1

Pourquoi impose-t-on le confinement à des régions qui sont épargnées ?

Si j’habitais le Cantal, ou la Lozère, je serais absolument furieuse qu’on me demande de me confiner et je songerais sérieusement à pratiquer une résistance caractérisée.

En effet le Cantal, depuis le début de l’épidémie de Coronavirus, est très peu touché :

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-avec-zero-deces-pourquoi-le-cantal-resiste-la-vague-epidemique-6805214

Il n’y a eu que 63 cas de Coronavirus dans ce département de 146 000 habitants, et zéro décès. Oui, zéro décès !…

Le premier cas s’est manifesté au début du confinement, les mauvais esprits (dont je suis) en profiteront pour dire que « c’est la faute au confinement… » ce cas étant venu d’un département voisin.

Madame Costes, 72 ans, sénatrice RDSE du Cantal, atteinte, est à nouveau en pleine forme, merci beaucoup pour elle. On ne dit pas si elle a suivi l’ordonnance mortelle du couple infernal Salomon-Véran, ni si elle a été soignée au seul Doliprane, en se croisant les bras jusqu’à ce que mort s’ensuive.

L’hôpital d’Aurillac a maintenant vingt lits en réanimation et huit seulement ont été nécessaires.

D’autres départements sont dans le même cas, par exemple la Lozère : zéro décès aussi en Lozère.

https://www.eficiens.com/coronavirus-nombre-de-morts-par-departement/

D’autres encore ont eu très peu de décès (je sais, un décès c’est déjà trop) : Ariège 1 décès, Tarn-et-Garonne 3 décès, Hautes-Alpes, Creuse, Dordogne, Lot-et-Garonne 4, Haute-Corse 5, Alpes-de-Haute-Provence 6, Charente 8…

Mais tous ces départements sont confinés. Le Cantal est en train d’annuler tout son programme folklorique. Pourtant Dieu sait si danser la bourrée lui ferait du bien et lui changerait les idées !…

Pourquoi tous ces départements sont-ils confinés ? Pour que quelqu’un d’extérieur ne leur apporte pas le virus, me dit une bonne âme. Cela me met en rage. D’abord cette personne extérieure qui pourrait apporter le virus est normalement confinée, donc ne doit pas circuler.

Qu’on ferme plutôt aux autres départements ces départements peu touchés. On ne peut pas permettre à ces habitants de vivre normalement, de rouvrir les commerces, les parcs, les écoles et surtout les entreprises en danger ? Au nom de la solidarité ? C’est une solidarité mal employée. Une solidarité qui tue.

(paysage du Cantal)

Le confinement est une ânerie monumentale, on le sait et on le dit depuis le début. Et pourquoi confine-t-on ?… Parce que nous n’avons pas de masques, victimes de l’incurie du gouvernement. Même le Maroc est mieux armé que nous : les Marocains ont tous des masques. Il y a même des pays qui ont dans les rues des distributeurs automatiques de masques, comme Hong-Kong, Taïwan, et paraît-il même la Pologne.

Et nous sommes confinés aussi parce que les services de réanimation étaient insuffisants. Forcément, on a passé ces dernières années à supprimer les lits d’hôpitaux. Un mien oncle, médecin de son état, a passé sa vie à lutter pour rouvrir des lits dans sa ville. Quant on le voyait, il répondait tout de suite « je vais bien merci, j’ai réussi à rouvrir un ou deux lits… » C’était il y a trente ans. Il doit se retourner dans sa tombe.

Nous sommes confinés par ce que les traitements manquent, nous dit-on. Mais il y a des traitements, le problème est que les labos qui espéraient une manne providentielle ne sont pas contents car les traitements les plus efficaces ne leur rapporteraient pas grand chose : nous avons, tout simplement, les antibiotiques. Ils existent et ils soignent le Coronavirus, car celui-ci est accompagné de surinfection bactérienne. Et je ne parlerai même pas de la chloroquine associée…

Mais calamiteusement, et même criminellement, on nous a dit qu’il fallait attendre d’être mourant en prenant seulement du… Doliprane. Va-t-on découvrir qu’en France on manque aussi d’antibiotiques ? On peut s’attendre à tout car on a déjà presque tout vu depuis le début de cette crise.

Pour les cas les plus atteints, cette absence de traitement les a tués. Seules les forces de la nature, les grands lutteurs, ont pu en réchapper et quitter la réanimation.

Le confinement peut tuer, le tout premier. La preuve par les Ehpad. Pudiquement, on ne nous donne plus le nombre de décès dans les Ehpad. On peut craindre le pire. Depuis la prescription assassine du Rivotril, on n’a plus aucun doute sur la gestion criminelle du gouvernement.

La preuve aussi par les 700 marins atteints du porte-avions Charles de Gaulle, alors que le bâtiment était  confiné, vie en mer oblige, depuis son passage à Brest à la mi-mars.

Il faudrait cesser d’être des moutons, rompre le confinement et sortir massivement dans les rues, masqués sans doute. Masqués, nous ne craignons rien, voir la Corée du Sud, Taïwan, où la vie continue. Si vous en avez envie, bien sûr. Sinon, restez chez vous. Je ne voudrais pas que vous attrapiez le virus et veniez dire après que c’est de ma faute.

Seul un reste de peur nous empêche d’agir ainsi. La peur est une autre maladie, que Salomon-Véran-Macron et toute la clique ont su distiller, pour arriver à nous voler nos libertés.

Le 11 mai au plus tard, sortons tous. Y compris les seniors. Mais le plus tôt serait le mieux.

Et ainsi nous vaincrons le virus et la macronie.

Sophie Durand