Pourquoi combattre les islamistes à 3000 km, on a les mêmes à la maison…

Publié le 17 juillet 2014 - par - 1 712 vues

manifestantspalestineJ’ai toujours aimé entendre les récits de mes grands-parents et ceux de mon épouse concernant la seconde guerre mondiale. Leurs conditions de vie, leurs combats, leur défaite et pour beaucoup leur captivité.

Une de ces histoires est amusante. Elle se passe peu avant la seconde guerre mondiale et concerne le défilé du 14 juillet (probablement 1939). Le grand père de mon épouse était dans un régiment d’infanterie appelé à défiler à Lille, mais comme il fallait faire comprendre aux zentils allemands que nous étions un empire avec tout plein de troupes vaillantes venues des confins du dit empire… ordre a été donné de les déguiser en tirailleurs sénégalais.

Voilà donc nos petit Français en costume de tirailleurs à cape rouge et pour régler le problème de la couleur de peau… du cirage. Un militaire est avant tout pragmatique, discipliné mais inventif. Ils ont mis trois jours pour enlever la couleur en rigolant de cette immense farce imposée par le plus haut niveau de la hiérarchie.

La farce ne s’arrête pas là, nos petits mais courageux soldats et leurs nombreux copains réservistes ont été envoyé sur le front (pas celui où les Allemands ont attaqué, juste à une centaine de kilomètres). Avec un fusil pour trois combattants ils avaient autant de moral qu’un bivalve qui sent l’odeur du thym qui provient d’une marmite bouillante. Je ne parle pas des problèmes d’intendance, il n’y en avait pas simplement parce qu’il n’y avait pas d’intendance. En supprimant l’origine possible d’un problème on supprime le problème, c’est bien connu.

Et la farce continue encore et encore. Je me permets de citer un article du Général Delaunay paru ici: http://www.bvoltaire.fr/jeandelaunay/notre-armee-continue-bien-meriter-patrie,93999 qui vaut bien une visite. Ce Général, ancien chef des armées a préféré démissionner plutôt que subir des restrictions budgétaires. Quand la grande muette se met à parler on entend le bruit du canon. J’imagine volontiers qu’avec un fusil pour 3 soldats elle fera quand même entendre sa voix quand il faudra, c’est une certitude. Quand ? Bientôt puisque par la volonté du seigneur de guerre qu’est notre Président et par son brillant ministre de la gueguerre qu’est Monsieur Le Drian, nos vaillants soldats se feront décimer dans une nouvelle opération baptisée Barkhane, pour nous changer de Serval et du dernier soldat tué de ce jour, le 15 juillet 2014. Ici pour info: http://www.sudouest.fr/2014/07/15/un-soldat-francais-tue-au-mali-1615662-4803.php

Comme le changement c’est toujours maintenant, depuis 2 ans et peut être pour 3 ans encore, si Dieu prête vie à notre souverain, on mettra en terre les budgets de l’armée entre les cercueils de 4 ou 5 de nos braves tombés au champ d’honneur dans une terre qui n’est pas celle de France. Pourquoi rechercher un ennemi à 3000 kilomètres quand on a les mêmes à la maison ? Bonne question.

Avant de nous quitter, sachez que Monsieur Le Drian a effectué son service militaire au 512e Régiment de Train  de St Lô. Juste à coté de chez lui. La soupelette de maman était meilleure que la cantoche. Quand on envoie avec le niveau de compétence d’un soldat du rang des soldats avec le strict minimum de matériel dans des pays hostiles, c’est un meurtre.

Mais bon, le 14 juillet c’est festif, 500.000 euros de feux d’artifices rien qu’à Marseille mais pas un sou pour acheter des toiles anti-moustiques pour nos soldats.

Philippe Legrand

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi