Pour rétablir l’ordre chez nous, il faut que l’armée intervienne !

Publié le 30 septembre 2019 - par - 1 364 vues
Share

Nos soldats sont envoyés en opérations extérieures pour combattre les djihadistes.
Sur le territoire national, ce sont les policiers qui doivent tenter de maintenir l’ordre.

Malgré la vaillance de ces hommes, ils ne sont ni équipés ni formés pour affronter des sauvages qui disposent d’armes lourdes et qui peuvent être prêts à mourir.

http://www.lefigaro.fr/photos/2016/01/14/01013-20160114ARTFIG00264-o-interviennent-les-soldats-francais-dans-le-monde.php

Nous comprenons très vite que les forces en présence sur le territoire national sont inégales.
Comment peut-on envoyer des policiers utilisant des véhicules civils pour appréhender des malades qui les canardent au mortier ?

https://www.francetvinfo.fr/societe/trappes/tirs-de-mortier-l-arme-a-la-mode-dans-les-violences-urbaines_375284.html

Ci-dessous ce que je relève sur le site de France Info, dont le lien est ci-dessus.

Vous verrez en cliquant sur ce lien que ce sont des policiers de la Bac ou Brigade anti-criminalité, qui sont envoyés combattre des djhadistes vendeurs de drogue.
Ces djihadistes travaillent à nous détruire en tirant au mortier mais aussi en alimentant en drogue nos jeunes.

« La nuit a été calme sur Trappes et ses alentours » malgré « deux à trois tirs de mortier », a indiqué une source syndicale de la police à l’AFP, lundi 22 juillet. Selon cette déclaration, « tirs de mortier » et « situation apaisée » sont visiblement conciliables, preuve d’une certaine habitude vis-à-vis de ces explosifs.

Depuis plusieurs années, les tirs de mortier semblent se multiplier lors des affrontements contre les forces de l’ordre en banlieue, comme à Amiens (Somme) en août 2012, ou à Lyon lors du week-end du 14 juillet dernier, comme évoqué par Le Progrès. L’occasion de faire le point sur les caractéristiques de cette arme de guérilla urbaine.

La guerre ne se fait pas avec des policiers. C’est comme cela que dans leurs rangs nous déplorons de nombreux suicides.

https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2019/04/12/suicides-de-policiers-un-chiffre-hors-norme-depuis-le-debut-de-l-annee_5449581_1653578.html

Comment comprendre une situation aussi absurde. Nos soldats protègent des territoires étrangers alors que le territoire national est abandonné aux djihadistes.

Comment espérer trouver la solution alors qu’à la tête de l’État, nous avons un jeune Président qui a osé dire au chef d’état-major de l’armée : « je suis votre chef » ! N’aurait-il pas mérité une fessée ?

J’espère qu’à la prochaine élection présidentielle, nous élirons un candidat qui déclarera l’état d’urgence pour permettre aux soldats de sécuriser le pays.

Bernard Atlan

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.