Pour les journalistes bling bling, il y a l’excusé Merah et le méchant Breivik

Publié le 18 avril 2012 - par - 1 139 vues
Share

La campagne électorale a posé et reposé, par tous les côtés possibles, le rôle des médias français.

Se défendant face à Denisot et Apathie, le candidat Nicolas Dupont-Aignan a réclamé de la transparence, aux Fouquier-Tinville du petit écran, des hommes et des femmes distillant un poison permanent contre le Président sortant hautement coupable de « bling-bling ».

« Combien êtes-vous payés », a demandé Nicolas Dupont-Aignan?

Les deux accusateurs se garderont bien de répondre à DNA. Sachons cependant, que le sieur Apathie « mérite ce qu’il gagne »… Oui, peut-être, mais combien gagne t-il, cet ennemi implacable du « bling bling », qui mériterait ce qu’il gagne?

On ne le saura pas. Secret défense, faut-il croire ?

Dans leur équipe quotidienne d’ennemis farouches et résolus du mauvais bling-bling présidentiel, une troisième journaliste -dont l’utilité et la productivité ne m’ont jamais paru évidentes. On a pu apprendre à son propos, ces derniers jours, que la jeune femme gagne, -selon les sources-, entre vingt et vingt-cinq mille euros mensuels, pour sa contribution, décisive, au grand journal. Un salaire pas « bling-bling », c’est sur.

Outre le côté meute de chasse à cour, la presse française possède une particularité : elle aime l’islam auquel, si l’on en croit celui que j’aime surnommer Mussolini-le-petit, la France devrait tout, tout, tout, absolument tout.

Sans lui, en France, nous ne serions qu’une bande d’incultes…C’est la dernière vérité assénée à Marseille par le trotsko-stalino-mitterandolâtre devenu la nouvelle coqueluche.

Malgré leur enthousiasme pour le nouveau guide génial, bon nombre des participants au meeting marseillais se sont demandés comment l’islam -dont les Provençaux conservent surtout le souvenir diffus de plusieurs siècles de razzias destinées à pourvoir en esclaves européens l’Afrique du nord- a pu aider Boileau, Corneille, Racine, Voltaire, Molière, Diderot, d’Alembert et tant d’autres, à produire la langue française et à écrire leurs œuvres impérissables et universelles ? Auteurs que les fossoyeurs de l’école française s’efforcent de faire oublier, d’élèves dont on feint de s’étonner qu’ils ne sachent plus, ni parler, ni écrire le français qu’on ne leur fait plus lire.

Ils ont du se demander, -en se remémorant leurs cours d’Histoire, comment les djihadistes contre lequels les Espagnols mobiliseront pendant huit siècles une énergie farouche destinée à s’en débarasser, parce que ne comprenant malheureusement pas tout ce que la charia obligatoire et la dhimmitude leur apportaient d’extraordinaires lumières-, ils ont du se demander, si le vacarme mélenchiste les laissait encore réfléchir un peu : comment est-ce que c’est grâce à l’islam, si Lavoisier à étudié et classifié les espèces, si Buffon a produit tant de savoirs, si Cugnot et Denis Papin sont à l’origine des premiers véhicules se déplaçant par l’utilisation maîtrisée de l’énergie produite par la vapeur d’eau ? La même question, comme moi, ils ont surement eu envie de la poser au nouveau « coryphée de la science » ?

Dïtes-moi, monsieur Mélenchon : comment est-ce que nous devons à l’islam, -qui n’a jamais rien fait où il est resté hégémonique, dans les domaines de l’outillage agricole-, le passage de l’araire à la charrue, puis le passage des équipages de bœufs ou de chevaux aux tracteurs ?

 J’avoue rester perplexe, pas vous ?

Probablement qu’au-delà de l’effet de foule, pas mal de manifestants, en rentrant chez eux, ont du se demander : est-ce qu’il n’aurait pas trop abusé de la fumette, le nouveau tribun du peuple qui nous affirme « qu’on devrait tout aux arabes et aux berbères, et rien à nous mêms » ?

J’évoquais les médias, à propos de la chasse au mauvais bling-bling ; celui de Sarkozy, pas celui de François Hollande, ni celui d’Arnaud de Montebourg. Ces vertueux préfèrent les restaurants du 16ème arrondissement, à 500 euros le repas, ou celui de l’espace Gabriel, près de l’avenue des champs-Elysées, qui affichent des prix du même ordre. Mais c’est sur, il doit en être du « bling-bling » comme du cholestérol : il y a le mauvais, celui de Nicolas Sarkozy, et le bon, celui de François Hollande, celui d’Audrey Pulvar et d’Arnaud de Montebourg. Il est certes plus cher, mais il est bon, il est vertueux celui-là !!! Vous entendez, bon peuple, quand nos « socialistes » fonctionnaires appointés de la commission de Bruxelles, et leurs compagnes vedettes des médias, déjeunent à plusieurs centaines d’euros le repas, c’est pour notre bien. C’est pour être en forme, et beaucoup plus à même de nous apporter les lumières qui nous sortiront des difficultés du temps.

Je voudrai soulever un dernier aspect du système de double comptabilité de ces messieurs et mesdames de la presse écrite et télévisée

L’affaire Breivik repart de plus belle. Le quotidien « Le Monde » y voit, comme un effet meurtrier des propos et des actions des méchants « islamophobes », en particulier ceux de Riposte Laïque.

C’est à cause d’elle, insinue-t-il, si 77 jeunes militants socialistes ont été tués, pendant qu’ils jouaient à s’entrainer à faire la guerre à Israël…

En effet, -ce que se gardent bien de nous rappeler nos médias-, les jeunes socialistes tués ne faisaient pas du camping scout. Ils ne jouaient pas à la balle au prisonnier ou à cache-cache. Ils se préparaient politiquement et pratiquement à de nouvelles actions du type du « marmara ».

Ce sont ces types de préparations morales et pratiques qui viennent de déterminer un pro-palestinien scandinave de la « flytille » à casser, d’un seul coup de baton bien senti, plusieurs doigts d’un officier israélien. Ce dernier avait commis le crime impardonnable qui autoriserait tout : il expliquait au jeune homme qu’il n’était pas autorisé à se rendre là où il avait décidé d’aller pour combattre le méchant Israël.

Pour le quodien de référence du soir, Riposte Laïque est particulièrement coupable du crime commis contre de jeunes aspirants pro-Hamas s’exerçant à la piraterie anti-israël

Par contre, depuis que l’on a su, avec certitude, que le tueur de l’école Ozar Hatorah n’était pas un grand blond au crane rasé détestant les « youpins » mais un individu vénérant, comme parole de Dieu, le « haddith authentique » de Muslim et Al Boukhari, qui appelle à tuer les « yahoud » partout, le quotidien de référence a donné le signal de ce que doit être le « la » impératif.

 Ce « la », c’est la taquiyya, clairement formulée par Tariq Ramadan

Ce « la », c’est que le tueur doit être plaint. Pour ce « la », le tueur n’est pas responsable ni coupable. Il n’est pas la conjonction d’une idéologie et d’un homme. Ce serait le résultat des carences de la société française, « néocoloniale », vis-à-vis des jeunes de la « diversité » française venus ou originaires d’Afrique du nord. Et surtout, pour le quotidien de référence, il ne faudrait surtout pas rapprocher le meurtre des trois enfants juifs et celui des quatre soldats (dont trois étaient de très « mauvais musulmans » servant loyalement dans l’armée française s’opposant aux Talibans), de l’idéologie coranique distillée par les prédicateurs régulièrement invités par l’UOIF à ses congrès.

On ne devrait surtout pas accuser l’islam, et moins encore l’idéologie absolutiste de la charia

A Toulouse et Montauban, il n’y aurait que des causes purement individuelles, des causes sans rapport avec les préjugés vieux de 14 siècles, nourrissant la haine visant les « yahoud ». Par contre et c’est sur, et il faut impérativement en tirer toutes les conclusions : l’exécution des jeunes enthousiastes participants de futurs équipages de flottilles ou « flytilles » contre Israël, c’est la faute, c’est la très grande faute, à la Riposte et à tous les méchants qui ne veulent pas se résoudre à entrer dans l’état de dhimmi.

Selon que vous serez puissant ou misérable devient, en 2012 en France : selon que vous serez pro ou anticharia, les jugements de cour et les réquisitions des Vichynski de la presse écrite et télévisée vous feront blancs ou noirs.

Alain Rubin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.