Pour lutter contre Dieudonné, la République est bien plus efficace que le sionisme

J’ai regardé le débat Elisabeth Lévy avec Dieudonné. Je ne l’ai pas trouvé bien fameux. Ni d’un côté, ni de l’autre.
Elisabeth aurait été bien meilleure si elle n’avait pas campé aussi ostensiblement sous la bannière sioniste (allant jusqu’à légitimer les groupes de pression, celui du CRIF, sur l’Etat français) et non sous celle de la République française, libre et indivisible.
Ce faisant, elle aurait eu mille fois l’occasion de démontrer les énormes contradictions de Dieudonné : sa dénonciation du communautarisme juif et de ses lobbies… quand il affirme par ailleurs ses épousailles avec le pire des communautarismes : celui qui combat les valeurs de la République française par les associations et groupes de pression les plus efficaces, assortis de cet instrument antidémocratique à fonction judiciaire qu’est la HALDE.

Ce communautarisme islamique aux revendications inégalitaires et archaïques, aux ambitions coloniales revanchardes et opportunistes, qui agit de multiples façons pour s’imposer en Europe et tout particulièrement sur le territoire français. Ambitions éminemment coloniales puisqu’elles entendent non seulement prendre possession du pouvoir politique et économique mais aussi imposer une culture et des mœurs qui font violence à celles des populations de leur pays d’accueil.
Une culture et des moeurs liberticides, incompatibles avec la démocratie, qui s’imposent sur le territoire français par l’action des lobbies ethno-communautaristes, encouragés et soutenus par les « gouvernances » actuellement en place en France et dans les instances de Bruxelles.
C’est bien en quoi les velléités d’interdiction de la liste Dieudonné par le gouvernement Sarkozy, relève une nouvelle fois de la plus hypocrite mascarade et de l’ostentatoire gesticulation.
Victor Hallidée

image_pdf
0
0