Pour les enfants, qu’attendons-nous pour mieux les protéger ?

Les informations, dans ce qui est maintenant communément appelé la réinfosphère, font état de réseaux de trafics d’enfants par les élites mondialistes pour des pratiques dignes du Troisième Reich. A écouter les gens les plus informés sur ces questions, il existerait des réseaux souterrains ou des caches dans notre pays où des enfants seraient emprisonnés.

Je ne sais, à titre personnel, si de telles affirmations sont vraies. Ayant encore un temps soi peu d’estime pour nos forces de l’ordre, je me dis que si de telles pratiques existaient elles seraient démantelées.
Toutefois, je n’écarte pas non plus l’idée que de tels réseaux existent et que nos forces de l’ordre, par lâcheté ou par complicité dans les hautes ou moins hautes sphères de commandement, bloquent toute action pour mettre un terme définitivement à ces pratiques.

Louis XIV, en son temps, avait fait interdire les messes noires, nous exigeons la même chose de nos dirigeants.
Toutefois, au vu de l’ignominie dont ils sont capables et de leur lâcheté, s’en remettre à eux reviendrait à pisser dans un violon.

Dans ce contexte, il devient du devoir des citoyens de mettre un terme à cette infamie. Les spéléologues, les experts qui connaissent le fonctionnement de ces réseaux, les anciens policiers ou gendarmes qui ont approché dans leur métier ces questions, les militaires ou anciens militaires qui ont envie d’en découdre devraient se réunir pour constituer des groupes de choc pour agir de concertation.

Vous me direz, déterrer ces fumiers de leurs caches est interdit par la loi ? Certes, mais il ne faudrait tout de même pas inverser les choses. Qu’est-ce qui est le plus répréhensible : faire du trafic d’enfants ou éliminer les trafiqueurs d’enfants ? Ce serait également une bonne manière de constater réellement de quel côté se situent nos pouvoirs publics.

A titre personnel, je n’aurais aucun état d’âme à éliminer physiquement de tels monstres pris sur le fait dans leurs caches souterraines et si l’on venait m’arrêter au moment de mon action, je n’aurais également aucun état d’âme à faire feu sur les forces publiques soit disant venues pour m’empêcher de faire leur boulot.

Cette analyse peut paraître naïve au vu de la gravité et de l’ignominie du sujet dont il est question.
Toutefois, si de tels faits sont exacts et avérés, notre devoir de citoyens est de s’organiser et d’agir pour sortir ces malheureux enfants de l’emprise de ces monstres.

Etienne Darcourt Lézat

image_pdfimage_print
5
1

12 Commentaires

  1. (suite)
    https://www.crimedistrict.tv/
    Cette série de reportages qui passait prioritairement la nuit, a disparu. Dommage, il y était traité d’affaires spécifiques longtemps tenues secrètes. Mais je crois que certaines instances ont dû juger qu’il est encore trop tôt pour en parler et tout a été mis sous le tapis.
    Mais c’est une chaîne très intéressantes : elle passe des reportages effectués dans le monde entier. Surtout aux USA, où la criminalité noire est atroce, quotidiennement énorme, inimaginable.
    Plus des trois quarts des cas sont du fait des Noirs. Ca donne des frissons lorsqu’on voit qu’en France nous reproduisons toujours ce qui se passe aux USA mais avec quelques années de retard. On ne peut pas taxer la vérité de racisme, c’est UN FAIT REEL !
    Je dirais qu’en visionnant cette chaîne, on a un panorama exact de ce qui se passe dans le monde en fait de criminalité. C’est terrible et malheureusement VRAI !

  2. BRAVO pour le courage que vous avez eu pour écrire cet article. C’est effectivement tellement énorme qu’on a du mal à y croire.
    Il y a un an et demi, sur CRIME DISTRIC TV, j’ai vu aux heures de la nuit (entre 1 h et 6h du matin) une enquête qui a vite disparu et dont personne n’a parlé sauf moi, ici sur RL, où on a dû me prendre pour une demeurée.
    Des Pakistanais avec des réseaux partout en Europe, de l’Angleterre à la France, la Belgique et à la Suisse allemande où était leur centre d’activités dans un immense souterrain. Ils vendaient « des séjours paradisiaques » aux personnes seules, jeunes et souvent célibataires. Tout commençait par « une écoute » de leur mal de vivre, on les droguait, on leur faisait croire qu’ils allaient partir pour une planète secrète. En fait, une fois endormis, on les achevait, on ouvrait leur corps et on prenait leurs organes. Une histoire de fous !!

  3. Des questions comme celles ci, on peut se les poser, chaque fois que des soupçons sur des réseaux pédophiles ont été médiatisés, cela c’est toujours terminé sans rien au bout, je pense notamment à l’affaire Emile Louis. On peut parler de complotismes, mais c’est bien étrange qu’aucun « réseau » n’a jamais été decouvert, des personnalités protegent-ils ces criminels comme du temps .de Gilles de Rais? J’espère que nous aurons un jour des reponses à ces questions.

    • Je ne connais pas personnellement d’histoires de ce genre, mais beaucoup de gens savent des choses et ne disent rien car ils n’ont tout simple aucune personne de confiance à qui en parler et ils craignent des représailles. Que font les associations d’anciens militaires, de gendarmes et autres associations de ce genre ? Ce seraient à eux d’organiser des réunions publiques pour libérer les paroles. Beaucoup de gens ont envie de parler mais ne savent même pas à qui se tourner ? On est tous spectateurs de l’infamie.

      • Étienne, un gendarme , Christian Jambert, mis a la retraite a continuer, malgré qu’il n’était plus en activité une enquête sur disparition de mineur et un éventuel reseau pédophile, on l’a retrouvé « suicidé » avec le fusil bien loin du corps, malgré la contestation de sa fille, l’enquête conclue à un suicide. Étonnant ! On comprend que certains ne sont pas « chauds » Si cela vous intéresse, on doit encore certainement parler de cela sur le net. Bonne soirée.

        • A titre personnel, je me fous royalement des potentiels monstres qui viendraient lire ici, ce que je dis. Je me ferai un plaisir de défoncer la gueule de ces salopards si ils osent se pointer.

        • Derrière les pédophiles , il y avait des politiques qui profitaient . Emile louis l ‘a dit lors de son procès que des parisiens venaient chez lui. En belgique , le roi a profité . En ukraine , des trafics d’enfants alimentent des réseaux . Et les cohn bendit et lang ne sont pas inquiétés , les procès démarreront après leur par un pur hasard . Et ces gens donnent des leçons et se disent progressistes .Regardez notre président marié à une personne qui pourrait être sa mère ou son père. Allez voir sur internet des vidéos de son mariage et le gateau , regardez bien le décor et vous comprendrez . Que ce soit brigitte ou jean mich , pourquoi les médias ne dénoncent ils pas le détournement de mineur . Les merdias vont avoir des procès au cul pour fake news si brigitte a une bite .

  4. Bien sur que c’est vrai et Trump -entre autres- en avait fait une affaire personnelle ce qui explique la fureur des Clinton (grands copains d’Epstein) et autres gros trafiquants d’enfants envers lui, il suffit de lire « la Pédocratie à la française » de Jacques Thomet ou d’écouter les vidéos de Gérard Fauré, ils balancent carrément les noms des élites protégés par la justice complice.
    Sinon cette vidéo insoutenable prise dans ces fameux « tunnels » qui existent bien !!
    https://m.vk.com/video527777618_456239445?list=a5a7936077121987a6&from=wall625237968_2044

  5. Moi j’aimais bien le patriarcat. Certes mon père nous filait des taloche,mais je peux vous garantir que si quiconque nous avait manqué de respect et particulièrement le sexe masculin, il est certain que mon père lui aurait réglé son compte Nous étions 4 filles et à cette époque nous prenions notre vélo dans la nuit noire pour nous rendre à notre travail qui débutait à 4h du matin, transistor au guidon, et nous étions en sécurité. Les pères défendaient leurs filles. Aujourd’hui c’est devenu un crime. Oui oui et oui. C’était mieux avant.

    • mon père n’a jamais giflé mes soeurs, ma mère s’en chargeait, en revanche la fessée pour moi et moi seul …

    • Marie France votre témoignage est terrible !
      Vous alliez travailler à 4 heures du matin en vélo ? Quel âge aviez-vous ? Vous viviez dans une contrée froide ?
      C’est vrai que dans l’avantage du patriarcat ces hommes « machos » avaient le sens du devoir : ils se sacrifiaient pour que l’assiette des enfants soit toujours pleine à chaque repas. Ils n’hésitaient à casser la figure aux pipious qui osaient manquer de respect aux femmes et aux enfants de la famille.
      C’est vrai qu’aujourd’hui, ces hommes-là n’existent plus. Le chômage extensif et écraseur d’honneur, la drogue, les femmes trop délurées leur ont dissout ce qui faisait la dignité de ces hommes. Maintenant ils doivent baisser la tête et puis c’est tout. C’est une autre époque et une autre planète !

Les commentaires sont fermés.