Pourquoi Avaaz torpille une pétition de soutien à Eric Zemmour…

Publié le 23 décembre 2014 - par - 6 520 vues
Share

zemmourwanted-1Une très grande partie de l’opinion publique a été choquée de l’exclusion d’Eric Zemmour sur la chaîne i-Télé. Spontanément, des milliers de mels pro-Zemmour ont été envoyés au service communication de cette chaîne ( communication.itele@canal-plus.com ) et des contributions ont été rédigées à la suite d’articles dans différents journaux, évoquant l’éviction de Zemmour.

De façon plus organisée, avait été lancée sur le site Avaaz une pétition de soutien à Eric Zemmour. Elle avait débuté sur les chapeaux de roue, puisqu’en quelques heures, sans relais médiatique, elle avait obtenu 12 000 signataires. Subitement alors, et sans aucune explication, la pétition a disparu du site avaaz.

Avaaz n’en est pas à son coup d’essai. Déjà en 2012, ce site avait eu recours à cette ignominie. Rappelons-nous, Zemmour, déjà lui, était menacé de se voir suspendre sa chronique sur RTL à la suite du mauvais procès qu’on lui intentait, suite à sa réplique sur des noirs et des Arabes plus contrôlés en raison d’une majorité de noirs et d’Arabes parmi les trafiquants. Simultanément, Robert Ménard risquait d’être évincé d’i-Télé, encore elle, pour l’ensemble de son impertinence et plus particulièrement ses prises de position en faveur de la peine de mort ou contre l’homosexualité. Finalement Zemmour était resté sur RTL, mais avec un nombre de chroniques réduit, et Ménard dut renoncer à son émission « Ménard sans interdit » en septembre.

Préalablement, au printemps 2012, face à ces menaces de remerciements, une pétition pour défendre Zemmour et Ménard avait été lancée pour soutenir le droit à la diversité des expressions publiques, celles-ci ne pouvant se réduire au credo bien-pensant de gauche immigrationniste et islamophile. Et avaaz avait rapidement interrompu le processus pétitionnaire, obligeant ses initiateurs à un repli sur petitionbuzz.

Il a été donc particulièrement malvenu de recourir à nouveau à Avaaz. En cherchant l’historique d’Avaaz, on peut mieux saisir ce qui l’incite à contrer nos actions de résistance.

Avaaz est une ONG basée aux Etats-Unis, dont l’objectif est carrément d’influencer les décisions politiques mondiales. Son outil est le cybermilitantisme. Avaaz est aujourd’hui le plus puissant mouvement citoyen mondial en ligne. Il prétend lutter contre le changement climatique, la corruption, la pauvreté et agir en faveur des droits de l’homme. Pour cette dernière action, c’est raté. Puisque non seulement ils ne contribuent pas à défendre l’expression de Zemmour, mais de surcroît, ils se font les supplétifs de ceux qui contribuent à étouffer la liberté d’expression en France en empêchant Zemmour d’argumenter ses idées.

Avec Avaaz, ce n’est pas « je ne suis pas d’accord avec vous, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire », mais cela devient « je ne suis pas d’accord avec vous, et je me battrai pour empêcher les défenseurs de la liberté d’expression de pétitionner en votre faveur ».

On peut mieux comprendre les motivations d’avaaz en découvrant qu’il est financé en grande partie par le milliardaire George Soros. Cet auto-déclaré philanthrope a domicilié son fonds d’investissement Quantum Fund à Curaçao (Antilles néerlandaises), un paradis fiscal régulièrement dénoncé par plusieurs gouvernements, comme étant l’un des plus importants centres de blanchiment d’argent issu du narcotrafic.

Ce charmant personnage a spéculé contre les bandes de fluctuation du SME (Système monétaire européen) au début des années 90, entravant l’action des partisans d’un franc fort dont faisait partie feu le Premier ministre Bérégovoy. De nombreuses accusations de spéculer sur l’Euro ont ensuite pesé sur Soros ; son dessein étant de prêter par la suite de l’argent à l’Europe à des taux d’intérêt très élevés. Il est donc soupçonné d’être en partie à l’origine des crises financières européennes actuelles.

Quoique critique vis-à-vis de Bush fils, il travaille le plus souvent au service de l’instauration universelle d’un libéralisme économique musclé faisant fi des souverainetés nationales, et au service des Etats-Unis. A ce titre, Il cofinance, avec la National Endowment for Democracy, l’Open Society Foundations et Freedom House, le groupement politique serbe Otpor, entraînant des activistes du monde entier à renverser des gouvernements opposés aux intérêts des États-Unis, comme ce fut le cas en Géorgie, puis en Ukraine, mais aussi en Biélorussie, en Égypte et au Venezuela.

En France, Soros ne reste pas inactif. En 2011, il a financé sans motivation déclarée, une étude controversée sur des discriminations dont seraient victimes les musulmans de Marseille. Toutefois, faute d’une méthodologie sérieuse, les résultats ont été critiqués pour leur manque de portée scientifique. En 2012, sa fondation fait un don de 35 000 euros au CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France).

En octobre 2011, Soros a rédigé une lettre ouverte aux dirigeants de la zone euro publiée dans le Financial Times, les sommant de répondre à la crise de la monnaie unique par plus d’Europe. La lettre a été signée par 95 autres personnalités européennes comme Javier Solana, Daniel Cohn Bendit.

Défenseurs de la liberté d’expression et de notre souveraineté nationale, nous savons désormais qu’il n’est pas possible de se référer à Avaaz pour lancer des pétitions.

Pour tous ceux qui souhaitent soutenir Eric Zemmour, il faut dès lors aller sur : https://www.change.org/p/c%C3%A9line-pigalle-soutien-%C3%A0-%C3%A9ric-zemmour-vir%C3%A9-d-i-t%C3%A9l%C3%A9-pour-d%C3%A9lit-d-opinion .

Pour finir imprégnons-nous de cet avis de Michel Onfray, plus que jamais pertinent : « la partition n’est pas entre droite et gauche, mais entre ceux qui ont le sens de la justice et de la justesse, des faits et de la vérité, de l’histoire et de l’esprit critique, et ceux qui ne l’ont pas. […] Etre libertaire, c’est s’affranchir des catégories de droite et de gauche quand il y a à juger et statuer sur ce qui est adéquat. »

Jean Pavée

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.