Pour la musulmane Najat Vallaud-Belkacem, plus dure sera la chute

Publié le 5 février 2016 - par - 4 commentaires - 3 590 vues
Share

BelkacemislamoL’émission « supplément » de Canal + du dimanche 24 janvier 2016 a entrainé réactions, enquêtes, interrogations, prise de conscience, etc.

L’invitée principale de cette émission, d’environ une heure, était la ministre de l’Education nationale, de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur : Najat Vallaud Belgacem (suite : N.V.B.).  A la suite de son interview portant principalement sur la lutte contre la radicalisation et la mixité sociale, plus la réforme du Collège, se sont succédé en sa présence trois personnes : le président de l’ONG Baraka city, Idris Sihamédi, l’humoriste Jérémy Ferrari et, en fin, l’un des plus grands créateurs de mode français : Nicolas Guesquière.

Quand vint son tour, Sihamédi prit place en disant : « comme certains rabbins, je ne serre pas la main aux femmes ». Quand le journaliste lui demande s’il condamne l’Etat islamique, Sihamédi se présente comme un « musulman normal » (il n’y a pas 36 sortes de musulmans) et d’ajouter : « la question me gène », « ce n’est pas qu’on ne condamne pas l’E.I, c’est qu’on essaie d’avoir une certaine pédagogie pour essayer de discuter avec les jeunes et pour leur faire comprendre qu’on est une alternative qui est bien, qui est pacifique », « nous pratiquons un djihad pacifique et humanitaire » (On connait la pédagogie musulmane : embrigader, fanatiser, et le pacifisme de l’islam !). A la question : « soutenez-vous l’E.I? », l’humanitaire utilise le conditionnel ! « s’ils tuent, s’ils brûlent des gens dans des cages, etc, je ne vais pas vous dire oui. S’ils tirent sur des femmes enceintes, je ne vais pas vous dire : je ne condamne pas » (Mais il n’a pas dit qu’il condamnait les tueries, les victimes brûlées, les femmes enceintes éventrées ; voilà la dialectique musulmane !).

Comment réagissez-vous à ces propos, madame la ministre ? D’abord elle exprima un Non puis se reprit « Je pense que c’est une association qui porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met mal à l’aise sur votre plateau ; donc je ne rajoute rien » (propos marqués par un regard en haut, à gauche, indiquant une recherche d’information dans la mémoire : cela expliquerait le « mal à l’aise » de madame la ministre !).

Le lendemain (mardi 26), la ministre tenta de se justifier sur Facebook, pendant que le député apparenté FN, Gilbert Collard, l’interrogeait sur le réseau social: « Alors Madame, où sont passées ‘vos valeurs républicaines’ quand cet homme, devant vous, rechigne à condamner l’E.I. ?». Puis le mardi, dans le journal Le Parisien, elle s’en prend à la Production de l’émission ‘Supplément’ avant d’avoir à répondre à l’Assemblée nationale aux « questions au gouvernement ». Là, le député Yves Nicolin l’interpelle : « Une ministre passive qui réagit à minima devant des propos proprement scandaleux / vous n’avez pas eu le courage de vous lever, de donner l’exemple. Madame, par votre exemple, vous avez laissé faire, par votre complaisance, vous n’avez pas été à la hauteur. » (Il y à longtemps qu’elle n’est pas à la hauteur !). En réponse au député, N.V.B. a dénoncé  des « polémiques artificielles » ; elle ajoute qu’elle avait condamné sur le plateau de Canal+ les propos de ce responsable d’ONG musulmane ( Taqyya musulmane) et qu’elle « avait refusé de servir la soupe à ce monsieur en lui offrant une tribune supplémentaire. M. le député on ne débat pas avec les ennemis de la République ; on les combat. Mon combat est total. Il exclut tout dialogue artificiel et toute mise en scène. » Seulement personne ne l’a vue, ni entendue combattre, même partiellement, sur le plateau de Canal+ ! Mentir ne l’a jamais étouffée ; c’est d’ailleurs un de ses moyens de se défendre, ou de défendre un projet.

Le mercredi 27, le Figaro nous apprend que le président Sihamedi, salafiste, était fiché « S » ! Le 31 janvier, le Supplément contre-attaque en affirmant : N.V.B. savait !!!  Contrairement à ce qu’elle a pu laisser entendre (que Supplément aurait voulu faire un buzz et la piéger en invitant un inconnu. Voir sa réponse au député Nicolin laissant entendre qu’elle ne savait pas et qu’elle avait été piégée ; et que son combat exclut toute mise en scène !). « 24 heures avant l’enregistrement, nous avons averti madame N.V.B. par écrit du contenu de l’émission ». Donc : oui, elle savait !

On est en droit de se poser des questions sur « les valeurs » qui animent cette personne, première femme ministre de l’Education nationale, à 37 ans. C’est le premier poste budgétaire de l’Etat et c’est un poste devant assurer l’avenir du pays : formation des jeunes, des adultes, recherche. Ce n’est donc pas un ministère à mettre entre n’importe quelles mains.

Alors, un petit rappel de son parcours de formation et politique, avec quelques observations, permettront de mieux cerner la personne.

– Najat Vallaud-Belkacem, née au Maroc en 1977, arriva en France à l’âge de 5 ans. Elle obtint son bac économique et Social à 18 ans puis sa licence en Droit à l’Université d’Amiens. Elle sort diplômée de Sciences Po. en 2000, après deux échecs à l’E.N.A.

-Elle commence sa vie professionnelle comme juriste dans un cabinet parisien d’avocats.

-Elle entre au P.S. en 2002 et rejoint l’équipe de Gérard Collomb (Sénateur-maire de Lyon) et en mars 2004, est élue Conseillère municipale ! Voilà quelqu’un qui s’adapte vite et qui plait rapidement.

-En 2006, elle est l’assistante parlementaire de Béatrice Marre (Oise).

-En 2007, elle se présente aux législatives dans la 4ème circonscription de Lyon où elle est bien battue par Dominique Perben (43% contre 57%). La même année, elle devient porte-parole de Ségolène Royal qui se présentait à l’élection présidentielle.

-Toujours en 2007 : le Roi Mohamed VI la nomme « membre du conseil de la communauté marocaine de l’étranger » (CCME). Pourquoi faire ? Interpellée par un député, elle affirme avoir quitté cette instance en décembre 2011. Cependant, 3 ans plus tard (site « islam de France » en date du 21 septembre 2014), son nom apparaît au CCME en tant que membre du groupe de travail « approche genre et nouvelles générations ». C’est bien une Marocaine musulmane menteuse. Et dangereuse, car le CCME a pour mission d’émettre des avis en vue de la défense des intérêts des Marocains de l’étranger et de renforcer leur contribution au développement du pays, réflexion sur l’islam en Europe, évaluation des politiques publiques. Madame ment sans vergogne, mais avec le sourire tueur d’une gamine.

-En mars 2008 : NVB est élue conseillère générale du Rhône chargée de la jeunesse et de la vie associative.

-Le 16 novembre 2011, F. Hollande, vainqueur aux primaires de la gauche, la nomme porte-parole pour sa campagne présidentielle etc.

-Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre des droits de la femme et porte-parole du gouvernement de J.M. Ayrault. Ce dernier ayant annoncé que tout candidat battu aux législatives devrait quitter le gouvernement, NVB retire aussitôt sa candidature à Lyon, face à Dominique Perben !! Audace et convictions ne font pas partie de ses qualités.

-Le 2 avril 2014 (gouvernement Valls), elle est nommée ministre des droits des femmes, de la ville et de la jeunesse et des sports ! Ambitieuse à en perdre tout jugement ! Et 5 mois plus tard, le 26 août 2014, la voilà nommée ministre de l’E.N, de l’Enseignement Sup. et de la Recherche !

Elle atteignait alors son niveau d’incompétence : en avril 2015, elle présentait le « projet de réforme de l’enseignement du collège » dont elle n’était pas la créatrice ! En proie à de vives attaques de la part de l’opposition et de certains enseignants, Najat Vallaud-Belkacem reçoit le soutien de son prédécesseur. Le 18 mai sur RTL, l’ancien ministre de l’E.N soulignait que cette reforme était « absolument nécessaire », qu’elle était demandée depuis des années par l’ensemble droite et gauche, que l’école française va mal, que les résultats scolaires ne cessent de décliner et que « si cette réforme ne se fait pas, notre pays aura d’énormes difficultés » !

Répliquant à ses détracteurs (le Figaro du 18 mai 2015), NVB souligne que « les seules réformes consensuelles sont celles qu’on laisse dans les tiroirs. Un certain nombre de responsables politiques qui s’expriment contre la réforme – je pense à F. Bayrou par exemple – ont été très généreux avec leurs tiroirs ; beaucoup sont moins généreux avec l’avenir de nos enfants ». Voilà un éclairage lumineux, argumenté, démontrant l’incapacité de NVB à défendre en profondeur le projet.  Madame NVB se dit prête à débattre avec Bruno Le Maire parce qu’il faut « que le masque tombe » et poursuit: « les contre-propositions présentées parle le député B. Le Maire ne proposent pas d’initier tous les collégiens au latin et au grec, il propose seulement d’en initier quelques uns. Il veut distinguer dès l’âge de 11 ans les enfants qui apprendront les humanités et ceux qui apprendront la mécanique ».  Cette personne a l’art de retourner et éluder les problèmes sans répondre aux critiques.

La ministre se trompe parfois d’interlocuteur (le 21 mai 2015 : débat du grand jury RTL-LCI-Le Figaro) : au détour d’une phrase NVB, qualifie l’UMP (de l’époque) « d’hydre ». M. Le Maire s’indigne et lui demande si elle savait exactement ce qu’était une hydre ! « Oui, à plusieurs têtes », a-t-elle répondu.  Bruno Le Maire (agrégé de lettres) a alors souligné qu’il s’agissait d’un terme injurieux et que ce n’était pas digne du porte-parole du gouvernement de traiter ainsi l’opposition. Le niveau faible de culture générale de NVB ne lui permettait pas de savoir qu’une hydre, animal à plusieurs têtes, était surtout un monstre exhalant un dangereux poison. Méconnaissance et erreur de jeunesse ou manque de maturité ?  Auparavant NVB avait affirmé reconnaitre « un homme de droite à une forme d’indifférence ou d’acceptation, voire de légitimation des inégalités ». Agression gratuite quand il n’y a pas d’arguments valables.

En résumé, Najat Vallaud-Belkacem, musulmane de naissance, manie le mensonge avec un sourire qui commence à se faner. Cette sainte-nitouche a séduit et servi de faire-valoir, mais son manque de maturité et son incompétence font qu’elle a atteint son apogée politique.

Maintenant la chute.

PIERRE   LE  JEUNE              

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Appoline

Non ! on est des cons, l’éducation des frenchies se fait sous la coupe d’une binationale marocaine-« française », bravo à tous les lâches de la république. A quant la tenue foulard dans les écoles de la république ? par ailleurs il parait que l’immam qui tiendrait la grande mosquée européenne près de bordeaux « hmm » le bon bordeaux serait le frère de tarik ramadan ?????? chutttt on ne sait rien

SK

Nous avons mesuré toute l’insuffisance et toute la vacuité du personnage, ambiguë et morte de trouille et soumise devant un salafiste, bi-nationale, conservatrice et taiseuse au Maroc mais soutient de tout ce qui précipite la déliquescence de notre pays en France (programmes scolaires qui tirent l’EN vers le bas, gomme les références historiques pour en faire passer d’autres et favorise la confusion , y compris celle des genres!). Assez de son hypocrisie , qu’elle choisisse son camp et s’en aille serait la plus simple des solutions.
Un Janus au féminin dont notre pays souffre.

Laurent Droit

Cette Bécassine sans cervelle déguisée en ministre…!!!

colerefroide

Najat baisse les yeux et ferme sa gueule! Adorateur de pédophile 1- Ministre de l’éducation 0. Ainsi va la « formation » des enfants en socialie. A gerber cette larve.