une femme moderne !
H.B(8) : Je suis tout à la fois ! C’est-à-dire qu’en fait je brosse le tableau de ce qu’est les conséquences de l’intégration en réalité. Alors qu’on est arraché à son histoire, et bien…heu…on est le produit des temps modernes. Et moi, on m’a appris en France à devenir une femme moderne.

– Vous acceptez d’être une femme moderne ou plutôt il y a un tiraillement entre la femme moderne que l’on vous somme d’être et le fait d’appartenir à l’islam et à l’Algérie ?
H.B(9) : Ce que je dis c’est que le produit de l’intégration française a fait de moi une femme moderne à qui on a appris la fierté de trahir sa mère. C’est ce que je dis effectivement. C’est mon histoire. C’est l’histoire des femmes de l’immigration de ce pays. Je le regrette mais je fais avec cette réalité ; mais ça veut pas dire que je m’arrête là : je souhaite stopper ce mouvement d’intégration.

– Comment comptez-vous justement stopper ce mouvement d’intégration ?
H.B(10) : Je suis et je me consacre aux « indigènes de la république » et je pense qu’il faut se libérer de ce statut qui nous enserre. Pour ça il faut une politique de libération.

-Mais se libérer de quoi ? De la culture d’accueil ?
H.B(11) : Non !….heu…heu…Se libérer d’un système qui vous opprime en tant qu’arabo-musulman par exemple, pour ne prendre que cet exemple là ; mais on peur en prendre plein d’autres….On pourrait dire en tant que noir. Et bien, pour se libérer de ce statut il faut proposer une politique de libération ; une politique de libération : on ne peut pas faire l’économie de ne pas penser les structures de l’Etat-Nation et des structures de l’impérialisme. Donc on est dans ce contexte là ; on est à l’intérieur de l’Etat-Nation ; on est à l’intérieur de l’Etat-Nation impérialiste, et bien il faut refuser les structures ; il faut refuser l’impérialisme, il faut refuser les rapports nord-sud, il faut refuser ces rapports nord-sud (2 fois) qui pillent une grande partie de l’humanité et qui crée les conditions par exemple de l’exode des réfugiés tout simplement. Il faut refuser de s’enrichir sur le dos du tiers monde. Il faut, à l’intérieur de l’Etat-Nation faire une politique de justice sociale. C’est ça une politique de libération, et ça, ça nécessite une politique de rapport de forces ; ça nécessite de faire de la politique tout simplement.

– Sur Sartre (Jean-Paul) : vous dites qu’il n’est pas Camus (Albert), qu’il n’est pas Jean Genet car, au-delà de sa sympathie qu’il peut avoir pour les peuples colonisés, Sartre n’a jamais remis en cause la légitimité et l’existence de l’Etat d’Israël !
H.B(12) : Alors je reprends ce slogan d’extrême droite pour me l’approprier à la fin et dire [ ? ? ?] ça peut être un slogan colonial. Je mets en opposition 3 figures intellectuelles françaises : Camus le colon qui a été condamné par mes grands intello. Algériens ; nous savons, d’un point de vue algérien, qu’il était un colon et qu’il défendait un compromis avec le colonialisme. Il y a Sartre qui était très engagé contre le colonialisme ; il s’est dit porteur de valises pour le FLN (ndlr : Front de Libération Nationale) ; c’était un personnage anticolonial de premier ordre. Il n’empêche qu’il a achoppé sur la question israélienne, donc en fait il a encouragé la création de l’état d’Israël et pour moi c’est l’angle mort de Sartre qui fait que pour nous il est un personnage français blanc inabouti (ndlr: cela arrive aussi à d’autre « penseuse » ayant plus qu’abouti en certains domaines). J’oppose cette figure Sartre à jean Genet qui lui, a pris fait et cause pour l’anticolonialisme dans toute sa globalité. Il était évidemment pro-palestinien, il était avec les Black Panthers, il était déjà aux côtés des luttes de l’immigration dans les années 60-70 en France, donc pour moi c’est l’idéal de l’allier blanc.

– Le dernier chapitre de votre livre s’intitule : Allahou akbar c’est-à-dire Dieu est le plus grand, formule purement musulmane, formule liturgique purement musulmane (ndlr : inutile d’en rajouter). Alors sur l’indigène musulman vous dites, je vous cite encore une fois : «  Oui, le Safouane indigène (ndlr : safouane : prénom musulman signifiant le pur, limpide, lisse) tire sa puissance, il est un homme politique qui s’ignore ! Alors pour vous, l’islam c’est à la fois un vecteur de mobilisation politique ou de spiritualité ?
H.B(13) : C’est une spiritualité et c’est un vecteur de mobilisation politique (ndlr : évidemment ! L’islam est intrinsèquement politique et religieux !). Et moi, ce qui m’a intéressée dans la formule Allahou akbar c’est que je lui trouve une force, une très, très forte puissance philosophique. Pour moi, Allahou akbar est une forme d’universalité qui invite à penser le fait qu’il y ait Dieu et, que par opposition à Dieu, il y a les créatures humaines (ndlr : tiré du dogme de l’islam) et dans les créatures humaines il n’y a pas de hiérarchie possible (ndlr : le coran dit le contraire : il y a des riches et il y a des pauvres !). Il y a Dieu qui est la hiérarchie suprême et nous qui sommes tout en bas, c’est-à-dire que pour moi Allahou akbar c’est un message qui signifie « l’égalinité » (oui, elle dit bien : égalinité) de tous les hommes ; et dans cette égalinité, si on comprend Allahou akbar dans sa dimension très fortement philosophique, et bien ça signifie qu’il ne peut pas y avoir de domination à travers de l’humain. On est très égaux. (voir HB2)

– Alors vous faites une proposition qui sont concrètes : vous proposez une politique de « l’amour révolutionnaire », une formule empruntée à un universitaire américain d’origine mexicaine, qui s’appelle Chella San Doba (?). Alors c’est quoi : l’amour révolutionnaire ?
H.B(14) : Alors, plus exactement : une politique de l’amour révolutionnaire, et ben qu’est-ce que c’est ? La question qui vient en amont, et bien, est-ce que la guerre est inéluctable ? On vient de vivre des moments très douloureux en France, heu…, des attentats, heu…, Charlie Hebdo, et plus récemment le 13 novembre (ndlr : 2015 : le Bataclan ; les suivants sont postérieurs à l’interview). Ca doit nous interroger profondément en ce sens : est-ce que la guerre civile est inévitable ? Est-ce qu’on doit se faire la guerre ? Est-ce qu’on est obligé de se faire la guerre ? Est-ce qu’on est obligé de se haïr ? Est-ce qu’on est obligé de se détester ? Ma réponse est Non ! Il y a une autre possibilité : c’est « l’amour révolutionnaire ». Et pour cet amour révolutionnaire il faut 2 conditions et ces conditions c’est les conditions de la justice sociale. Donc la réalité c’est : est-ce qu’on veut la paix ? Ma réponse est : Oui. Est-ce qu’il faut militer pour la paix ? Oui. Sauf que la paix est un projet, ce n’est pas un postulat de départ. Aujourd’hui on est dans un contexte extrêmement dur…heu…où il y a une offensive islamophobe….heu… extraordinaire (ndlr : hier y en avait-il une ordinaire ?) où les langues se délient ; où on a le sentiment …heu…où on va avoir du mal à endiguer ce mouvement. Et bien, avec les gens de bonne volonté (ndlr : les idiots utiles de l’islam !), avec tous ceux qui comprennent que nous (ndlr : ce ‘nous’ serait-il les ‘indigènes musulmans’ ou les ‘arabo-musulmans’ du chapitre précédent?) sommes entrain de vivre un moment inquiétant, un moment dangereux, et bien il faut se mettre autour d’une table, il faut réfléchir et proposer une alternative : l’Amour Révolutionnaire, ou une politique de l’Amour Révolutionnaire. C’est comment….résister…à…heu… Une politique d’abord ultra libérale, raciste qui…heu…opprime ….une grande partie…heu….du peuple français, celui qui vit dans les quartiers populaires en particulier ; je rappelle qu’il y a eu quand même entre 2000 et 3000 perquisitions dans le cadre de l’état d’urgence qui a traumatisé plusieurs centaines de familles ! Et bien, à un moment donné, il faut redire : est-ce en fait la politique du pire ou non ? (ndlr : moi pas bien tout comprendre parce que moi être souchien ! Et moi dire que ‘politique du pire’ vouloir dire aussipolitique du PIR’ = Parti des Indigènes de la République = parti de la madame qui parle)
Moi je pense qu’il faut…heu…sortir par le haut ; il faut lutter contre le racisme d’Etat, lutter contre les injustices sociales, lutter…heu…pour…heu…contre l’impérialisme…heu…luter contre la criminalisation de DDF (ndlr : Défense des Droits des Femmes ??), c’est extrêmement important. Tout ça milite dans le sens de l’amour révolutionnaire, et j’en profite pour dire qu’il y a en ce moment un mouvement qui a l’air de se constituer, qui prend forme et qui s’appelle « Né debout » ( ?). Et bien je pense que « Nez de Bout » ne peut pas faire l’économie de penser (ndlr : le peut-il ?) la question soulevée par les quartiers populaires en terme de violences policières, en terme d’état d’urgence, en terme de perquisitions, en terme d’islamophobie, en terme de négrophobie (ndlr : le CRAN de M. Tin, semble accepter ce néologisme), en terme de contrôle au facies, en terme de sionisme, en terme de relations nord-sud. Et bien toutes ces questions là sont les conditions pour sortir par le haut, avec les quartiers populaires, avec ce que représente « né debout » d’une politique de résistance contre un gouvernement qui…heu…à priori, ne nous veut pas que du bien.

-Merci à vous, et je rappelle le titre….

Transcription réalisée en août 2016 par Pierre Le Jeune (ndlr = note de la rédaction/transcription)
Ce livre sorti en 2015, aurait suscité une forte polémique (voir en introduction) ! Où, Quand ? Comment ? Ce qui est certain c’est que la présentation orale ci-dessus rapportée (avec des difficultés expliquant les manques, les interrogations, les blancs) m’a amené à en faire une critique toute personnelle, incomplète et elle-même critiquable, intitulée « vers une politique de l’amour révolutionnaire »

Pierre Le Jeune

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de

Eric

D’après ma lecture du Coran, Mahomet est ouvertement misogyne et pédophile.

Heil Daesh

Romanin

Très bien monsieur Le Jeune, j’ai lu avec un grand plaisir votre »critique personnelle », magnifiquement aboutie très complète et non critiquable. Je pense que pour vous ce fut dur et fastidieux d’essayer d’analyser les délires psychotiques de l’étron porte parole du PIR.
Désolé, mais vous ne pourrez pas me féliciter pour ma curiosité littéraire et mon obstination, car je me suis arrêté à son tout premier paragraphe et j’accepte bien volontiers d’être traité d’ignare et de mauvais lecteur.
Par contre, je vous félicite pour votre transcription et vos remarques bourrées d’humour. À vous lire rapidement

Bordel de dieu

Ces pas la première à utiliser ce mot en Algérie ces courant sous arabe sous musulmans alors sous chien elle rien inventé la grande

serpent réchauffé dans notre sein, salariée de l’Institut du Monde Arabe, elle ose nous cracher dessus de puis 20 ans bientôt

Maurice

En notre sein, elle jouit totalement de la liberté du culte, de la culture, et même du cul bien mieux que dans un paradis islamique genre Arabie Saoudite.
Elle est uniquement payé pour faire croire que le monde arabe ne se limite pas à un livre et que les musulmanes ont encore le droit de pérorer en France à propos du Coran et de la charia…

lepelblanc

Je ne sais pas comment une personne saine intellectuellement peut résister à lire ou à écouter entièrement les déjections fécales de cet anus ambulant? Franchement! Il faudra un jour prochain (bientot?) qu’elle passe à la caisse, elle et tant de ses amis qui puent dans cette fosse septique qu’est l’islamisme!

Maurice
Maurice

Si elle aimait tant que cela sa religion elle ne vivrait pas une seconde de plus parmi les mécréants, kofars et autres chiens infidèles. Il est interdit à un musulman de vivre dans un pays qui n’applique pas la loi coranique. L’islam l’oblige pourtant à la « hijra » (retour au pays) mais l’atavisme des musulmans cupides est l’hypocrisie et le mensonge.
Ainsi ne pouvant être de véritables salopes en islam elles doivent se contenter d’être de vertueuses musulmanes dans le bordel européen des mécréants.

Boudry

dehors

laurent k.

Cette beurette aura à faire sa valise en 2017
Ou se sera l’expulsion manu militari
Ils ont assez profité de notre tolérance issue de notre civilisation judéo-chrétienne
Dans laquelle ils n’ont pas leur place sauf en ennemi
Bon retour au bled
Là bas il n’,y aura pas la café et toutes les aides sociales
Finit d’être le con qui paye : le DHIMMI

Laetitia

merci pour cette analyse, si bien documentée; et votre générosité à faire le travail de déchiffrage. Pas question de lire le livre en question; nous savons maintenant son inutilité et sa nocivité. Et puis, quand on aime la pensée solide, la critique fine et perspicace et l’originalité du style qui font la gloire des écrivains, pamphlétaires et autres fleurons du génie français…quel ennui qu’un tel écrit!

Dugenou

« Pas question de lire le livre en question; nous savons maintenant son inutilité et sa nocivité. »
En plus on ne va pas être assez stupides pour acheter ce torchon et donc financer la subversion islamique!

APOLLON :

Vous voulez savoir réellement sur Houria Bouteldja et pourquoi Houria Bouteldja et qui est commun à toutes les musulmanes de la scène politico–idéologique en France ??? à la base de sa psychologie il y a ce fantasme érotique de l’Homme Français gaulois beau comme Alain Delon …c’est son imaginaire le plus refoulé ( comme d’ailleurs toutes les beurettes coquettes et qui ont cette ambition française d’arriver ) ce fantasme est insufflé par une insatisfaction psychanalytique inconsciente envers l’homme arabe de son milieu d’origine et travaillé aussi en sous main par le Tabou féroce de l’interdit théologique musulman et tribal arabe… lire la suite

Maurice Melat

L’islam n’est pas une religion. C’ est de la diarrhée mentale pour dégénérés.

CARLO MARTELLI

Cette mal baisée est malheureuse, malheureuse de ne pas etre une Blanche, malheureuse en elle meme et elle en veut a la societe (blanche) d’etre ce qu’elle est, c’est a dire algerienne et non pas Parisienne avec ses belles qualités et ses gentilles defauts ,non , même son nom lui colle a la peau et ça lui donne la nosée, elle veut etre ce qu’elle ne sera jamais, une femme normale avec un coeur d’AMOUR et pas un coeur de HAINE typiquement musulmane jusqu’au trognon. elle a besoin de d’injections CHRETIENNES et de se laver de cette Haine mohamedienne de… lire la suite

Louve Normande

Imaginez ma fierté de savoir/connaitre ma supériorité de blanche, toute provinciale que je suis, sur ce « personnage » ! ;)

APOLLON :

Pour une Louve Normande le plus important c’et de ne pas se savoir supérieure ou inferieure à cette dame musulmane immigrée Bouteldja … ces poses de supériorité et d ‘infériorité ne sont que des attitudes toutes relatives , sociales , donc futiles je dois dire , elles ne conviennent pas à la Wolf Attitude d’une Louve et Normande de surcroit, du haut de sa cime , l’allure altière et carnassière et le regard plongé dans les dernières lueurs du soir quand le silence du Boccage est à son apogée .. En même temps que l’âme de la Louve, en cet… lire la suite

Ludovic Lagrogne

Un vrai poète !

Dugenou

Un miracle est toujours possible. Tel Saint Paul sur le chemin de Damas, elle pourrait être soudainement inspirée par l’Esprit saint, devenir chrétienne et prendre à la ville le nom de Claudine Dupont.

zorglub

en fait , et après lecture fastidieuse j’en conclu tout bonnement que cette est mal b….
d’où ses divagations.

Ludovic Lagrogne

Il faut la comprendre cette inférieure pondeuse qui doit accepter le viol conjugal: Sourate 2, verset 223 : « Vos épouses sont pour vous un champ de labour. Allez à votre champ quand vous le voulez. « Non seulement mal baisée, mais rabaissée à sa condition infantilisante: Sourate 4, verset 34 : » Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont soumises, obéissantes, et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec… lire la suite

esus

Cette petite chose devrait faire ses valises et assumer l’indépendance et l’autonomie de l’algérie.Même pas cap juste bonne à déverser son venin

montecristo

Tous ces musulmans qui veulent nous donner des leçons de démocratie sous prétexte qu’on ne les laisse pas pratiquer l’islam … me font vomir !
Leur connerie est à l’image de leurs contradictions et de leurs mensonges !

Francois Desvignes

A chacun sa bonniche de service. Hollande s’était trouvé Taubira, L’Oumma a déniché Houria. A chaque bonniche, son style : Taubira dans le roman de gare emphatique et verbeux Houria dans le salmigondis de ses contradictions. A chacune sa névrose idéologique : Taubira, indépendantiste de salon, déteste les blancs dont elle vie, et méprise les noirs parce qu’ils font comme elle Houria,pseudo théoricienne du F.L.N de 1962 en 2016, reproche au Coran d’être musulman, aux musulmans d’être coraniques et aux blancs de s’être aperçus que c’était une imposteure. Mais elles ont un point commun : Elles reprochent au Bon Dieu… lire la suite

Marie

Houria bouteldja? Je n’ose pas dire ici ce que je pense d’elle. Allah a dit que « nous sommes tous égaux »? Alors elle devrait m’expliquer ce verset. An-Nahl 16.71. Dieu a favorisé certains d’entre vous plus que d’autres, dans la répartition de Ses dons. Or, ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à se démettre du surplus de leurs richesses au profit de leurs esclaves, au point que maîtres et esclaves y deviendraient tous égaux. Renieraient-ils donc les bienfaits de Dieu? Comment Allah peut dire que nous sommes tous égaux alors qu’ici il reconnaît qu’il en a… lire la suite

montecristo

Marie
Ne cherchez pas ! Le Coran dit tout … et son contraire !

Aucune logique, aucun amour, aucune empathie pour qui que ce soit, aucun respect profond, aucune tolérance dans le bouquin vert…. Ne rien en attendre, si ce n’est soumission, souffrances spirituelles, physiques et morales pour tout ceux qui le critiquent, rejettent et le haïssent.
Sauf les gros malins de la politique qui jouent avec le feu en voulant bêtement nous faire croire au contraire, par intérêt, calcul électoral ou manque de fermeté.
Il faudra se débarrasser de ce cancer qui n’apporte que la mort et des terres arides, moches et vides de la vraie vie.

Agathe
Agathe

Des gens comme elle m’ont poussé à apprendre l’histoire vraie pour me préserver de leur propagande. Elle est donc contre-productive tant pour les Gaulois que pour sa communauté de taulards maghrébo-islamistes. Grâce à ses provocations je connais les détails sordites de l’histoire de l’Algérie, avant, pendant et après la France et avant/pendant/après le FLN. Je sais que les, noirs vendaient les noirs mais que les plus grands vendeurs d’esclaves de l’histoire du monde sont et ont toujours été les Maghrébins et les Turcs. (plus de 1400 ans de traite des esclaves non-stop) Je sais que la France est le premier… lire la suite

Houria Boutelja est la caricature de ces beurettes qui veulent vivre en femme libérée mais qui sont tellement infectée par leur religion d’amour et de paix ainsi que par tout le fatras anti – racistes, qu’elles s’enchaînent elles – mêmes! Pauvresses écervelées!

Conophobique

J’ai pas tout suivi chez la dame. Mais j’ai été jusqu’au bout. Et je pense, parce-que le souchien peut penser parfois, que cette dadame a le cervelet bien mal en point, mais qu’au final elle va finir par nous aimer. Car cet amour qu’elle semble appeler des: souchiens , des blancs, des mécréants, des esclavagistes racistes, elle va finalement sur le tard le trouver dans l’âme même des Occidentaux, dans ceux-là même qu’elle exècre aujourd’hui. Il est évident que lorsqu’elle aura fini de tourner en rond elle recevra cette évidence que ce qu’elle recherche se trouve justement dans cette société… lire la suite

BUTTERWORTH

oula pire que du taubira BIZARREil n y a QUE LES ARABO MUSULMANS ayant des problemes problemes non inherents a la france mais partout en europe et dans le mondeA ELLE DE TROUVER LES CAUSES voir aussi avec la communauteASIATIQUE POUR SAVOIR COMMENTILS FONT malgre les mechants blancs ou les hindous malgaches peruviens ectect et AVEC QUI ILS ONT DES PROBLEMES

APOLLON

la dame a raison sur un point .. les gaulois ( entre les deux tours) depuis 40 ans ont ont toujours gavé de leurs votes le Golem qui va les dévorer .. et ils vont encore voter pour Juppe ou Hollande et Sarkozi … pour plaire à BHl et à Danny … ou comment un peuple infantilisé court à son suicide national

Glubard

Beaucoup d’algériens hommes et femmes qui participent à des forums répondent lorsque l’on leur demande ce qu’ils font chez nous, ils vous répondent qu’ils sont la pour nous faire rendre gorge et récupérer ce que  » nous  » leur avons volé pendant les 132 ans « d’occupation » Française de leur pays . Lorsque vous leur répondez qu’en partant nous leur avons tout laissé, ils vous rétorquent qu ‘ils ne l’avaient pas demandé : création des constructions d’infrastructures ( ports, routes, barrages, fabriques,exploitations agricoles, aéroports , écoles et universités , hôpitaux , découverte et exploitation des puits pétroliers et gaziers etc…).Cette femme… lire la suite

Pourquoi avons – nous envahi ce qui n’était pas encore l’Algérie? Les muzs enlevaient les blancs en mer et sur les côtes!

Maurice

Pour donner de nouvelles terres et ainsi dédommager à bon compte les aristocrates expropriés de leurs biens depuis la Révolution Française de 1789…

??????