Pourquoi ce silence face aux crimes des mollahs iraniens ?

Femmes enfermées, femmes fouettées, femmes violées, femmes mineures à vie, femmes couvertes des pieds à la tête… Les Gardiens de la Révolution ne sont pas tendres avec la moitié de l’humanité et je vous renvoie aux livres de Chahdortt Djavann, dont le témoignage est terrible. Hélas, contraindre la moitié des habitants du pays à se croire des menaces, des tentatrices et des objets sexuels impurs ne suffit pas aux mollahs. Ils y ajoutent une chasse abjecte aux homosexuels, qui se traduit, carrément, par des morts atroces pour les malheureux qui ont le simple tort d’aimer les hommes. (Certes, même si en France, dans nos campagnes profondes ou nos banlieues abandonnées aux imams, malgré la dépénalisation de l’homosexualité en 82 – merci Badinter-, certains ont encore du mal à admettre que, qu’on naisse homo ou qu’on le devienne, c’est bien une particularité sexuelle indépendante de la volonté, comme on ne choisit pas de naître homme ou femme ; les moeurs évoluent néanmoins peu à peu, et, avec, les mentalités). Tandis qu’en Iran la sauvagerie des traitements qui leur sont réservés fait bondir.
La Cour Suprême a confirmé le 2 janvier la condamnation de deux jeunes, Tayab et Yazdan. Ils seront enfermés dans un sac avant d’être jetés dans un ravin du haut d’une falaise. En effet, la « fornication sodomite » donne droit à un traitement datant des âges obscurs : torture (80 coups de fouets) suivie de la peine de mort, au choix par pendaison ou précipitation du haut d’une falaise !!! Six homosexuels ont été pendus en 2007.
C’est qu’en Iran on a la pendaison facile, pour vol, trouble à l’ordre public ou sodomie ; accusations parfois fantaisistes, d’ailleurs, mais qui permettent de se débarrasser en toute quiétude d’opposants… La terreur est une recette infaillible pour imposer un régime de privilégiés, dont font partie en Iran les mollahs, certains d’entre eux seraient bien connus pour leurs penchants homos d’ailleurs !
Et tout cela dans le silence de la communauté internationale. Pourtant, quand on veut, on peut, rappelez-vous le cas de cette jeune iranienne, de 13 ans, Jila, condamnée à être pendue, sauvée par une campagne internationale orchestrée en France par Elisabeth Badinter et Ni Putes ni Soumises en 2004 http://www.iran-resist.org/article54.
Mais qui parle de la chasse aux homosexuels ? Quel média relaie l’information ? Quand les Talibans ont détruit des Bouddhas, quand les Talibans, toujours eux, obligeaient les femmes à sortir couvertes de la Burqa et leur interdisaient école et hôpital, les medias en parlaient, des associations organisaient des soirées… mais il était question de déclarer la guerre à ces mêmes Talibans, qui avaient osé défier l’ancien ami américain !
Par contre, en Iran, on peut tout faire ; les gouvernements occidentaux – et les médias – ne veulent pas de vagues, pourquoi ? Aurait-on peur de voir les attentats terroristes des années 1986 ou 1995 reprendre ? (Par contre, si le bruit des bottes se confirme, gageons que, miraculeusement, on va montrer les ignominies que l’on nous tait depuis près de trente ans …)
Plus incompréhensible encore, le silence des intellectuels et des opposants iraniens vivant à l’étranger, comme si, quelque part, l’homosexualité était encore un crime dans leur tête et la sanction justifiée …Honte à eux. Comme le disait, le 11 septembre dernier, à Paris, Dominique Sopo, le Président de SOS Racisme, il est paradoxal de voir certains dandies de l’altermondialisme, homos eux-mêmes, qui défendent les pays islamiques, bien à l’abri à Paris, alors qu’ils seraient les premiers persécutés s’ils allaient y vivre.
Et puis, le pompon, c’est toutes ces femmes voilées et tous ceux qui les soutiennent, qui hurlent fort et portent plainte quand, en France, une aimable hôtesse leur demande poliment d’ôter leur voile dans les parties communes d’un gîte, mais se taisent totalement face à l’ignoble … de peur d’être de mauvaises musulmanes pour les unes, d’être taxées de racisme pour les autres ??? Et on revient toujours au même problème, on ne peut critiquer ce que fait un musulman ou un pays islamique sans qu’aussitôt les foudres du Mrap, de la ligue des Droits de l’homme, des gauchos ou de certains laïques endormis ne se déchaînent … Comme si les souffrances des femmes et des homosexuels en Iran étaient moins importantes que l’étiquette « anti-raciste » ! On aimerait qu’au lieu de se battre pour une étiquette ou pour avoir le droit d’imposer leur vision discriminante de la femme ils se battent pour une éthique et pour des hommes et des femmes !
Christine Tasin
http://christinetasin.over-blog.fr

image_pdf
0
0