1

Pour se débarrasser de Marchal-Beck (MJS), il fallait le masturber…

La masturbation pour calmer un obsédé ? Faut voir ! Chez les MJS, c’est tout vu !

De nos jours, la vie n’est pas réjouissante en Socialie sous Macron-Clémenceau, pas plus qu’elle ne l’était sous Hollande-Pinocchio passant avec casque et fracas d’une conquête à une autre, et ce malgré un charisme qui n’est pas forcément évident à première vue, mais bon, il en faut pour tous les goûts !

Pourtant depuis quelques temps, de savoureux épisodes voient le jour, même dans la presse officielle donc dûment subventionnée (*) dénonçant les turpitudes de certains messieurs se sentant autorisés, de par leurs hautes fonctions (producteur, photographe de renom, responsable politique… et bien d’autres) à des privautés envers de pures damoiselles qui, sur le coup n’y trouvent rien à redire, mais réalisent subitement, parfois bien des années plus tard… que ce qu’on leur a fait n’était vraiment pas bien.

(*) http://www.bvoltaire.com/soit-on-supprime-aides-a-presse-soit-on-accorde-a-titres/

Il est vrai que nous ne sommes pas toutes égales dans la rapidité de compréhension de certains phénomènes… mais pourtant, il me semble bien, qu’une main aux fesses, c’est une main aux fesses (ou autres privautés du même lot), difficilement confondables avec une manifestation de gentleman !

Vous pensez sans doute que je vais vous parler des viols de  centaines de jeunes femmes lambda, qui bizarrement se multiplient dans toute l’Europe, depuis l’arrivée massives de sauvages sans manières, venus importer leurs mœurs d’arriérés, mais que les  bisounours nous vendent pour de pauvres « gosses » ayant dû quitter leurs pays dans le plus total dénuement (si l’on excepte les smartphones dernier cri !), et à qui nous devons réserver le meilleur accueil, passant outre la totale pénurie d’emplois et de logements chez nous déjà pour les autochtones ?

Ah mais pas du tout ! Vous n’y êtes pas ; ces viols là sont sans importance pour nos prétendus gens de cœur qui, pour éviter toute émotion superflue, ont décidé que « c’était bien fait pour elles ce qui leur était arrivé », qu’elles n’avaient pas à provoquer ainsi ces jeunes hommes dans la force de l’âge en se promenant quasiment dénudées (fin décembre, en Allemagne par exemple, ça vous parait crédible ?).

Je n’ai d’ailleurs pas souvenance d’avoir à l’occasion entendu en France, glapir les féministes d’opérette, qui actuellement incitent à « balancer ton porc » avec la fâcheuse tendance à prendre tous les hommes pour des gros pervers sans éducation.

Accusé d’avoir eu la main baladeuse au cours d’une représentation à l’Opéra-Bastille, Pierre Joxe contre attaque, arguant que la supposée victime se mélange les pinceaux, tant sur les dates, que sur le titre de l’oeuvre. A suivre…  Michel Grémi, Dessinateur

Bien au contraire puisque, totalement dépourvues d’empathie pour le malheur de leurs semblables, ces donzelles  trouvent absolument normal que des mâles musulmans  (pas tous heureusement) enferment leurs femmes dans des sacs poubelles, les prenant pour des « terrains de labours » et autre gracieusetés ; et que ceux qui n’en ont pas (des femmes, pas des sacs poubelles, suivez quoi !) se passent de toute formalité d’assentiment de la part de celles dont ils usent en maîtres (et parfois en meute)… ne trouvant aucune chèvre ou chamelle consentante dans nos contrées !

Au nom de l’ouverture à l’autre, tout est permis… sauf quand il s’agit de leur ouverture intime à elles… faut pas exagérer non plus !

Sûr que pour qui n’est pas averti du monstrueux égoïsme des faux-gauchistes-vrais dégénérés, que seul leur nombril intéresse, c’est très révoltant…

Quand on est prévenu aussi d’aileurs !

Enfin bref,  il y a peu, j’avais révélé sous le sceau du secret, que le  sieur       s’était vu affublé du sobriquet  « la branlette de Limoux » suite à ses exploits sexuels débridés avec la gent féminine (je précise parce que de nos jours ce n’est pas toujours évident) ; aujourd’hui je voudrais mettre à l’honneur un autre « gentleman » socialiste, qui vient d’être dénoncé par huit femmes ayant porté plainte pour harcèlement sexuel : Thierry Marchal-Beck, ex président des Jeunes Socialistes, plus connu sous le diminutif TMB.

Parmi les confidences faites à Libération, sous de faux prénoms, deux m’ont paru particulièrement aptes à retenir l’attention, donnant une idée très précise de la belle âme qu’est ce monsieur, somme toutes assez semblable à bien d’autres élus, ayant le monstrueux culot de donner des leçons au « petit peuple », quand eux-mêmes se conduisent comme les derniers des salopards !
Marie :

« En 2010, elle est une jeune pousse socialiste prometteuse, pressentie pour prendre la tête de sa fédération départementale, en banlieue parisienne. Tout le monde chante ses louanges. A la même époque, elle a le «béguin» pour TMB. A la base, c’était un «jeu de séduction consenti des deux côtés», dit-elle sept ans plus tard. Sauf que Marie ne franchira jamais la ligne jaune : elle est en couple et n’entend pas tromper son compagnon. TMB, en revanche, tentera sa chance en permanence, faisant balader sa main sous sa jupe, entre autres. Marie dit et redit non. Courant 2011, le scénario prend une tournure politique. «J’apprends par des camarades bienveillants que le futur président se répand sur mon état psychologique supposé instable dans les instances nationales, relate l’ancienne militante qui poursuit des études de droit en parallèle. En fait, plus je disais non, plus il disait à tout le monde que je n’étais pas digne de confiance.» Du coup, Marie est lâchée par la direction, qui semble se ranger à l’avis de TMB sur sa personnalité. Elle alerte plusieurs responsables nationaux, expliquant que le futur patron du MJS est «dangereux pour les femmes et pour l’organisation». Mais en novembre 2011, Thierry Marchal-Beck est intronisé. «Et là, mon ascension dans le mouvement s’arrête net», se souvient Marie. … »

Lise : « Il vit donc à Paris, où il rencontre Lise, qui y milite. Ils se plaisent et, au début, leur relation est consentie. «Ensuite, je ne pouvais plus m’en sortir», relate la jeune femme. La liaison bascule dans le harcèlement. TMB se fait pressant, ne lâche plus Lise, la couvre de SMS. Sur des motifs réels ou factices, le jeune dirigeant convoque la secrétaire nationale chez lui plutôt qu’au siège du PS. «J’ai dû le masturber pour m’en débarrasser. Il disait : « Comme tu as dit oui une fois, tu ne peux plus dire non maintenant. »» Cette pression incessante prend fin à l’été 2010, quand Lise rencontre son compagnon. L’agression et les souvenirs de Lise s’estompent. «Ce n’est qu’avec l’affaire Baupin, cinq ans plus tard, que j’ai réalisé ce qui m’était vraiment arrivé : on était clairement dans un abus de pouvoir, explique l’ancienne cadre. A chaque affaire de harcèlement, ce qui m’est arrivé ressurgit. Je m’interroge sur mon statut de victime et mon incapacité à réagir.»

Euh, comment dire ? Nous aussi Cocotte, on s’interroge !

Et la fellation, elle a pas essayé la comique ? Parce que c’est sûr, après, ils sont bien calmés les excités… faut voir !

http://www.liberation.fr/france/2017/11/14/harcelement-sexuel-au-mjs-j-ai-du-le-masturber-pour-m-en-debarrasser_1610103?xtor=EPR

Bon, trêve de plaisanterie, chacune fait comme elle veut, pourtant  il me semble tout de même qu’il existe bien d’autres méthodes pour envoyer paître un malotru, qu’en se livrant à une masturbation sur sa personne (une « giroflée à cinq branches » sur la figure comme disait ma maman, un bon coup de genou dans les « choses de la vie » …).

Mais c’est peut-être suis-je dépassée à cause de mon grand âge ; tant pis, quitte à paraître démodée, je resterai sentimentale jusqu’à mon dernier souffle, et n’ayant pas de gauchistes dans mon entourage je suis à l’abri de leurs mœurs… qui finalement se rapprochent tout à fait de celles de leurs petits protégés islamistes… ceci expliquant sans doute cela !

Josiane Filio Au nom de la Liberté d’expression