Pour un Mémorial français des victimes du communisme

Publié le 17 juin 2019 - par - 42 commentaires - 668 vues
Share

N’en déplaise à Patrick Besson qui dans le Point se moque du formidable travail de Thierry Wolton sur cette mortifère tragédie que fut le communisme, et ce depuis 17, le tout à la lumière des efforts de Hongkongais pour s’en dépatouiller sous nos yeux et des Vénézuéliens pour s’en débarrasser, il est toujours navrant de constater que rien n’est réellement fait en France pour ne pas oublier, commémorer, entamer là aussi tout un travail « mémoriel » envoyant dans les écoles des rescapés du Goulag.

Or ce déni (qui a de nouveau sa source également en Russie après un temps d’ouverture en particulier des archives) semble bien être l’un des fondements principaux de cette persistance ourdie à vouloir en quelque sorte, sinon excuser Hitler et Pétain, du moins les comprendre jusqu’à répandre dans les cours de récréation (je l’ai entendu) qu’Hitler n’aurait pas pu faire les Beaux-Arts à Vienne parce que le directeur était juif (ce qui est faux, Hitler ayant surtout raté l’examen d’entrée). Céline avait aussi surfé sur cette même veine en vitupérant dans Bagatelle pour un massacre le directeur de l’Opéra de Paris ayant refusé son manuscrit.

Je ferai aussi ici l’hypothèse que plus les crimes communistes ne seront pas officiellement, institutionnellement, dénoncés, avec tout le processus juridique et mémoriel qui va avec, au niveau français, européen et mondial, plus, par compensation, une nostalgie justificatrice relativisera chez certaines jeunes nationalistes/patriotes excédés les crimes nazis et pétainistes (en particulier ceux de la Milice et des lois raciales qui n’ont pas été promulguées seulement sous la pression nazie comme d’aucuns le prétendent…) ce qui, en retour, permet au pouvoir centriste affairiste relativiste de type aujourd’hui macronien de jouer précisément sous nos yeux sur la résurgence de cette nostalgie, y amalgamant alors et à souhait tous les nationalistes et patriotes bref dénonçant « l’extrême droite » dans pratiquement chaque critique émise sur sa politique désormais (y compris la PMA).

Ce n’est donc pas seulement une question académique mais foncièrement politique d’une si brûlante actualité.

D’ailleurs, rétrospectivement, c’est bien parce que ce déni, officiel, institutionnel, sur les crimes communistes existe suite au compromis gaulliste passé avec le PCF (puis ensuite avec l’islamo-arabisme nassérien) qu’un groupe comme Ordre nouveau a pu plus aisément se constituer dans les années 70 ; principalement en réaction à la vague gauchiste trotskiste/maoïste semant la terreur dans les universités – d’où la création du GUD, émanation du mouvement Occident, lui-même se constituant également sur des bases anticommunistes – et non pas seulement en vue de faire renaître le vieux fond racialiste néo-monarchiste antisémite toujours incarné par le journal Minute ; même si cet élément (couplé à l’émergence de ladite Nouvelle Droite puis plus tard de l’Œuvre Française néopaganiste antisioniste et aujourd’hui pro-palestiniste, par exemple Alain de Benoist) n’est pas sans avoir des liens avec tous ces courants qui ont pu soit faire partie de la création du « Front » National, soit en être sorti, soit en être proche comme le Bloc identitaire (qui a cependant rompu avec l’antisionisme).

Jean-Yves Camus, spécialiste de la mouvance, ne nie d’ailleurs pas la racine anticommuniste de la création d’Ordre nouveau lorsqu’il écrit ceci en préface d’un fascicule de la fondation Jean-Jaurès consacré à Ordre nouveau (p.6):  »

 » (…) Toutefois, Ordre nouveau fut un mouvement de jonction générationnelle entre cette vieille garde et une extrême droite de jeunes gens nés après 1945, arrivés à la conscience politique lors de la guerre d’Algérie et de la guerre froide et pour qui l’anticommunisme, couplé avec l’antigaullisme, était la raison principale de l’engagement. (…) »

Tout ceci pour dire qu’il est de plus en plus agaçant, lassant, d’entendre tout le temps des références mémorielles sur le nazisme et le pétainisme alors que les crimes communistes sont à peine abordés, encore moins sanctionnés, de plus en plus oubliés (sauf dans les urnes heureusement).

Rien d’étonnant dans ce cas que des parallèles soient établis avec insistance entre la présence non négligeable de juifs intellectuels parmi les principaux dirigeants bolcheviques et aujourd’hui parmi les (ex-)dirigeants gauchistes ainsi que dans les médias chassant aujourd’hui en meute contre « l’extrême-droite », oubliant que la plupart de ces juifs étaient (sont) issus de familles bourgeoises bien intégrées, toujours à l’écoute d’idées radicales originales ou pas (« chaque génération est un nouveau peuple » disait Tocqueville) et que ceci a toujours été le cas de toutes les cultures, en particulier de la culture européenne, et donc également de la culture juive si l’on se souvient des tensions perpétuelles (toujours actuelles) en son sein (voire de la rupture, radicale, opérée par Jésus…). Par contre on ne voit guère chez Spinoza, Bergson, Husserl en quoi leurs origines juives aient à voir avec leur position philosophique, quoi qu’en pense Heidegger, surtout lorsqu’il corrèle de manière erronée la notion de « calcul » avec celle de judaïté (comme le montre Peter Trawny dans Heidegger et l’antisémitisme, Seuil, 2014, p.61).

Il est possible de faire enfin un dernier parallèle dans le déni historique avec l’omniprésence de la dénonciation de la traite transatlantique alors qu’il est fait toujours bien peu de cas de la traite islamique en effet quasiment inexistante des livres scolaires ; ne parlons pas des massacres inouïs accomplis par la conquête islamique de l’Inde (et de l’Afrique du Nord), massacres qui continuent à l’heure actuelle en Afrique, en Afghanistan, de façon perlée en Europe (via les attaques permanentes au couteau) financés par les bailleurs de fonds qataris et saoudiens de la dette publique française et du train de vie colbertiste d’un État omniscient (qui vient de faire échouer l’alliance entre Renault et Fiat au grand dam de l’ancien patron de Michelin aujourd’hui à la tête de Renault et qui s’y connaît sur le sujet).

Au final, tant que les crimes communistes (et aussi islamiques) ne seront pas dénoncés au moins avec la même vigueur que sont dénoncés les crimes nazis et les crimes prêtés au colonialisme européen – ceux-ci d’ailleurs étant amalgamés à ceux-là comme précurseurs (ce qui est vite aller en besogne, oubliant que tous les peuples de la Terre sont responsables d’exactions envers les peuples vaincus), il persistera une nostalgie néo-nazie et pétainiste comme l’a bien repéré à ses dépends Renaud Camus lorsqu’il s’est aperçu dans sa propre liste aux Européennes d’une affinité à cet égard telle celle de cette jeune Gilet jaune éborgnée par ailleurs ; nostalgie qui ne peut qu’alimenter les recherches de tous ces chasseurs autoproclamés « antifa » cherchant quoi qu’il en coûte et avec la plus grande malhonnêteté intellectuelle, à réduire le mouvement populaire refusant la mort (euthanasie douce) des Nations aux  » idées nauséabondes de l’extrême droite ».

Il ne fait pas bon en effet de refuser aujourd’hui l’imposition (progressif) d’un ectoplasme techniciste à base d’écologisme mensonger et de multiculturalisme obligé, mettant de côté intégration et laïcité voire les combattant dans les faits au profit d’une idéologie queer généralisée.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de

@Lucien
«  »Par contre on ne voit guère chez Spinoza, Bergson, Husserl en quoi leurs origines juives aient à voir avec leur position philosophique… »
En ce qui concerne Bergson pas de lien entre ses origines juives et sa philosophie ? Seulement en apparence. La philosophie est directement reliée à la vie écrit Nietzsche. Or Bergson est mort prématurément parce qu’il était juif. En effet il était allé se déclarer en tant que juif à la Kommandantur. Alors qu’il était en train de se convertir au christianisme. Mais il voulait rester solidaire de son peuple en ces temps difficiles. En tant que juif ses moyens de chauffage ont été réduits. Il a pris froid et en est mort en Janvier 1941.
Quant à Spinoza, il s’est construit me semble-t-il contre sa communauté juive…

Hasso

Merci pour cet article plein de bon sens.
Mais tant que les idées communistes domineront l’université, l’enseignement (qui n’a pas eu un prof d’histoire ou autre communiste ?), les médias, la majorité du monde intellectuel (Alain Badiou en étant le pire exemple), la presse…
Tant que le fait d’être ancien stalinien ou ancien maoïste, castriste sera un titre de gloire…
Tant que le fait d’avoir été un ancien bourreau des camps communiste, comme Georges Boudarel, ne vous vaudra pas l’exclusion immédiate de l’université…
L’université française, qui a formé nombre de ces ordures : Hô-Chi-Minh, Pol Pot, les dirigeants du FLNKS, Giap…
Il y a tellement à dire. Il suffit de lire Jean-François Revel Marc Lazar, Raymond Aron…

POLYEUCTE

Un Mémorial par ci, un autre par là ? Il y en a plein.
Deux suffiraient…
Celui des Bons, celui des Kons.
Problème. Qui décidera ?

Dugenou

Surtout ne le dite pas à nos communistes résiduels car ils croient être les forces du bien.

Garde Suisse

Le parti communiste se disant français a toujours été traître à la France depuis sa création en 1920. Seul compte pour les cocos, l’universalisme de la Révolution prolétarienne, amenant fatalement à la dictature, tout petit propriétaire étant un exploiteur !
Les cocos ont couché avec les boches ! Soutenu le Viêt-Cong et les fellaghas contre les soldats français et maintenant, ils continuent en frayant avec les islamopitheques.
Une engeance qui pourrit toutefois la tête des plus jeunes par un romantisme mensonger soutenu par une propagande active.

Alain Carrasco

Et un mémorial contre cette catastrophe sociale, économique, écologique etc, qui génère des guerres, des crises, de la pauvreté pour une bonne partie de l’ humanité, le capitalisme, c’ est pour quand? A bas le capitalisme, vive le Communisme, une société libre, fraternelle, ou l’ économie sera au service de l’ homme.

Paskal

Pour que le communisme vive, il faudrait déjà qu’il existe.

Alain Carrasco

C’est sur.

François BLANC

Tous les échecs du marxisme depuis 1917 ne vous suffisent pas, décidemment vous êtes aussi con qu’un musulman

Alain Carrasco

Si vous saviez de quoi vous parlez, quand vous parlez de Marxisme. Vous êtes con, comme tout anti Communiste.

JACOU

N’oubliez pas d’aller fleurir la tombe du bon pépé Staline qui avait ouvert des centres de loisirs au service de l’homme en Sibérie.

Patapon

Comment est il possible qu’il y ait encore des communistes en France,malgré ce que nous savons des horreurs que nous ont rapportées Soljenitsine et « le livre noir »,évoquant quatre vingt millions de victimes?Manipulations,mensonges,trahisons,assassinats,famines,aberrations économiques,falsification de l’Histoire,libertés élémentaires suspendues…C’est ça,votre Communisme,Yann Brossât,Carrasco,et autres « camarades »,la naïveté n’est plus de mise…

Alain Carrasco

Patapon, comment faut il vous expliquer que ce n’ était pas du Communisme?

POLYEUCTE

Mon pauvre ami, Regardez notre Pays et sa redistribution, ses impôts, etc
On frôle le Communisme de vos voeux. Pas content ?.

Jill,

Vive le Goulag !

Victoire de Tourtour

Ah oui, vive le communisme, qui a rendu tant de gens si heureux, si libres,si fraternels en Russie, en Chine, au Cambodge, à Cuba, en Corée du Nord ! Et j’en oublie, j’en oublie, dont le ventre fécond est toujours prêt à accoucher de bêtes immondes….

@Alain Carrasco
La France est toujours aux ordres du cadavre, comme le disait Maurice Druon. La France est l’un des derniers pays communistes. Et ça ne vous suffit pas ? Vous en voulez toujours plus ?

Alain Carrasco

Arrêtez de fumer la moquette.

patapon

Dans mon village natal du Lauragais ,jusqu’aux années soixante,personne n’avait entendu parler de Marx ou Lénine,la télévision y était inconnue,on lisait « le Pèlerin »,et « la Dépêche »,exceptionnellement.Tous se retrouvaient le Dimanche a l’église,une solidarité, vitale ,naturelle,ancestrale, soudait cette société rurale ou le mot communauté avait un sens.Nulle idéologie,dans ce « communisme « originel.Simplement,l’humanité,le partage,un solide bon sens,dans les joies comme dans l’adversite.

Markoribus

La tronche du Che , homme sadique et sanguinaire , qui nous hante à travers les t shirt le montrant tel un vénérable révolutionnaire est l’exemple même de cette ignoble dictature gauchiste qui assassine aujourd’hui nos nations par la mystification.

André LÉO

Un article qui commence mal mais qui finit bien!
Nos pères, nous-mêmes avons tous été cocos, un an, un jour, une heure…des prix Nobel, comme Jacques Monod, ont un temps partagé cette utopie généreuse: « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». Les pouvoirs personnels on tué l’idée, reprise à son compte par la Chine et son milliard-deux d’habitants.IMPOSSIBLE de demander l’avis d’une fourmilière grouillante.Les cocos ex PCF, eux, ont choisi de se saborder en s’islamisant au lieu de développer un nouveau concept. Poubelle!

Et c’est vrai, dans ce grand vide idéologique où viennent seulement d’arriver les Jordan Bardella et Marion Maréchal, les communautarismes LSBTQ mâtinés ethniques et islamo-compatibles ont pris le pouvoir. Leur dictature genriste ne durera pas!

François BLANC

parlez pour vous, moi jamais, même pas un centième de seconde car il ne s’agit pas d’une utopie généreuse mais d’une idéologie contre nature de débile profond parasitaire

André LÉO

Cher ami,
Jeune, on DOIT être indigné par les injustices, et naturellement, on est « de gauche ». C’est par générosité que l’on était sympathisant coco, dans les années 50, d’autant que l’on avait vu ses propres parents mener le combat de la Résistance contre le nazisme. Et puis, l’expérience du terrain aidant, on se rend compte que nos efforts ne servent à rien, face à la finance mondialiste. Et alors, on essaie d’être efficace… en apportant son aide à la droite patriotique « dure », seule tendance à avoir le courage de s’opposer aux communautarismes. Voilà la démarche « normale » d’homo gallicus!

François BLANC

Ce que les français subissent depuis 1945 est le formatage à l’idéologie marxiste et donc internationaliste outre égalitariste, cela explique l’incompréhension ambiante envers la gestion d’entreprise et la réticence dans la condamnation de l’échec systématique de tous les régimes socialo-communistes, appelé « progressisme » en France, qui se succédent à travers le monde au mépris des expériences.
Dans ce formatage les bolcheviques du CRIF sont en pointe comme en 1917 en Russie, cf Poutine citant les archives 80 à 85%, pour détruire racines, religion et Nation
Un bon marxiste est un marxiste mort pour paraphraser les propos de mes anciens au sujet des arabes

Paskal

Le CRIF bolchévique ? Lénine ne croyait pas à une nationalité juive, il considérait le sionisme comme réactionnaire, il n’avait pas de bons rapports avec le Bund. Idem pour Trotsky, certes tardivement bolchevik.

Le king

Trotsky ? Il était internationaliste !!!

Paskal

Tout à fait. Au point de vouloir exporter la « révolution » par la guerre, notamment en Géorgie.

Jill

Oui, on pourrait se souvenir en France des victimes de l’épuration dite sauvage menée en
1944-45 par des pseudos résistants communistes à l’encontre de présumés collabos.
Nombres d’entre eux étaient innocents et les autres relevaient de la justice et non de ces abrutis qui s’auto proclamérent policiers, juges et
Bourreaux.

François BLANC

D’autant plus que ces merdes qui ont accueilli les allemands avec des fleurs n’ont jamais combattus pour la France mais pour y implanter leur idéologie de débiles profonds, mission accomplie grâce à de Gaulle

Paskal

A la décharge de De Gaulle, il faut dire que les Américains voulaient faire de la France un État satellite. Il a dû s’appuyer sur la Russie.

Jill,

C’est faux… en 1945,le PCF était le premier parti de France par la volonté des Français ;De
Gaulle ne pouvait l’ignorer… mais il limita leur
influence.

Un mémorial pour expliquer ce qu’était cette engeance communiste, une véritable pourriture qui a hélas pourrie beaucoup de jeunes qui croyaient à l’humanisme et se sont fait avoir !

Crap2sp

Brillant.Lucien.petite,touche,sur les crimes et assassinats,au couteaux.ils,en sont a plus de 300 en GB.combien en France?et en Europe.?.et ils osent,parler des armes,aux EU. Toujours les memes,qui ne veulent,reconnaitre les,crimes.du communisme.tous a nos.couteaux.

Lionel

Il me semble que le paragraphe de conclusion n’a aucun lien cohérent et logique avec le reste de l’article.
LSO croit-il qu’il suffit de mentionner Spinoza pour être convaincant?

Richard

La seule « cohérence », ici, est à observer dans sa volonté de réhabiliter l’extrême-droite afin de criminaliser le « communisme » de façon obsessionnelle sans s’embarrasser de la vérité, masquant que l’anti-communisme est parmi d’autres crimes de masse à la SOURCE de la réislamisation* encouragée par l’impérialisme étasunien et ses alliés européens! Ce fait est assez bien documenté pour qui veut se donner la peine d’aller trouver les preuves. L’auteur et ceux qui lui emboitent le pas sont les idiots utiles de l’impérialisme étasunien…, ET de leurs alliés islamiques impérialistes!!! *Une réislamisation (Turquie, etc) qui a replongé pour une longue période des centaines de millions dans la nuit de l’obscurantisme avec ses effets néfastes voulus en France sur la lutte des classes…

Jill,

En quoi l’extrême-droite devrait elle être réhabilitée;et même si elle devait l’être, cela
n’excuse pas les crimes communistes.

Patapon

Yann Brossât « ignorait » qu’en 1939,les cocos sabotaient le matériel militaire destine à nos soldats qui étaient sur le front, à risquer leurs peaux.En Juin 40,les premiers résistants étaient les Croix de Feu du colonel de la Roque et les Cagoulards,pendant que les « camarades « faisaient tout leur possible pour détruire l’economie de la France,jusqu’a la rupture du pacte Germano Soviétique,en 41.Salopards de traîtres!

andrea

« L’anti-communisme crime de masse » ?!!! Sans déconner?
1/Dénoncer les crimes,la dictature, les goulags et les dizaines de millions de morts (même en temps de Paix) du communisme ne fait pas de vous un partisan de « l’extrême-droite ».
2/En parlant d’idiots utiles, c’est bien justement cette instrumentalisation de l’épouvantail nazi afin de diaboliser par « extrèmedroitisation » (et par là neutraliser toute pensée contraire, toute opposition à la destruction de la souveraineté des nations et de leur homogénéité (culturelle, ethnique, sociale).) qui a permis tout ce que vous dénoncez.

Paskal

Pas faux si ce n’est que beaucoup de « communistes » (certes assez hétérodoxes) ne partagent votre aversion pour l’islamisme : « Al Andalus » est idéalisé, le PIR est un allié, hors de question de déchoir les djihadistes de la citoyenneté française. La Ligue Trotskiste va jusqu’à voir dans Daesh une force certes réactionnaire, mais à soutenir contre l’impérialisme.
https://www.icl-fi.org/francais/lebol/210/lo.html

Fenimohic

Il faudrait déclarer le PC hors la loi et éradiquer ses afficionados compte tenu de toutes les saloperies dont ils se sont rendus coupables rien qu’en France un pavé comme le Larrousse
N’y suffirait pas mettre la main sur leurs fichiers nous ouvrirait les yeux sur les politiques de 90 dernières années il serait immédiatement classe secret defense