1

Pour une délepénisation intégrale

C’est le week-end du congrès du Rassemblement National, c’est le week-end où Marine Le Pen va sans doute se mettre en retrait du parti pour porter sa candidature.

On ne reviendra pas sur la déconfiture électorale que vient de subir Marine Le Pen, revenons en revanche sur les évolutions du lepénisme et sur la manière dont il a rejeté nos idées dans le camp des éternels battus.

Comme le dit Le Menhir lui-même, il y a plusieurs manières de se suicider. Il y a surtout eu une seule manière de rendre infréquentables des idées pourtant justes : le lepénisme.

Dédiabolisation  = Délepénisation.

1987, Pierrette Le Pen fait le ménage. C’est un partage du monde. Il y a celui, le seul, qui a tellement humilié son épouse que pour le plaisir de tous, on l’a retrouvée en illustration d’un magazine de charme. Et puis, il y a le reste du monde, ceux qui tâchent de gérer les conflits et les passions sans esclandre trop public. Comment donner les clés de la France à un type pas même capable de gérer correctement son divorce ? Pourquoi croyez vous que nombre de gens de nos idées, dont sans doute beaucoup de femmes, se soient détournés du nom Le Pen et se soient réfugiés dans l’abstention ?

Finalement, avec cette histoire, Jean-Marie Le Pen n’a pas l’air bien plus malin que le jeune Griveaux qui a retrouvé sa bite affichée aux yeux de tous sur les réseaux sociaux. C’est du même ordre. Le Pen, sa femme à poil, Griveaux sa bite au vent : C’est le même style.

Mai 2015, Jeanne au secours.

Campagne 2017, Marine rejette son père.

2017 soir de défaite, Marine danse.

Février 2018, Jean-Marie publie un bouquin où il dit avoir pitié de sa fille.

Juin 2021, Jean-Marie Le Pen dithyrambique sur sa fille prédit un triomphe aux régionales et recommande à Zemmour de ne pas être candidat.

Juin 2021, lendemain de déroute électorale, Jean-Marie tacle sévèrement sa fille.

Jean-Marie Le Pen, si votre fille incompétente n’arrivera jamais à rien, c’est bien que – par esprit de clan – vous avez chassé tous les gens capables et que vous lui avez transmis le parti avec les électeurs en verrouillant les statuts pour qu’elle soit indéboulonnable. De tout temps, vous avez éliminé tous les gens de valeur pour préparer son avènement. Il n’y a qu’un seul responsable de la faillite finale, c’est vous et vous seul. Marine est exactement comme vous l’avez faite : elle fait exactement comme elle vous a vu faire. L’éviction des talents et des gens de valeur, c’est la marque Le Pen, l’une des tares du Lepénisme.

Le secret des lendemains qui chantent. Au lendemain de sa défaite, Marine tance méchamment ses électeurs qui ne se sont déplacés. Le plus sûr moyen de leur donner l’envie de revenir…

L’indignité, marqueur familial. Déjà le père avait été infoutu de gérer correctement son divorce. Ensuite, ses innombrables dérapages irresponsables sur les juifs et la shoah en particulier, mais pas seulement, son plaisir gourmand pour les saillies intellectuelles inappropriées avaient écarté nombre d’électeurs de notre camp et stérilisé nos espoirs.

Non décidément, le nom de Le Pen n’incarne ni le bon goût, ni la dignité, ni aucune des valeurs cardinales de maintien et de droiture de notre camp, seules à même de redresser le pays. Plus récemment on a vu les conflits familiaux entre le père et la fille et les déchirements qui s’en sont suivis sur les questions d’argent s’étaler en place publique.

Puis ce fut l’échec de 2017 et la danse complètement incongrue et inconvenante de la candidate qui venait de ruiner les espoirs de millions de gens. Par tradition familiale, aussi bien le père que la fille ont largement fait la démonstration de leur indignité et de leur absence de vertu et donc de leur incapacité à nous représenter.

Une lucidité tardive. En même temps que Jean-Marie le Pen avait le courage et le mérite de donner une tribune à nos idées, par ses excès, son dilettantisme et son irresponsabilité, il les a privées de représentation au pouvoir ; fut-ce dans le cadre d’une alliance de gouvernement.

Jean-Marie le Pen n’a jamais été qu’un polémiste, jamais un soigneur, jamais un rassembleur ; raison pour laquelle comme il le vient de le dire lui même, il n’a jamais été président de la république. Et c’est bien ce qu’on peut lui reprocher. Il restera sans doute pour certains une icône, mais son heure est passée. Finalement, Jean-Marie Le Pen et maintenant sa fille auront été les fossoyeurs du Lepénisme.

Pour une délepénisation intégrale. Ce ne sont pas nos idées qui sont rejetées, c’est le lepénisme, le nom Le Pen et l’indignité qui lui est associée. Le RN et ses candidats ne pourront jamais être dédiabolisées tant que le nom de Le Pen leur restera attaché. Pire, comme on vient de le voir, tout candidat venu de l’extérieur et qui revêt le dossard Le Pen est systématiquement entaché. L’expérience du Lepénisme s’est étendue sur 50 ans et 3 générations … en vain.

Nos idées, nos espoirs et nos voix ont été stérilisés par cette famille.

Amis du RN, préparez vous à changer de casaque : rien ne sera jamais possible avec Marine Le Pen. 

L’urgence, c’est la délepénisation intégrale.

Martin Moisan