1

Pour Mgr Cattenoz, toute caricature est une atteinte à la liberté

Dans l’émission « Terres de mission N°188 » l’évêque d’Avignon, Mgr Cattenoz, prend ouvertement parti contre les caricatures à partir de 2’30  et contre le droit au blasphème. En parlant de l’initiative de la lecture des caricatures, Cattenoz  parle de ses frères musulmans qu’il semble préférer au professeur égorgé Samuel Paty. La liberté, selon lui, s’arrête à la blessure des croyants (mais pas celle des athées curieusement) ; le blasphème ne doit pas être un droit. « Toute caricature est une atteinte à la liberté ». Il fallait oser.

Et bien mes amis catholiques, avec des évêques comme cela, je vous le dis, vous n’allez pas faire long feu devant les islamistes. Vous croyez qu’en marchant dans leurs pas, ils vont vous respecter ?

Je veux bien admettre qu’un religieux n’aime pas trop voir une caricature de son Dieu. Mais de là à protester, osant affirmer que le droit au blasphème n’existe pas en France et à défendre les terroristes…

Et honnêtement, si Dieu existe et est tout-puissant, il doit avoir les moyens de se défendre, de foudroyer sur place le contrevenant, sans que cela nécessite l’intervention d’un fidèle, non ? Oui, la liberté d’expression ne s’arrête pas là où je blesse mon frère, sinon autant dire qu’elle n’existe pas. Je suppose que dire du mal de M’Bappé doit relever du blasphème pour un supporter du PSG. On ne va pas faire une loi contre cela pour autant. Le droit d’être choqué est fondamental en toute circonstance.

Et honnêtement, considérer comme ses frères les égorgeurs et les assassins de mécréants, il faut que cet évêque soit tombé bien bas. La compassion avec l’assassin qui passe avant celle due à la victime, quelle infamie.

Et je le dis à nos lecteurs catholiques, vos prêtres doivent se ressaisir, il en va de votre survie. Secouez-les car ils vous mènent à la défaite et à la mort (au sens propre comme au figuré) surtout en haut : le pape François avait dit au sujet des attentats de janvier 2015 « Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing » justifiant donc le terrorisme.

Honnêtement, du constat que je fais actuellement en Europe, le rapport de forces est très nettement en faveur de l’islam. Les musulmans semblent déterminés alors que votre clergé pleurniche lâchement contre les caricatures qui blessent les terroristes. L’intelligence avec l’ennemi ne rime pas avec la victoire. Bougez-vous sinon vous êtes morts.

Platon du Vercors