1

Pour le droit de ne plus être importuné par l’islam, et de dire que c’est une religion de m…

La semaine dernière, lors de mon premier édito de l’année 2018, j’appelais les Français à redevenir Français, et à leur dire « Merde » à tous.

http://ripostelaique.com/liberte-dexpression-francais-redevenez-francais-et-dites-leur-merde-a-tous.html

Le moins qu’on puisse dire, sans m’attribuer le mérite, bien sûr, est que le message paraît passé, parce que l’année 2018 commence fort, quant à la défense de la liberté d’expression.

Ce sont d’abord ces cent femmes qui, derrière Catherine Deneuve, Catherine Millet, Brigitte Lahaie et Elisabeth Levy, ont lancé un formidable appel, intitulé « Défendons une liberté d’importuner indispensable à la liberté sexuelle ».

http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/09/nous-defendons-une-liberte-d-importuner-indispensable-a-la-liberte-sexuelle_5239134_3232.html

Un véritable pavé dans la mare, qui tord le coup à 40 ans de propagande féministe, uniquement tournés contre les mâles blancs européens hétérosexuels, de la part de mouvements dirigés par des gauchistes, par ailleurs souvent lesbiennes. Un cri de femmes libres, qui refusent la dictature du Parti unique des femmes, comme l’a si bien dit Elisabeth Levy.

Naturellement, le lynchage politico-médiatique a commencé, et des jours durant, les initiatrices ont été bassement calomniées, mais elles ont parfaitement répondu, et su exprimer un sentiment largement répandu dans les société française : les féministes hystériques haineuses coincées du slip commencent sérieusement à faire chier la France entière !

A peine la polémique commençait-elle à s’éteindre que le formidable Donald Trump se retrouvait au cœur d’un nouveau scandale. Il « aurait dit » devant des sénateurs américains (dont un seul confirme l’information, un démocrate, par ailleurs) qu’il ne voyait pas pourquoi les Etats-Unis devraient accueillir des ressortissants de « pays de merde ». Ce n’est pas une déclaration publique, ce serait un échange privé. Et cela suffit pour enflammer le monde entier, et faire la « une » de tous les journaux télévisés. Au lieu, comme le fit Marcus Graven, de s’interroger sur ce que pouvait être un « pays de merde » (ce qu’est en train de devenir la France), c’est qui insultera au mieux le président des Etats-Unis.

http://ripostelaique.com/a-quoi-reconnait-on-un-pays-de-merde.html

Et l’ineffable Jack Lang, voulant venger les opprimés du monde entier, s’est laissé aller à qualifier Donald Trump de « président de merde ». Cela a dû empêcher de dormir l’hôte de la Maison Blanche, et a valu à « Djack » une volée de bois vert de la part de notre ami Arsène Rouletabille, qui a effectué quelques rappels utiles sur la carrière de Lang.

http://ripostelaique.com/cabale-contre-trump-jack-lang-est-un-raciste-de-merde.html

Puisque, comme je le souhaitais, la parole se libère sur un ensemble de sujets tabous, je vais donc, à mon tour, revendiquer un droit, comme ces femmes qui demandaient celui d’être importuné. Moi, au contraire, je revendique le droit de ne pas être importuné par l’islam, dans mon pays la France.

Je revendique le droit de ne pas être importuné d’abord par le nombre. Dix millions de musulmans présents sur le territoire français, c’est une agression qui menace tout simplement l’équilibre démographique de la France. Comme le disait Michel Onfray, si les choses continuent ainsi, dans 50 ans, les musulmans seront majoritaires en France, et les lois de l’islam auront remplacé la loi des hommes, en Europe.

Je revendique le droit de ne pas être importuné par la visibilité : les voiles, les kamis, les djellabas, les boucherie halal, les mosquées, les prières illégales, bientôt les muezzin, et tout signe qui marque la progression de la conquête islamique en France.

Je revendique le droit de ne pas être importuné par la peur que fait subir cette religion qui n’en est pas une, comme le démontre régulièrement notre ami René Marchand.

Je revendique ce droit de ne pas craindre qu’un jour, ce soit un des miens, amis, parents, enfants, qui soit victimes des crimes des fous d’Allah.

En 2002, Michel Houellebecq s’était retrouvé devant un tribunal, poursuivi par les islamistes et la LDH de Tubiana, pour avoir affirmé : « La religion la plus con, c’est quand même l’islam« . Il avait été relaxé, fort heureusement, mais pour des raisons curieuses. Les juges de la 17e Chambre n’ont pas dit qu’il était légitime de qualifier l’islam comme le faisait Houellebecq. Ils ont précisé que le fait que l’écrivain ait dit que « la religion la plus con c’était l’islam », laissait entendre qu’il affirmait que les autres religions étaient cons aussi, et donc qu’il n’y avait pas discrimination. Un peu tordus, nos juges !

Ainsi, dans la France d’aujourd’hui, dire, comme Christine Tasin, que « l’islam est une saloperie« , sans dire que les autres religions le seraient, est passible des tribunaux, comme affirmer, au lendemain de l’assassinat des policiers de Magnanville, « Islam assassin« . A cause de ce dogme qui a juste causé la mort de 270 millions de personnes en 14 siècles, le délit de blasphème est réintroduit en France.

https://ripostelaique.com/conference-de-bill-warner-lislam-cest-270-millions-de-morts.html

Alors, puisqu’on est dans ce registre, aurais-je le droit de dire, moi qui réclame de se battre pour la liberté d’expression dans notre pays, que « l’islam est une religion de merde ? ». Eh bien, dans la France de Macron, l’homme qui veut chasser les bobards qui sont trop vrais et qui le dérangent, cela vaudrait probablement à Riposte Laïque une nouvelle suspension par facebook, des plaintes des associations dites antiracistes, des signalements au Parquet, et forcément un nouveau procès.

Donc, si je ne veux pas que RL se retrouve à nouveau devant la 17e Chambre, je devrais donc faire du Houellebecq et dire que : « de toutes les religions, c’est quand même l’islam qui est le plus une religion de merde« . Eh, eh, c’est quand même dit !

Ces acrobaties sémantiques pour dire une évidence sur la nature de l’islam confirme le titre de la formidable vidéo, en anglais, sous-titrée en Français, de Gérard Boyadjian, « la mort de la liberté d’expression, en France« .

C’est clair qu’ils veulent la tuer, en France et dans le monde, notre liberté chérie. Pour mieux imposer la dictature mondialiste, l’invasion migratoire et l’islamisation de nos pays qui vont avec.

Mais tant qu’il demeurera des femmes libres pour dire « merde aux féministes du politiquement correct », des hommes libres comme Trump pour dire crûment à haute voix ce que tout le monde pense tout bas, et des combattants de la liberté d’expression pour dire « Merde aux barbus et à leur dogme barbare« , tout demeurera possible.

Continuons donc, comme la semaine dernière, à dire « merde » à ceux qui veulent nous faire taire, et n’oublions pas cette phrase de Gérard Boyadjian « Sans la liberté d’offenser, il ne peut y avoir de liberté d’expression« .

C’est ainsi que nous resterons français…