Pour nous, la vérité n’est pas négociable

Publié le 27 mars 2019 - par - 5 commentaires - 866 vues
Share

À l’occasion des Assises de la France des Gilets jaunes, nous avons revu le toujours jovial Roland Hélie, qui tenait le stand de Synthèse nationale, à côté de son ami Philippe Randa. Le stand rencontra beaucoup de succès, l’occasion pour nous de faire le point avec les actions présentes et futures de cette mouvance.

Riposte Laïque : Il y a quelques semaines, vous avez lancé un appel contre la menace émise par Emmanuel Macron de dissoudre le Bastion social. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Roland Hélie : En effet, le 17 février dernier, devant une organisation confessionnelle, le Crif* en l’occurrence, Emmanuel Macron a annoncé que pour enrayer la violence qui depuis la mi-novembre ponctuait les démonstrations de force des Gilets jaunes, il allait demander à son gouvernement de dissoudre le Bastion social (ainsi que deux groupes fantomatiques dont personne n’avait jamais entendu parler).

Il s’agissait là d’un effet d’annonce destiné à satisfaire son auditoire car cela ne tenait pas debout. Le Bastion social est une organisation de jeunes nationalistes qui s’est spécialisée dans des distributions de soupes populaires à base de porc et dans les occupations de locaux abandonnés afin de les transformer en foyers d’accueil pour familles françaises en difficultés. Des préoccupations louables et, sommes toutes, bien éloignées de celles des casseurs et pilleurs du samedi soir… Mais qu’importe, pour Macron il fallait un responsable et ce responsable devait être obligatoirement, ce soir là, un mouvement nationaliste…

Ce que n’avait pas prévu Macron lors ses élucubrations apéritives, c’est qu’en s’attaquant au Bastion social, il s’attaquait à l’ensemble des forces patriotiques, nationales et identitaires…

Riposte Laïque : D’où votre appel à la mobilisation ?

Roland Hélie : Pour être tout à fait juste, cet appel m’a été suggéré par des amis. Dès le lendemain du discours de Macron, plusieurs responsables de mouvements ainsi que certains écrivains de notre famille politique m’ont contacté. Tous étaient outrés par de tels propos et, sans doute parce qu’ils ne voulaient pas donner l’impression de vouloir tirer la couverture à eux, ils m’ont demandé, compte tenu de la position centrale de Synthèse nationale au sein de la mouvance patriotique, de prendre une initiative publique afin de marquer notre solidarité militante avec le Bastion social menacé. D’où cet appel publié sur le site de Synthèse nationale qui, très vite, a rassemblé plus d’une centaine de signataires exerçant des responsabilités politiques, associatives, culturelles ou socio-professionnelles. Puis, des centaines de patriotes se sont joints à eux.

Riposte Laïque : Cette réaction a effectivement rencontré un certain succès…

Roland Hélie : Vous avez été, chers amis de Riposte laïque, par l’intermédiaire de Pierre Cassen et de Christine Tasin, parmi les premiers à répondre présents. De Jean-Marie Le Pen à Alain de Benoist, de Pierre Vial à Alain Escada, de Francis Bergeron à Robert Spieler, en passant par Philippe Randa, Christian Bouchet, Thomas Joly, François Bousquet, Serge Ayoub, Richard Roudier, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta (et les autres me pardonneront de ne pas tous les citer car la liste est longue), cet appel a rassemblé quasiment l’ensemble de la famille. Nous avons aussi reçu les soutiens de plusieurs personnalités européennes.

Dans les jours qui viennent, nous allons écrire au président de la République pour lui faire part de notre « réprobation unitaire ». Je ne sais pas si cela le tourmentera mais une chose est sûre, c’est qu’en provoquant les patriotes en menaçant une de leurs organisations, Emmanuel Macron nous a donné l’occasion de prouver que nous pouvons aussi être rassemblés lorsque la situation l’impose et, à mes yeux, c’est ce qui est le plus important.

Riposte Laïque : Il y a quelques années vous vous étiez engagé pour défendre Esteban, Alexandre et Samuel, trois militants solidaristes injustement accusés dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Méric ». C’est d’ailleurs à cette occasion, Roland, que nous avions fait connaissance. Aujourd’hui, voyez-vous des similitudes entre cette affaire controversée et les menaces de Macron contre le BS ?

Roland Hélie : Nous sommes dans la même logique. Rappelez-vous, en juin 2013 lorsque survint cette « affaire Méric » (décès accidentel d’un gauchiste participant à une agression contre des jeunes patriotes à Paris), le gouvernement de l’époque était aux abois. Des centaines de milliers de Français descendaient chaque mois dans les rues pour protester contre la loi Taubira. Il fallait un dérivatif pour le gouvernement afin d’amalgamer les opposants à cette loi et « l’extrême droite » et cette pénible affaire tomba à pic si je puis dire.

Aujourd’hui, c’est le même scénario. Le pouvoir est confronté à une opposition populaire grandissante et de plus en plus déterminée. Pour tenter de s’en sortir, il ressort la vieille recette éculée du « complot d’extrême droite ». Mais cela, à part peut être lors des agapes du Crif, ne marche plus. Les Français ne sont plus dupes et les Gilets jaunes, comme nous avons pu le constater l’autre dimanche lors des Assises que vous avez organisée à Rungis, ne se laissent pas manipuler par de telles petites manœuvres mesquines.

Le vrai problème de la France, ce n’est pas l’activisme nationaliste, c’est la faillite de l’ultra libéralisme mondialiste qui la ruine et l’immigration incontrôlée qui menace son identité.

Riposte Laïque : Voilà une vérité qui va sans dire mais qui va mieux en le disant. Justement, le samedi 6 avril prochain, à 20 h à Paris, vous organisez le 3e banquet annuel de Synthèse nationale avec comme thème : « La vérité n’est pas négociable ». On est en pleine actualité ?

Rolande Hélie : Certes oui, Pour la troisième année consécutive nous organisons en effet un dîner amical au début du printemps à Paris. C’est un peu le pendant printanier de nos journées nationales et identitaires du mois d’octobre. Rassurez-vous, le bonimenteur Macron n’y est pas invité. En revanche, nous aurons le plaisir de recevoir Martial Bild, le talentueux directeur de TV Libertés, qui interviendra justement sur ce thème « La vérité n’est pas négociable ».

TV Libertés qui, comme son nom l’indique, est un espace de libertés rencontre un succès grandissant. C’est aussi un média indispensable pour le combat que nous menons tous contre la pensée dominante. Il y a quelques mois, on a tenté de la faire taire. Petit à petit, le Système cherche à formater les esprits mais, heureusement, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent contre cette dictature du mensonge et de la soumission. D’où la nécessité de rétablir la vérité et notre joie de recevoir celui qui dirige la rédaction de cette chaîne atypique et courageuse.
Les amis de Riposte laïque et de Résistance républicaine qui souhaiteraient se joindre à nous le samedi 6 avril sont évidemment tous les bienvenus, d’autant plus que vous avez eu, vous aussi, la chance d’inviter Martial, quinze jours avant nous, lors de vos Assises Gilets jaunes, et qu’il y a été remarquable.

https://www.youtube.com/watch?v=mPdzoormC9c&t=2s

Riposte Laïque : Alors, comment s’inscrire ?

Roland Hélie : C’est simple, vous pouvez le faire en ligne :
http://synthese-editions.com/home/167-3e-diner-annuel-de-synthese-nationale.html
ou en écrivant à Synthèse nationale 9, rue Parrot (CS728019) 75012 Paris – correspondance uniquement – (participation 48 € par convive, chèque à l’ordre de Synthèse nationale). L’adresse de la brasserie où le dîner se déroulera vous sera envoyée à la réception de votre inscription.

Propos recueillis par Pierre Cassen

*Le Crif (Conseil représentatif des israélites de France) ne représente qu’une part infime de la communauté juive de notre pays, passe son temps à accuser les patriotes et à cautionner les politiques d’immigration menées par les gouvernements qui se sont succédé.

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
lafronde

RL nous a offert une belle dynamique lors des Assises des gilets jaunes. Les partenaires patriotes étaient là, dont Synthèse nationale qui appelait à pétitionner pour le Bastion social. Or le défendre c’est défendre les libertés concrètes : libre choix de ses solidarités, liberté d’expression. C’est défendre les libertés du Peuple. Autrement dit c’est un Libéralisme par et pour le Peuple français. Je m’étonne donc de la tirade « l’ultra libéralisme mondialiste qui la ruine » (la France). Car le mondialisme-ci est celui de l’ONU, relayé par la CEDH et l’UE, qui est tout bonnement un Socialisme de Redistribution inter-ethnique : après vos revenus, le régime vend le pays ! Tout le contraire d’une défense de notre Propriété indivise : la Nation. Défendons nous par le principe de Propriété !

Roland Hélie

Il ne faut pas confondre, Cher Ami, l »ultra libéralisme » sans limite avec la liberté d’entreprendre qui est fondamentale. Pour faire simple, il y a d’un côté les banques apatrides et les multinationales dont l’objectif est d’enrichir leurs actionnaires qui sont le plus souvent des fonds de pensions qui se foutent éperdument des identités et des nations et, de l’autre, il y a les petites et moyennes (voire certaines grosses) entreprises qui triment pour essayer de faire vivre leurs employés et leurs dirigeants. Permettez-moi de vous suggérer de lire le nouveau livre d’Alain de Benoist sur le libéralisme…

lafronde

Question livres, j’ai lu « les Droits de l’Homme contre le Peuple » de l’éminent Pr JL Harouel, que l’on peut écouter sur Radio Courtoisie. L’ordre juridique en vigueur chez nous c’est d’abord celui des droits-créances onusiens, celui par lequel nos cotisations sociales deviennent un impôt finançant l’Etat-Providence ouvert au monde entier. C’est cet ordre juridique supra-national qui impose une redistribution (57% du PIB) de nos richesses au profit d’autres ethnies. Notre régime est bien un Socialisme ! Liberticide : voir le Bastion social, et avant lui le 3e voie… Quant au capitalisme mondial, rien ne m’oblige à avoir un iPhone, un compte Facebook. L’essentiel des contraintes que j’endure sont celles établies par les politiciens clientélistes français. On était libres De Gaulle regnante !

emile

« l’ultra libéralisme mondialiste qui la ruine »
je comprends par là le libéralisme à la sauce anglo-saxonne , l’idéologie de la super classe libérale/libertaire mondiliste cosmopolite qui appauvrit les peuples et enrichit cette caste
la propriété de notre culture et de notre histoire qui constitue une bonne part de notre nation est bien remise en cause par cette idéologie qui veut tout nomadiser et faire table rase
et ne faire reigner que la loi du marché

lafronde

Plusieurs livres sont sortis dénonçant la trahison des élites mondialisées. (Y. Mamou, le grand abandon (des élites), C. Guiluy No Society, et avant JY Le Gallou « Immigration »). Mais ni l’Eglise, ni le Marché n’ont de pouvoir de coercition comme en dispose l’Etat aux mains de politiciens, au mieux clientélistes. Qualifier le régime macroniste de libéral est cocasse : Macron ruine toutes les libertés concrètes des français, qui sont en régression depuis au moins 1974. Quant je lis que Guillaume Faye avait déjà décrit en 2002 le naufrage de nos élites, et qu’il a été condamné pour cela ! On ne peut pas soutenir que notre régime post-Mitterrand est libéral !