Pour Sifaoui, un ouvrier doit fermer sa gueule quand un universitaire dit que l’islam est amour

Publié le 12 juillet 2010 - par
Share

Une lectrice de Riposte Laïque nous a fait parvenir ce texte, ahurissant, paru sur facebook, blog de Nadia Geerts (la Caroline Fourest belge), et signé de Mohamed Sifaoui. Il y reproche à Pierre Cassen, simple ouvrier, d’oser contredire des universitaires comme lui (neuf années d’études), sur la réalité de l’islam. Indignée par un tel mépris, qui n’a pas dérangé Nadia Geerts, si ses amis, notre lectrice lui avait reproché ce qu’elle considère un racisme anti-ouvrier. Nous publions la réponse du journaliste algérien, dirigeant national de SOS Racisme. Le discours est clair : que les ouvriers laissent les universitaires leur indiquer la pensée juste ! Les ouvriers apprécieront…

REPONSE DE SIFAOUI A LA LECTRICE DE RL

D’abord, ma phrase exacte était la suivante : Quand des ouvriers et autres hurluberlus s’emparent de débats universitaires, le résultat c’est ça !

Ensuite le contexte, le Pierre Cassen, l’ouvrier en question parlait sans connaissances scientifiques d’un sujet complexe qu’il reconnaît ne pas maîtriser, mais pourtant son jugement est tranché…

Ensuite, en effet si l’ouvrier peut donner un diagnostic en lieu et place d’un médecin; si on peut aujourd’hui en taportant sur Google se substituer à l’architecte et aux ingénieurs, fermons tout de suite les écoles…

Internet est en train de causer des ravages monstres. Le système universitaire, les journalistes, les philosophes, les scientifiques, sont délégitimés par des personnes non qualifiées qui viennent redire les choses…

A quoi sert-il d’envoyer ses enfants à l’école…
A quoi sert-il de suivre une formation universitaire pour qu’enfin, ce qu’on dit c’est de la gnognote et ce que dit un ouvrier sans qualifications est la vérité…

J’ai fait neuf ans d’études universitaires dans deux spécialités différentes…Je prépare un doctorat sur le sujet de l’islamisme et, malgré ça, Pierre Cassen se répand partout qu’il est le seul à connaître le sujet avec quelques hurluberlus qui partagent avec lui quelques idées.

Alors Racisme ? Non ! Parce qu’ouvrier n’est pas une race…
Mépris ? Probablement à l’égard de l’ignorance qui veut à tout prix dire le « vrai »

Maintenant sur le reste, je m’étonne de deux choses :
La première est qu’à aucun moment vous ne fassiez allusion au site Riposte Laïque dont certains contributeurs sont encartés au FN. Raison pour laquelle j’ai réagi…

(…) S’en suite une justification laborieuse de Sifaoui, sur ses problèmes avec la communauté choinoise, dont nous épargnerons nos lecteurs

COMMENTAIRE DE MARTINE CHAPOUTON

On ne sait pas où Mohamed Sifaoui est allé chercher que Pierre Cassen prétendait détenir seul la vérité sur l’islam. Mais on remarque que ce journaliste avait déjà qualifié d’ignorante Ayaan Hirsi Ali, qui avait osé, elle aussi, critiquer cette religion, et sortir du discours laïquement correct du bon islam perverti par les méchants islamistes. On remarque également que Sifaoui conteste le fait qu’une classe sociale soit une race, et donc refuse d’être considéré comme raciste pour ses propos méprisants sur les ouvriers. Nous partegeons cette remarque, mais dans ce cas, l’islam n’est pas davantage une race, et pourtant, Sifaoui traite régulièrement de « racistes » quiconque ose critiquer sa religion d’amour, de tolérance et de paix.

On constate surtout l’élitisme de tels propos, et le grand mépris pour les classes populaires de Sifaoui. Beaucoup d’idéologues d’extrême droite pensent que la démocratie est un leurre, et que le peuple n’est pas à même de faire les choix de société les plus judicieux, que seule une élite serait à même de faire. Remarquons que les écrits de Sifaoui sont plus proches des valeurs d’extrême droite que de celles de la gauche, dont se il se réclame abusivement. En effet, nous pensions que la vraie gauche défendait la souveraineté du peuple, même si, n’en déplaise à Sifaoui, dans le peuple, il n’y a davantage d’ouvriers que d’universitaires. Mais cela ne nous étonne pas, le sieur Sifaoui fait partie de cette gauche arrogante, aux méthodes souvent staliniennes, qui depuis trente ans prétend détenir la vérité malgré et contre le peuple, ce ramassis d’incultes et d’ignares.

On se rappellera les mots plus que méprisants d’Aubry, Royal et compagnie au lendemain du 29 mai, quand le peuple, à 55%, avait osé faire le contraire de ce que ses élites politiques disaient.

On se rappellera les députés socialistes qui ont voté avec la droite, à Versailles, l’interdiction faite au peuple de s’exprimer en faisant ratifier par le Congrès le Traité de Lisbonne, tant la peur du peuple et de son bon sens les tenait.

Quant au fond, comme d’habitude le sieur Sifaoui, tout à sa haine de Pierre Cassen (à qui il ne pardonne pas son charisme) et de Riposte Laïque (à qui il ne pardonne pas sa réussite) dit n’importe quoi. Il n’y a aucun rédacteur encarté au FN, seule une lectrice, qui, parmi des dizaines d’autres, propose parfois de remarquables papiers, qui a dit dans un de ses textes que malgré (ou à cause de) son itinéraire de gauche elle avait pris sa carte au FN, pour contribuer à la victoire interne de Marine Le Pen.

Quant au problème de fond, il est significatif de l’état de décomposition du monde universitaire puisque malgré ses neuf ans d’études universitaires (il ne comprend vraiment pas vite, Mohamed), Sifaoui en personne s’est vu ridiculisé par ses pairs quant à son ouvrage sur le Prophète, rempli d’erreurs et d’affirmations mensongères, selon Marianne en ligne. On pourrait aussi parler de Sylvain Goughenheim, bardé de diplômes, chercheur honnête, lui, et pourtant traîné dans la boue(1) pour ne pas avoir défendu la ligne politiquement correcte à propos du chemin pris par les livres grecs pour parvenir jusqu’à nous.

Alors si les spécialistes sont contestés sur l’objet même de leurs études, on peut penser que, forcément, sur l’ordre du politique (et la défense contre l’islamisation est de la politique) qui concerne la vie de la Cité, le peuple, souverain, peut bien avoir son mot à dire. C’est lui qui vit les difficultés au quotidien, c’est lui qui vote, c’est lui qui est, ataviquement, républicain. Hélas ce n’est plus le cas de la plupart de nos élites, tout particulièrement de gauche, ne voyant dans l’ouvrier qu’un consommateur susceptible de relancer la croissance en se gavant de coca-cola devant TF1.

Sifaoui déteste le peuple. Beaucoup de rumeurs, jamais avérées, l’ont fait passer pour un collaborateur des services secrets algériens. Vue sa conception de la démocratie, il n’y aurait rien de surprenant…

Martine Chapouton

(1) http://www.ripostelaique.com/Quand-des-universitaires.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.