Pour Veyrat-Masson, Marine parle insécurité parce que c’est la mode !

Publié le 7 septembre 2020 - par - 25 commentaires - 1 234 vues

 

Ben voyons ! Pour dénigrer le propos développé par Marine Le Pen ce dimanche à l’Université d’été, Mme Veyrat-Masson (inévitable sur chaînes publiques et privées, chercheuse et directrice de laboratoire au CNRS, historienne, sociologue des médias, enseignante à Sciences Po etc. etc.), ne trouve rien de mieux que de dire, sur BFM : « ce thème de l’insécurité, c’est “un thème à la mode” ! ».

Ben oui, bien sûr, vous savez, les thèmes des discours sont comme les défilés haute couture, ou les couleurs des tissus d’ameublement ou des voitures, ou le hit-parade de chansons, c’est basé « sur la mode » ! Vous voyez, ce sont des sujets qu’on impose aux Français… malgré eux ! Les Français voudraient évoquer autre chose, mais c’est de cela dont ils vont parler, parce que cela leur sera imposé dans leur subconscient par les aigris, les moisis, les recroquevillés et les réseaux de la fachosphère ; ceux que Dupond-Moretti voudraient dissoudre…
« La mode » de Mme Veyrat-Masson, c’est le « ressenti » de l’avocat de Merah et des djihadistes, quoi !! Mais elle nous prête un pouvoir que nous n’avons pas, nous, les exclus du débat politique sur les médias, nous, les bannis des juridictions du « Mur des Cons », nous, les pourfendus des lycées et universités ! Comment réussir à imposer le « ressenti » ! Eux ont moins de mal à matraquer leur idéologie et leur pensée unique avec « raciste », « extrême-droite », « front républicain » et autres slogans !

Alors, plusieurs remarques :

1) Cette chercheuse, qui continue à chercher pour nous grâce à nos « sous-sous », évoque « le thème à la mode » comme elle et d’autres disaient pour les discours des souverainistes « le fond de commerce », équivalent élogieux à un « fond de culotte » ; ou comme ces mêmes gens de cette caste médiatico-politique qui parlaient de « surfer sur les peurs ! ».
Dites-moi, de quels discours de quelle personnalités politiques utilise-t-on des termes aussi réducteurs et aussi péjoratifs ? Dit-on d’une tirade de Mélenchon que c’est « un fond de commerce » ? Dit-on du propos des Verts qu’ils « surfent sur les peurs » ? Dit-on que les discours de Macron font et l’un et l’autre « en même temps ?! »
Ah, il me faudrait chercher au CNRS pour avoir, peut-être, une réponse !!!

2) Déjà, par définition, on ne peut utiliser ce mot « mode », car il signifie « éphémère », et recouvre de la « frivolité et du superflu » ; il est souvent lancé par couturiers, designers, personnalités qui vont créer un phénomène qu’un grand nombre va suivre : donc là, ceux qui font ces discours seraient ceux qui lancent une mode ? Par quel miracle ? Et ceux qui suivent la mode, c’est qui ? Ceux qui sont dans le « ressenti » et non les Français victimes au quotidien ?! Allons, un peu de sérieux et surtout de respect !
Si c’est « à la mode » comme elle dit, c’est bien parce que cela revient tout le temps dans l’actualité ; et si on en parle depuis des décennies, ce ne peut plus être un épiphénomène ! Et si ces faits d’ensauvagement sont récurrents, c’est parce qu’ils ne sont jamais combattus !

3) Mais quel outrage, quel manque de respect proférés par cette femme vis-à-vis de tous ces Français qui subissent non pas « cette mode », mais cette violence !!
Pour elle, la société qui se délite, les guets-apens et caillassages sur les policiers, les pompiers, les ambulanciers, les prisons surpeuplées, le laxisme judiciaire, les dealers, les fraudeurs de toutes sortes, les clandestins, les djihadistes, radicalisés et « fichés S », les imams salafistes, les multirécidivistes en pleine nature, les non-reconduites à la frontière, les musulmans qui placent l’islam au-dessus de la République, les zones de non-droit, les attaques au couteau, les viols, tortures, meurtres, attentats, ce ne serait qu’un « phénomène de mode » !

Quand un homme, une femme se font frapper à coup de tournevis, de marteau, de bouteille, de battes de base-ball, de poignard, ils ne le subissent pas pour être « à la mode ! ».
Si des femmes se font violer, torturer, tuer, ce n’est pas pour être « à la mode » !
Et si, dans des discours, on est « à la mode », ce n’est pas pour suivre « celles qui sont à la mode », les victimes, mais c’est pour désigner les coupables, tous les coupables, et y exposer les solutions radicales pour endiguer le mal voire le réduire au mieux !

Il manque à cette consultante média, spécialiste de communication, beaucoup de vocabulaire… ou alors elle le restreint, elle, pour être « à la mode » de la bien-pensance et pourfendre les populistes qu’elle exècre !!

Alors, au nom de toutes ces victimes du quotidien, je suis outré que cette fonctionnaire puisse sortir un tel blasphème à toutes ces victimes blessées dans leur chair, ces familles endeuillées et meurtries à vie, à toutes ces victimes décédées ne pouvant lui rétorquer : « On aurait aimer vivre sans suivre la mode ! ».

Loïc Mansard

Professeur

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
xavier

suite: cet ouvrage plaira à toutes les victimes abandonnées et même accusées.
la création d’une nouvelle justice est souvent demandée par tous les témoins de ces drames.
Depuis plus de cinquante ans, les radicaux gauchistes veulent la mort de la prison et de la répression en général.Cette démolition est bien expliquée dans le livre “quand la justice crée l’insécurité” comment s’étonner que le caïdisme et les crimes sexuels à l’égard des enfants et des femmes explosent; que les citoyens craignent d’être agressés dans des lieux de plus en plus nombreux?
la loi de la jungle s’installe sous le regard impavide de la “dénisphère” comme l’appelle le spécialiste Psy Maurice Berger qui vient de publier un livre sur la violence de certains jeunes récidivistes très dangereux.

xavier

Le vocabulaire méprisant à l’égard des citoyens courageux qui osent décrire le réel de l’insécurité ne date pas d’hier.Il prend sa source dans la partie délirante et perverse de mai 1968.S’il y eu quelques bénéfices sur le plan des libertés pour les femmes , il y en a eu malheureusement beaucoup plus sur les libertés des criminels.L’inversion accusatoire est souvent devenue la règle et perdure aujourd’hui.Un des meilleurs livres expliquant ce phénomène qui est un fléau est décrit dans le livre”sécurité, la gauche contre le peuple” d’hervé Algallarondo(étonnant journaliste politique au nouvel obs)
Par la suite d’autres ouvrages ont confirmé ces analyses.Lire et recommander la lecture du remarquable ouvrage de Xavier Bébin(criminologue:”quand la justice crée l’insécurité”.

Michel de Belcourt

Oui comme vous dîtes encore une chercheuse qui cherche, nous en avons assez de toutes ces connes et cons qui ne sortent que des âneries histoire de se faire mousser, le résultat est là on est dans la moise et on est pas prêt d’en sortir, ça promets pour les prochaines élections. Il serait temps de ne plus perdre son temps à écouter tous ces blablateurs.

Sei

C’est fou ce que l’on peut voir comme cnrs ces derniers temps.

F. FERRANTE

Bravo pour votre article !
Vous avez bien raison : cette pauvre idiote est complètement à côté de la plaque. J’ai l’impression que nous collectionnons les “chercheurs” les plus crétins de la planète !
D’abord ils ne trouvent rien et lorsqu’ils trouvent : c’est inutile et idiot !
Avec le coronavirus, nous avons d’ailleurs pris toute la mesure de la déliquescence la plus totale chez nos têtes “pensantes”….
Au moins ils pensent, au mieux nous nous portons !

Antécumé

Encore une chercheuse qui cherche!
Pour ma part je préfère une trouveuse!

R2D25

Vielle salope qui ne cherche rien !!
Son seule objectif vivre confortablement sur le dos des sans dents.
Parasite d’état…

Daniel

Qui vivra VERRAT !

Khamsa

Cul et chemise avec entre autre Pascal Blanchard, qui aurait dû s’appeler Noirard, c’est tout dire !

Claude Germain V

oh ! comme tu avais raison mon cher ami , bien des années après , je n’ose même pas imaginer Michel Ange entre la sculpture de deux statues , aller vidanger la deux-chevaux du voisin ou voir macronus minus retraverser la rue pour aller chez Roottschildddd demander du travail ? , ça par contre c’est pas évident …

Claude Germain V

Pour cette caca-vera , apprenez chère petite , qu’une personne X ou Y QUI NOUS SORT 50 DIPLÔMES DE COMPLAISANCE COMME VOUS ! cela ne se peut , car pire dans les domaines annoncés , on ne peut pratiquer la physique a haut niveau et la philosophie , pareil , entre autre science pOOO , vous vous rendez compte ? apprendre a faire pOOpOOo , a cause de l’odeur comment voulez vous assise sur la chose apprendre en même temps la physique ??? , granddd ! immmmensssee foutage de gueule tous ces morceaux de papier chiotte exposés contre un mur , cela prouve bien votre incompétence ,car comme me le fit comprendre un grand ami DRH d’une des plus grande société française d’aéronautique voila quelques années : ” tu sais J.C , la polyvalence est le début de la médiocrité “…oh ! comme tu avais raison

Hellène

C’est vrai que, depuis quelque temps, les coups de couteau à la jugulaire, c’est très “tendance”…

Jill

L’insécurité est à la mode, comme l’egorgement. Il suffit de s’y habituer…

pub

Une belle gueule à faire des orgies dans le 16 ème .

Occidentale

Qu’attendre de plus de cette vieille groupie activiste sur les plateaux tv en pro socialop-campagne d’un Théâtreux impubéral allumé.

Charles

Tant que les malfrats s’en prendront aux petites gens, au peuple dit populiste, ils n’obtiendront jamais rien. Ils courent après des bouts de chandelles.
Les malfrats devraient s’en prendre à la tête ainsi qu’à ses courtisans pour gagner. Mais auront-ils le courage de bien cibler leurs ennemis, car les petits ne sont en rien responsables de leur malheur ?

Filouthai

Est ce AllaH mode de chez nous ?
Encore une chercheuse qui cherche et qui ne trouve rien !

R2D25

Très bien vu.

patphil

ben oui l’insécurité est à la mode depuis que le karcher n’a pas été utilisé

zéphyrin

cette très jeune fille (vraisemblablement) a sans doute peu de vécu et peu d’expérience.
pardonnons à celle qui n’avait jamais entendu parler d’insécurité avant la “mode” d’aujourd’hui.

Occidentale

.?. Elle a l’âge de brigitte trogneux.

Chrisomac

Je savais qu elle était au CNRS et je ne pensais pas qu elle était bécasse à ce point.

Jill

Si elle n’était pas une vieille bécasse hypocrite, elle ne serait pas au CNRS…

amril

Au FN, immigration et insécurité ‘sont à la mode depuis quarante ans’, imbécile, vu la descente aux enfers du pays de septennats en quinquennats.
Encore une chercheuse payée à ne rien trouver et qui donc assène des conneries, répondant ainsi à ses ‘patrons’ payeurs exigeant une contre-partie à un salaire sûrement élevé.
Le FN qui ‘surfe sur l’insécurité, sur l’immigration’… c”est même l’accusation principale de toute la classe politicarde pourrie qui au vu de ses glorieux résultats, lui donnait pourtant du grain à moudre d’élection en élection.
Mais le franchouillard ne voulait rien entendre que la propagande grossière des traîtres.
Et nous sommes en bonne voie pour que ça continue.

BERNARD

Ça doit être la pouf de mucchielli, entre chercheurs au CNRS incapables de trouver quoique ce soit d’intéressant, et même de tout falsifier comme les “chercheurs” du Lancet !.. ll faut bien paraître pour justifier son salarie.

Lire Aussi