Pour Médiapart, on est facho si on veut que nos enfants connaissent d’abord l’Histoire de leur pays

Publié le 3 septembre 2012 - par - 2 087 vues
Share

Ils sont sympa, à Mediapart, mais pas forcément très cohérents d’un article à l’autre.

Après que le dénommé Yvan Najiels nous y ait expliqué avec un tact et une délicatesse pachydermiques  que « la France est une page vierge et sans identité » , donc sans histoire, voici donc que, de sa plume acérée, une certaine Laurence de Cock cloue au tableau noir les contempteurs de la réforme des programmes scolaires d’histoire.

http://blogs.mediapart.fr/edition/aggiornamento-histoire-geo/article/290812/vague-brune-sur-l-histoire-de-france

Réforme évidemment indispensable, dont voici une bribe de teneur :  « François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon vont être relayés à « des éléments de compréhension contextuels  et ne seront plus des champs d’étude à part entière ». Pendant la IIème Guerre mondiale, les Américains codaient leurs messages en langue Navajo. Nous, on a les experts de l’Education Nationale.

Et, bien sur, contenu dans le titre de l’article, le postulat définitif et universel : « Tes pas d’accord avec moi, t’es facho ».

Dès la première ligne, une escroquerie :

« Ceux qui souhaitent réintroduire les valeurs nationalistes et chrétiennes à l’école continuent de mentir sur la manière dont l’histoire est enseignée aux enfants ».

Sauf que les-dites valeurs étaient « introduites » depuis l’aube de la République jusqu’en 2008, mais c’est pas grave.

Concernant les attaques ad hominem, à tout professeur tout honneur, c’est l’enseignant Dimitri Casalis qui y passe en premier.

Voici ce que ce garçon a eu le malheur de proférer :

« François Ier, Henri IV, Louis XIV et Napoléon vont être réduits à leur plus simple expression dans les programmes de l’année prochaine au profit des empires africains Songhaï et du Monomotapa ». Bref, il traduit en langage clair le salmigondis de nos élites.

Insupportable !

Puis, la cerbère de l’Ascendance évoque une pétition soutenant Casalis sur Facebook. Pétition qui serait mensongère, car « Ni Napoléon Ni Louis XIV n’ont disparu des programmes scolaires ».

Casalis n’a jamais dit le contraire… à part bien sur que ce brave Bonaparte est relégué en queue de bouquin. Quelques jours de grève ou de problèmes météo, et à la niche !

L’étude de civilisations étrangères passées, pourquoi pas, tant qu’on est capable de ne pas confondre histoire et science-fiction.

Etudier l’empire du Monomotapa sous l’égide duquel 1000 pirogues auraient rallié les Amériques, sans dérive, sans voiles, sans rames et sans boussole ? OK, si on a de l’humour… mais il aurait probablement été plus judicieux pour nos jeunes têtes (je n’ose pas dire « blondes ») d’en savoir davantage sur les razzias commises par les barbaresques du XVIème au XIXème siecle. D’abord parce qu’à leur suite, des centaines de milliers d’européens ont été tués, emprisonnés (Cervantes) ou esclavagisés, ensuite parce qu’elles expliquent l’attaque de la flotte française sur Alger à partir de 1827, événement précurseur de la colonisation de l’Algérie.

Il n’est d’ailleurs pas inintéressant de savoir que les livres d’histoires algériens traduisent piraterie, esclavagisme, tueries de masse et razzias par un mot unique : « routage », terme éclairant s’il en est.

Puis, c’est Jean Sevillia qui se fait étriller : Il dit « assistant de faculté » pour « maître de conférence » ! Gravissime ! Du Faurisson pur porc ! J’espère qu’il n’aura plus jamais droit à la parole, après un tel crime de lèse-université.

Par contre, je dois avouer que l’une des saillies de notre gardienne du Bien m’a mis profondément mal à l’aise : « (ils veulent) une école dont la mission ne serait pas de former de jeunes citoyens à exercer leur esprit critique et à se méfier des instrumentalisations de l’histoire ».

Outre le fait qu’un livre d’histoire énonce des faits et pas des points de vue (heureusement), Mme de Cock ouvre béante la boite de Pandore ainsi que la porte à tous les négationnismes.

Les écoliers musulmans contestant la réalité de la Shoah « exercent leur esprit critique et se méfient des instrumentalisations de l’histoire ». Merci madame, ils n’avaient pas franchement besoin de vous, mais un coup de main ne se refuse pas !

Un peu triste, tout ça… alors, concluons Allegro Vivace :

« Laurent Wetzel, ancien Inspecteur d’académie, dont on aurait pu attendre une connaissance minimale des programmes, prétend que l’islamisme n’est pas enseigné en classe de 1ère. Faux puisqu’on y étudie le 11 septembre 2001 ».

Elle l’a dit : Islamisme = terrorisme !

Nous nous en doutions un peu, mais merci de confirmer.

Les partis au pouvoir en Tunisie, Egypte, Turquie, sont des mouvements terroristes, l’UOIF est une organisation terroriste, en recevant les dirigeants de l’OCI, Fabius est un collabo-terroriste… la liste serait longue !

Finalement, cette Madame de Cock n’engendre pas la morosité.

Jacques Vinent

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.