Pour lutter contre la délinquance, supprimons la police et les tribunaux

Publié le 6 juillet 2013 - par - 1 938 vues
Share

Un documentaire très intéressant sur la drogue aux Etats-Unis nous apprend qu’en 40 ans de lutte contre ce fléau, après avoir dépensé des milliards de dollars et emprisonné 45
millions de dealers, il n’y a jamais eu autant de drogues disponibles sur le marché chez l’Oncle Sam.

Le grand responsable de ce fléau qu’est la drogue serait donc aux USA, comme c’est déjà le cas en France, la pauvreté et l’exclusion sociale.

En France, il est de notoriété publique que l’explosion de la criminalité et de la délinquance, depuis 50 ans, a pour cause majeure, pour ne pas dire pour unique cause, la pauvreté.

La solution est donc en principe très simple. Il est illusoire d’augmenter les effectifs de Police et de tomber dans le tout-répressif, comme l’a parfaitement compris Madame la Ministre Taubira avant tout le monde.

Comme il a été démontré de façon magistrale aux Etats-Unis depuis des décades, incarcérer les dealers pendant 40 ans ne suffit pas à résoudre le problème.

La solution consiste donc à éradiquer la pauvreté. Facile, mais en théorie seulement, parce qu’il faut trouver l’argent quelque part.

On pourrait toujours commencer par demander aux grandes fortunes de France de nous donner un coup de pouce, mais nous aurions probablement droit à un doigt d’honneur en guise de réponse.

On pourrait aussi tenter le coup de taxer davantage les contribuables, mais, dans le contexte économique morose actuel, une telle initiative serait politiquement suicidaire.

En réalité, la solution est très simple, sauf que personne n’y avait songé jusqu’à maintenant.

Les forces de Police, la gendarmerie, la police municipale, la police nationale, les escadrons de CRS, le GIGN, de même que les procès, les tribunaux ainsi que tout le dispositif carcéral coûtent à l’Etat Français chaque année une véritable fortune.

Ce pactole qui est englouti dans la répression n’est du coup plus disponible pour éradiquer la pauvreté. En finançant la Police et par conséquent en mettant l’accent sur la répression, on crée la pauvreté qui engendre à son tour criminalité et délinquance..

C’est un cercle vicieux.

La solution est donc de supprimer non seulement la Police, mais également tout le système judiciaire et carcéral et d’utiliser cet fabuleuse manne d’argent pour sortir définitivement les banlieues ghettoïsées de leur situation de pauvreté endémique. Ainsi, on éliminera non seulement la pauvreté, mais également la délinquance et le crime qui en découlent inévitablement. Qui dit mieux ?

Sauf que le monde n’est malheureusement pas parfait. Il est donc utopique de s’imaginer que l’ordre social puisse exister dans une société sans aucune force policière.

De dangereux éléments menacent constamment la République Française. Vous les
connaissez autant que moi. Je parle des skinheads et de ces groupuscules fascistes néo-nazis d’extrême-droite. Je parle également de ces dangereux manifestants réactionnaires qui veulent nous ramener au temps des Croisades et de l’Inquisition.

Ils sont peu nombreux, mais très actifs, virulents, haineux, d’une sauvagerie et d’une violence inouïe.

Il conviendrait donc de maintenir sur le territoire un tribunal et des magistrats, de même que quelques milliers de policiers spécialement formés dans la traque de ces terroristes d’extrême-droite, et une  prison pour les y enfermer le restant de leurs jours.
Jean Vaillancourt

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.