Pour Macron, Trudeau, Johnson et Biden : l’aubaine ukrainienne

Décidément en près de 70 ans, les Français semblent n’avoir tiré aucune leçon.
Sinon comment expliquer qu’un collabo vichyste ait pu se retrouver au pouvoir en 81 ?
Les similitudes avec la période « la plus sombre de notre Histoire » continuent de s’accélérer ces derniers temps.
Et nous avons fait une erreur qu’il ne fallait surtout pas faire, les patriotes que nous sommes.
Il ne fallait pas sous-estimer notre ennemi !

Depuis une semaine, le sujet de l’Ukraine est venu s’implanter comme ça dans la campagne.
Et curieusement, les sujets comme l’islam, l’insécurité et le passe ont été évacués petit à petit.
Une nouvelle fois, Macron fait ce qui fait de mieux : diviser pour mieux régner.
Après avoir lancé qu’il veut « emmerder les non-vaccinés » à deux mois des élections, il part en guerre à moins de dix jours des parrainages.

La diversion a fonctionné à merveille entre ceux qui soutiennent les Ukrainiens et ceux qui soutiennent les Russes.
Et voici un nouveau conflit implanté sur notre territoire sans que l’on n’ait rien demandé à personne.
Les blindés et les arrestations contre les « convois de la liberté » sont de l’histoire ancienne.
Macron, Trudeau, Johnson et Biden peuvent faire ce qu’ils veulent alors qu’ils étaient en mauvaise posture.
Macron craint un débat avec Z donc il va le faire interdire. Trudeau doit faire face aux Canadiens de plus en plus remontés contre les mesures.
Johnson devait rendre des comptes et les députés demandaient sa démission suite au « partygate ».
La fraude des démocrates allait être révélée ainsi que la collusion entre Biden et Fauci concernant les vaccins.
Sans oublier que Biden partait perdant pour les élections de mi-mandat. La popularité de Biden dégringole.

Mais soudain nos quatre cavaliers s’en vont en guerre contre la Russie avec la France comme en-tête.
Et comme en 40, la France est désespérément sous-armée et se bat contre la Russie tout en sous-estimant un ennemi qui s’implante doucement.
J’avais fait cette remarque pendant la pré-campagne mais l’antisémitisme fait son grand retour pour le plus grand bonheur des Lesquen et Soral.

Les Français continuent de payer le prix fort et sont encore plus soumis d’autant qu’en France, la population est classée selon certains critères : vaccinés et non vaccinés.
Comme à son habitude, les USA jouent double jeu.
Cela est souvent oublié mais le Président Roosevelt a tout de même laissé sciemment faire Hitler en intervenant seulement quand l’URSS reprenait l’avantage sur les nazis.

L’Amérique de Roosevelt a bien laissé s’implanter sur son propre territoire l’idéologie nazie. Pire, elle l’a même financée avec les contributeurs comme Henri Ford.
Mais il est vrai que l’Amérique de Joe Biden n’est peut être pas celle de Roosevelt en ce qui concerne l’armée.
Qu’est-ce que l’idéologie LBGT vient faire là-dedans ? Ce n’est pas avec des arc-en-ciels qu’ils vont gagner.

La Russie a un allié de poids qu’elle craint malgré tout, la Chine. Dans cette guerre prochaine, l’Europe ne sera pas certainement pas vainqueur.
L’Europe est appauvrie après avoir délégué toute sa technologie aux Chinois, aux Russes et aux Américains.
Et nos fous de dirigeants sont en train d’assassiner la culture et l’histoire, son héritage.

Il ne restera plus qu’aux islamistes à se servir. La France est d’ores et déjà condamnée.
Pour rester sur une note positive, bravo à Éric Zemmour qui réclame une position assez juste.
Il faut un cessez-le-feu et reprendre le dialogue. Mais rappelons que Joe Biden a refusé volontairement le dialogue.

Quentin Journeaux

image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Ce sont les US qui sont à l’origine de ce conflit et qui l’attisent !!!! Lire le discours de Pourine, un chef-d’oeuvre !

  2. Encore une fois, les ricains nous entraînent dans leur conflit; les dirigeants français n’ont rien retenue de l’affaire irakienne !

  3. Qui est le grand gagnant dans ce conflit ? Les USA. Sans courir aucun risque, retenant l’OTAN par la bride, les USA vont vendre leur gaz de schiste à prix fort à l’Europe paralysée, qui s’est elle-même tirée une balle dans le pied en refusant le gaz russe qui représenterait 40% de ses besoins. Regardez Joe Biden dans les yeux, vous y verrez un habile filou.

Les commentaires sont fermés.