Pour Mélenchon comme pour Madame Strauss-Kahn, ni l’immigration, ni l’islam ne sont un problème pour la France…

Bien malin celui qui peut avoir une idée claire (et une analyse précise) sur les révoltes et changements divers qui affectent le Maghreb, l’Egypte, la Lybie ou les Etats du Golfe… et qualifier ces faits de « révolutions » paraît pour le moins hâtif et sans fondement réel, surtout si l’on n’a, pour s’informer, que les media français… ou même internationaux, et si l’on oublie aussi bien les stratégies géopolitiques et géo-économiques qui agissent en ces « régions » que les volontés hégémoniques des forces religieuses islamiques qui, si elles triomphaient, les feraient revenir plusieurs siècles en arrière…

Mais il y a une chose dont nous pouvons être sûrs, c’est qu’à la suite de ces mouvements violents, de ces recompositions politiques éventuelles, on peut s’attendre à voir débarquer sur nos côtes des flux d’immigrés (1) tels ces Tunisiens arrivés sur l’îlot de Lempedusa, véhiculés par des groupes mafieux, et qui n’avaient qu’une hâte : aller en France, l’Eldorado supposé… tels ces Libyens qui fuiraient un pays déchiré… tels ces Africains qui profiteraient de « l’aubaine », poussés par des passeurs s’enrichissant sur leur dos.

Et là se pose pour notre pays un problème redoutable : devons-nous continuer à pratiquer le laxisme migratoire qui préside à la politique européenne que nous acceptons sans broncher (Marine Le Pen a bien démontré que les discours de nos dirigeants sur leur volonté de maîtriser les différentes sortes  d’immigration étaient de simple propagande électorale) (2) ou n’est-il pas opportun de passer à un stade de fermeture de nos frontières à tous ces afflux (et aux autres aussi…) par la décision d’un moratoire qui pourrait permettre de faire des économies financières importantes (l’immigration coûte, bilan recettes/dépenses fait, 30,4 milliards d’euros par an à notre pays – Source : « Le coût de la politique migratoire de la France » par Jean-Paul Gourévitch – www.contribuables.org ) tout en engageant un vaste programme d’intégration des actuels immigrés en situation régulière et d’expulsion de ceux qui sont entrés illégalement en France.

Ah, j’entends d’ici les cris d’orfraie du bouffon utile des oligarchies financières mondialistes, le nommé Mélenchon, qui proclame urbi et orbi sa volonté de régulariser les « sans-papiers » (comme il dit pour masquer que ce sont des « illégaux »), d’ouvrir toutes grandes nos frontières, d’accorder toutes les aides sociales possibles à ceux qui ne viennent en France que pour en bénéficier sans jamais y avoir cotisé le moindre euro…

C’est Monsieur Bouygues qui doit être content, lui qui a préconisé le regroupement familial (mis en œuvre par Giscard, Mitterrand, Jospin …et consorts) et dont les entreprises ont eu jusqu’à 80% de travailleurs immigrés… C’est Madame Parisot, grand « chef » du Medef, toujours heureuse quand les entreprises peuvent avoir à disposition une main d’œuvre sous payée, docile, silencieuse, et n’ayant que peu de « désir revendicatif » malgré les conditions de travail imposées…

Car si l’immigration est une chance, c’est pour les entrepreneurs, grands, moyens et petits, qui, grâce à  ce biais commode, peuvent donner des salaires au rabais dans la mesure où ils ont à disposition une main d’œuvre nombreuse, parfois illégale que l’on va chercher en des lieux bien définis (à Marseille, c’est boulevard du Capitaine Gèze, dans le 15ème…), tout en proclamant que « les Français ne veulent pas des emplois qu’on leur propose »…Ils sont, ainsi, en phase avec Jean-Claude Trichet, le patron de la BCE, dont le blocage des salaires est un des « credos », afin, dit-il, de maîtriser l’inflation….

On devine mieux alors le discours hypocrite et malsain de ces patrons (grands et petits) du BTP, des entreprises de services, de l’agriculture, de la restauration et de l’hôtellerie… qui s’enrichissent en pesant sur les chiffres du chômage et en favorisant l’afflux d’une main d’œuvre dont notre pays n’a pas besoin tout en laissant à la charge de la société dans son ensemble ces populations déracinées et les chômeurs qu’ils fabriquent.

Eh oui, pour le sieur Mélenchon – comme pour le nommé Strauss-Kahn ou la Brochen-Aubry, dhimmi de Lille -, l’immigration tous azimuts, légale ou illégale, est un fonds de commerce électoraliste, certes, mais la justifier en permanence au nom de supposés bienfaits pour notre pays ou d’une compassion toute « chrétienne » pour la misère du monde permet aux oligarchies financières mondialistes, qui ont le vrai pouvoir politique et économique, de trouver des alliés, des défenseurs, des thuriféraires, au sein même d’une « gauche » qui prétend représenter le peuple, première victime des méfaits de la libre circulation des capitaux, des marchandises, des biens et des services, de la main d’œuvre …

C’est fort, c’est très fort, d’autant plus que ces afflux migratoires ont une autre fonction particulièrement utile à la « Globalisation » : celle de casser les espaces uniques sociétaux des pays qui les subissent et d’y instiller le communautarisme qui empêche l’unité nationale et remplace les combats politiques, sociaux,  rassembleurs par des affrontements de communautés repliées sur leurs pratiques, « leur culture »… C’est tout « bénef » pour ceux qui tirent les ficelles !

Et, en France, ce communautarisme séparatiste se transmet par l’islamisation rampante de notre société…

Ah, j’entends d’ici le nommé Mélenchon se rengorger dans son jabot d’indignation et crier haut et fort, en sautant comme un cabri sur sa chaise : il n’y a pas de problème avec l’islam dans notre pays !

Remarquez, il n’est pas le seul à s’indigner de la sorte : il vient de trouver une alliée en la personne de Madame Strauss-Kahn, alias Anne Sinclair, dont les interventions régulières (directes ou indirectes)  dans la presse semblent indiquer qu’elle joue le rôle de « sous-marin » politique pour Monsieur et ses ambitions présidentielles, après avoir joué celui de « chandelier » lors de ses galipettes d’alcôve…(3)

Entre un passage par sa résidence américaine, son appartement de la place des Vosges, son riad de Marrakech et ses quelques autres « pieds à terre » disséminés ici ou là, elle a trouvé le temps de nous affirmer que l’immigration illégale, ce n’était pas un problème, et que parler de l’islam, c’était  souffler sur des braises et inventer un danger qui n’était pas…

Pour sa première affirmation, on comprend : quand on a sa fortune en œuvres d’art planquées en Suisse et aux USA, on sait ce qu’est l’immigration…. « illégale » ?

Pour ce qui est de l’islamisation rampante de notre pays et de l’émergence d’un communautarisme destructeur de notre tissu laïque, on se contentera de remarquer que la fréquentation du roi du Maroc ne lui donne aucun droit à penser pour nous, humbles citoyens habitants de villes et cités soumises à l’irruption, par des faits incontestables, d’une religion ségrégationniste, sexiste, séparatiste, antilaïque et refusant la loi générale votée démocratiquement.

Mais il est intéressant de remarquer que, sur ces questions essentielles de l’immigration et du communautarisme islamique,  le soit disant « homme de gôôche » Mélenchon, et la madone de la mondialisation « gauchisée » se retrouvent en plein accord… et que leur prise en compte des demandes, besoins, aspirations de notre peuple, en matière de pouvoir d’achat salarial, de sérénité de l’espace public et sociétal, comme de respect de ses valeurs laïques et démocratiques, tend exponentiellement vers zéro…

Encore un tout petit effort, Jean-Luc, et ton petit pourcentage ira abonder celui de Dominique…

                                                                                                                                                                                                                Empédoclatès

1 – http://www.lefigaro.fr/international/2011/02/22/01003-20110222ARTFIG0037…

2 – http://www.nationspresse.info/?p=123814

3- http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/21/97001-20110221FILWWW00494-a…

image_pdf
0
0