Pour le rétablissement de la peine de mort : tout de suite et sans aucun état d’âme !

RobertBadinter.png
Et pour plagier Victor Hugo qui disait, déjà ! en 1848 : « L’abolition doit être pure, simple et définitive », je crie : « Le rétablissement de la peine de mort doit être pur, simple et définitif ». Hier, notre ami Pierre Cassen dans sa vidéo « France Orange mécanique » et notre ami Jacques Guillemain dans son article « Guerre civile » ont rappelé l’ampleur inouïe de notre déchéance. J’affirme, et avec la plus grande insistance, que cette situation est due, dans sa totalité, au laxisme que la gauche, depuis 60 ans, a imposé à la France, laxisme qui se précipite aujourd’hui avec la défense LGBTQIA+, le wokisme et l’islamo-gauchisme, dans un abîme irrémédiable. L’abolition de la peine de mort le 9 octobre 1981 fait partie de ce laxisme suicidaire. Il faut reprendre les arguments du ministre de la Justice de l’époque Robert Badinter.
Le premier repose sur une compassion renversante comme étant un étrange renversement des normes morales à l’endroit du coupable :  » Lors de la reconstitution, il traversait la foule, entre les gendarmes. Sous les coups, les insultes, les crachats, son visage était devenu celui du Christ ». Badinter pense évidemment au chemin de croix mais il oublie que le Christ, le messie – il faut le rappeler – était venu sur Terre pour implorer l’amour aux hommes, pas le crime ! « … la peine de mort est un supplice et l’on ne remplace pas un supplice par un autre ». Mais la justice elle, avant l’abolition, ne mettait pas fin à la vie de l’assassin, dans l’assouvissement d’une pulsion ni dans la jouissance orgasmique. Elle cherchait à laver la société de sa crasse comme tout un chacun fait sa toilette quotidienne, comme l’arbre se débarrasse de ses branches mortes ! Elle s’inscrivait dans l’ordre des choses depuis la nuit des temps. Et puis les victimes, elles ? Car ce qu’il faut bien appeler, de la part de ce prophète de l’abolitionnisme, cette presque ignorance, cette négligence même, cette focalisation passionnelle à vouloir préserver la vie de la crapule, auraient tendance à nous faire oublier, nous les pauvres types du peuple qui ne seraient que des incultes sans réflexion, des brutes instinctives, ce qui reste tout de même la réalité du crime et la douleur des victimes. Badinter, malin comme un singe, pense à elles avec son gros cœur : « … toutes, je dis bien toutes, les victimes sont pitoyables et toutes appellent la même compassion. Sans doute, en chacun de nous, la mort de l’enfant ou du vieillard suscite plus aisément l’émotion que la mort d’une femme de trente ans ou d’un homme mûr chargé de responsabilité, mais, dans la réalité humaine, elle n’en est pas moins douloureuse, et toute discrimination à cet égard serait porteuse d’injustice ». Quel aveuglement que celui de ce théoricien qui n’a même pas l’intelligence ni la sensibilité de comprendre que le peuple bien sûr, et tout naturellement, est plus touché par le crime d’un petit enfant que par celui d’un adulte. Quand cet horrible déchet de Patrick Tissier à Perpignan torture une fillette qu’il visitait depuis deux ans chez sa maman, la viole, l’étrangle et la jette dans le puits d’une maison sinistre abandonnée, faut-il s’étonner que la foule exige le rétablissement de la peine de mort ? consciente elle, et sainement, qu’il doit y avoir une gradation des sanctions et dans le cas précis que l’assassin atteint les sommets.
Les sommets, Badinter les atteints en planant quand il déclare encore : « À cet instant de folie, à cet instant de passion meurtrière, l’évocation de la peine, qu’elle soit de mort ou qu’elle soit perpétuelle, ne trouve pas sa place chez l’homme qui tue ». La Palice n’aurait pas dit autre chose ! « La passion criminelle n’est pas plus arrêtée par la peur de la mort que d’autres passions ne le sont qui, celles-là, sont nobles. Et si la peur de la mort arrêtait les hommes, vous n’auriez ni grands soldats, ni grands sportifs ». On se fout de cette comparaison absurde qui n’a pas sa place ici. La peine de mort ne consiste pas à faire peur au criminel, à le dissuader de passer à l’acte, elle a – et dit encore une fois ! – seulement pour but de la part de la société de se débarrasser de ses déchets de la même façon qu’on se débarrasse de ses ordures en les mettant dans une poubelle. La peine de mort est un service public, au même titre que celui de l’enlèvement des ordures ménagères. « La peine de mort ne défend pas la société, elle la déshonore ». Au contraire, cher Badinter, pour des gens de la même espèce que cette saloperie de Patrick Tissier, elle l’honore au plus haut point ! Elle atteste que la société est saine parce qu’elle ne veut pas, même si elle-même n’est pas toujours un modèle de vertu, choir dans la déchéance, dans le bordel qui désormais la définit, avec l’accumulation toujours plus grand du laxisme gauchisant si prégnant depuis tant d’années. Et d’ailleurs, tous les experts psychiatriques qui ont examiné les rebuts de ladite société, genre Patrick Tissier, affirment haut et fort qu’ils sont incurables et qu’à leur sortie de prison – après toujours des remises de peine qu’on devrait interdire – ils récidiveront. Pourquoi alors la société devrait-elle supporter les frais concernant ces gens (qui, encore, n’en sont plus) qui vivent (avec télévision, portable… et qui peuvent même avoir des rapports sexuels avec leur compagne ou leur maîtresse !)) en prison ?
Évidemment, il ne s’agit pas d’appliquer la peine de mort tous azimuts, sans retenue, sans une analyse très exhaustive des faits. Être implacable ne saurait signifier être nazi, bolchevique ou islamique car je sais bien que tous les imbéciles vont nous faire ce reproche tellement facile à nous balancer.  Et c’est là où on en arrive tout logiquement au terrorisme. Notre prédicateur de Robert a sa réponse : « Utiliser contre les terroristes la peine de mort, c’est pour la démocratie, faire siennes les valeurs de ces derniers ». Il n’y a pas plus cucul la praline que ce genre de réflexion. Il nous prend vraiment pour des imbéciles. La démocratie, la vraie, c’est celle qui appartient au peuple et le fait que la peine de mort ait été abolie conduit souvent les jurys d’assisse, qui en sont l’expression, à ne pas pouvoir aller jusqu’au bout d’où ils voudraient aller, à savoir la mort de l’assassin infâme. En poussant la logique de Robert jusqu’au bout, cela revient à dire : « Allez les islamistes, tuez au couteau, commettez vos attentats, violez les femmes, tabassez les handicapés, les vieilles dames, incendiez les bagnoles, attaquez les flics au mortier … ! ».
 
La conclusion du ministre de la Justice de Mitterrand est très intéressante : « … si le gouvernement de la Libération n’a pas posé la question de l’abolition, c’est parce que les temps troublés, les crimes de guerre, les épreuves terribles de l’occupation faisaient que les sensibilités n’étaient pas à cet égard prêtes. Il fallait que reviennent non seulement la paix des armes mais aussi la paix des cœurs ». Quel lyrisme envoûtant mais aussi quelle magnifique tromperie ! Car voyez-vous, Monsieur Robert Badinter, aujourd’hui précisément, nous sommes dans « des temps troublés », avec des « crimes de guerre  » (Charlie-Hebdo, Bataclan, Nice…) et nous traversons « les épreuves terribles de l’occupation », celles de votre gauche pourrie jusqu’à la moelle et qui a fini par pourrir la majorité des Français depuis la maternelle avec ses idées suicidaires. Ne croyez-vous donc pas, que nous, gens de réalisme, nous patriotes, ne rêvons pas, et enfin ! enfin ! à « la paix des armes mais aussi la paix des cœurs » ?
Alors oui, je n’ai pas peur de le dire, vous êtes responsable, Monsieur, coupable même, de la déchéance dans laquelle – en partie bien sûr – vous nous avez mis. Et j’ai même presque envie de dire qu’à ce titre, par votre naïveté puérile, vous êtes un peu criminel.
 
Renouons avec une société saine, une société normale et qui n’aspire qu’à la tranquillité et à la paix. Appelons, de la manière la plus implacable au rétablissement de la peine de mort et obligeons l’Assemblée nationale à légiférer en ce sens dans les plus brefs délais !
Philippe Arnon
image_pdfimage_print
39
1

60 Commentaires

    • La peine de mort n’a jamais Été supprimée… pour les criminels oui ;mais pas pour les victimes des récidivistes.

  1. Badinter, « un peu criminel » ? ce triste personnage a les mains couvertes de sang, le sang des victimes de ses amis les assassins, car s’il a aboli la peine de mort pour les uns, il l’a oubliée pour les autres.
    Et je suis bien certain qu’il s’en régale…

  2. La peine de mort pour tous les traîtres politiques, financiers, pharma et autres terroristes, ce n’est pas une peine à rétablir, c’est une éradication sans pardon et sans pitié à mettre en place au plus vite, bref, un geste national de salubrité publique. Si la fausse justice en France, ne rétablit pas cette seule et unique solution, c’est le peuple qui va le faire et dans ce cas, ce sera sanglant et impitoyable.

  3. Mr Badinter a quelque chose de satanique dans son regard vampire ! La peine de mort est terrible mais si on pense aux victimes de meurtres gratuits cette sentence est un frein à la bestialité ? Référendum pour ou contre la peine de mort par injection avec une erreur judiciaire interdite ! Avec l’ADN l’erreur n’est plus scientifique…😇

  4. Il y a un autre aspect, une autre raison dans le rétablissement de la peine de mort… celle-ci permet au condamné de se racheter, d’accepter que lui aussi peut perdre la vie dans des conditions difficiles…

    Badinter se trompait : la peine de mort est morale, et fait œuvre de justice… le condamné à mort pouvait, jusqu’en 1977, bénéficier d’un procès équitable, avec défense, il pouvait demander un pourvoi en cassation, et enfin pouvait bénéficier de la grâce présidentielle… 3 chances d’échapper au couperet !

    Leurs malheureuses victimes, souvent violées et battues, ont elles seulement pu bénéficier d’une seule de ces 3 chances ?

    • Votre premiere phrase, Lee and Colbert, est vraiment tres bien pensee. Il faudrait vraiment que des politologues et des juristes puissent developper ce theme parce qu’il y a la une justification pesee. Merci donc Lee and Colbert.

    • C’est moi qui vous remercie chaleureusement La Libellule. Vous m’hornorez. J’en suis touché.

  5. Oui à la légitime défense comme celle des policiers hier à Roissy.
    Non à une décision de juges en djelaba noire et bavoir entre 2 tasses de café.

  6. Alors, tu peux rêver. Jamais, la France, comme tout pays occidental et démocratique ne reviendra sur la peine de mort. Ou alors, il faudrait qu une dictature s installé, ce qui n est pas prêt d arriver. Tu prêches dans le désert. Donc, point final. Passez à autre chose.

    • Toujours aussi con mon pauvre maverik. Avec des raisonnements aussi débiles, on ne parle plus de rien et on laisse faire.

  7. ouais, badinter était simplement au courant, évidemment, qu’il allait y avoir sos-racisme, l’immigration islamique et tutti massives, une histoire de covid, le chaos et probablement du sang qui coulerait mais dont il faut protéger tout de suite par anticipation les spécialistes du meurtre en leur disant qu’ils ne risquent plus de mourir une fois pris parce que ça va aussi, mécaniquement, dans le sens de l’interdiction faite à la proie de procéder à sa propre autodéfense.

    • Purée, il est fort comme voyant, Badinter@,néblanc, il aurait dû ouvrir un cabinet de medium😂

    • Rhooo oui, ils sont partout décidément comme dirait le Maréchal @ass
      Dommage qu’il était si philosémite lui et le bon Laval.

  8. Oeil pour oeil dent pour dent. C´est simple et efficace.
    Suédois des Cévennes

    • Non, un oeil, les 2, une dent, toute la gueule. Simple, efficace. 😁

  9. Excellent article..,! Bravo Philippe Arnon! Approuvé à 100%
    Il faut non seulement RÉTABLIR la peine de mort mais aussi et surtout l’APPLIQUER ! Car avant 1981, elle ne l’était pas souvent: Selon des statistiques, de 1968 à 1978, la peine de mort était requise en moyenne 15 fois par an et prononcée trois ou quatre fois, pour finalement être exécutée une fois tous les deux ans (Buffet et Bontemps sont dans les mémoires)

    • @ Obstinate :
      De 1968 à 1978, il y a eu 34 personnes condamnées à mort… 7 ont vu leur grâce refusée, dont Buffet et Bontems en 1972, défendus par Badinter justement ! Ce fut la dernière exécution double et à Paris à la prison de la Santé, puisque après eux Ben Yanès et Ranucci furent exécutés à Marseille, Carrein à Douai puis Djandoubi à nouveau à Marseille.

  10. 9 octobre 1981 : Jacques Attali se vantera à juste titre que la loi Badinter contre la peine de mort a permis d’enlever à l’État souverain le premier droit régalien : celui de la Justice !

  11. Badinter assassin, génocidaire, responsable et coupable de centaines de morts, de crimes par multirécidiviste ! « Mais la justice elle, avant l’abolition, ne mettait pas fin à la vie de l’assassin, … Elle cherchait à laver la société de sa crasse comme tout un chacun fait sa toilette quotidienne, comme l’arbre se débarrasse de ses branches mortes ! Elle s’inscrivait dans l’ordre des choses depuis la nuit des temps. »

  12. Il faut rappeler que Badinter qui n’a aucune dignité a été l’avocat de la société Morhange dans la malheureuse affaire. A la suite d’une erreur de manipulation une quarantaine de bébés ont été intoxiqués par le talc Morhange. Enfants décédés ou handicapés à vie. C’est cette ordure qui a envoyé les gens proposés directement aux familles des indemnisations minables aux familles. Beaucoup ont accepté compte tenu des « menaces » de procès très très longs….
    Un avocat tordu comme ça, ça a plu à Mittérand pour remplir cette promesse ignoble de suppression de la peine de mort.

      • Mantalo :Mitterand avait l’habitude de dire, se croyant subtil, « j’ai 2 avocats , un pour le Droit, Badinter, un pour le tordu : roland Dumas ».
        On comprend mieux ce que Dumas s’est permis de faire avec un tel parrainage.

    • Merci Astrid pour cette information importante que j’ignorais. Décidemment les avocats … Badinter, Vergès, Dupont-Moretti …

    • Soyons précis: L’ affaire du talc Morhange concerne un cas d’empoisonnement (à l’hexachlorophène, utilisé à très faible dosage en désinfectant) de nourrissons par du talc contaminé durant les années 1970, conduisant à la MORT de 36 ENFANTS et NOURRISSONS et à l’ intoxication de 168 autres ! L’enquête a prouvé (très, très tardivement) que c’est un surmulot d’importation N-A qui a renversé un récipient plein d’hexachlorophène PUR dans une trémie de talc SANS avertir qui que ce soit ! (Et je crois qu’il a été sévèrement condamné de justesse…à ne plus pouvoir travailler dans cette entreprise…)

  13. On peut la rétablir, mais comme la majorité des lois Françaises concernant les criminels et les délinquants, elle ne sera jamais mise en application. Si on appliquait les lois déjà existantes, on verrait une amélioration notable de la situation.

    • Le Ch’ti,
      Oui on peut la rétablir, mais il faut passer par plusieurs étapes…
      1) changer la constitution pour qu’elle permette au gouvernement d’agir quand la situation l’exige,

      2) avoir une majorité au parlement qui aille dans le sens du rétablissement,

      3) dénoncer tous les traités internationaux ou européens qui nous maintiennent pieds et poings liés face aux criminels.

      Seuls un coup d’état et une dictature pourront faire les choses rapidement, la démocratie en est incapable…

  14. Comme disait Alphonse Karr, « Si l’on veut abolir la peine de mort, en ce cas que Messieurs les assassins commencent les premiers. » Après l’abolition, seuls les criminels ont bénéficié de ce privilège. Leurs victimes, non.

  15. Observez la gueuele vociférante et déformée par un rictus haineux de l’ avocat le plus bas dinter
    Solution finale pour les progressistes

  16. la peine de mort existe toujours!
    mais sous d’autres formes plus discrètes, et légales en quelques sortes.
    Un bel exemple JFK.

  17. PEINE DE MORT !!!!
    Evidemment qu’il faut la rétablir si les FRANCAIS veulent survivre à l’invasion des sauvages….
    Les lois ne doivent plus être pour protéger les criminels !!!!

  18. Le badinter un connard de la pire espèce qui a les mains rouges du sang des victimes. Ce triste individu ose t’il encore se regarder dans une glace.

  19. C’est très difficile de discuter de la peine de mort avec son entourage. Les gens ne raisonnent qu’avec l’émotionnel et non pas le rationnel.
    Quand je leur dis que si la peine de mort était toujours en vigueur, on aurait pu sauver beaucoup de victimes innocentes, vu que les criminels, les violeurs et le pédophiles sont presque tous des récidivistes ou des multirécidivistes. On me répond que je suis facho, pour la dictature, et bla bla bla bla… Les gens ont le cerveau formaté par la télé, plus aucun esprit critique, un peuple à 80/90% de moutons…

    • Vous n’êtes pas le seul, Marcus, à devoir supporter la bêtise intolérante et sectaire des progressistes… courage ! Tenez bon ! Et dites vous bien que parmi ceux qui vous ont entendu, il y en avait qui se sont dit : il est gonflé lui ! Et si il avait raison ?

  20. Quand la peine de mort redeviendra LOI, macron tête de con et sa momie frillants de privilèges seront les premiers d’une très longue liste à tester le bon fonctionnement de la veuve, tout les médias collabos seront obligés d’être présents …

  21. La peine de mort a deux inconvénients : le risque d’erreur (exécuter un innocent) et le fait de faire reposer la décision sur les jurés et les juges. Les pires criminels doivent être mis définitivement hors d’état de nuire, donc je pense que la bonne solution serait de transformer la peine de mort en emprisonnement à vie réel, sans AUCUNE chance de sortie, en obligeant le condamné à travailler pour payer son logement et sa nourriture, et en lui donnant le choix, au moment de la condamnation ou par la suite, entre cet emprisonnement à vie et l’injection létale, ainsi ce serait lui qui prendrait la décision.

    • Avec les tests d’ ADN , les risques d’ erreur sont presque réduits à zero .
      Un crime monstrueux doit être sanctionné impitoyablement .
      Garder qqn en prison à vie coûte très cher à la collectivité et la menace qu’ il s’ échappe existe aussi .
      Par crime monstrueux , on entend meurtre, viol, agression volontaire , pyromanie, …

    • Tout à fait d’accord.
      « En même temps », la peine de mort rétablie pourrait servir contre des mal pensants ou politiquement incorrects.

    • Oui Lisianthus, le risque d’erreur judiciaire existe et il est choquant, mais voir le nombre d’ordures criminelles en liberté me choque encore plus…

      Sinon je trouve votre idée très bonne, à un détail près : j’espère, en cas de rétablissement, qu’on osera remettre en service la bécane à Deibler… le couperet est plus efficace parce que plus rapide…

  22. J’avais pensé à la chaise électrique, mais vu les coupures de courant, c’est un peu aléatoire.

  23. Ceux qui refusent la peine de mort lorsqu’ ils ne sont en rien concernés par un meurtre, changent totalement d’ avis lorsqu ‘un tel drame les touche de près à l’ exception des tarés gauchistes( genre vous n’ aurez pas ma haine) ou les cathos de gauche ou certains habitants de Perros – Guirec

  24. Absurde et’inutile,de la part de certains commentateurs de diaboliser M.Badinter en allant jusqu’a l’accuser d’avoir sciemment oeuvre pour l’abolition de la peine de mort en faveur de nos ennemis!Allons,enfants de la Patrie,en ce jour,vous ne vous couvrez pas de gloire en faisant porter a lui et a tant d’autres,celebres et anonymes,qui ont naguere lutte,avec sincerite et passion, pour l’abolition de la peine capitale!Le recyclage vivieux et cynique de cette lutte acharnee contre la mort injuste de beaucoup d’entre nous, petites gens et de courageux defenseurs de la liberte et des droits sociaux notoires que furent au cour des siecles, Jeanne d’Arc, Etienne Dolet, Le Chevalier de la Barre ou les resistants de l’Affiche Rouge! est opere par les mondialistes au depend de notre charite chretienne,de notre humanisme ou du souvenir cruel de nos antigones de toute obedience! Oui,a la peine de mort pour les terroristes avec leur haine de la France et du peuple francais!

  25. Oui pour tous les salopards assassins qui tuent,violent,et torturent ,encore faut il quelle soit appliquée ce qui est une autre paire de Manche .

  26. Ce qui est intéressant, c’est de voir ou d’entendre à chaud la réaction populaire majoritaire, face à l’abject. Ainsi, en ce moment, en Gironde et dans les Landes, ce n’est pas cette chaleur qui manque et qui amène, dans des conversations privées, nombre de citoyens à réagir sur ce qu’il serait bon de faire pour se débarrasser radicalement des incendiaires pyromanes qui sévissent actuellement dans la zone… Nul besoin de juges ou de jurys populaires, ni perte de temps : « Vous aimez le feu ? Vous périrez par le feu ! ».

    • Mais si , c’est la bonne solution pour désengorger les prisons . Les pyromanes , les pédophiles assassins d’enfants etc….. Dans les pays muz , ils le font , là ils ont raison . Exemple à suivre !

  27. Je n’ai jamais « senti » ce Badinter, par contre, j’appréciais beaucoup plus sa femme, Elisabeth, femme très courageuse.
    Il est présenté comme une sorte de héros et à ce titre pourrait en effet être panthéoniser après sa mort.
    Ses arguments ne me convainquent pas. La peine de mort quand les faits sont bien établis est la rédemption du condamné. Elle garantit son réel repentir car enfin, grâce à elle, il comprendra dans sa chair l’injustice irréparable qu’il a infligée, et qui ne peut être réparée.
    En plus, la réduction des peines quasi automatique fait passer le message que la vie humaine ne vaut pas grand chose, à l’exception de celle des criminels, plus « intéressants » aux yeux des « élites » (ça rapporte aux avocats, ça fait du buzz, et enfin, les honnêtes gens sont si ennuyeux). Et je ne vous parle pas de « la justice sociale » dont sont préoccupées lesdites « élites ».

  28.  » Tu as tué l’enfant d’un amour, je veux ta mort, je suis pour !  » Et si c’est nécessaire, je viendrai avec ma hache.

  29. N’ oubliez jamais (comme le disiat Joe Cocker) que la plupart des politichiens sont des avocats 😂😂😂😂 : la répugnance qu’ ils inspirent à la population est amplement justifiée .

  30. entièrement d’accord et sans aucun état d’âme – d’ailleurs la tête haineuse de l’excité de la photo donne toute la mesure des propos hystériques qu’il tient et qui sont aisément contestables

  31. Pas un mot à changer ! Bien argumenté, bien écrit. Mais il y a du boulot sur la planche… Ça libèrerait des places dans nos prisons. Retour à la charrette, avec priorité aux islamistes. Ah ! Ça ira ! Ça ira ! Ça ira !

Les commentaires sont fermés.